Nostradamus - People - Roussat - Roussat First Part
 
 

 

RICHARD ROUSSAT

Canon of Langres 

Lyon chez Guillaume Rouillé, 1550


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LIVRE DE L’ESTAT ET MUTATION DES TEMPS



EXTRAICT DV

PRIVILEGE

DV ROY.
 



PAR GRACE ET PRIuilege du Roy eft permis à Guillaume Rouille, libraire de Lyon , d'imprimer , ou faire imprimer la mutation des temps, compofee par M. Richard Rouffat, Chauoyne de Langres. Et faict defences de par ledict Seigneur, à touts aultres Libraires, Imprimeurs, & perfonnes quelconques,de non en imprimer, ne faire imprimer, vendre, ne diftribuer, en fes pais, terres & Seigneuries, aultres que ceulx qu'aura imprimès, ou faict imprimer ledit Reuillè: fur les peines contenues ef dictes lettres :& ce iufques au temps & terme de cinq ans, à compter du iour & datte qu'ils feront paracheuès d'imprimer: come plus à plein eft cotenu par les lettres patentes fur ce données à Paris le neufiefme de luillet, L'An de grâce mil cinq cens quarante neuf.

Par le Roy,Maisfre Francoys de Connan,Maistre des Requestes ordinaire de l'Hostel,present,

Signé Guyneau,

Et Seelè du grand seau,en cire iaulne simple queue.

 

 

 

 

 

 

RICHARDVS

ROVSSAT, LINGONENSIS, HVMA

NISSIMO II DOCTO R I

CVM CVNCTIS

(beneuole lector) haud vnica adsit agendi ratio, at generis Viucndi mul-tiplex varietas,equidem hoc vnum adieci cum Fabio, naturà motalium ingeny adeo effe agilem,lubricam, mutabilem, e sic in vtraque partern spectare,vt nemo pobit aliquid moliri tantum vnum: ita vt nec perpetuo vacet mathemafi feu mathefi, Geometer, sic nec Music e Cantor. Igitur no mireris si praefentcm opelulam, diner sa textura, multiplicive stilo, elaborata,publico inspectui committimus: vtputa) Gallica,feu mater-
 

 

 

 

 

 

na Latinis, & Latina Gallicis infarcta, & pabim admixta,offendédo.Nam apud me vnicuique placere operaepretium du xi : huiùsque diuersi ac vary fomitis ,feu incitamenti,vna haec fuit caufa, vt quouis Ventricule , pro sua natura & delectu (quamuis omnium votis nunquam,aut ra rò,quis potuit complacere) codecenti ali monia gratularer. Ob id, nostram hanc farraginem in admirationem, vel cotem ptum, nequaqua duxeris; quia, per Deum immortalem ,tanta est, vt,si eandem in tueri non spreueris,te non nisi quofdam locupletes fauos,gratos,perutile fve sto feculos lecturum credas , & speres.

QVARE, dum liber à curis, quietùfve adfueris, fery loco inspicere haud taede bit. Certe (lector ) eos, qui fefe grauiori bus studys, rebù fue exercere consueue runt,humilioribus quandoque disciplinis oble

 
 

oblectari,atquele lectionum varietate resi ci prudentè non latet.Modo tuum erit,Vt nonsolum autoris voluntatem probes,fed eundem in eorum numerum adferi bito,qui tuo amori toto pectore sunt addicti;per quam diu tibimè incolumis,& prosper valeas, beneuole lector.

 
 

 

 

 

 

 

IN STATVS VNIVERSI,ET

EIVSDEM PERIODI RATIOCINA

 

tionem,à D.Richardo Rouffat, Me dico,ac ecclefiae Lingonenfis Canonico,editam, Iacobus deleftrens,Lingonicus.

 

VIndicis?ra Dei magnam mortalibus olim Vadarum prisois intulit illuuiem. E ffe quoque in fatis predicunt affore tempus, Quo flammis tandem machina totaruat. Sed quando hec fient, seit mundi condnor vnus: Ipsius est proprium nosse futura Dei. Multa senescentis sed Mundi signa videntur Effe modo , & quoaedam praterysse diu:Qua caeli astrorum curfu pretendit & omnem causarum serieni pandit ab arce Deus:Quarum pars isto tractatur magna libello:Sed maior Domini pendet ab arbitrio. Aeternus ignur fedes nunc mente sequare, Et i un lapfuras sperne,viator,opes. Huc tendit iiber hic,qui sebi secula mundi Arguit haud longa poffe manere die. lingonici magnum eft (iector, mibi crede) Richardi perito et ae hoc structum sedulitatis opus: Qui sophiam, medica artes, & fidera noniit, Et quem iure Palladis esse genus.

 
 

 

 

 

 

 

A TRES MAGNANIME,

PVISSANT, ET ILLVSTRE Seigneur loachin de la Baulme, Cheualier, Lieutenant du Roy noftre Sire, en fes Pais de Bourgongne, Chambrelant dudict Sci gneur, Comte de Chafteau Vilain, Baron de Grancey, Seigneur de Marigny, la Roche, & Thil, Richard Rouffat, Chanoyne de Langres, felicité & deue reuerence.


