Retour au fascicule

Les prophéties de Nostradamus : suivez la guide

[article]

Année 1986 23 pp. 35-40

Liaroutzos Chantal. Les prophéties de Nostradamus : suivez la guide. In: Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance, n°23, 1986. pp. 35-40.

DOI : https://doi.org/10.3406/rhren.1986.1536

www.persee.fr/doc/rhren_0181-6799_1986_num_23_1_1536

doc-ctrl/global/pdfdoc-ctrl/global/pdf
doc-ctrl/global/textdoc-ctrl/global/text doc-ctrl/global/imagedoc-ctrl/global/image doc-ctrl/global/zoom-indoc-ctrl/global/zoom-in doc-ctrl/global/zoom-outdoc-ctrl/global/zoom-out doc-ctrl/global/bookmarkdoc-ctrl/global/bookmark doc-ctrl/global/resetdoc-ctrl/global/reset
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
Page

LES PROPHÉTIES DE NOSTRADAMUS : SUIVEZ LA GUIDE

La Guide des chemins de France, conçue et imprimée en 1552 par Charles Estienne, est le premier en date de ces guides, routiers puis touristiques, qui devaient connaître jusqu'à aujourd'hui le succès que l'on sait (1). A cet égard l'ouvrage d'Estienne ne se démarque pas de sa postérité. Si son succès s'explique aisément par des raisons pratiques - la Guide était un instrument de repérage indispensable à une époque où n'existait aucun autre mode de représentation géographique du territoire français -, elle eut très tôt des utilisateurs «en chambre» (2) : cartographes (Mercator, par exemple), ou auteurs de fiction, comme en témoigne un texte dont les interprétations ésoté- riques ont peut-être parfois masqué le caractère essentiellement poétique : les «prophéties» de Nostradamus. Car, prophète ou non, c'est en voyant que Nostradamus lit, et transpose, le texte en apparence in-signifiant des itinéraires. Une telle pratique, aujourd'hui encore, ne cesse de défier le lecteur. Elle lui propose d'explorer à son tour ces marges qu 'Estienne a laissées {exprès, dit-il) d'un toponyme à l'autre (3). Et, si Nostradamus en a fait des énigmes, bien après lui un savant célèbre devait les transformer en espace scénique d'un jeu sophistiqué (4).

Mon propos est de retrouver, dans le texte de Nostradamus, la trace des chemins de la Guide. On peut montrer en effet que l'ouvrage d'Estienne est le générateur, tantôt apparent, tantôt à demi caché, de tout un ensemble de prophéties.

Je me référerai simplement - l'étude complète des prophéties est une tâche immense - à la neuvième centurie, celle où se trouve le célèbre quatrain «de Varennes». Georges Dumézil lui a consacré, on le sait, une Sotie qui propose un mode d'interprétation tout à fait neuf et fascinant.

Rappelons le quatrain.

De nuict viendra par la forest de Reines Deux pars vaultorte Herne la pierre blanche Le moyne noir en gris dedans Varennes, Esleu cap cause tempeste, feu sang tranche.

(IX, 20)

Sous la plume de M. Espopondie, l'érudit organisateur du jeu, Dumézil interroge :

«Qu'est cette «forêt de Reines» par laquelle il (le moine noir) vient dedans Varennes et qui est un point de son itinéraire assez important pour que, seul, il

doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw
doc-ctrl/page/rotate-ccwdoc-ctrl/page/rotate-ccw doc-ctrl/page/rotate-cwdoc-ctrl/page/rotate-cw