Les Vikings et la saga du climat
Enquête sur les fluctuations du climat au travers des sagas islandaises

grsaison.jpg (103699 octets)
"De Hernum (Bergen) en Norvège, tu navigues plein ouest vers Hvarf au groenland. Tu passes au Nord des Shetland, tout juste visibles et au sud des Feroe dont seulement la moitié du versant dépasse de l'horizon, ensuite au sud de l'islande d'où tu rencontreras oiseaux et baleines."
(indications de routes de navigation du Hausbok aux environs de 1310).

Illustration :De la Norvège au Groenland, d'après des images satellitales NOAA acquises en janvier et en juillet. (
Copyright Université de Dundee (Ecosse) : http://www.sat.dundee.ac.uk).


Nul ne songe à nier que la colonisation du Groenland par les Vikings à partir de 985 fut rendue possible par l’existence d’un optimum climatique. La disparition de ces mêmes colonies reste quand à elle entourée d’un profond mystère et ses causes semblent complexes sur fond de dégradation climatique. Les établissements vikings ont compté jusqu’à 280 fermes et jusqu’en 1347 des incursions ponctuelles ont eu lieu au Vinland pour se procurer du bois. Mais en 1410, l’une des deux colonies s’était éteinte et en 1540 une expédition trouva la seconde déserte à l’exception d’un cadavre non enfoui.

L’enquête peut être menée à partir des textes des sagas islandaises qui servent de point de départ aux investigations des élèves. Une enquête qui ouvre des horizons sur un problème d’actualité :  comment sociétés humaines et changements climatiques interagissent-ils ? Une enquête à visée scientifique qui est ausssi une initiation à la riche littérature du Moyen Age. Cette enquête littéraire permet de poser des jalons en direction des travaux souvent fort complexes des scientifiques de toutes spécialités qui se sont attelés à la question.

Quelles conclusions peut-on faire tirer aux élèves de cette plongée dans les textes ?

A partir de 1200, la détérioration du climat frappe durement les colonies groenlandaises qui, même pendant l’optimum climatique, n’ont jamais pu subvenir seules à leurs propres besoins. Elles y survivent jusqu’au milieu du XIVème parce que les exportations de produits de luxe vers la Norvège continuent de justifier des courants d’échanges devenus plus dangereux. Mais la situation économique norvégienne se dégrade à son tour et les produits groenlandais sont concurrencés. Les colons pendant ce temps refusent de modifier leurs conditions de vie et mourront de faim du fait de leur conservatisme culturel et d’affrontements avec les sociétés esquimaux qui migrent vers le sud à la suite des phoques.

Sommaire

Tête de chapitre