Plan

Retour au fascicule

L'imaginaire du songe au XVIe siècle

[article]

Année 1986 23 pp. 43-48

Dubois Claude-Gilbert. L'imaginaire du songe au XVIe siècle. In: Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance, n°23, 1986. pp. 43-48.

DOI : https://doi.org/10.3406/rhren.1986.1538

www.persee.fr/doc/rhren_0181-6799_1986_num_23_1_1538

doc-ctrl/global/pdfdoc-ctrl/global/pdf
doc-ctrl/global/textdoc-ctrl/global/text doc-ctrl/global/imagedoc-ctrl/global/image doc-ctrl/global/zoom-indoc-ctrl/global/zoom-in doc-ctrl/global/zoom-outdoc-ctrl/global/zoom-out doc-ctrl/global/bookmarkdoc-ctrl/global/bookmark doc-ctrl/global/resetdoc-ctrl/global/reset
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
Page

L'IMAGINAIRE DU SONGE AU XVIe SIECLE

Remarques méthodologiques préliminaires

Le caractère elliptique de cette formulation appelle une première distinction entre onirologie et oniro critique (dont Yoniromancie constitue une technique particulière).

Par «imaginaire du songe» on peut comprendre en effet : 1 - La part de l'« imaginaire» das les théories qui concernent au XVIe siècle la production ou la formation des songes (problèmes d' oniro logée).

Le n&ol «imaginaire» est pris dans ce cas dans une acception moderne. Classer des théories considérées comme «scientifiques» ou en tout cas comme crédibles sur la focmation des songes dans la catégorie de l'imaginaire suppose un jugement négatif sur elles, comme propres à un stade dépassé de la connaissance, au nom d'une évolution jugée comme un progrès.

Le contentieux «Imaginaire/Science» porte sur les points suivants :

a) Utilisation de l'autorité ou de la tradition comme preuves scientifiques, et d'une manière générale confusion entre l'objet d'une croyance et l'objet d'une connaissance. Des éléments de mythologies naturalistes ou théologiques sont utilisées naiVement comme preuves scientifiques.

b) Confusion entre réalité subjective (mécanismes physiologiques ou psychiques) et réalité objective (attribution de qualités substantielles aux effets de la fantasmagorie).

c) Utilisation d'une logique formelle (fondée essentiellement sur la déduction syllogistique et le raisonnement par analogies codifiées) dans un domaine qui obéit à des lois naturelles, celles d'une physique détectables par expérimentation .

Le mot «imaginaire» apparaît dès lors comme le résidu de la critique effectuée d'un stade de la connaissance, au nom d'un stade considéré comme plus évolué : cette science ancienne, confusionnelle, dépouillée de son apparence trompeuse, révèle sa nature véritable, celle d'une magie qui fait sans cesse interférer la relation symbolique et la réalité, la représentation et la présence effective. Ce système symbolique (qui se prétend faussement scientifique) peut faire l'objet d'une analyse scientifique, qui permet d'expliquer

doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw