Rien de ce qui est kaki, bleu marine ou bleu ciel ne nous sera étranger

Niger : il n'y a pas de quoi rougir !



Niger : il n'y a pas de quoi rougir !
Deux semaines après l'opération spéciale pour tenter de libérer les deux otages français enlevés au Niger, il est possible de tirer les premières leçons.

Déclenchée dans le seul but de sauver les deux jeunes Français, cette opération n'a pas abouti  au résultat espéré. Il s'agit donc d'un échec. Si les ordres reçus avaient été de "neutraliser" les ravisseurs, au mépris de la vie des otages, l'opération aurait pu être qualifiée de succès. Mais tel n'était - heureusement - pas le cas !  Echec, donc, mais pas échec disqualifiant, comme l'avait été, par exemple, "Desert One", le raid américain en 1980 pour libérer les otages de l'ambassade à Téhéran. Dans une guerre, une armée ne gagne jamais toutes les batailles et ce n'est pas une raison d'arrêter de combattre.

Trois leçons peuvent être tirées de cette affaire.

1) L'action militaire, décidée par la France, est un message politique. D'abord à destination d'AQMI, sur le thème : on ne vous laissera pas faire et vos entreprises seront contrecarrées, y compris par la force. Ensuite à destination des pays de la région, cette fois-ci sur le thème :  vous pouvez compter sur nous. Ce sont ces messages politiques qui ont délivrés sur le terrain par les forces spéciales.

2) Quel autre pays au monde, à part les Etats-Unis et peut-être la Grande-Bretagne, est capable de mener une telle opération spéciale en moins de douze heures et en plein coeur du Sahel ? Cherchez bien... Il est clair que la France dispose aujourd'hui d'un outil militaire très performant en matière d'opérations spéciales. La capacité de se "pré-prépositionner" discrètement, des moyens aériens spécialisés, des commandos aguerris, une chaîne de commandement très réactive, une "inter-armisation" réussie : il n'y a pas de quoi rougir. L'opération en question relève d'un savoir-faire professionnel de haut niveau et, sur le terrain, les hommes sont allés au feu avec courage, comptant deux blessés. Il est nécessaire que les Français - au nom desquels ils sont engagés - le sachent.

3) Ces dernières années, le Commandement des opérations spéciales (COS) a parfois donné l'impression de traverser une crise d'identité. L'affaire est réglée : le COS est employé aujourd'hui à ce pour quoi il est fait : conduire des opérations spéciales, c'est-à-dire stratégiques. Il est engagé sur deux théâtres essentiels pour la France : le Sahel et l'Afghanistan dans des missions qu'aucune troupe classique ne pourrait remplir.

Samedi 22 Janvier 2011
Jean-Dominique Merchet


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

68.Posté par Pierre le 24/01/2011 00:55
@ tous ceux qui disent presque dans la même phrase: "de toutes façons c'était couru d'avance" et "Sarko a fait ça pour faire remonter sa cote de popularité": c'est soit l'un soit l'autre. Si vous-mêmes êtes capables (au vu du peu d'informations dont tout un chacun dispose) de dire que les otages n'avaient aucune chance (selon vous, hein), Sarko et ses conseillers (qui ne sont probablement pas tous aussi idiots que vous voudriez le croire) aussi, vu qu'ils ont plus d'infos que nous tous. Donc je ne comprends pas bien en quoi il pourrait croire, notre président, qu'une opération que votre conclusion qualifie d'"échec assuré", pourrait le faire remonter dans les sondages.

67.Posté par LE GAULOIS le 23/01/2011 22:07
N'en déplaise à Monsieur F et sans faire de polémique stérile, depuis quand une libération d'otages se monte comme une vulgaire embuscade et avec des moyens aussi signants que des hélicoptères déployés en vol à proximité de l'objectf???
Dans ce type d'opération, l'effet de surprise doit être préservé jusqu'au dernier moment, d'où peut-être la riposte des terroristes, à bord des véhicules et en réaction, la suite que l'on connaît.

Dans une opération spéciale, il ne faut pas confondre: vitesse et précipitation. En effet, c'est une fois la perte de la surprise que l'on peut passer en force. Encore faut-il avoir bien monté "son affaire" (bonne analyse=bonne restitution=bonne répétition de l'opération=succés de l'opération) et dans ces manips, pas d'ordres en cours d'action (tout au moins dans un premier temps et encore! ), une libé d'otages n'est pas une opération de type "QRF" (quick reaction force)

Par ailleurs, n'y avait-il pas un déficit capacitaire sur zone? Les GAS du COS (groupes d'action spéciale) ne sont pas tous formés et entraînés pour ce type d'opération.
L'acheminement depuis la métropole d'éléments et de moyens spécialisés n'a peut-être pas été retenu vu l'urgence de la situation et de la pression exercée sur les chefs (peut-être) par le politique (deux otages supplémentaires à gérer...)

Au bilan et pour ma part, bien que je considère que cette opération est un échec sur le plan militaire, elle a démontré à aqmi que le pays ne se laissera pas intimider. Il serait peut-être judicieux de mettre le paquet en déployant en accord avec les états de la région, un volume significatif de FS COS et DGSE, capable de traquer dans la profondeur aqmi, tout en se tenant prêt à intervenir avec un dispositif "adapté" pour répondre à une prochaine capture de nos ressortissants...

66.Posté par Robert le 23/01/2011 21:41
Gabrielle Dupont,
Vous semblez vous laisser dominer par l'émotion, car je ne peux pas penser que ce soit un moyen d'éviter d'argumenter dans le débat en ayant le dernier mot.
De toutes façons, cela n'apporte aucun élément constructif.
Vous dérivez, comme certains, sur des attaques politiques et personnelles. Quel rapport?
Et en plus, vous lisez dans les pensées. Bravo!
N'est-ce pas dérisoire?

Marius,
D'accord avec vous, mais dit autrement car deux jeunes français sont morts.
Effectivement, le mythe soixante-huitard, guide du routard en poche avec des leçons d'humanitarisme à revendre à tout l'Occident, le multiculturalisme un peu niais, a vécu.
Où plutôt dirons les fâcheux dont je suis, la recolonisation philanthropique a atteint ses limites. Je parle précisément non pas des zones d'influence des pays occidentaux qui défendent leurs intérêts, mais de cette prétention des occidentaux culpabilisés par des générations de profs, je ne dirais pas de gauche ce serait un pléonasme, dans la négation des réalités africaines, à se faire pardonner des crimes hypothétiques dont ils partageraient la culpabilité collective.
Le seul péché, c'est probablement de mauvaises décolonisations à cause d'idéologies dominantes à l'époque.
"L'homme africain n'est pas inférieur, il est autre" pour paraphraser Lyautey.
Autre que ce nous voulions voir aveuglés par nos bons sentiments et notre culpabilité.
Comme le musulman est autre que ce que nous voulons qu'il soit. Mais qui veut le savoir?
Dans ce domaine aussi, nous nous préparons des lendemains qui déchantent ici ou là-bas, civils ou militaires.
Il faut avertir les jeunes sincères et généreux, rien ne permet d'en douter, que le mythe a vécu.
L'occident est en guerre avec un ennemi parfois mal identifié, que cela nous plaise ou pas.
Ces deux pauvres garçons viennent d'en faire tragiquement les frais. Paix à leur âme.
Mais il s'en trouve ici ou ailleurs pour chercher un échappatoire qui permettrait de ne pas regarder la réalité en face.
Dans ce cas, il est difficile d'accuser Le Pen, alors Sarkozy fera l'affaire.
Si nous devenions adultes?
La récréation humaniste et bien pensante est finie. Faisons-le savoir autour de nous!
Au moins, ces deux morts inutiles auront servi à quelque chose.
Si non, nous continuerons à faire des ronds dans l'eau.
Quand à nos soldats les plus exposés, ils méritent le respect jusqu'à ce qu'on nous démontre le contraire et ce qu'on aurait fait de mieux à leur place.
Honneur à nos soldats!