Monseignevr, ie ne fay aulcun doubte queplu sieurs ne s'esmerueillent beau coup de ce que ie Vous face pre sent, offre, & Salutation de cho se estrange, & presque du tout contraire à Vostre Vacation & exercice, telle qu'est ce petit Opuscule de l'Estat & Mutation de l' Vniuer sel & corruptible Monde, traictant d'Astronomie plus que de tout aultre cas ; mais, s'ils congnoissens qu'entre touts aultres de Vostre estât, Vous desirez Scauoir choses que plusieurs ignorans estimeroyene nouuelles pour Vous, ie me tien pour asseurè que non seulement approuueront mon faict ains d'aduantage consesseront qu'il ne pouuoit mieulx estre addrece. Estant donc iceluy tombe' en mes mains, imperfaict,

 
 

 

 

 

 

 

 

sans goust & fort mal en ordre ( neant moins copieux en substance, & en occultes Vertus) & l'ayant depuys, non Sans labeur, instauré & orné, Voyre non moins que resuscitè & engendré, par mon tel quel esprit. Vous le presenfe & dédie, comme à celuy au quel ie doy tout honneur & Seruice,tantà cause du grand & excellent fleuue de Vraye noblesse de Voz maieurs ou ancestres tres renomès, & en tout exaltès, que par les insignes Vertus, haults faicts,& actes heroiques qui en Vous pullulent & d'heure en heure abodent &accroiscent:des quelles ie n'ose eserire presentement d'aduantage, craignait qu'il ne fu staduit à aulcuns de fâcheux Vouloir, malédifiés, Voyre homes non homes,que ie le feisse plus pour Vous applaudir &fauoriser qu'aultrement, Veu que ie Vous suys domestique. Or, combien que ie Suye tres certain que tel present Soit par trop petit & insuffisant pour Vostre personne, toutes Soys ie le fay ,Suyuint la louable coustume de noz peres anciens,qui se fai soyent mutuels dons,tant le grand au petit ou le petit au grand» que le pauure riche, ou le riche au pauure ; les quels dons (quelques petits qu'iIs sussent) n'estoyent iamais reiettès,mesmemet des grands personnages. De quoy nous auons bon exemple en la porsonne du hault & puissant Artaxerxes, Roy de Perse, qui ne refuse, mais accepta gracieusement Une pomme de la main d'Vn pauure &Simple paisant, iuràt par Mythram
(qui
 
 

 

 

 

 

(qui estoit le Souleil, Son Dieu, & grand ferment) qu'il luy Sembloit, fice tel eust esté commis en quelque gouuernement, & fuft des moindres, l'eust peu multiplier & grandement accroistre. Encores Vne aultrefoys iceluy mesme ne desdaigna boyre de l'eau entre les mains boueuses & Sales d'Vn berger, ou rustique, ayant esgard au Vouloir, & non au don, du donnant Ce qui me Sert de tesmoignage que ce mien present ne doybt estre refusé; comme aubi i'espere en Vostre doulceur & humanitè, que non Seulement ne le refuserez. ains Sera Vostre bon plaisir le garder & défendre, estant mis en lumiere, contre les assaults de l'irraiSonnable Vulgaire & populeuse multitude, mère d'ignorance, & d'Vn Vouloir touSiours defreiglè; & n'en laisserez, s'il Vous plaist, approcher Vn tas de non Scauàs Semblables aux chiens, qui crient, iappent, & abbayent aux incongnus. Dequoy ie Vous Supply tres humblement. Vous priant aubi de le Vouloir Vmbrager & couurir du moindre plumeau de Vostre aesle droicte , & le recepuoir & mettre Soubs Vostre main, tutrice d'iceluy, comme oeuure & labeur d'Vn de Voz plus affectionnés Seruiteurs. Mais ie proteste, ce pendant, s'ily a quelque ignorance, ou chose mal dicte,que ie ne la Vuei lsoubstenir,ne seulement fonger à le faire ; aincoys délaisse le tout à discuter a gents de meilleur examen, & de plus exquis siauoir que n'est le mien,requerant affe-
 
 

 

ctueusement iceulx, & generalement touts chers & humains lecteurs, en toute deue humilité. Vouloir tout tel default (si aulcun s'offre) benignemet amen. der, & comme bons amys, le supporter & excuser. Maintenant, Monseigneur, mettant fin à la presente supplie celuy qui tout a créé. Vous donner là Sus, aux tresreluy fans corps olimpiques, fruition du miroer de sa Deitè, & éternelle gloire auec les bienheureux ainfi soit il.
 
 

 

 

 

RICHARDI ROVSSAT DISTICON.
Que surfum sapiens , terrestria parcus

anhelat, Bispater haec Dis habet, prouidus astra Deus.

Préface du present Traictè.

LE SAGE EN fon Ecclefiafticque, au quarâte & troyfiefme Chapitre dit, Altitudi nis Firmamentù pulchri tudo eiusest. Specics caeliin visione glo riae. Solin aspectu annùciationis, in exitu Vas admirabile, opus excelsi : par lef quelles paroles il monftre le grand ouurage de Dieu en la création du Firmament, du Ciel,& du Souleil. Aussi,à la uerité,c'eft chofe merueil leufe

 

 

 

 

 

leufe quece Firmamèt, qui eft entre les aultres Cieulx le huictiefme, foit fi grand qu'il côtienne toutes les ful gentes, & tref reluy fantes eftoilles, fichées comme un clou en une roue:def quelles la moindre qu'on puiffe ueoir notoirement, & bien à loeil, d'icy bas (exceptées les troys Plane tes inférieures) eft plus grande, am ple,& fpacieufe, que toute la terre, ainfi que defcrit Alphraganus en fontiers de aggregationibus ftella rum. Ce que mefmes facilement me furent, ou pourront mefurer, ceulx qui ont induftrie, congnoiffance, & excercice en l'arc de Géométrie, par leurs Inftruments : qui font l'Aftra labe, le Quadran , le Gnomon, l'Arbalefte, aultrement dicte le Bafton Iacob ( du quel fouuent ufent ceulx qui hantent la mer) & aufsi la Sphe
 
 

 

 

 

Sphère matérielle, ou orbiculaire, (que ie compte icy à la différence de l'Aftralabe ) par laquelle on con gnoift la latitude des Regions. Tou tesfoys icelles eftoilles nous fem blent petites par la grande diftance de nous à icelles: car entre nous & elles font les Régions de l'Air, & du Feu, fans les Sphères, ou Cieulx des fept Planètes : un chafcun defquels Cieulx a d'efpeffeur autant c6me un homme pourroit cheminer en cinq ans en voye plaine, à faire tous les iours uingt Lieues communes.

