France, Grenoble
Chaire UNESCO en communication internationale
Tel: 33 4 56 52 87 06
Fax: 33 4 56 52 87 10


1. Présentation de la chaire
2. Objectifs et intérêts
3. Activités engagées dans le cadre de la Chaire UNESCO en Communication
4. Modalités d’organisation de la Chaire UNESCO en Communication
5. Les dernières nouvelles et les prochaines activités de la Chaire

5. Les dernières nouvelles et les prochaines activités de la Chaire

Misse Misse est le professeur invité de la Chaire de Grenoble en 2004
Misse Misse est professeur à l'université de Douala au Cameroun. Il est déjà intervenu l'année dernière lors des journées d'études sur l'Afrique. Cette année il anime 5 séances de séminaire (du 27 février au 25 mars 2004) destinées aux étudiants de Dea et de thèse, sur les thèmes :
* Analyse et critique de la communication de développement
* Politique publique en matière de Tic en Afrique sub-saharienne.
L'intégralité des textes de ces séminaires sont peu à peu mis en ligne sur le site de la Chaire de Grenoble.

Le 4 juin 2003 à 9h30 aura lieu une réunion du conseil scientifique.

Après les journées Unesco des 26 et 27 mars...
La Chaire Unesco en communication internationale de Grenoble et Rhône-Alpes a organisé un colloque les 26 et 27 mars. Ces journées d’études étaient consacrées au rôle des TIC et des médias dans le développement des pays d’Afrique :
- la contribution des TICs au développement : quelle évaluation ?
- la libéralisation et l'extension des médias en Afrique : quelles mutations de l'espace public ?

Dans le cadre des échanges internationaux de la Chaire, des professeurs et doctorants du Cameroun et de la République démocratique du Congo ont été invités et ont séjourné plusieurs jours à Grenoble. Ainsi Marc Joseph Omgba, directeur de l’ESSTIC à Yaoundé (Cameroun) et Duasenge Ekambo, recteur de l’IFASIC à Kinshasa (Congo).

Ces journées d’études ont réuni une quarantaine de participants. Elles se sont déroulées en deux temps : le matin ont eu lieu des interventions de professeurs, chercheurs et professionnels, et l’après-midi des doctorants ont présenté l’avancée de leur travaux de recherche.

Ces discussions ont permis de dresser un tableau des questions et limites liés aux TICs et aux médias dans les pays africains. Ont ainsi été abordées dans la journée du 26 mars les problèmes d’accès aux TICs et leur appropriation par la population, l’action encore insuffisante des pouvoirs publics afin de coordonner la diffusion égalitaire des Tics sur l’ensemble des territoires. En effet, non seulement le fossé numérique entre les pays du Nord et du Sud se creuse, mais également à l’intérieur des pays africains les Tics peuvent aggraver les inégalités sociales et économiques déjà existantes. L'objet de la discussion du 27 mars était le rôle des médias dans l’émergence de l’opinion publique dans les pays africains. Même si on a pu voir une évolution dans les dernières décennies et une démocratisation de la presse, les médias restent encore largement quadrillés par les hommes politiques. Alors que la liberté de la presse est aujourd’hui un acquis, le problème est désormais celui de la consolidation et de la professionnalisation de cette presse. Elle semble en effet s’être en partie décrédibilisée auprès du lectorat par ce manque de professionnalisme et sa trop forte politisation.

Quelques textes et une synthèse des interventions seront mis en ligne peu à peu sur notre site.

Dernières activités :
Deux professeurs et 3 doctorants africains ont été accueillis en mars-avril :
- Le professeur Marc Joseph OMGBA ainsi qu'un doctorant de Yaoundé 2 : M. Ndam.
- Le recteur Duasenge EKAMBO de l'IFASIC de Kinshasa ainsi que 2 doctorants : Tombe Kabiena et Ntonda Kileuka.Deux journées d'études ont été organisées durant la semaine du 24 mars 2003 :
- le 26 mars à Grenoble sur le thème : "La contribution des TICs au développement : quelle évaluation ?",
- le 27 mars à Lyon sur le thème : "La libéralisation et l'extension des médias en Afrique : quelles mutations de l'espace public ?", suivi d'une intervention de Christian Lallier.

En plus des invités et des "locaux", ont été sollicités Annie Chesnaux-Loquay (CNRS, Bordeaux) et Marie-Soleil Frere (Agence de la Francophonie).

Février 2003 :
Ouverture du nouveau site de la Chaire Unesco, entièrement rénové et intégré à la charte graphique de l'Université Stendhal. Conception et réalisation : Didier Bieuvelet.

Le conseil scientifique de la Chaire Unesco s'est réuni par deux fois, le 27 septembre 2002 et le 13 janvier 2003, pour discuter des prochaines activités de la Chaire ainsi que des nouvelles modalités d'actions.

Parmi les informations récentes, on note :
- l'obtention de bourses de mobilité MIRA auprès de la région Rhônes-Alpes pour les déplacements des professeurs et doctorants étrangers
- la possibilité de bénéficier d'un concours financier de l'Etat au titre de la politique d'ouverture internationale
- la reprise de l'invitation de professeurs étrangers qui concernera dans un premier temps Yaoundé 2 et l'IFASIC de Kinshasa
- l'organisation de 2 journées d'études en mars 2003.

2002-2003 :
Une nouvelle période commence pour la Chaire. En 2001-2002, le conseil scientifique de la Chaire s'est donné une année de réflexion pour envisager concrètement avec les partenaires les possibilités d'extension du travail en réseau.

La chaire n'est cependant pas restée inactive pendant cette période. Deux missions ont été effectuées en Afrique, à Yaoundé par Jean-François TETU et à Kinshasa par Bernard MIEGE, afin de développer une coopération pour la formation de cadres universitaires, et des séjours de doctorants et professeurs dans les universités rhône-alpines.

A l’occasion du 10ème anniversaire du programme des Chaires Unesco, l’Unesco a organisé à Paris du 13 au 15 novembre 2002 un Forum Mondial réunissant de nombreux responsables de chaires du monde entier ainsi que les acteurs privés ou publics associés au programme. Bernard Miège, responsable de la Chaire Unesco en communication internationale à Grenoble était présent.

Ce rendez-vous de la coopération universitaire internationale a été l’occasion de faire le bilan de ces 10 années et d’échanger sur les thématiques, les types d’action, les partenariats, les financements, les problèmes rencontrés. Le plan de développement pour les années futures, adopté en session de clôture, renforce les objectifs initiaux du programme et vise à accélérer le processus de transfert et de partage de connaissance entre les pays.

La Commission Nationale Française pour l'Unesco a participé à ce Forum international et pour cet événement elle a éditée un ouvrage sur les chaires Unesco en France. Ce document met en relief les caractéristiques et l’originalité des chaires Unesco en France et contient une contribution de chaque chaire présentant ses objectifs, ses résultats, ses partenariats et ses perspectives. Ce document est disponible sur demande auprès de la Commission : http://www.unesco.org/comnat/france

Mise à jour: 13 mai 2003