65.Posté par ad'active le 23/01/2011 21:18
dans des cas comme ceux là, malheureusement pour les otage, la seule réponse possible est: NO PASARAN............................;;

64.Posté par eczistenz le 23/01/2011 18:44
Je suis d'accord pour dire que le titre de ce post est assez à côté de la plaque, pour ne pas dire totalement inadapté, et je reste dans un euphémisme. Aujourd'hui on apprend que sur les 7 morts, il y a donc les 2 otages, 3 gendarmes nigériens... il reste 2 terroristes. Si, il y a de quoi rougir de honte, non pas des capacités de nos FS, qui font du mieux qu'ils peuvent avec les moyens qu'ils ont, mais des petits coqs qui nous gouvernent et qui prennent des décisions juste sur des poussées de testostérone, sans utiliser leur cerveau. Capacités de projection peut être, compétences affirmés certainement, mais au final l'opération contre des loqueteux sensés être mal équipés est un fiasco total, n'en déplaise aux sanguinaires qui saluent "l'honneur retrouvé"... On a rien montré du tout aux terroristes, sauf qu'on peut continuer à nous prendre des otages parce qu'on est incapable de les sauver avec des pertes acceptables. Une autre nouvelle récente : les autres otages ont été dispersés, donc encore plus difficile à retrouver... effectivement c'est un succès, et on n'a pas à en rougir non non.

63.Posté par XGerard le 23/01/2011 18:17
Triste.
Triste de voir à quel point la haine politique peut obscurcir le raisonnement...
Comme il est facile de croire à une nouvelle version à condition qu'elle diabolise le gouvernement et Sarko!
Les Français sont murs pour l'intox la plus grossière.
La réalité est certainement plus complexe. Je ne vois pas la France se brouiller avec le Niger, quand on sait les intérets des deux parties. Je reste également un peu étonné de la discrètion des réactions du gouvernement nigérien...
En bref, tout le monde préfère dire que ces fameux gendarmes étaient des otages et pas des complices.
Quant'aux COS, ils en ont vu d'autres et ils ont signé, c'est etc...
Ils continueront à faire leur métier dans l'ombre, pour l'honneur et avec le respect de ceux qui les connaissent un peu.


62.Posté par Edelweiss le 23/01/2011 17:11
Oui deux de nos compatriotes sont morts.Mais de là à en imputer la responsabilité à nos forces; il y a un pas que je ne franchirai pas.
Il me semble que le premier accrochage a eu lieu entre les preneurs d'otages et les forces locales.
Si j'ai bien compris lors de ce premier accrochage les preneurs d'otages ont forcé le passage.
Pour ce faire ils n'ont pas mit pied à terre mais sont restés dans un véhicule en mouvement.
Si leur véhicule a essuyé des tirs c'est donc dans un 4X4 en mouvement contenant 6 personnes qui a concentré sur lui une sorte de "boule de feu".
Un de nos compatriote a très bien pu être touché dès ce moment là.

61.Posté par Iskander le 23/01/2011 16:50
La seule solution face à l'AQMI est d'aller la chercher là où elle est: dans les contrées désertiques du sud algérien et du nord du Mali. Si l'on veut ne plus subir, il faut "nomadiser" comme eux dans les mêmes endroits. Evidemment, on m'objectera que ces territoires sont ceux de pays souverains, mais je pense qu'avec un peu de bonne volonté et sans doute d'aide financière supplémentaire, on devrait arriver à les convaincre de nous laisser faire et de nous assister avec leurs connaissances du terrain. Mais il faut aussi se dire que c'est dans la durée que cela se fera avec des unités souples et usant de toute la panoplie disponibles de moyens d'écoute, de surveillance et d'armes. On me dira aussi que les otages seront surement assassinés si l'on y va dans ces conditions... J'ai hélas peur que leur sort ne soit déjà scellé et que tout ce qui est dit par AQMI et Ben Laden aujourd'hui n'est que propagande préparatoire à justifier des actes criminels déjà décidés.