POVR AVTANT le Sage difoit trefbien: Altitudinis Firmamentu, & ce que fenfuit : monftrant de noftre Dieu, Saulueur & Redêpteur l'in comparable & grâdifsime beaulté, uertus & excellence. Car, par la figu re d'iceluy Firmament, nous enten dons

 
 

 

 

 

dons la uifion de l'ineftimable, & incôprehenfible gloire de Dieu, fon taine de uie: & par le Souleil, uaiffel admirable ( qui eft, côme attefte Ge nefe,en fon cômencement, l'oeuure du grâd Seigneur, Créateur de tou tes chofes) nous côgnoiffons le iour & la nuict. D'aduantage, côme dit le Philofophe, en fon fecond de gene ratione & corruptione, Auquel fe condefcent Ptolomee , au premier traicté fui Quadripartiti, il eft cau fe des mutations,& de la génération & corruptiô des chofes inferieures:le corps duquel, eftât au quatriefme Ciel, eft plus grâd, cent foyxante & fix foys,que toute la Terre : & à cefte caufe eft vaiffel admirable. Ne fonc donques bien, uoire en excellence, fotz & hébétés ceulx, qui, pour leurs fragiles & immodérées fenfualitez, délai
 
 

 

 

delaiffent leurs efprits & âmes en derrière. Car,côme defcrit le diuin Philofophe, ce terreftre uehicule,ou char,qui eft le corps, defpend del'a me:en forte que, fi l'âme n'eft uer tueufe & bien délibérée, le corps ne peut rien ualoir: combien qu'Ari ftote, prince des Peripateticiens, au cômencement de fa Phyfionomie, dit en cefte manière: Quoniam ani mae fequuntur corpora, maxime fecun dum feipfas non funt impabibiles à mo tibus. Hoc autem manifestum fit valde in ebrietatibus,& egritudinibus : mul tum nanque animae videntur mutatae, à pabionibus corporis;& ecotrario. Qui ueult & fignifie qu'à raifon que les âmes fuyuent lescorps,fonten elles mefmes fort pafsibles & fubiectes aux mouuements & alterations d'i ceulx:comme par trop eft manifefté ou
 
 

 

 

 

ou congnu par les ebrietez, & mala dies. Et à cefte opinion s'accorde & conuient le Seigneur Galien, eftimé le fécond en Medecine,au commen cement d'un petit Liuret, intitulé. De dignotione quae habetur ex fomnys:& en un aultre, du quel eft le til tre, De fequela potentiarum feu virtu tum animae, au premier Chapitre d'i celuy, & au cinqiefme, ou font ces motz: Sed haec quidam, licet sint praeter operabilia, tamen euidenter inproposito nobis nue in hoc tractatu ostendunt quod animae actiones & pabiones fequuntur coplexiones corporum. Et enfontrai Eté De Vtilitate particularum, au qua torfîeme Chap. Demonstratu est (in quit) multoties, & ferè per totu fermonè, quod animae moribus familiarè operatur natura corporis speciè. Toutes lefquel les fuf dictes authoritez ueulêc & de not
 
 

 

 

 

notêt ce que n'a gueres a efté dict par Ariftote.Et pourtant cômunement un mauluais corps aune mauluaife âme. C'eft chofe rare, & que l'on ne ueoit gueres, que bons perfonnages, & gens de biê, ayêt les cheueulx & la barbe de deux couleurs, la face exte nuee, macilente, yeulx enfoncés, le nés aquilin, ou eminêc, & uifagetri fte. Pour les chofes fufdictes le grâd augure Apollo, parfon oracle, neiu gea Hippocrates, ce grand monar che & Prince des Médecins (ia-foit qu'il fuft de fon lignage) plus fage que Socrates Philofophe. Car, tout ainfi que Hippocrates mettoit fon. labeur & eftude àrendre & entrete nir les corps en fanté, Socrates uou loit l'âme faine & pleine deuertus. Or, quoy que foit, ou que noz corps dépendent de noz ames, ou qu'elles
 
 

 

 

fuyuêt la téperature d'iceulx, noftre nature, qui ueult dominer en nous, eft inclinée, folicitee, & attirée, par les aftres & influêces celeftes, toutes fovs fans côtraincte,ou aulcune ne cefsité, fuyuant le libéral arbitre qui nous a efté donné par noftre fou ue rain Dieu: au moyen duquel arbitre nous pouuôs obuier & refifter à icel le inclination. Car il n'eft en la puif fance de nuls aftres d'aule un necefsi ter ne contraindre :& pourcequ à prefent noftre conuerfation eft aux Cieulx, comme prcfche monfieur S. Paul, troyfieme ad Philipp.afin aufsi que ie parle auec Ptolomee ce grand Aftrologue , nous debuons ueiller & côgnoiftre les chofes fem piternelles, qui dureront iufques au
terme que celuy, qui les a faictes, leur a conftitué. Dequoy Salomon, au huict

 
 

 

 

huictieme Cha. de fa Sapiêce,efcript en cefte force : Etsi multuudinè sciétiae desiderat quis,scit praeterita, & defutu ris aestimat, & scit versutias fermonu, & diffolutiones argumentoru:signa & mo stra scit,antequam fiant, & euentus tem poru, & feculoru. Qu'eft à dire: fiaul cun defire multitude de fcience, il fcait les chofes paffees, & des futures a côgnoiffance : il entêd les falacieu fes propofitions, & des arguments les folutions: il fcait les fignes & mô ftres auant qu'ils foyent faictz, & cô gnoift la fortune du Ciel, & du têps. D'aduantage die le Philofophe, au quel fe côdefcêt Ptolomee, autroyf ieme Cha. du premier traicté defon Quadripertit, qu'il n'y a rien plus falubre, ou neceffaire que la côgnoif fance des corps celeftes : car, s'ils ne font accômodés,c'eft aux hommes
 
