Rien de ce qui est kaki, bleu marine ou bleu ciel ne nous sera étranger

2010, l'année la plus meurtrière en Afghanistan



2010, l'année la plus meurtrière en Afghanistan
Nous ne sommes que le 20 décembre et 2010 détient déjà un triste record : ce sera l'année la plus meurtrière en Afghanistan, pour les soldats français comme ceux de la coalition.

Les deux militaires tués vendredi et samedi portent à seize les pertes françaises cette année. Elles étaient de onze en 2009, onze également en 2008, l'année d'Uzbine, et quatorze au cours des quatre premières années de l'engagement.

Au niveau de la coalition, 700 hommes sont morts depuis le début de l'année, essentiellement américains (70%) et britanniques (15%), la France comptant pour un peu plus de 2% des pertes. Selon le site américain icasualties, qui fait référence, 2269 militaires de la coalition sont morts en Afghanistan, avec des chiffres qui augmentent d'année en année...

En 2008, j'ai publié un livre "Mourir pour l'Afghanistan" (Ed. Jacob-Duvernet) dont lequel je tentais de comprendre "pourquoi nos hommes tombent-ils là-bas ?" Deux ans plus tard, mes doutes sur cette guerre se sont encore renforcés. Ils me conduisaient alors à vouloir "trouver une porte de sortie et vite". L'urgence est toujours là et, malheureusement, force est constater que nous sommes accrochés aux basques des Américains,  seuls maîtres du calendrier. Certes, le président Obama est Prix Nobel de la Paix, mais est-ce suffisant pour éviter tout débat ? En France, le silence de l'opposition de gauche ou des intellectuels est impressionnant. Ainsi, le Parti socialiste estime que "le calendrier de retrait des forces françaises" doit être "coordonné (....) avec le désensagement américain".

Il faut aller aux Etats-Unis pour que des intellectuels et des spécialistes s'engagent comme viennent de le faire soixante d'entre eux dans une letttre ouverte au président Obama que l'on peut lire en cliquant ici. Ont-ils raison d'en appeler à la négociation avec les Taliban ? L'affaire mérite d'être débattue, mais une chose est certaines : ils sont tous d'excellents connaisseurs du pays. On trouve parmi eux quelques Français, comme Mariam Abou Zahab, Rony Brauman, René Cagnat, Gilles Dorronsoro ou Bernard Dupaigne. Dommage qu'on ne les entende pas plus chez nous.



 

Lundi 20 Décembre 2010
Jean-Dominique Merchet



Jean-Dominique Merchet
Jean-Dominique Merchet
Jean-Dominique Merchet
Jean-Dominique Merchet, journaliste à Marianne, je m'occupe des questions militaires depuis une vingtaine d'années. C'est une passion dans laquelle je suis tombé tout petit... Né en 1959, franc-comtois et versaillais, je suis un auditeur de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN 49). J'ai créé ce blog en 2007.

News Marianne2.fr
Le site de l'hebdomadaire Marianne : "le goût de la vérité n'empêche pas de prendre parti" (Albert Camus).



Liste de liens

Widgets Amazon.fr