Rien de ce qui est kaki, bleu marine ou bleu ciel ne nous sera étranger

Niger : il n'y a pas de quoi rougir !



Niger : il n'y a pas de quoi rougir !
Deux semaines après l'opération spéciale pour tenter de libérer les deux otages français enlevés au Niger, il est possible de tirer les premières leçons.

Déclenchée dans le seul but de sauver les deux jeunes Français, cette opération n'a pas abouti  au résultat espéré. Il s'agit donc d'un échec. Si les ordres reçus avaient été de "neutraliser" les ravisseurs, au mépris de la vie des otages, l'opération aurait pu être qualifiée de succès. Mais tel n'était - heureusement - pas le cas !  Echec, donc, mais pas échec disqualifiant, comme l'avait été, par exemple, "Desert One", le raid américain en 1980 pour libérer les otages de l'ambassade à Téhéran. Dans une guerre, une armée ne gagne jamais toutes les batailles et ce n'est pas une raison d'arrêter de combattre.

Trois leçons peuvent être tirées de cette affaire.

1) L'action militaire, décidée par la France, est un message politique. D'abord à destination d'AQMI, sur le thème : on ne vous laissera pas faire et vos entreprises seront contrecarrées, y compris par la force. Ensuite à destination des pays de la région, cette fois-ci sur le thème :  vous pouvez compter sur nous. Ce sont ces messages politiques qui ont délivrés sur le terrain par les forces spéciales.

2) Quel autre pays au monde, à part les Etats-Unis et peut-être la Grande-Bretagne, est capable de mener une telle opération spéciale en moins de douze heures et en plein coeur du Sahel ? Cherchez bien... Il est clair que la France dispose aujourd'hui d'un outil militaire très performant en matière d'opérations spéciales. La capacité de se "pré-prépositionner" discrètement, des moyens aériens spécialisés, des commandos aguerris, une chaîne de commandement très réactive, une "inter-armisation" réussie : il n'y a pas de quoi rougir. L'opération en question relève d'un savoir-faire professionnel de haut niveau et, sur le terrain, les hommes sont allés au feu avec courage, comptant deux blessés. Il est nécessaire que les Français - au nom desquels ils sont engagés - le sachent.

3) Ces dernières années, le Commandement des opérations spéciales (COS) a parfois donné l'impression de traverser une crise d'identité. L'affaire est réglée : le COS est employé aujourd'hui à ce pour quoi il est fait : conduire des opérations spéciales, c'est-à-dire stratégiques. Il est engagé sur deux théâtres essentiels pour la France : le Sahel et l'Afghanistan dans des missions qu'aucune troupe classique ne pourrait remplir.

Samedi 22 Janvier 2011
Jean-Dominique Merchet


Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

81.Posté par arnaud le 24/01/2011 23:32
@ LE GAULOIS

en lisant votre commentaire, j'ai d'abord été incrédule puis consterné.
Puisque vous êtes si compétent, allez donc donner des cours aux FS et au COS, ils devraient être intéressés. Comme beaucoup malheureusement, vous portez des jugements péremptoires, pas étayés, et au vu d'informations non confirmés.
Je me demande quelle est votre expérience militaire personnelle? (je ne parle pas des jeux vidéos bien sur).



80.Posté par Tintouin le 24/01/2011 23:02
il faudra nous expliquer comment il se trouve que ces AQMI sont si vivaces depuis quelques années. Ceci coincide avec la montée en puissance des Chinois dans cette région du monde, sans compter les Américains (rappelez vous l'affaire rwandaise).
Pas de certitudes certes, mais ne nous contentons pas de manger la soupe qu'on nous sert, de diablotins du désert qui s'en prendraient à la France dans cette zone de richesses minières pour de simples questions de religion et de djihad. Il serait intéressant d'investiguer pour identifier s'ils n'ont pas un soutien de l'extérieur (et je ne pense pas à Ben Laden).
D'où leur viennent leurs armes et leurs fonds? Du seul butin et des prises d'otages?

79.Posté par Ronin le 24/01/2011 18:16
En tous cas, à tout les donneurs de leçons ethnocentrés, que de peu de cas il est fait de ses deux jeunes compatriotes français passé trés, trés rapidemment par perte et profit ( voir mon précédent message) :
non il n'y a pas à rougir, mais il y a bien à blémir fortement.
Pauvre France !

