Risque "naturel" dans l'environnement urbain

nmgatti.jpg (35091 octets)

Le 5 novembre 1994, tous les aménagements et infrastructures érigés depuis 30 ans sur la vallée alluviale du Var, à son embouchure, sont submergés par des vagues d'eaux boueuses.   Automobilistes piégés, véhicules abandonnés..., cette inondation est une catastrophe.

Photo ci-contre  : Gatti, Nice-Matin, 7 novembre 1994 . Tous droits réservés.

 

Cette inondation est d'abord une catastrophe, durement ressentie par les populations locales. Le récit des événements permet de la reconstituer et d'en restituer les conséquences. Elle a été présentée par les milieux scientifiques relayés par les médias comme une crue millénale, en relation avec une situation météorologique bien particulière. Mais il n'en reste pas moins qu'elle a affecté un delta désormais entièrement urbanisé, même si l'urbanisation y a tardivement débuté, à l'orée des années soixante, dans un milieu par ailleurs anciennement aménagé. Dans le cas d'une inondation de ce type, peut-on encore parler de catastrophe naturelle ? Ne s'agit-il pas d'un abus de langage qui masque l'impact des sociétés humaines sur leur environnement, le minimise et désinforme les citoyens? Les  leçons de la catastrophe ont-elles été tirées 8 ans aprés ?

Objectif et démarche pédagogique

Sommaire