Recherche sur Ornithomedia.com

  Magazine
   Livre recommandé

Photographier la nature en numérique : Toutes les meilleures techniques du terrain à l'ordinateur (Broché)
de Louis-Marie Préau, Aurélien Audevard
28,45 euros
Commander
sur Amazon

  Trois photographes nature de talent | L'interview d'Olivier Grunewald

L'interview
d'Olivier Grunewald

Olivier Grunewald
Olivier Grunewald
Olivier Grunewald est un photographe qui, avec Bernadette Gilbertas, géographe et journaliste, parcourent la planète depuis vingt ans en quête de paysages et de lumières exceptionnelles.
Ensemble, ils réalisent des articles publiés dans la presse française et étrangère, notamment dans Le Figaro Magazine, GÉO, Grands Reportages, VSD, BBC Wildlife, Focus, Airone. Le prestigieux World Press Photo a récompensé leur reportage sur les tortues luths en 1995 et celui consacré aux aurores boréales en 2002. En 2004, leur travail sur les volcans du Kamtchatka est à nouveau primé au World Press Photo.
Les photographies d'Olivier Grunewald sont régulièrement distinguées par le Wildlife Photographer of the Year, concours organisé par la BBC et le Muséum d'histoire naturelle de Londres.

1- Vous rappelez-vous comment vous vous êtes mis à la photographie animalière, et pourquoi ?

J'ai commencé la photo grâce à l'ornithologie, j'avais 14 ans. Je voulais ramener des images de mes observations dans la région parisienne.

Cacatoès à tête rouge (Callocephalon fimbriatum)
Cacatoès à tête rouge (Callocephalon fimbriatum) (agrandir la photo)
Photo : Olivier Grunewald
2- Vous avez déjà été primé au festival international de la Photo animalière ? Si oui, cela a t-il "boosté" votre notoriété ?

Je n'ai jamais été primé à Montier-en-Der, vu que je n'y ai jamais participé... Ayant été président du jury il y a quelques années, j'estime qu'il faut laisser la place aux autres.

3- Réussissez-vous à vivre de votre passion ?

Je vis de la photo depuis 1985, avec bien évidemment des débuts difficiles.

Aigrette (Egretta ssp)
Aigrette (Egretta ssp) (agrandir la photo)
Photo : Olivier Grunewald
4- Comment choisissez-vous vos modèles ? Est-ce au hasard de vos promenades, ou vous fixez-vous des objectifs d'espèces à photographier?

Soit j'envisage un milieu écologique dans un lieu donné et j'essaye d'aborder toutes ses facettes, soit je travaille sur une espèce pendant de long mois. Ce choix se fait souvent au hasard d'une rencontre, ou en voyant des photos déjà réalisées.

5- Quel est votre plus beau souvenir photo ? Et le plus "pénible" ou frustrant ?

Un de mes plus beau souvenir vient de Madagascar ou j'espérait photographier des lémuriens Sifakas dans les lames de pierre des Tsingy de Bémaraha (Tsingy : Forêt de Pierre - Madagascar). C'est un site dans lequel il est très difficile de se déplacer et les chances étaient minces. Pourtant, un matin, une bande de Sifakas est venu faire un show extraordinaire en bondissant dans cet enfer minéral. Une heure de pur bonheur ! Je travaille beaucoup en ce moment sur les volcans et il est fréquent de partir pour rien ou de savoir qu'il se passe des choses extraordinaire en plein brouillard.

6- Vous avez séjourné au Costa Rica, un pays renommé pour sa politique de protection de la nature. Pour vous, cette renommée est surfaite : pourquoi ?

Le Costa Rica est maintenant victime de son succès et de l'argent qui y circule. L'écotourisme s'est transformé en éco-business. Tout y est géré pour les 800 000 américains qui y viennent chaque année et vont d'hôtel en hôtel, avec toutes sortes de dérives.

7- Quels sont pour vous les spots du Costa Rica les plus riches en oiseaux ? Et les plus beaux ?

Le site le plus sauvage du Costa Rica qui soit relativement accessible est le Parc National de Corcovado au sud ouest. On peut y voir un nombre important d'espèce de mammifères et d'oiseaux caractéristiques des forêts tropicales de basse altitude.

8- Vouliez-vous absolument photographier certaines espèces du Costa Rica ? Avez-vous réussi ?

