Rien de ce qui est kaki, bleu marine ou bleu ciel ne nous sera étranger

13ème DBLE : une lettre de la fille du lieutenant-colonel de Sairigné à Alain Juppé (actualisé)



13ème DBLE : une lettre de la fille du lieutenant-colonel de Sairigné à Alain Juppé (actualisé)
Nous avons eu connaissance de la lettre que Catherine de Sairigné, fille de Gabriel Brunet de Sairigné (1913-1948), ancien chef de corps de la 13ème Demi-brigade de Légion étrangère, tué au combat en Indochine, a envoyé le 7 décembre 2010, à Alain Juppé, ministre de la Défense.

Contrairement à ce que nous écrivions sur la base d'informations fausses, il ne s'agissait donc pas d'un courrier de Guillemette, mais de sa soeur, elle aussi écrivain. Celle-ci a souhaité que nous retirions de ce blog cette lettre qui, selon elle, avait vocation à rester privée. Nous le faisons évidemment

Journaliste et écrivain, Guillementte de Sairigné a notamment publié un biographie de son père, qu'elle n'a pas connu : "Mon illustre inconnu, Enquête sur un père de légende", Fayard, 1998.

On le sait, le sort de la 13ème DBLE est aujourd'hui suspendu à des décisions politiques. Cette prestigieuse unité, issue de la France libre, Compagnon de la Libération, doit en effet quitter Djibouti sans assurance sur son avenir, et son intégrité.


Vendredi 24 Décembre 2010
Jean-Dominique Merchet


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

63.Posté par Ambessa le 28/12/2010 21:58
Bonjour
Le problême c'est surtout de retirer la 13éme demi-brigade de Djibouti...
70/100 (au moins) des légionnaires permenants qui sont affectés à la 13 viennent en célibataires ou célibataires géo, il est cetain que cela coute moins chére que ceux d'en face qui trimbalent leurs "hasmallas"...(si c'est pour maintenir des troupes, pour évacuer leurs prôpres familles...) Une disponibilité parfaite et un point stratégique ou la 13 est prête à être projetée, comme cela c'est fait sur la Somalie ou en défense des frontiéres Djiboutiennes, la Corne d'Afrique étant un point chaud...
Les légionnaires affectés pendant deux ans, même s'ils étaient en missions longues durées, avaient un rythme moins effreinés que les tournant de quatre mois. Aprés plusieurs années en régiment de combat sur la métropôle, cela permettait aux élus, de souffler un peu tout en gardant un pied dans l'opérationel.
Je pense que si on aurai dit aux Colo que la 13 viendrai s'installer à leurs places au Gabon ou en Côte d'Ivoire (Il y a quelques temps en arriére), ils n'aurai pas appréciés, je penses qu'il y a eu une manoeuvre bizarre...Il y a encore un peine un an, c'est la 13 qui devait rester à Djibouti...
Les position en outre-mer des régiments de légion à l'étranger n'existeront plus (alors qu'ils ont étaient crées à l'origine pour cela par le decret de Napoléon III), la 13 était le dernier...
Pour l'outre-mer Il restera le DLEM avec ses 80 personnels légion et ses 157 tournants en MCD et rarement légion... Et le 3éme REI en Guyane et ses 280 permanents accueillant 360 MCD ( plus souvent légion, car cela se bouscule moins pour y aller...curieux...)
Quand je vois tout se qu'elle a oeuvrer dans se pays, tout ses chantiers, routes, contructions, etc... Le CECAP qui accueillé tout ses stagiaires, venus de partout, formé les forces spéciales et le GIGN Djiboutien (ils ne faisaient pas l'école du désert;;;LOOOL), toute cette énergie déployée à défendre et sécuriser les frontiéres de Djibouti...Je m'en arrête là...
Pauvre légion, quelle tritesse...

62.Posté par Jacques Ghémard le 28/12/2010 16:48
En activité le 27/12/2010 14:58 "Nul ne peut se prévaloir de la gloire ou de la mort...celles ci appartiennent à tous, à ceux qui SERVENT !
C'est la réalité d'aujourd'hui, ne vous en déplaise. Alors, la 13 ou une autre unité...peu importe !"