 

 

 

 

& corps inférieurs grande calamité. Pource Abraam Auenara di foit que l'infortune & detrimét des deux lu mieres, ou grands luminaires (qui font le Souleil & la Lune) eft detri ment & dômage à toute nature :& ce mefme, ou femblable, ueult Hip pocraces en fon liure, qui de carni bus inscribitur, iouxte la fin, en tels mots. De caelestibus autèrebus, &sub limibus, mihi nihil dicendum videtur, nisi quatinus homincs, animaliaq; caetera, quae in terris degut, & gignutur, natave sunt, principiu & origine inde habere demon strabo; & quod anima de caelo est, quodq;
dolere,languere, mori,& deniq; quicquid boni,malive, in homine est, de caelo profi ciscitur. C'eft à dire. Quât aux chofes celeftes, & de là fus, ie n'en diray feu lement finon que ie monftreray que les hommes, & aultres animaulx qui naif

 
 

 

 

 

naiffent & uiuent en terre, ont leur fource & cômencemêt d'icelles : que l'âme eft du Ciel : que douleur, lan gueur, mort, & brief, que tout ce qu'il y a de bô & de mauluais en l'Hôme, uient du Ciel. Semblablement à ce propos difoit Haly, grâd Médecin & Aftrologue, en fon prélude d'un petit opufcule du dict Hippocras, fu fcript Liber diuinus, vel liber pronostica tionis secundu Luna, en telles parolles, allegât Hippocras. Medicus, qui Astro nomia ignorât, est tanquam caecus, Viam baculo examinans, hue illuc miferabiliter cespitans, pro qualibet boni, malive appa rentia phatastica, & inani, Vt fatuus tre pidas. & cequi fenfuit. Qui veult di re en tout que le Medecin, qui igno re & ne côgnoift Aftrologie, eft fem blable à vn aueugle, qui ca & là, ou de toutes partz, auec grâd labeur &
 
 

 

 

 

angoiffe, cherche fon chemin: uoyre que tel n'eft digne, ny n'a mérité le nom de Médecin, car telle côgnoif fance n'eft feulement aux Médecins requife, mais tref neceffaire, ainfi que defcrit & clairement preuue le Sei gneur Hippocras, en plufieurs lieux, & premieremêt en fes liures De Epi dimys; aufsi en fon quart Demorbis:

& par exprès en fon oeuure De Aère & Aquis, ou il dit ainfi: Scito Astrono mia non minimu ad medicina coferre, fed valde plurimu. Scachez que l'Aftrono mie n'eft pas peu, mais biê fort, duv fante à la Medecine.Ce mefmes ueult Galiê en fon traicté De copositione, feu de natura humana, ou, par le progrès d'iceluy, clairemét appert, & à l'oeil, ledit Seigneur Galien auoir efté bon Aftrologue. Platô le diuin Philofo phe,en fon operule, au liuret appelé Epi
 
 

 

 

 

Epinomis, feu Philosophus, au grâdifsi me auâtage & hôneur d'icelle Aftro nomie, rapporte femblables & pro près motz. Nolitei gnorare Astronomia sapientibimu quoddam effe. Ne uueillez ignorer que l'Aftronomie eft quel que cas de tref grande fapience. Eni oultre Ptolomee, en fon Cêtiloque, au cinqieme mot, ou fermô, louant icelle Aftronomie. Potest(inquic)opti mus huius scientiae professor multos effe ctus stellaru auertere, quado néc naturas illaru ignorât, & seipfum antequam effe ctus haru accidant, diligèter praeparauit. Qu'eft à dire que l'Aftrologie, ou un docte, expert & bon Théoricien, Aftrologue, peuc garder que moult de maulx n'aduiênêt par les afpectz & influences celeftes, & qu'en con gnoiffant la nature d'icelles les fera euiter: & fidu tout ne les peut uain
 
 

 

 

cre, ou à icelles refifter, fera en forte, moyennât humaine cure diligêce, que le dômage qu'ils promettêt, fera plus facile & legier à porter, car cô me dit le uulgaire, chofes preueûes font moins nuy fibles.Ce que deffus, & mefmes que recétement auôs dit, conferme & autorife ledict Ptolo mee, en la huictieme propofition de fondict Cêtiloque, difant : Animasa piens caelesti potestati cooperatur, sicut perfectus quoq; agricola mudado,arado, stercorisando, naturae ipsius agri coopéra tur. Qui ueult & fignifie par fon di re, que l'homme fage peut fubuenir aux effects,& oeuures des eftoilles, ou aftres, côme le Laboureur, ou ce luy qui feme, à ceulx dénature. Tou tesfoys, chers & amys Lecteurs, ie n'enté par mes clameurs & eferiptz ces aftres meliorer,& moins par allega
 
 

 

 

légations & autoritez iceulx,oultre leurs puiffance & crédit, efleuer, ou furexalter. Pour ce que ie fuys cer tain que nul,tât foit de fimple,& ru de efprit, n'ignore que la créature ne foit fubiecte à fon Créateur , & le Plafmateur regir & gouuerner fa fa cture.En oultre la pfente n'eft qu'af fecle, feruâte, & ancelle de doctrine diuine:qui eft la faincte fupercelefte Théologie, Sciêce des Sciêces, uoy re, côme ueult la uerité, feule eft me re, Royne, & De effe de toutes Sciê ces en general, comme clairement le tout eft demonftré & prouué par le Philofophe au huictieme de ces Ethiques, & préface de fa Metaphi fique.Itê monfieur fainct Auguftin, au premier de fon unzieme de la Ci té de Dieu, dit en cefte forte ;Omniu gétiu literas, omniu sibi gênera ingenioru
 
 

 

 

 

humanorum diuina scriptura excellit, & autoritate subegit. Omnibus enim impe rat, quasi principalis, & vtitur omnibus in obsequium sui,quasi vsualis.La diuine Efcripture excelle par deffus toutes lettres des gêtils, & par deffus touts gères d'efprits humains, les abfubie etiffant par fon autorité. Car elle leur cômande, côme principale, & ufe de toutes en fon feruice, comme en eftant prefque ufufruictiere. Et le Sage au neufieme de fes Prouerbes, Sapiètia (inquit) aedificauit sibi domum. Sapience, dit il, s'eft édifié une mai fon: Puys s'enfuit, Misit ancillas suas Vocare ad moenia ciuitatis & c. Et a en uoyé appeler fes chambrières pour uenir aux murailles de fa uille.Or eft heure de fonner la retraicte, & mettre fin au prefent prélude : car il eft temps d'entrer en matière.