J'espérais photographier le Quetzal, ce qui s'est révélé beaucoup plus facile que je ne l'imaginais.

9- Quel est pour vous l'oiseau (ou la famille d'oiseaux) le plus dur à photographier ?

Les oiseaux les plus difficiles à photographier vivent dans les milieux fermés comme la forêt tropicale, la lumière y est faible et souvent les oiseaux restent dans la partie sommitale des arbres.

10- Quelle est l'espèce que vous préférez photographier ?

Je ne suis pas attaché à une espèce particulière, c'est avant tout l'atmosphère d'un espace sauvage qui m'attire.

Macareux moines (Fratercula arctica)
Macareux moines (Fratercula arctica) (agrandir la photo)
Photo : Olivier Grunewald
11- Préférez-vous photographier les mammifères, les oiseaux, les paysages ?

J'ai une attirance particulière pour les paysages.

12- Quel matériel photo utilisez-vous, et pourquoi ce choix ?

J'utilise du matériel photographique de différents formats, du 24X 36 à la chambre qui permet d'obtenir des films de 10 cm par 12 cm.

13- Avez-vous une marque préférée ? Et une marque que vous déconseilleriez ?

J'utilise en 24X36 du matériel NIKON, et je n'ai pas de marque à déconseiller.

Pygargue de Steller (Haliaeetus pelagicus)
Pygargue de Steller (Haliaeetus pelagicus) (agrandir la photo)
Photo : Olivier Grunewald
14- Vous estimez que la digiscopie n'est pas comparable à la photo reflex : quelles sont les différences (techniques, artistiques) pour vous ?

Je pense que la digiscopie n'a pas la même vocation, et ne permet pas une précision des cadrage et une qualité comparable au matériel reflex.

15- Quelles sont selon vous les grandes nouveautés matériel pour 2006 (marques, modèles, ..) ?

Je ne sais ce qui arrive sur le marché, je m'intéresse plutôt à l'image, et ne suis pas au fait des nouveautés.

16- Quel trépied conseilleriez-vous à nos visiteurs ?

Ayant plusieurs trépieds, en fonction des utilisations, il m'est difficile de conseiller un modèle plutôt qu'un autre.

17- Quels conseils donneriez-vous à nos visiteurs qui désirent se mettre à la photo animalière ?

Venez à Montier-en-Der en Novembre, regardez des livres, des expositions, essayez de savoir quel type de photos et quel type de lumières vous attirent. La moitié du chemin est fait quand on sait quel univers on recherche.

18- Quelles sont les erreurs techniques classiques commises par les photographes débutants ?

L'erreur classique à mon sens consiste à se cantonner au gros plan d'un animal. C'est ce qu'il y a autour, la beauté de la lumière qui mettent en valeur le sujet. Apprendre à regarder en faisant abstraction du sujet est un exercice difficile.

Namibie, désert absolu
"Namibie, désert absolu", l'un des ouvrages illustrés par O. Grunewald
(commander sur Amazon)
19- Quels sont vos projets de voyages, d'espèces à photographier pour cette fin 2006, pour 2007, et pour plus tard ?

Pour la fin 2006 et le début 2007, je continue à suivre les éruptions volcaniques. Le reste de l'année 2007 n'est pas encore organisé.

20- Quelle est votre actualité professionnelle à venir (exposition, livres, ...) ?


A part Montier en novembre 2006, je n'ai rien de prévu côté expositions ou livres.

Contact

Olivier Grunewald - E-mail :bernadette.gilbertas@wanadoo.fr.

  Suite de l'article
 
L'interview de Vincent Munier
L'interview d'Olivier Grunewald
L'interview de Pascal Bourguignon

  Magazine

   Sommaire
   Livre recommandé

Blanc nature (Relié)
de Vincent Munier, Lysiane Ganousse
33,25 euros
Commander
sur Amazon

   Publicité
  
  
  
   Livre recommandé
 
Nature (Relié)
de Bernadette Gilbertas, Olivier Grunewald
43,23 euros
Commander
sur Amazon


   Newsletter

   Recevez chaque mois
   notre lettre d'infos
   gratuite.
    Inscription
   
Desinscription
        
         

   Livre recommandé
 
Tsingy : Forêt de Pierre - Madagascar (Relié)
de Olivier Grunewald, David Wolozan
32,30 euros
Commander
sur Amazon
ORNITHOMEDIA (c) 2000 Tous droits réservés
--> 'use strict';