Mais vous ne comprenez pas que la 13 dont parle Guillemette de Sairigné, ce n'est pas simplement une unité ou l'on "meurt dans la gloire". C'est avant tout une unité qui, à une époque incertaine, a choisi elle même le camp qu'elle voulait servir.

Il y a donc une raison particulière de vouloir la faire continuer à vivre, pour qu'elle soit le rappel de ce choix exceptionnel.

Mais cette même raison particulière peut pousser à la faire disparaître en cachant cette décision derrière des motifs de circonstance. Et ceux qui pensent qu'il est inutile de connaitre l'histoire et de la faire connaitre, n'y verront que du feu et continueront à obéir en toute circonstances comme de bons petits soldats.

Après avoir célébré Guy Moquet, faux résistant, on cassera dont peut être la 13e DBLE, vraie résistante.

61.Posté par VINCENTZ le 28/12/2010 14:36
J'ais servi pour la première fois à LA 13 en 88 n'en déplaisent à mes amis du 5 inter armes ???? Bla bla j'ais notamment fait une EVASAN à cause du manque de professionnalisme de certain de vos gars !!!!
Le CECAP c'est LA 13 !!! je ne me souviens pas avoir vu des éléments du5 venir y faire un stage.
Pour la petite histoire j'ais participé à Iskoutir et j'ais refais le stage au CECAP malgré 2 séjours pas de soucis !!! ça fait parti du contrat !!!!
Que LA 13 vive encore longtemps !!!!
MORE MAJORUM

60.Posté par jeandupond le 28/12/2010 10:53
par le sang versé et des sacrifices que ces hommes aux combats s par la mort ont donnés . oui ils mérite concidérations er surtout reconnaissance de la nation. point ne doit disparaitre ce régiments glorieux parmis d'autres j'en suis sur .il faut que le 13 cette demi brigade de la légion reste dans le giron de la nation. oui francais soyons fiers de ce régiment de légionnaires qui a beaucoup donné et parmis ses chefs beaucoup de légendes et héros , et servieurs de la nationont figurés . je vous remercie chère orpheline dont le père avant ta naissance est tombée pour l'honneur et la gloire de notre france bienaimée que l'étendart de la 13 toujours soit porté et au vent flottant claque dans la durée

59.Posté par Denis de La Ravoire le 28/12/2010 10:47
Que voulez-vous Madame , c'est ainsi, Monthernant a parfaitement bien analysé l'état d'esprit de ce pays..> En langage plus actuel, ils sont passé au Tiercé et à la Starac.et nous n'y pouvons rien....peut-être qu'une nouvelle grande trouille .....!

58.Posté par joss le 28/12/2010 10:37
Qui a connu la C.I.L.A (Compagnie d'Infanterie Légére d'Afrique) qui stationnait à Obock dans les années 70. Quelle gueule avait cette petite Unité disciplinaire

57.Posté par lionus69 le 28/12/2010 07:11
quand le sang est,l'honneur de la légion est touché,la nation saigne.la 13 c'est une perle de la coloniale,la tradition règne.il est sur que nos gouvernants devraient faire un stage pour apprendre la rigueur est la valeur a la parole donnée est actée



More Majorum

56.Posté par Gaulliste le 28/12/2010 06:29
Merci madame pour cette lettre passonnée et pleine d'amour. Je pense que notre ministre saura faire la part des choses au moment de decider de l'avenir de cette unité d'élite. La 13 a, de par son action, changer le cours de l'histoire, modelé l'avenir de la France et assuré la liberté des générations suivantes, sans son action nous serions devenus peut être Allemands ou russes, qui sait?
Rien que pour cela la 13 doit survivre.
A vous de jouer Monsieur le ministre...