FIN DE LA PREFACE.

 

 

 

 

 

 

 

BENEVOLES ET AMYS Lecteurs ,quand i'ay bien cô fiderè toutes ces chofes fuf dictes, & que i'enay reuoluè & r'amene beaucoup d'aul tres en mémoire, ieme fuys deliberè, aydant celuy qui les Cieuix a faicts, & formés à fon entendement, & du firmament la haulte pulchritude, efcripre cy après aulcune chofe des influences, mouuements,& lumières celeftes,& louer Dieu, comme dit le Pfalmifte, Pfalm. 150. In firmamento Virtutu eius [aufirma ment de fa vertu] & come aufsi le benoift S.Paul, au troyfieme Chapitre de fon Epiftre ad Co loffen. a' ce nous inuite & appelle en telz & pro pres motz: Que Sursum funt Sapite, no qua Super ter ram. [Tendez aulx chofes delà hault,& nompas ace qui eft fur la terre] car icelle contemplation moult nous vault, principalement à la vie pre fente.Certainemèt le riant Democritus, Pytha goras, Apolonius, & tous aultres Philofophes, qui ont ainsi fait,ont acquis profperité, fantè,& longue vie. En après icelle contemplation vaille moult à la vie future,& pour auoir éternelle gloire, come clairement nous enfeigne, & rend loyal tefmoignage, mofieur S. Paul,vaiffeau de vertus effeu de noftre Seigneur, ad Romanos I. difant:Inuisibilia Dei à creatura mundi, per ea que Vifibi
 
 

 

 

 

 

 

Visibilia Sunt, intellecta conspiciuntur.[Les chofes inuifibles de Dieu apparoiffent par la création du Monde, en les confiderant parles oeuures] Ce que femble vouloir le Philofophe, au prelu de & comencement de fon opufcule De anima;quand il dit que du merueilleux ordre de tout ce Monde, le recteur en eft congnu & fur toutes chofes aymè, veneré, & adoré: & aufsi fescoman dements accomplis, & obferuès. Qui eft la voye feule & le chemin perfaict pour en iceulx Cieulx & eternelle béatitude habiter. A caufe dequoy di foit fainct Leon, Pape quatrieme de ce nom, en ses Homélies : le Souleil, la Lune, & les eftoilles, font beaux à ceulx qui les regardent,& profita bles à ceulx qui en vfent, afin quon rende grâces honneur, & adoration, à celuy qui les afaicts. Doncques iceulx corps celeftes gouuernent, cô me moyens & fubiectz du Créateur, les corps inferieurs, & bas, par leurs lumières, mouue ments) & infiuences, come atteftele Philofophe, au fecod Chapitre du premier de fes Metheores, difant: Eft autem necessàrio Mundus iste supernis la nombus Sere continuus, Vt inde Vis eius Vniuer fare gatur [Ce Monde cy eft prefque neceflairement continuel es mouuements fuperieurs, afin quef a force vniuerfelle en foit gouuernee] & aufsi le Prince afferme telle & femblable chofe ,secunda primi, au huictieme Chap. Secundum (inquir) res cale
 
 

 

 

 

 

 

 

célestes, res terrestres eueniunt, & res, quae sequun tur caelestes, sunt ea quae stellarum causa accidunt. [Suvuât les chofes celeftes, les terreftres aduien nent, & celles qui fuyuent les celeftes, le fontà caufe des aftres.] Pour autàt, afin d'en cmencer icy quelque chofe, ie vueil dire en premier lieu que la lumiere,qui eft des vertus celeftes le vehi cule ou conducteur,aulcunes foys eft empefchee; & ce naturellement, comme voyons par les ecli pfes & deffaults des luminaires: & premièrement du Souleil, quand la Lune, en ligne ecliptique, & à la tefte, ou queûe,du Dragon, ou affez pres d'i celuy) eft mife entre le Souleil & noftre regard» & afpect: & fecOdement fe voit en la Lune, quâd l'ombre de la terre chet & aduient en telle habi tude, fur le corps de la Lune.Aufsi le mouuemêt & luminaire d'iceulx fe peutempefcher fuper na tu rellement: comme en eft bon exemple, pour le luminaire, l'eclipfe du Souleil à l'heure de la mort & pafsion de noftre Saulueur Iefus : de la-quelle eclipfe & obfcuritè espouentable, mon ftrueufe, & admirable, voyretref miraculeufe en général à tout le mde, ie vueil fur ce point par ler en peu de mots, craignant, par beaucoup de paroles attedier, importuner,& engèdrer maul uais contentement à mefsieurs les lecteurs. Premièrement d'icelle monfieur S. Iean efcript amplement en fon Apocalypfe,ou il dit. Terra motus
 
 

 

 

 

 