60.Posté par pietrini roland le 23/01/2011 16:37
J’ai toujours pensé qu’un certain nombre de nos concitoyens avaient été élevé au lait de l’inconséquence et à la mamelle de la mauvaise foi, je ne souhaite pas distinguer un blogueur plutôt qu’un autre au tableau d’honneur de l’imbécillité, ce serait attirer l’attention sur leur légèreté d’analyse que de les citer. Ils se reconnaîtront, peut-être ? Je lis ici ou là, « honte et indignité », pas pour les assassins d’otage, pas pour les barbus, mais pour le COS, c’est à dire pour ceux qui ont risqué leur vie pour tenter une opération difficile dans sa conception et son exécution ? C’est le monde à l’envers. Y avaient-ils d’autre choix ? Evidemment non, sauf à une fois de plus, celui de capituler devant ces coupeurs de gorge et ces lâches. Quant à penser que montrer notre détermination est inutile c’est ne pas tenir compte de la réalité des faits. Ils réfléchiront désormais avant de tenter d’autres enlèvements, ils ne sont pas exempts de réflexion et dans toute action y compris les plus abjectes, il y a un calcul, celui du bilan favorable ou non, de l’avantage à en tirer, et pour une fois ils sont en train de perdre une autre bataille, celle de la communication. Grâce à la dignité des familles, qu’il faut ici soutenir et aider et à la prompte action du ministre de la défense quant à son choix de lever le secret défense sur le déroulement de l’opération, nous sommes en train de reprendre l’initiative et de remettre les choses dans le bon sens. Nous n’avons rien à cacher, nous avons à être solidaire de l’ensemble de la chaîne de commandement jusqu’à la réalisation de l’action. Quant aux politiques, président de la république, ministres et parlementaires, ils ont fait le choix de ne plus céder. Nous jugerons plus tard si cette option a été judicieuse, mais jusqu’à preuve du contraire le devoir du citoyen responsable et d’en assumer le partage et de partager le consensus.

Ainsi ces commentateurs de l’extrême, ont une vision inversée des faits et des responsabilités. Ainsi leur populisme étrange est à la hauteur de leur réflexion intellectuelle, si pauvre que je ne peux que compatir à leur déficience mentale. Ainsi ces trublions de l’analyse, ces risque-tout de la compassion à l’envers, auraient-ils comme seul intérêt, celui de semer le doute et le trouble en affirmant des contre-vérités ? Seraient-ils les porte-parole inconscients, je l’espère, des assassins ? « Les 2 otages et 3 gendarmes nigériens ont été tués par les COS » je cite : Qui peut affirmer cela ? Mais dans ce cas, que faisaient donc ces gendarmes nigériens dans le convoi des preneurs d’otages ? Pourquoi ont-ils ouvert le feu sur les hélicoptères du COS, au point de blesser un pilote, le COS aurait tué les otages ? Je cite, autre affirmation, alors que l’enquête démontre le contraire. On peut dormir tranquille et sur nos deux oreilles certains commentateurs font partie des défenseurs d’un monde dans lequel je ne me reconnais pas, celui du despotisme et de la pensée unique, celle de l’aveuglement et de la négation des faits. http://vostok.blog4ever.com/blog/index-276653.html


http://vostok.blog4ever.com/blog/index-276653.html

59.Posté par Lissac le 23/01/2011 15:47
Pas un mot pour les jeunes Français qui ont trouvé la mort dans les élucubrations sécuritaires ratées des cow boys de service. Quelle pensée stérile et quel article désolant. N'y a t-il rien d'autre à faire que rouler des mécaniques aux dépens des civils de tous les pays?
http://jjmalbec@free.fr

58.Posté par mich le 23/01/2011 15:08
ce n'est pas la capacité a monter de telle opération au niveau des moyens qui est spécifique a la France car beaucoup de pays les possèdent (recement des commandos sud coréens sont intervenus en océan indien brillamment ) , mais plutôt la capacité a les maintenir sur le long terme et la le prépositionement de nos force dans le monde entier a effectivement peu d'équivalent ,mais il est en danger (départ du Tchad ?,resserrement a Djibouti et au senegal etc etc )et la faiblesse de notre transport aérien ne va rien arranger .Le Niger est un bon exemple de pays stratégique pour nous ,ou l'on veut nous atteindre pour divers raisons mais ou visiblement il est difficile de mettre en place une solide coopération avec le pays et cette exemple pourrait bien se répéter si la France (et aussi l'Europe) ne définit pas mieux ses besoins stratégiques pour l'avenir et arrête de croire a un monde futur ou tout le monde coopéra gentillement , les chinois semblent mieux le comprendre . Quand a l'opération il n'y aurait pas de honte a dire qu'on a mal apprécier la résolution des preneurs d'otages vu le mélange des genres au sahel (de vrai brigand ou coupeur de route n'aurait pas ,a mon avis,combattu aussi résolument) ,même en France un simple forcené déterminé peut poser des problèmes au gign ou au raid ! Et pour ceux qui critique carrément le fait de l'intervention ,je suppose que vous préférer compter le nombre d'otage pendant le journal en vous lamentant que l'état ne fait rien ou en fait trop , par contre, libre a vous de le faire car nous sommes encore une démocratie malgré les sous entendu de certains .