55.Posté par Liberté - Egalité - Fidélité le 27/12/2010 19:48
Le choix du maintien ou non de la "13" ou du "5" a été négocié entre la France et Djibouti pour l'apport financier à l'état Djiboutien. La 13 est donc transféré aux EAU avec quelques postes avec le chef de corps. L'enjeu économique et la vente des matériels français aux pays du Golfe passent avant toutes considérations d'un régiment aussi glorieux qu'il soit.
La création d'un FOB à Arta pour les MCP en Afghanistan pourraît etre transféré à Canjuers ou dans les Pyrénées, le CECAP transféré au DLEM ((Mayotte) pour les Saint-Cyriens. L'ecole du Désert du 5°RIAOM à garder à Djibouti pour la nomadisation désertique car aux EAU, ils ne se déplacent pas en dromadaire mais en hummer.
Merci Madame de Sairigné, le quartier qui porte le nom de votre père Oueah (Djibouti), le dernier poste isolé français fera parti de l'histoire.
More majorum.

54.Posté par Ronin le 27/12/2010 17:27
De l'importance primordiale des traditions, suite.

Bien sur, les régiments d'infanterie de ligne, qui ont eux aussi grandemenet leur part dans les succés de l'armée française ne seraient pas oubliés.
Au contraire, la nouvelle garde nationale de volontaires régionalisée permettrait de faire revivre et exister des régiments qui furent les plus glorieux depuis le révolution française que Picardie (1er), Flandre (19e), Bassigny (32e), Roal Vaisseaux (43e), La Ferté (51e), Alsace (152e) ; Normandie (9e), Blaisois (4e), Orléanais (44e), La Couronne (45e), Bretagne (46e), Berry (49e) ; Ile de France (23e), Brie (24e), Gatinais (18e), Perche (30e) , Royal irlandais (92e), Royal Baviére (94e) ;Auvergne (17e), lyonnais (27e), Auxerrois (12e), Bresse (26e), Bourgogne (59e), Austrasie (8e) ; Navarre (5e),Agenois (16e), Guyenne (21e), Aquitaine (35e), Roussillon (37e), Toulouse (78e) ; Provence (2e), Piémont (3e), Viennois (22e), Savoie (34e), Dauphiné (38e), Languedoc (67e) ou bien d'autre encore ...
Voir "24/04/2010 secret defense, Mon opinion : du risque de dénationalisation de l'armée française", le 26/04/2010 à 16:09, par exemple, sur l'organisation, trés possible et peu coûteuse de cette garde nationale sur le modéle suisse (mais je le reprécise encore, exclusivement fondée sur le VOLONTARIAT), avec un service court de 3 mois, suivi de période régulière de 3 semaine tous les deux ans.