 

motus factus est magnus,& Solfactus est niger tanquam ficcus siliquineus, & Luna tota facta est Vt sangui [ vn grand trembleterre fut faict, & le Souleil deuiut noir comme fac à charuon,& la Lune fut toute rouge comme fang ] Aufsi de cefte rend loyal tefmoignage Eufebe, allegant Flegon, entre les fupputateurs d'0limpiades re nommè des plus excellentz & pertaicts, enfon quatorfieme liure, ou dit ainfi : Anno quarto olimpiadis 202. Magna & excellens inter omnes, quae prius acciderant, facta est Solis desectio: dies, hora Sexta, ita in tenebricofam nocte Versus est, Vt stellae in Celo Visae sint, terraemotus quoq in Bithynia multas ades Nicenae Vrbis subuerterit. [Au quatrième an delà 2C2 .0limpiade, la plus grande & plus me morable eclipfe de Souleil, qui fut oncques,ad uint; &,à fix heures, le iour fe tourna en telle nuict que les eftoilles furent veùes au Ciel, & inefmement vn trembleterre r'enuerfa plufieurs maifons en la ville de Nices en Bithynie.] Itè S. Lucian, Antiochien, Martyr, estant en fes rudes, cruelz, & grands torments, fort importunè & aggacè, quat ànoftre Foy Chreftienne, deseffc rès, implacables luges, infidelles, malheureux, & inhumains tyrans,cria à haulte voix de la mort noftre Saulueur & Redépteur lefus ceque s'en fuit. Perquirite (inqu t) in Annabbus Vestris, & inuenietis, temporibus Pilati, christo patiente, fucato Sole,
 
 

 

 

 

 

 

Sole, interruptum tenebris diem.[Cherchez(dit il) en voz Annales, & vous trouuerez qu'au temps de Pilate, à l'heuredela Pafsion de Iefus Chrift, eftant le Souleil obfcurci, le iourfut troublé de ténèbres ] En oultre de la dicte eclipfe auons, & s'offrcnt à noz yeulx, quatre irréfragables & in uincibles Aucteurs, noz fainctz Euangcliftes. Parquoy, n'eftant aulcunement pofsible de la nier, nous mettrôs encores troys miracles, faicts en cefte chofe tant merucilleufe & espouuenta ble. Le premier miracle fut en ce que cefte ecli pfe fut faicte oultre le temps, l'ordre, & au con traire de toutes eclipfes de Soufeil : car elles ncfc font iamais en oppofition d'iceulx, ny en pleine Lune. Ce qui fut faict voyre peu après leurs op pofitions : qui eft oultre nature côme faicte fans raifon, moyen ny ordre. Le fécond miracle fut pour autant que la partie du Souleil, eftant du poignât & Orient, fut la première vmbragee, & couuerte, & icelle mesmes la première enlumi nee. Ce qui aduièt au rebours en naturel labeur, & deffault d'iceluy. car cela fe doibt faire delà partie oppofite & occiduale. Le tiers, qui eft le plus grand, comme incredible ,& monftrueux, eft, que lors, & a l'heure d'icelle, la Lune alloit contre fon propre, acouftumé, & détermine cours : afcauoir d'Orient en Occident, & le rien naturel eft d'Occident en Orient : &, incôtinent icelle

 
 

 

 

 

 

 

icelle paffee, & finie, en vn moment fe rendit d'Orient en Occident en fon coèternel, deter miné, & premier mouuemèt & cours. Acescau fes, & parles raifons fuf dictes ie puys hardimêt efcripre la précédente eclipfe, faicte à l'heure de la mort de noftre Saulueur, auoir eftè aultre que celles qui ont efte ou feront iamais, quât aux na turelles, & tref miraculeufe & digne d'admira tion, &, quant à dame Nature, môftrueufe. Aul cuns aultres hommes d'esprit curieux, oultre les fuf dicts miracles, en adiouftent à la fufdicte ecli pfe vn qnatrieme: qui eft touchant la généralité. car elle fut vniuerfelle, auec fa longue fouffran ce, ou durée: & en vn clin d'oeil, voyre en moins querien, puys apres, le Souleil respandit fes tref reluy fans, & clairs rayons, & lumière partout l'vniuerfel. ce qui ne peut eftre en eclipfe natu relle, ou il eft après pour le moins ténébreux & obfcur lespace de quelque temps, comme d'vn demy quart d'heure, ou enuiron. Et voy la pour le fupernaturel empefchement du luminaire. Quant au mouuemèt, il en eft efcript de mefme en Iofue,au dixième Chapitre. Stetit itaque Sol in medio Caeli, & non sestinanit occumbere spacio Vnius diei. Qui eft à dire: le Souleil s'arrefta au millieu du Ciel, & ne s'aduancea foy reconfer ou muffer lespace d'vn iour : & cela fut quand ledict lofue dit : Sol, contra Gabaon ne mouearis,& Luna contra Aia
 
 

 

 

 

 

 

Aialon.[Souleil, ne te remue contre Gabaon, ne toy. Lune, contre Aialon.] D'aduantage, pour exemple de fupernaturel empefchement de leurs puiffances ou influêces, auons, comme eft narre au huictieme Chapitre du quatrième des Roys, d'Ezechiel & d'Elie, que l'vn d'eux, par fes gran des larmes & oraifons, impetra & luy fut don nee prolongation, & inducede fes iours, pour quinze ans, & à l'aultre de non plouuoir fur ter re: dont dit (& tref bien) Autor iudicum, ipse pius creator Volens naturauit, idem pius, cum Vult, na tur am facit claudicare. [Le bon Créateur, quand il veult, laiffe courir Nature : quand il veult, la fait clocher.] Pareillemèt l'influence des Cieulx peut eftre vaine, par Nature mefme, comme on congnoift en l'eftoille Polaire, qui eft touche à touche du Pôle arctique, nomee par les Bergers pommeau du Ciel, & par ceulx d'Egypte Airuc kaba. Car cefte eftoille, ayàt la nature de Satur ne & Venus, attire à foy la pierre nomee Aymât, dicte en Latin Magnes, come apert aux efguil les décès petits quadrans folaires: & ledict Ma gnes, ou Aymant, tire le fer, fi la pierre precieu fe, nommee Diamant, n'eft en prefence: car alors ledict Diamant empef cheroit l'influence que la dicte eftoille Airuckaba donne à l'Aymant. Or maintenât, quelque chofe que i'aye promife parauant,& promette encores,ienevueil tou-
 
