Retour au fascicule

Lamara Bougchiche, 1997, Langues et littératures berbères des origines à nos jours. Bibliographie internationale systématique

[compte-rendu]

Année 1997 67-2 p. 183

Casajus Dominique. Lamara Bougchiche, 1997, Langues et littératures berbères des origines à nos jours. Bibliographie internationale systématique. In: Journal des africanistes, 1997, tome 67, fascicule 2. p. 183.

www.persee.fr/doc/jafr_0399-0346_1997_num_67_2_1152_t1_0183_0000_1

doc-ctrl/global/pdfdoc-ctrl/global/pdf
doc-ctrl/global/textdoc-ctrl/global/text doc-ctrl/global/imagedoc-ctrl/global/image doc-ctrl/global/zoom-indoc-ctrl/global/zoom-in doc-ctrl/global/zoom-outdoc-ctrl/global/zoom-out doc-ctrl/global/bookmarkdoc-ctrl/global/bookmark doc-ctrl/global/resetdoc-ctrl/global/reset
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
Page

Préface de Lionel Galand, Paris, Ibis Press, 448 p., 17 x 24 - Index, Carte. Les langues berbères sont parlées dans une dizaine de pays, sur un espace s'étendant des îles Canaries à l'oasis égyptienne de Siwa, et de la Méditerranée aux rives du fleuve Sénégal. Langues minoritaires mais dont quelques-unes, comme les parlers touaregs du Niger et du Mali, ont rang de langues nationales, elles sont parlées par plusieurs millions de locuteurs et résistent à la pression des langues dominantes de la région. Les travaux auxquels elles ont donné lieu depuis le XVIIe siècle sont nombreux, et la part des berbérophones eux-mêmes n'a cessé d'y croître. La dernière bibliographie exhaustive sur le sujet était celle de Lionel Galand (Langue et littérature berbères. Vingt cinq ans d'études, Éditions du CNRS, 1979), et le besoin d'une nouvelle bibliographie se faisait sentir, besoin que les bibliographies parues depuis 1979, partielles (et souvent partiales), ne pouvaient suffire à satisfaire. C'est pourquoi le travail de Lamara Bougchiche sera accueilli avec reconnaissance aussi bien par les spécialistes du domaine que par les intellectuels berbères qui, de plus en plus nombreux, s'intéressent à leur langue et leur culture. Et ce d'autant plus que l'auteur ne s'en est pas tenu aux publications proches de nous et a inclus les travaux anciens sur le berbère, ce qui met à la disposition du public intéressé des références peu connues ou introuvables. L'auteur a utilisé les techniques informatiques aujourd'hui disponibles et sans lesquelles il est sans doute illusoire aujourd'hui d'envisager l'élaboration de ce type d'ouvrage. Le résultat en est un livre comprenant plus de 8000 rubriques, d'une présentation extrêmement claire, et dont l'usage est amplement facilité par tout un système d'indexation et de renvois. L'ensemble, préfacé par Lionel Galand, s'ouvre par ce qui est, beaucoup plus qu'une simple introduction, une fort bonne présentation de l'histoire et de l'état actuel des études berbères.