Que rajouter sur les régiments présentés succinctement ci dessous, aux faits d'armes extra-ordinaires, comme la 13e DBLE, régulièremenet renouvellés ?!
Que ce soit réunis dans une nouvelle 2e DB, que l'on ne présente plus tant le nom orne de trés nombreuses places et rues de notre pays, qui serait constituée en premier du
- 501e RCC, qui commme la 13e DBLE, fut une des premières unités a ralliées les Forces Française Libres et qui auraient la particularité de rester, en permanence et imédiatement opérationnel sur chars LECLERCS. Il serait désormais le dernier représentant des premiers groupe de chars de la 1e guerrre mondiale, composé des 1er et 3e bataillons parmis les plus cités (respectivement et glabalement 3 et 4 citations à l'ordre de l'armée). Il pourrait également amalganés les traditions antérieures des Grenadiers à cheval ou des Carabiniers, qui se distinguérent en particulier à Austerlitz, Eylau, Wagram, en Russie, Allemagne, France ou superbement encore en Belgique ou aussi plutard des Cuirassiers de la Garde.
Pour revenir aux extra-ordinaire Zouaves et aux régiment de grenadiers qui les précédérent, faisant trembler à leur seule vue toutes les meilleures troupes d'Europe :
- le 3e régiment de Zouaves- Grenadiers, qui est un des quatre seuls régiments à avoir étét décoré de la médaille militaire est sans aucun doute, un des régiments au palmares le plus prestigieux et éloquant de France. Que ce soit l'Alma où, ils escaladèrent à main nue une falaise pour y retourner ensuite les piéces d'artillerie sur les russes ou que ce soit à l'assaut essentiel de Malakoff où les trois régiments de Zouaves prirent une part déterminante, se jettant dans les fossés d'arrêt au risque de se briser les menbres ou de se tuer faute d'attendre les echelles du génie. Pour ce 3e régiment de Zouaves, on peut ajouter les faits d'armes, non moins stupéfiants de Palestro, de San Lorenzo, d'extréme orient, du Maroc, de Tracy le val, de Saint-Hilaire du temple, Verdun, Moreuil, du Santerre, de Noyon, d'Hirson, de Séloigne, le Faid, des Vosges et du Danube.
- le 9e régiment de Zouaves- Grenadiers, formé en 1914 des 2e et 3e bataillons du 1er Zouaves, alors principalement au Maroc et à ce titre digne successeur de ce régiment historique par dédoublement. Il pourrait de ce fait en particulier rapeller la mémoire de l'illustre 1er régiment de Grenadiers qui servit sur tous les champs de bataille de l'Europe de Marengo à Waterloo jusqu'au dernier carré. Apres Sebastopol et la "Pacification" de la Kabilye, c'est à Melegnano et Puebla, puis au Maroc que l(on retrouve le 1er/ 9e Zouaves. Ce dernier s'illustre à peine débarqués dés 1914 à Carlepont, puis viennent l'Yser, Verdun, Coeuvre, Saconin-Breuil, montdidier, Berry au bac, en 1940 L'Ailette (où il stop pendant plusieurs jours une division allemande), puis à nouveau en 44 à Roches les Blamonts et à Baden-Baden.
- le 8e régiment de Zouaves- Grenadiers est formé de la même manière que le 9e par dédoublement et pourrait ainsi justifier de la même manière des traditions du 2e Zouaves- Grenadiers. Aprés Sebastopol, Magenta, Froechvillers, on retrouve de nombreux de ses bataillons au Maroc qui viendront former ce 8 régiment de Zouaves au sein de la célébre division d'assaut du Maroc (avec le RICM, notamment). Sans aucun doute la meilleure division de toute la grande guerre qui lui permettrons de s'illustrer dés 1914 lors de la bataille de la marne , au chateau de Mondemont, en Artois, sur la créte de Vimy, en Champgne, une première fois au bois des Souabes, puis au mont sans nom, sans oublier bien sur Verdun, la défense du soissonnais et de Chaudin pour finir par la rupture de la ligne Hindenbourg à Vauxaillon. En tant qu'héritier commun du 2e Zouaves- Grenadiers les batailon de la 2e DB, constitués en majeur partie d'ancien Zouaves de la région d'Oran, il pourrait logiquement reprendre l'historique de ces bataillon de la bataille de Normandie à Strasbourg, en passant par la libération de Paris (contrairement à une idée reçue, seul l'essentiel des cadre de l'ancien régiment du Tchad furent répartis dans l'ensemble de la 2e DB, les Tirailleurs à partir de 1943, notamment le 3e bataillon furent plutôt à l'origine des bataillons de la 1ère DFL).
- quant aux "gros fréres" du 12e régiment de cuirassiers est t-il utile de rappeler que c'est également un des régiment d'origine de la 2e DB, que c'est un des régiments les plus cités de l"arme blindée cavalerie, mais que ce fut un des plus vaillant durant les guerre de l'empire que ce soit à Austerlitz, Friedland, Eckmuhl, Wagram, en Russie, en Allemagne, mais aussi en Belgique où les charges de cavalerie lourdes jusqu'au dernier moment faillir emporter la décision.
- le 40e régiment d'artillerie et le 1er régiment de génie (comprenant le 13 bataillon de génie bien évidemment), également unités des plus cités de leur arme et qui firent partie de la division Leclerc.