 

 

 

 

 

 

 

 

tesfoys metat glorifier,ny eftimer,voyre moîns fonger & dire, que ie puiffe compofer, prognofticquer ,& vouloir iuger des chofes àvenir;mais feulement par imagination coiecturer, oppiner ,& reciter ce que les Philofophes & Aftrologues en ont presché, dit, & escript. Pource,fi quelcun me veult reprendre(combien qu'il n'eft fi vigilant que fommeil ne prenne ou affomme, ne tant fcientificque & docte qu'il fache tout) il reprendra Ptolomee Egyptien, Leupoldes ) filz de l'Archeduc d'Auftriche, Pierre de Aliaco, Cardinal de Cambray,Guy, Italien,Haly, Hebam,Ragel, Alkabice, Abraam Auenara, Arabe lean de Mont real, Georges Purbache,Germains, & plufieurs aultres. Quant au prefent Opufcule & traicté, il fera diuise en quatre parties : dont la première monftrera la coniecture delà fin du Monde,& derniere Periode, par le mouuemèt de deux petitz Cercles, qui fe feront & acompliront en fept mil ans, par le premier poinct du figne d'Aries & Libra, fiché & posc au firmament, à l'entour des premiers poincts d'Aries& Libra du neufieme Ciel, faifant quatre ftations ; dont,enuiron la fin de la première, vint le déluge vniuerfel : à la fecode,la perdition des Egyptiens en la mer Erithree, qu'on appelle Rouge: à la troyfieme, la perdition des Iuifz,faicte par Vefpafian & Titus fon filz. Empereurs des
 

 

 

 

 

 

 

des Rommains :à la quatrième, la perdition de l'vniuerfel, ou la plus part, ou grades altérations, immutations, & changemens, pour le moins, fe feront en ceftuy vniuerfel Monde : delaiffant toutefoys le tout a déterminer & iuger à la di uine clémence & bonté, comme à celle qui feule peut à telz effectz & influences refifter.
LA seconde PARTICVLE declai rera & monftrera la fin du Monde par le mou, uement & gouuernemét des fept Planètes qu'on dit eftoilles errantes: dont chafcune par foy gou uerne & meine le Monde l'espace de troys cens cinquante quatre ans, & quatre moys, ainfi que defcrit Abraam Auenara, Libro Rationum, au pe nultime Chapitre d'iceluy.

LA TROYSIEME PARTI CVLE fera de la triplicitè des Planètes & de la permutation d'icelles d'vne triplicité en aultre: qui fe faict en uiron l'espace de deux cens quarante ans.

LA QVATRIEME PARTICVLE mô ftrera icelle fin & dernière Période, par les dix reuolutions de Saturne: qui fe font & acomplif fent enuiron l'espace de troys cens ans.Toutes foys de ce & femblables le tout de laifse à conclu re & déterminer à la diuine prouidence. & pre

 
 

 

 

 

 

fcience de Dieu. Tout ceque icy deffus, nous auons dit à cefte heure, & prefentement, fe fera, comparant aulcunes foys & afsimilant les chofes futures aux paffees, & les paffees aux futures, à la louange de Dieu omnipotent noftre fouuerain, & Créateur de toutes chofes; aux oeuures du quel, mefme ment aux tref clers & limpides corps celeftes, contemplation reluift ,fe manifefte, & reprefente, come en vn liure matériel des mains de Dieu efcript. A caufe dequoy cefte fcience d'Aftronomie, plus qu'aultres fcièces naturelles (au nombre desquelles ne vient la facree,diuine. & fupernaturelle Théologie) doibt eftre vene ree, admirable, exaltée, & de louange à toutes preferee, voyr eaulcunement requife au Theo logien mefme, côme l'efcrit tref bien Ludouicus Vinaldus, en fon traicté & oeuure royal des af flictions, ennuys & perfecutions de l'Eglife de Dieu noftre Saulueur, en la dixième perfecu tion, ou il dit en cefte manière : Le fcientificque & perfaict docteur Theologien doibt verfer & eftudier en Aftrologie: pour autant qu'en la di uine & faincte efcripture eft traicté, par plu fieurs moyens & diuerfes manières, des Sphères fuperieures, & des Cieulx : & aufsi des decours, influences, & effectz du Souleil, de la Lune, & d'aultrcs Planetes errantes. Mais, fi d'aduantu re quelcun de facheux vouloir, mal édifié, & de maul
 
 

 

 

 

 

 

 

 