78.Posté par Bof le 24/01/2011 16:46
Oui, bravo aux gars du COS qui sont intervenus au péril de leur vie dans des conditions sans doute difficilement imaginables assis derrière son ordinateur. Que toux ceux qui se sentent capables de donner des bons et des mauvais points ne confondent pas une opération de guerre avec un match de foot !
Je ne retiens donc que le courage de ces soldats, et le juste message adressé par la France: elle ne se laissera plus prendre en otage, quel qu'en soit le prix.
Ceci me fait penser à cette déclaration de De Gaulle, à la sortie de la crise de Bizerte en 1961:
"Il [Bourguiba] voulait faire perdre la face à la France devant le monde entier(...). Nous avons répondu comme il le méritait. Nous avons repoussé son assaut et nous avons écrabouillé son armée. Il faut que le monde sache que l'armée française, c'est quelque chose. Dès lors qu'elle est bien commandée, bien équipée, et qu'elle n'hésite pas devant son devoir, et bien, tant pis pour l'agresseur ! Il n'avait qu'à ne pas s'y frotter !"

Puissions nous avoir et conserver toujours cette volonté... Ce ne fut pas toujours, loin s'en faut, le cas ces 20 dernières années

77.Posté par Paco le 24/01/2011 15:21
Pas besoin d’être diplômé de l’école de guerre pour savoir que pour libérer des otages nous n’avons qu’une unité professionnelle, formée et capable, elle la démontré c’est le GIGN. Quel est le militaire de haut rang qui n’a pas dit aux autorités civiles qui doivent décider, on n’a pas les moyens, ou on ne sait pas faire ce genre d’intervention ? En attente d’avancement on peut tout faire ! Résultat 2 otages morts, et si par hasard les 5 otages enlevés à la mi septembre au Niger sont aux mains du même groupe on peu penser que leur sort est réglé. Pour intervenir il fallait faire vite, Google est capable de prendre des photos d'une qualité extraordinaire, j’arrive à identifier ma voiture garée dans la rue, je vois mal que des satellites militaires ne puissent pas le faire pour localiser les ravisseurs en plein désert. Les terroristes ont compris que notre pays était le maillon faible. Nous sommes devenus une petite nation qui n’a plus aucun poids.

76.Posté par Monsieur F le 24/01/2011 14:45
Il n'y a nullement polémique stérile de lancer LEGAULOIS je me suis juste permis de rectifier vos informations en affirmant qu'il y a dans toutes les unités terrestre du COS des groupes formé au contre terrorisme (sauf le 13 RDP il me semble) et que celle du 1er RPIMA et CPA 10 sont toute aussi qualifié que les autres . Maintenant si ces groupes étaient déployé ou non sur place je l'ignore quand à l'issu de cette opération vous semblez parfaitement maitriser les rouages des opérations spéciales et je ne me permettrai donc pas d'ajouter d'autres éléments car encore une fois tout cela me semble très faible pour lancer un débat sur la conduite des opérations. Pour ce qui est des décisions elles ont du je pense être prise dans l'urgence et avec les moyens mis à disposition.

75.Posté par Loule le 24/01/2011 14:42
Pour PietriniRoland
Les COS sont des engagés et des volontaires pour ces missions donc on n'a pas à les plaindre s'ils risquent leur vie. Et cela est valable pour tous les militaires sinon on s'engage à la Poste.
Pour les gendarmes nigériens tués lisez les articles de Libération (désolé Mr. MERCHET ;-) aujourd'hui sur ce sujet.
Enfin si vous estimez que les gens ne sont plus assez va t en guerre comme vous semblez le souhaitez c'est que les temps ont changés depuis 14-18,Dien Bien Phu et compagnie.
Certains se moquent de l'esprit soixantehuitard de certains posteurs mais cet esprit est l'esprit de la paix.
Vivant en Afrique depuis de nombreuses années donc je sais de quoi je parle par rapport à certains commentateurs, je vois comment les français sont ressentis ici notamment depuis les lois liberticides prises en France à l'encontre des immigrés notamment pour ceux qui demandent un visa pour quitter leur pays, souvent ancienne colonie française pillée et dépouillée de toutes ses richesses par nous français et occidentaux.
Alors ne vous étonnez pas que des jeunes et moisn jeunes aillent grossir les rangs d'AQMI nous y sommes certainement pour quelque chose et lancer les gros bras des COS à la chasse aux rebelles ne ménera à rien si ce n'est tué des otages.
Si nous faisions REELLEMENT quelque chose pour ces populations alors nous n'en serions pas la aujourd'hui.
.