- le 2e régiment de Dragons a, à peu prt les même caractéristiques que que le 12e RC : des plus cités et des plus vaillant durant l'empire (il est à l'origine d'un régiment de dragon de la Garde par sa conduite à Wertingen), c'est la seule unité de l'armée française a posséder la médaille des évadés et pourtant il ne fait même plus partie vraiement de l'ABC, puisqu'il a été stranformé en régiment RNBC, tache habituellement dévolue au génie ! Manifestement on touche à un tellement grand mépris et à une telle ignorance en matière de gestion des tradition et en matière de gestion humaine au final tout simplement, qu'il y a fort à s'inquiéter, aujourd'hui, pour l'avenir de nos armées !
- de même que l'avenir de la 13e DBLE est plus probablement déja scéllé : la première unité à rejoindre De Gaulle était sans doute un symbole trop fort pour les nouveaux collaborationistes atlantistes, que Narvik, Massoua, Bir-Hakeim, El-Alamein, la libération de Rome, les sacrifices de Colmar et ceux de l'Authion, comme les 4 citations d'Indochine et les milliers de morts au service de l'Etat et de la République doivent bien indifférer !

Est-il alors utile de poursuivre aujourd'hui cette liste dont tant d'unité ont déja disparue ou sont sur le point de l'être ...

Pour le modéle il est issue d'un post du 30/06/2010 sur "Comment réduire les dépenses de la Défense", tout un programme là aussi.
Voir 10/07/2010 à 17:31, entr'autre parmi plus de 400 réponses, le plus souvent de simple bon sens, mais trop dérangeantes ... pour certains.




53.Posté par ben le mono le 27/12/2010 16:34
Pour couper cour à tous ses bavardages, ( je suis ancien sous-officier de la légion étrangere)
à quelle arme appartiennent nos vaillants chefs.
l'ancien CEMA le CEMAT actuel et surtout ou était se fameux cemat en 1978 et à quel régiment appartenait il.(Kolweizi ne lui serait pas resté entravers de la gorge)
Messieurs méditaient.

52.Posté par En activité le 27/12/2010 14:58
Messieurs,

S'il vous plaît....un peu de décence !!! Pour beaucoup d'entre vous, vous avez fait votre temps dans l'institution et vous l'avez bien servie. Merci pour celà .
Mais, par pitié, cessez vos commentaires ''de vieux cons'' ! Vous n'avez et n'aurez jamais la légitimité de vos propos ! L'institution évolue et il n'y a plus de 'chasses gardées''.
Pour ceux qui en doute, la mort frappe nos camarades sans distinction de grade ou d'armes. Alors, pour leur mémoire, cessez vos commentaires dépourvus de toute réalité...celle d'aujourd'hui !
Nul ne peut se prévaloir de la gloire ou de la mort...celles ci appartiennent à tous, à ceux qui SERVENT !
C'est la réalité d'aujourd'hui, ne vous en déplaise. Alors, la 13 ou une autre unité...peu importe !