57.Posté par droitdereserve le 23/01/2011 13:19
Il est des circonstances où vous pouvez être confrontés à la dureté du monde.

Cette dureté, les forces républicaines de sécurité militaires et civiles l'affrontent tous les jours.

La suspension du service militaire, et donc l"implication potentielle de tout un chacun, pourrait faire croire que seules ces forces sont concernées par l'affrontement.

Du coup il faut bien comprendre que chacun de nos nationaux agressé en tant que tel devient un soldat, avec les risques que cela implique.

Bienvenue dans le réel.

56.Posté par Guillaume le 23/01/2011 12:57
Ce blog a le plus souvent beaucoup de tenue, y compris dans les commentaires. L'armée française en a tout autant et nous sommes ici je crois entre personnes qui la respectent et la connaissent, même dans ses failles passées ou présentes. Cependant je pense que dans le secret des décisions, personne ne se faisait d'illusions sur la rapidité d' analyse d'un candidat au martyre entendant puis voyant fondre sur lui les commandos français. C'est pourquoi je pense que le titre "Il n'y a pas de quoi rougir", au regard des deux jeunes hommes morts et qui vivaient eux aussi pour un idéal, me semble très maladroit.

55.Posté par Quatsos le 23/01/2011 12:51
"Niger : il n'y a pas de quoi rougir !" est dans l'exacte continuité de "A titre personnel, je trouve indigne de critiquer son déclenchement" du 13 janvier dernier, c'est-à-dire hors sujet, volontairement hors sujet, alors que cette opération — qui n'avait aucune chance d'aboutir à libérer les otages vivants, confirmé s'il était besoin par la mort des gendarmes nigériens — était tout simplement destinée à faire remonter la cote de popularité du président de la République !
Quant au "message politique : on ne vous laissera pas faire et vos entreprises seront contrecarrées, y compris par la force" c'est du niveau "terroriser les terroristes" de Charles Pasqua en son temps. Quelle tristesse...

54.Posté par DeakinS le 23/01/2011 12:27
Voici un article auquel j'adhère totalement, de A jusqu'à Z.
Merci globalement pour ces nombreux renseignements, vérifiés.

Je reste cependant totalement abasourdis par nombres de commentaires, bien simplistes.

Les prises d'otages de ce type se sont accélérées depuis quelques temps. On n'en avait guère autant connu de cette envergure sous l'ère Chirac.
Casser du sucre sur le dos de Mr. Sarkozy, pour chercher à le coincer politiquement, est une attitude qui je trouve revêt de la lâcheté, dans un cas dramatique comme celui-ci.
Certes, on peut être critique envers le bilan de l'opération, mais condamner l'attitude et l'action politique reste, je pense, déplacée.

"La critique est aisée mais l'Art est difficile" comme le disait Destouches.

53.Posté par Navarre SP le 23/01/2011 12:21
On trouve beaucoup de critiques désordonnées sur ce qui s'est passé dans le Niger . Avec les évènements qui viennent de se produire au Maghreb , Al Qaida vient de faire "un pas en avant" et l'intégrisme déjà solidement installé chez nous se renforce . On nous interdit les croix sur les ambulances en Arabie Saoudite , on oblige les françaises à porter le voile en Afghanistan ... mais on tolère que nos rues soient investies par "les fidèles" le Vendredi . Bientôt les preneurs d'otages agiront chez nous ... car ils seront chez eux !
Bientôt on découvrira la personnalité de Karzai ... comme on vient de comprendre qui était Ben Ali
On ne savait pas !!

52.Posté par Marcus le 23/01/2011 12:07
"Osez simplement vous mettre dans la situation où l'un des deux otages serait votre fils et vous verrez si vous oseriez discerner le même satisfecit aux décideurs de cette opération." nous écrit Erik le Rouge...
Si j'étais leur père, je me reprocherais sans fin de ne pas leur avoir interdit de se rendre dans cette zone. Ils étaient majeurs? Certe! Pour autant est ce qu'un père n'a plus aucune obligation de conseil vis à vis de ses enfants, après leur majorité?
2 morts? Certe, inutiles... Et dramatiques, compte tenue de la jeunesse de ces deux garçons. Bien tristes en vérité. Mais aurait-on un tel déchainement de fureur vis à vis d'un chirurgien qui aurait perdu ses patients, ou des forces de l'ordre en cas d'accident mortel sur la route? Non, le simple fait de se rendre sur place sans obligations réelles, professionnelles ou autres, était prendre un risque non calculé! Sans compter que s'il s'était sagit d'expatriés de longue durée (qualifiés de néo-colonialistes par les biens pensants), la réaction aurait sans doute été bien moindre!
En conclusion, les seuls responsables de leur mort sont eux-mêmes, leurs proches, et AQMI.
Et un grand merci encore à nos marins et soldats pour les risques qu'ils prennent physiquement et moralement à chacune de leurs missions.