74.Posté par Christian le 24/01/2011 11:55
Bonjour,

Affirmation officielle

"La décision prise était la bonne, il n'y en avait pas d'autres, nous l'assumons."

Question:

"Si les deux otages avaient été les fils du Président de la République, du Premier Ministre ou du Ministre de la Défense, auraient-ils pris la même décision ? "

73.Posté par Jean le 24/01/2011 11:26
Pour moi, maintenant que les otages décédés ont été enterrés, c'est un échec quasi général. Hélas bien sûr. Je vous donne là mon sentiment sans aucune forme d'expertise, car il y en a déjà beaucoup trop par ailleurs.
Les deux otages français sont décédés. Les militaires français ont tué par bavure trois gendarmes nigériens otages des ravisseurs. Deux militaires français ont été blessés (je leur souhaite un prompt rétablissement). Deux ou trois ravisseurs sont décédés, mais la majorité s'est enfuie (une volonté affichée ?).
Maintenant j'ai une question. Imagine-t-on un instant le GIGN intervenir sur une prise d'otage avec un si faible niveau d'informations ("les militaires français ont tué les gendarmes nigériens car il faisait nuit et les ravisseurs étaient à couvert"), de connaissance des "qualités" et des faiblesses de l'adversaire sur ce terrain, une si faible mise en situation de faiblesse de l'adversaire avant d'intervenir ? Pour tout dire avec une si faible mise en situation de domination sur l'adversaire ? A tel point que deux militaires français ont été blessés.
A-t-on réellement évalué les chances de réussite de l'assaut ?

Alors effectivement comme vous je pense que cet assaut a été un assaut politique. On a fait prendre des risques à des militaires français, à des otages français et à des gendarmes nigériens amis pour faire passer un message politique. Il ne faut pas que ça se reproduise ou alors que les militaires français soient mis en situation de succès plus importante pour cette fois ne laisser aucune chance aux terroristes.

72.Posté par ATI 78 le 24/01/2011 10:25
Un grand merci à Roland Pietrini qui traduit parfaitement ma pensée sur ce sujet comme sur beaucoup d'autres .

Le constat qu'il fait est une excellente explication du fait qu'Al Quaida ait choisi notre pays comme "grand Satan"au Sahel .

Ces gens là nous connaissent très bien : O Douce France pays des polémiques et de la sodomisation des dyptères . Hé oui nous sommes depuis de nombreuses années un pays mou du genou et porté aux Jérémiades droit de l'hommistes . Ben Laden sait que notre peuple est fragile et depuis longtemps prêt à toutes les compromissions afin d'avoir la paix , même si c'est au prix du déshonneur .

J'avoue que j'ai été satisfait de voir le président de la république prendre la décision de la fermeté comme Giscard le fit en son temps en décidant que la Légion sauterait sur Kolwesi .

Vive la France quand même .

71.Posté par teline le 24/01/2011 09:20
Le COS est une unité remarquable et la haine que lui vouait l'ancien CEMA n'a fait que renforcer sa cohésion. Cette unité n'a pas eu de crise d'identité, elle a eu à faire face à un chef d'état major qui, mal remis de ses faits de guerre à Moumelon et à Mailly, n'a eu de cesse de l'affaiblir ...sans succès.

70.Posté par citoyenlambda le 24/01/2011 08:20
Une seule chose compte, les ôtages sont morts, c'est une opération ratée.
http://citoyenlambda.blog.lemonde.fr

69.Posté par Michel L G le 24/01/2011 08:13
Ces deux jeunes Français sont morts parce qu'ils étaient des citoyens lambda donc "consommables" et non "fils de..." ....

Alors oui, honte à nos responsables politiques pour avoir ordonné cette opération minablement exécutée ( c'est le cas de le dire...) par des professionnels certes, mais de la bavure...

La République est morte; et bien il reste à la restaurer... s'il n'est pas déjà trop tard...