51.Posté par Léon le 27/12/2010 10:15
Je comprends parfaitement l’émotion de Madame de Sairigné et son intervention personnelle auprès de l’actuel ministre de la défense. Le culte qu’elle voue à la mémoire de son « illustre inconnu » est touchant… Le cœur à ses raisons que la raison ne connaît pas !
L’histoire militaire française est une heureuse succession de disparitions, de naissances et de renaissances. La généalogie des régiments français est féconde où le mort saisit le vif.
Il ne pourrait en matière d’histoire militaire, comme en matière de souffrance, y avoir de guerre des mémoires. Si la 13 meurt, vive la 13 !
Il est des centaines de régiments dont les plis ensanglantés par l’héroïsme de modestes et discrets inconnus, reposent dans les vitrines de nos salles d’honneur ou les réserves de nos musées. Certains ont près d’un demi-millénaire ! Sans parler de nos « Vieux Corps » ou « Petits Vieux », je pense au "Royal-Marine" mis sur pied en 1669 et devenu 60e Régiment d'Infanterie en 1791. J’y ai fait mes premières armes de militaire du rang et de sous-officier en 1979 à Lons-Le-Saunier avant de rejoindre les Troupes-de-Marine. Son histoire, comme celle de la 13e DBLE est parsemée de faits héroïques, de figures exemplaires et de coups d’éclats :
1670 : Canaries ; 1672-1678 : Hollande ; 1684 Luxembourg ; 1688-1697 : Guerre de la Ligue d'Augsbourg ; 1701-1713 : Guerre de Succession d'Espagne ; 1734 : Rhin ; 1740-1748 : Guerre de Succession d'Autriche ; 1756 : Minorque ; 1763 : Martinique ; 1792 : Saint-Domingue ; 1793 : Saint-Fulgent ; 1795 : Alpes ; 1796-1798 : Allemagne ; 1799 : Hollande 1800-1806 : Italie ; 1805 : Bataille de Caldiero ; 1809 : Campagne d'Allemagne et d'Autriche ; 1812-1813 : Guerre d'indépendance espagnole ; 1823 : Espagne ; 1852-1857 : Algérie 1870-1871 : Guerre franco-allemande de 1870… Je m’arrête avant l’histoire moderne qui lui a valu la fourragère aux couleurs de la médaille militaire.
Les noms de ceux qui ont écrit son histoire sont oubliés de beaucoup (même celui d’un de ses chefs de corps : le colonel Edmond Balladur – frère de – ou celui du « pioupiou » Michel Colucci dit Coluche…) Reste peut-être, pour quelques connaisseurs le souvenir du colonel Franchet d’Esperey qui sera le véritable héros de la Marne pendant cette Grande-Guerre au cours de laquelle il perdra son fils, sous-lieutenant d’infanterie, et son frère, colonel commandant le 33e régiment d’infanterie….
Ne regrettons pas d’avoir trop d’histoire. Comme les Balkans, nous finirons par avoir plus d’histoire que nous ne pouvons en porter. En bon Marsouin je m’incline respectueusement, devant le drapeau de la 13 sous les plis duquel nombre de coloniaux ont résisté à Bir-Hakeim. Cependant, sans préjuger de l’avenir de la DBLE, je crois qu’il faut admettre avec beaucoup de modestie et une pincée de fatalisme confiant, que la vie de la Légion Etrangère n’est pas mise en péril et que ce serait pêcher contre l’Espérance que d’imaginer qu’elle ne pourra continuer à vivre et rayonner si la "13" venait à disparaître.

50.Posté par Marsoin 29 le 27/12/2010 09:54
Valeurs et Traditions, c'est du passé! les valeurs de nos jours sont tournées vers l'argent et pour faire court, on ne peut concillier les deux!
Maintenant et au risque de facher mes amis légionnaires, qui a donné le plus à Djibouti depuis que ces deux unités sont présentes à quelques centaines de mètre l'une de l'autre?

Les Légionnaires ne sont ils pas plus heureux quant ils sont en mcd au 5 qu'à la 13?
Déja en 99/01 la guerre avait été déclaré quant il avait fallu dissoudre une compagnie d'infanterie! La 1° du 5 n'avait du sa survie qu'à l'Ecole du désert au grand damne de la 13.
Une de ses compagnies était donc passé tournante mais tournante "Légion". Au 5, qui est un régiment affecté et colo, les "vrais" Colos, on les compte sur une main!
Nous acceuillons tous les régiments de France et de Navarre pour leur entrainement au milieu semi désertique. La 13 est elle prète à le faire quitte à perdre son escadron, ses compagnies?
Alors par ces temps un peu dure, merci de ne pas tirer toute la couverture du même côté, la 13 n'est pas morte, il serait dommageable de se priver d'un tel outil mais quel challenge pour l'avenir si il devait rester dans son format actuel. c'est donc sur ce front qu'il faut mener le combat et non pas sur la localisation.

49.Posté par A50 le 27/12/2010 00:46
Pour répondre à "sans parti pris", qui au final pose la vraie question : "qui remplira le mieux les missions tant à Djibouti qu'aux EAU". Au delà du passé des unités, au delà du séjour de 2 ans qui intéresse bien évidemment tout le monde, quelle unité est la plus apte à rester sur Djibouti.