51.Posté par Ronin le 23/01/2011 12:02
Et si.
Et si, il s'agissit d'une opération purement de politique ... franco-française.
C'est à dire destinée à un certain électorat et en vue des prochaines elections approchantes : on montre ses muscles face à quelques enturbannés, en dépit cependant du peu de cas fait de la vie des otages, lambda bien évidement, ne cessons de le rappeler, voués presque délibérément à être livrés, le couteau sous la gorge à leurs immondes bouchers.

Quant aux COS, malgré ses qualités réelles, seule une petite partie de ses menbres sont vraiment formés, presque comme le GIGN, aux interventions si particilières antiterroristes.

Et ON se permet d'aller parader aux obséques, pour donner le change bien évidemment.

Tout simplement répugnant.

50.Posté par Ulysse le 23/01/2011 11:51
Bonjour,
une chose m'étonne : dans les commentaires de cet article, dans la presse et l'opinion publique en général, je lis que M. Sarkozy fait le lit de la Françafrique, que sa politique africaine est impérialiste, etc. Voilà qui est bien étonnant pour celui qui a réduit (et pas qu'un peu) nos effectifs militaires en Afrique et s'est éloigné de nos vieux amis dictateurs d'Afrique de l'Ouest. Je suis loin d'adhérer à toute la politique de notre président, mais sur ce coup là il me semble qu'il paie pour ses prédécesseurs. Chirac adore l'Afrique, tout le monde le sait, mais est-ce une raison pour mettre un voile sur les dommages durables qu'il a causés à ce continent en finançant les copains, en se mêlant de tout. Je ne parle pas de Mitterand et de son fiston Gilbert. Le réformiste timide paie plus que ses prédécesseurs despotiques, un peu comme Gorbatchev ou Louis 16.

49.Posté par Monsieur F le 23/01/2011 10:56
Bonjour ,
c'est incroyable ce que l'on peut lire ici , on peut atteindre des sommets d'ignorance et d'incompétence. Je me permet tout d'abord de présenter mes condoléances aux familles des victimes et de rendre hommage aux forces spéciales française et particulièrement aux blessés .
Si je comprend bien "LEGAULOIS" le 1er RPIMA et le CPA 10 ne sont pas formé pour se genre d'opérations ? Il y a pourtant dans ces deux unités des groupes entièrement spécialisé dans le contre terrorisme et parfaitement entrainé ils l'ont prouvé à de nombreuses reprises dans des opérations réussi et bien moins médiatisé.
Finalement les informations concernant cette opération restent très pauvre et il est difficile d'avoir une vue d'ensemble sur celle-ci il serait donc bon d'attendre d'avoir plus d'informations avant de s'éparpiller dans des commentaires sans queue ni tête digne de scénario de jeux vidéo et autre films d'actions .
Comme cela a déjà était dis , il y a eu des ordres et les FS ont tout fais pour les appliquer en préservant au mieux la vie des otages, c'est une évidence.
Inutile de salir pour salir et de commenter sans arguments ni connaissances.
Merci à Monsieur MERCHET pour cet article tout à fait intéressant .

1 2 3 4
Nouveau commentaire :
Twitter


Jean-Dominique Merchet
Jean-Dominique Merchet
Jean-Dominique Merchet
Jean-Dominique Merchet, journaliste à Marianne, je m'occupe des questions militaires depuis une vingtaine d'années. C'est une passion dans laquelle je suis tombé tout petit... Né en 1959, franc-comtois et versaillais, je suis un auditeur de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN 49). J'ai créé ce blog en 2007.

News Marianne2.fr
Le site de l'hebdomadaire Marianne : "le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus).



Liste de liens