68.Posté par Pierre le 24/01/2011 00:55
@ tous ceux qui disent presque dans la même phrase: "de toutes façons c'était couru d'avance" et "Sarko a fait ça pour faire remonter sa cote de popularité": c'est soit l'un soit l'autre. Si vous-mêmes êtes capables (au vu du peu d'informations dont tout un chacun dispose) de dire que les otages n'avaient aucune chance (selon vous, hein), Sarko et ses conseillers (qui ne sont probablement pas tous aussi idiots que vous voudriez le croire) aussi, vu qu'ils ont plus d'infos que nous tous. Donc je ne comprends pas bien en quoi il pourrait croire, notre président, qu'une opération que votre conclusion qualifie d'"échec assuré", pourrait le faire remonter dans les sondages.

67.Posté par LE GAULOIS le 23/01/2011 22:07
N'en déplaise à Monsieur F et sans faire de polémique stérile, depuis quand une libération d'otages se monte comme une vulgaire embuscade et avec des moyens aussi signants que des hélicoptères déployés en vol à proximité de l'objectf???
Dans ce type d'opération, l'effet de surprise doit être préservé jusqu'au dernier moment, d'où peut-être la riposte des terroristes, à bord des véhicules et en réaction, la suite que l'on connaît.

Dans une opération spéciale, il ne faut pas confondre: vitesse et précipitation. En effet, c'est une fois la perte de la surprise que l'on peut passer en force. Encore faut-il avoir bien monté "son affaire" (bonne analyse=bonne restitution=bonne répétition de l'opération=succés de l'opération) et dans ces manips, pas d'ordres en cours d'action (tout au moins dans un premier temps et encore! ), une libé d'otages n'est pas une opération de type "QRF" (quick reaction force)

Par ailleurs, n'y avait-il pas un déficit capacitaire sur zone? Les GAS du COS (groupes d'action spéciale) ne sont pas tous formés et entraînés pour ce type d'opération.
L'acheminement depuis la métropole d'éléments et de moyens spécialisés n'a peut-être pas été retenu vu l'urgence de la situation et de la pression exercée sur les chefs (peut-être) par le politique (deux otages supplémentaires à gérer...)

Au bilan et pour ma part, bien que je considère que cette opération est un échec sur le plan militaire, elle a démontré à aqmi que le pays ne se laissera pas intimider. Il serait peut-être judicieux de mettre le paquet en déployant en accord avec les états de la région, un volume significatif de FS COS et DGSE, capable de traquer dans la profondeur aqmi, tout en se tenant prêt à intervenir avec un dispositif "adapté" pour répondre à une prochaine capture de nos ressortissants...

66.Posté par Robert le 23/01/2011 21:41
Gabrielle Dupont,
Vous semblez vous laisser dominer par l'émotion, car je ne peux pas penser que ce soit un moyen d'éviter d'argumenter dans le débat en ayant le dernier mot.
De toutes façons, cela n'apporte aucun élément constructif.
Vous dérivez, comme certains, sur des attaques politiques et personnelles. Quel rapport?
Et en plus, vous lisez dans les pensées. Bravo!
N'est-ce pas dérisoire?

Marius,
D'accord avec vous, mais dit autrement car deux jeunes français sont morts.
Effectivement, le mythe soixante-huitard, guide du routard en poche avec des leçons d'humanitarisme à revendre à tout l'Occident, le multiculturalisme un peu niais, a vécu.
Où plutôt dirons les fâcheux dont je suis, la recolonisation philanthropique a atteint ses limites. Je parle précisément non pas des zones d'influence des pays occidentaux qui défendent leurs intérêts, mais de cette prétention des occidentaux culpabilisés par des générations de profs, je ne dirais pas de gauche ce serait un pléonasme, dans la négation des réalités africaines, à se faire pardonner des crimes hypothétiques dont ils partageraient la culpabilité collective.
Le seul péché, c'est probablement de mauvaises décolonisations à cause d'idéologies dominantes à l'époque.
"L'homme africain n'est pas inférieur, il est autre" pour paraphraser Lyautey.
Autre que ce nous voulions voir aveuglés par nos bons sentiments et notre culpabilité.
Comme le musulman est autre que ce que nous voulons qu'il soit. Mais qui veut le savoir?
Dans ce domaine aussi, nous nous préparons des lendemains qui déchantent ici ou là-bas, civils ou militaires.
Il faut avertir les jeunes sincères et généreux, rien ne permet d'en douter, que le mythe a vécu.
L'occident est en guerre avec un ennemi parfois mal identifié, que cela nous plaise ou pas.
Ces deux pauvres garçons viennent d'en faire tragiquement les frais. Paix à leur âme.
Mais il s'en trouve ici ou ailleurs pour chercher un échappatoire qui permettrait de ne pas regarder la réalité en face.
Dans ce cas, il est difficile d'accuser Le Pen, alors Sarkozy fera l'affaire.
Si nous devenions adultes?
La récréation humaniste et bien pensante est finie. Faisons-le savoir autour de nous!
Au moins, ces deux morts inutiles auront servi à quelque chose.
Si non, nous continuerons à faire des ronds dans l'eau.
Quand à nos soldats les plus exposés, ils méritent le respect jusqu'à ce qu'on nous démontre le contraire et ce qu'on aurait fait de mieux à leur place.
Honneur à nos soldats!