- Le 5 accueille une Cie d'infanterie permanente, 1 escadron et 2 batteries (dont une sol-air) tounantes. Il arme de plus un petit centre d'instruction centré sur la vie dans le désert, et pour l'avoir fait, c'est quand même plus folklorique qu'intéressant...

- La 13 accueille 1 Cie d'infanterie et 1 compagnie de génie tournante (légion pour les deux, jusqu'à l'été 2011 où il était prévu que toute l'armée de terre puisse y passer) et 1 escadron permanent. Elle arme le CECAP qui, pour l'avoir fait 2 fois, est un superbe centre d'entraînement.

En clair, les 2 unités font doublon, une seule doit rester et pour ma part, je préfère que ce soit le 5...La rigueur légionnaire me convient beaucoup mieux, et la 13 me paraît fondamentalement mieux "cabler" pour oeuvrer à Djibouti, mais je pense qu'elle perdrait son âme de toutes façons à accueillir des unités tournantes non-légion en permanence. Nous savons par contre que le 5 ne veut pas du CECAP car y muter des gens pendant 2 ans en célibat géographique leur est trop pesant...que dira le CFT s'il apprend que ce superbe centre risque d'être transformé en club nautique pour les familles ?

Quant aux EAU, là encore, y mettre la 13 est un non-sens, puisque cette future unité y accueille 2 sections VBCI, 2 tubes Caesar et 2 pelotons Leclerc...Or, la légion ne sert pas ces matériels. Cela résumerai la 13°DBLE à une vingtaine de personnes autour du chef de corps et du drapeau...

Si la 13 ne doit pas mourir, alors rapatrions la en France et transformons là en une unité d'infanterie, nous en manquons cruellement non ? Sinon, nous confierons son drapeau au musée à Aubagne comme cela fut fait pour le 5°RE, le 1°REP et d'autres unités disparues depuis.

C'est l'avenir qui donne raison ou tort, et une chose est certaine, c'est que la solidité d'une troupe au feu se trouve dans la force morale de cette dernière. Cette force morale, cet esprit de corps, de sacrifice, c'est par le biais des traditions qu'il s'entretient. Or, en détruisant ce dernier, en rationnalisant à outrance, nos dirigeants détruisent le bel outil façonné par leurs prédecesseurs. Seuls quelques irréductibles perdurent, à la force du poignet, gràace à leur recrutement et à leur formation éthique...et c'est bien le cas de la Légion étrangère.

More Majorum.

48.Posté par Godoria le 27/12/2010 00:08
Merci Madame pour votre intervention. Merci Madame pour la Légion et la 13 en particulier mais je pense que le sort de ce prestigieux régiment est déjà scellé... Le Président, qui se contrefiche de l'armée en général, l'a-t-on vu en ce noël visiter nos troupes en opérations ?, s'est déjà engagé à la montée en puissance de la France dans les EAU à partir des forces en place à Djibouti et ce ne sont pas les généraux "Légion" en place à ses côtés et dans les états-Major parisiens qui viendront le contredire... Le ministre de la défense lui, qui lorsqu'il était le premier ne s'est jamais non plus beaucoup intéressé à nos armées, ne fera rien non plus pour cet illustre Corps de la Légion étrangère. Soyez en certaine même si vous le connaissez personnellement. En plus, il prend le train en marche alors...
Les temps ont changés et la vie avance avec des intérêts géopolitiques et stratégiques de la France qui sont ceux aujourd'hui de l'argent du gaz et du pétrole.

47.Posté par footixx le 27/12/2010 00:01
le maintien des traditions face la réalité des affaires est un éternel paradoxe. Je veux croire qu'en cas de besoin la 13 et tout autres unité comparable renaitrait de ses cendres, en espérant que l'esprit de ses unités de légendes soit une valeur immanente a notre pays, même si dans la situation actuelle il disparait du radar ......
D'un point de vue général, cette lettre touchante par ailleurs, montre le problème de l’intérêt particulier vs le bien publique, est-il de l’intérêt général se maintenir ses structures (et autres) a l'heure actuelle? comment peut-on croire que le lobbying d'un particulier pourrait influencer les décisions de l’état ............ il s'agit ici d'un exemple bien inoffensif mais tout a fait symptomatique du fonctionnement corrompu de notre état : dans le cas du médiator cette corruption gentillement traditionnelle a certainement couté quelques milliers de vies !

46.Posté par Ronin le 26/12/2010 19:56
Appendis, pour ne pas oublier ou vexer nos amis de "la coloniale" prépositionnés aux endroits stratégiques, tel le 21e RIMA en guyane : 2 batallions avec quelques compagnies aux Antilles, renforçant le 33e (ex 109e) composé d'engagés locaux (économies !) et à Kourou ; le 23e RIMA à Djibouti (2 bataillons dans cet endroit au combien stratégique est un minimum) ; le RIMP (ex 24e), toujours 2 bataillons à Nouméa et en Polynésie, complétés par un bataillon (de locaux) du 22e à la Réunion et enfin du 3e RPIMA avec un bataillon de réserve en France et un bataillon au Gabon. Dakar gardant son rôle de base aéronavale stratégique de premier plan, resterait géré par la Marine.
De même, le 2e RIMA resterait le régiment de réserve et de formation pour toute l'infanterie de marine.
D'autre unités illustres appartenant à la division d'appuis et celle de logistique (voir le lien) n'ont pas été évoquées, comme le 1er Régiment (à deux groupes) de Chasseurs de Cavalerie de reconnaissance de corps d'armée, de surveillance et d'acquition d'objectif (ou ISTAR pour nos "amis" pro-atlantistes).

Ce n'est pas les unité qui se sont couvertes de gloire qui manquent dans l'armée française, il s'agissait là d'effectuer une petite sélection de celles dont l'indispensable préservation, commme la 13e DBLE, permettrait que ne tombe pas dans l'oubli tant de sacrifices et d'épreuves au service de la nation et de la France.
Une des raison essentielle de la culture de ces traditions étant, tout en donant les moyens à cette armée de garder intacte son âme républicaine, de lui permettre également d'éviter la dérive et les écueils d'une transformation en une armée professionnelle, à tendances mercenaire et techniciste. D'autant qu'elle aurait perdue les références à son glorieux passé et qu'elle se serait coupé de ces racines autant républicaines que sociétales :
Ces traditions apparaissant encore plus indipensables, non seulement en tant que facteur de cohésion et d'adhésion, consernant un "métier", qui restera à part dans sa finalité, quel que soit l'evolution des techniques et des doctrines d'emploi (voir Afghanistan, par exemple) ; mais aussi en tant qu'élément d'intégration au reste de la société, particulièrement en termes d'image et de pouvoir évocateur.



45.Posté par manaus38 le 26/12/2010 14:31
bonne chance à la 13;mais à NARVIK,il y avait aussi le 6° BCA;bataillon qui a repris par la suite un renouveau comme bataillon du VERCORS .quel gachis de voir sa dissolution grace à ARMEE 2000;et là ,pas grand monde pour s'en emouvoir!!

44.Posté par Delubac le 26/12/2010 11:43
La valeur des traditions, l'héritage du passé glorieux... Mais ce n'est plus aujourd'hui qu'un élément du bigramme des officiers.
Hormis la possibilité de reconnaitre le colonel futur 4 étoiles, ces éléments n'ont aucune utilité.
D'ailleurs pourquoi ne pas mettre en oeuvre ce qui est une évidence : le retaillage des unités pour qu'un pion régimentaire soit un peu plus que quelques centaines d'individus, pas tous là !

1 2 3 4

Jean-Dominique Merchet
Jean-Dominique Merchet
Jean-Dominique Merchet
Jean-Dominique Merchet, journaliste à Marianne, je m'occupe des questions militaires depuis une vingtaine d'années. C'est une passion dans laquelle je suis tombé tout petit... Né en 1959, franc-comtois et versaillais, je suis un auditeur de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN 49). J'ai créé ce blog en 2007.

News Marianne2.fr
Le site de l'hebdomadaire Marianne : "le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus).



Liste de liens