65.Posté par ad'active le 23/01/2011 21:18
dans des cas comme ceux là, malheureusement pour les otage, la seule réponse possible est: NO PASARAN............................;;

64.Posté par eczistenz le 23/01/2011 18:44
Je suis d'accord pour dire que le titre de ce post est assez à côté de la plaque, pour ne pas dire totalement inadapté, et je reste dans un euphémisme. Aujourd'hui on apprend que sur les 7 morts, il y a donc les 2 otages, 3 gendarmes nigériens... il reste 2 terroristes. Si, il y a de quoi rougir de honte, non pas des capacités de nos FS, qui font du mieux qu'ils peuvent avec les moyens qu'ils ont, mais des petits coqs qui nous gouvernent et qui prennent des décisions juste sur des poussées de testostérone, sans utiliser leur cerveau. Capacités de projection peut être, compétences affirmés certainement, mais au final l'opération contre des loqueteux sensés être mal équipés est un fiasco total, n'en déplaise aux sanguinaires qui saluent "l'honneur retrouvé"... On a rien montré du tout aux terroristes, sauf qu'on peut continuer à nous prendre des otages parce qu'on est incapable de les sauver avec des pertes acceptables. Une autre nouvelle récente : les autres otages ont été dispersés, donc encore plus difficile à retrouver... effectivement c'est un succès, et on n'a pas à en rougir non non.

63.Posté par XGerard le 23/01/2011 18:17
Triste.
Triste de voir à quel point la haine politique peut obscurcir le raisonnement...
Comme il est facile de croire à une nouvelle version à condition qu'elle diabolise le gouvernement et Sarko!
Les Français sont murs pour l'intox la plus grossière.
La réalité est certainement plus complexe. Je ne vois pas la France se brouiller avec le Niger, quand on sait les intérets des deux parties. Je reste également un peu étonné de la discrètion des réactions du gouvernement nigérien...
En bref, tout le monde préfère dire que ces fameux gendarmes étaient des otages et pas des complices.
Quant'aux COS, ils en ont vu d'autres et ils ont signé, c'est etc...
Ils continueront à faire leur métier dans l'ombre, pour l'honneur et avec le respect de ceux qui les connaissent un peu.


62.Posté par Edelweiss le 23/01/2011 17:11
Oui deux de nos compatriotes sont morts.Mais de là à en imputer la responsabilité à nos forces; il y a un pas que je ne franchirai pas.
Il me semble que le premier accrochage a eu lieu entre les preneurs d'otages et les forces locales.
Si j'ai bien compris lors de ce premier accrochage les preneurs d'otages ont forcé le passage.
Pour ce faire ils n'ont pas mit pied à terre mais sont restés dans un véhicule en mouvement.
Si leur véhicule a essuyé des tirs c'est donc dans un 4X4 en mouvement contenant 6 personnes qui a concentré sur lui une sorte de "boule de feu".
Un de nos compatriote a très bien pu être touché dès ce moment là.

1 2 3 4 5
Nouveau commentaire :
Twitter


Jean-Dominique Merchet
Jean-Dominique Merchet
Jean-Dominique Merchet
Jean-Dominique Merchet, journaliste à Marianne, je m'occupe des questions militaires depuis une vingtaine d'années. C'est une passion dans laquelle je suis tombé tout petit... Né en 1959, franc-comtois et versaillais, je suis un auditeur de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN 49). J'ai créé ce blog en 2007.

News Marianne2.fr
Le site de l'hebdomadaire Marianne : "le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus).



Liste de liens

Widgets Amazon.fr