mauluaife ouye, vouloit ce que prefentement ie dy, & diray, finiftrement interpreter, & prendre en mauluaife part, i'enten feulemèt, & pour conclufion, fans vo uloir aulcunement defuier ne va rier, & moins contrarier, parler de celle qui eft
permife & approuuee par noftre mere l'Eglife, & par la facree doctrine de fes Docteurs & bons profeffeurs,proteftantque ie n'enten ne vueil contredire ne defroguer, quant à la dicte Aftronomie, aux conclufious & decifions des fufdictz docteurs de noftre faincte mère l'Eglife: & foubz telles proteftations (non aultrement) eft mon in
tendit, & dire, comme par cy deuant i'ay clairement & plusqu'a 'l'oeil, exposé. Aufsi, à la verité, le trefrenômé Théologien, Cardinal de Cambray, nommecelle, dont ie vueil parler, Theolo
gie naturelle. Enoultre Picus, Libri Sui terty capite 2. In suis disputationibus aduersus Astrologos,allègue telsmotz; si quid in terrenis, quascunque fingulares & excellentes dotes intuemur, eas Celi
solemus muner a existimare; quae non elementales, de quibus illa corpora coalescunt, qualitates,sed infufam
illispotius Virtute caelius consequantur. [Si nous voyons es corps terreftres quelques fingularirés& excellences, nous auons accouftumé de les efti mer dons du Ciel, qui ont leur vertu infufe de la hault, & nompas de la propriété des Qualitès elemêtaires, desquelles ces corps s'entretiènent.]
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parainfi donc ne doibt eftre defprifee,& anichi lee, mais loùee & mife fus, pour fa grande vtilite, tant à la Republicque, que generalement à tout le genre humain : de laquelle vtilite nous auons exempie en ce grand Médecin Hippocras en plu
fieurs lieux preallegué: & fpecialemèt en ce qu'il predict la future pefte ,qui debuoit aduenir aux Iliryciens, lors que, delaiffant fes efcoliers, fe tranfporta par les villes de Grèce, pour mettre ordre, preuenir, & defchacer la fufdicte perni
cieufe, mortifere,& venimeufe maladie. Item Patricius, en fa fecode de l'inftruction de la Republicque, efcrit & racompte qu'Anaximander Milefius pronoftica aux Lacedemoniens de gar
der leurs maifons, àcaufe d'vn prochain tremblement de terre,qui aduint tel qu'il le predit; & par iceîuy la plus part de leurs édifices, & mai fons cheurent en ruyne: & encores fut tel que ce mefines aduint en aulcunes montaignes voyfi
nes. Aufsi Pcricles, Capitaine des Athéniens,entre aultres, cognoissant vne efclipfe de Souleil adueniri faulua fon lot, fon armée, & fes gents, de fes ennemis: & au cotraire dece, Nicias, igno
rant & non inftruict d'vne eclipfe future, auiour d'icelle meit fon exercite en hazardau pais de Sicile, ou il fut confus, & perdit fes gents, & fon armee; & deflors fut le cômencement des aduer
fitez, & perditions, & de plufieurs maulx des Athe
 
 

 

 

 

 

 

 

Atheniens. Presentemet, a caufe de briefueté, me tairay d’aultres innumerables exéples, qui neat moins la pourroyent bien fort deffendre cotre plusieurs chiens Plutoniques, qui,estas folicités, anguariés, & stimules du ma!in esprit à touiours ennemy de Nature humaine, la diffament, fouillent, desprifènt, mettét en pieces,& de toute leur puissànce la denigrent,& coculquenc. Mais vueil pour. elle aultre deffence finon que Sciéce ie ne n’a hayneux quel’ignorant: car ainsi la mefprifent telles gens, pource qu’ils ne la feauroyét entendre, ne par elle acquerir gloire & honeur. pource que, come chacun bon Theoriste en cest art fcait afsés, fuyuat le dict de Ptolomee, au comencemet de son Cétiloque, la sciece des estoilles vient de la nature, & du don des Astres;come aufsi femble tenir l'escripture saincte, Deuter.4. cap. quad elle dit : Deus fècit corpora caelestia in misterium cunctius gentibus, qua fub caelo sùnt : qui est a dire : Dieu a faict les corps celestes pour feruir a toutes gents estans soubz le Ciel. toutesfoys si fault il entendre qu’elles feruent aultrement a Dieu,qui est faict home, qu’a vn pauvre & simple homme:& aultremét au Createur, & aultrement aux creatures. Quoy fachat Cato Seuerus difoit: Noz predecesseurs n’ont point tant par armes,que par dilcipline celeste,augmenté le bien de la Republicque. Mais ce que le defert de
 
 

 

 

 

 

 

 

Science,ou ignorant, point n'entend, le vitupere & blafme,côme hébété & defert d'efprit: au con traire le docte & fcauant loue toutes chofes : car il n'eft rien ou la puissance de Dieu ne reluife, voyre iusques dedans les tenebres & paluz infer naulx : tellement que l'on peut dire de ceulx, qui font aultre mét que ces doctes, ce que l'on dit en vulgaire & cômun Prouerbe: c'eft que les Chiès abbayent & iappent toufîours à ceulx qu'ils ne congnoissent: & ainfi eft il de tels defprifeurs, encores qu'ils ayent quelque aultre bon fcauoir. Quàt à quelques aultres abbayeurs,qui font tant ineptes, mefmes aux bonnes lettres, & tant idiots & beftes, qu'ils ne fcauent leur Grammaire, ne rien du tout, ie les vueil laisser, comme ennemis de toutes Sciences. Seulement diray qu'ils font fi temeraires,fotz, & oultrecuidez, qu'ilz croyent, pource qu'il font quelques foys hault efleués en honneur de ce mode, qu'ils fcauent quelque cho fe:carl'ignare peuple, auquein'y aiamaisgrâde viuacité d'efpriti ou d'entendemèt, le cuy de ainfi & tels les luge & eftime. Telles gents font heri tiers feulemèt de malice: &, cobien que des l'heu re de leur natiuité ilz ayent veu le Souleil, que ce grand Philofophe Platon appelle le filz vifible de Dieu inuifible, encores ne fcauent que c'eft, ny ne le feauroyent fonger, ny entendre. Ilen y a a aultres tenant l'aultre extremité, ne fcachans Pas
 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

pas que vertu giftau millieu, entre peché par de fault, ou par abondance, qui penfent & croyent que les actes des hommes, & leur libéral Arbitre, foyent subiects aux Loix des corps celeftes, au gouuernemèt d'iceulx, & en leur puiffance. Qui eft cotre l'efcripture faincte ,au trezieme Chap. de Sapièce,ou il eft dict: Si les Philofophes fe font efmerucillez de l'oeuure des Cieulx, des effects & opérations des eftoilles,& des elements,ilz en tendent que l'ouurier eft plus fort, & de plus grande beaulté & admiration que fon ouurage.
Les aultres auec chofes mal entendues, & faul cement proposees, nient, & dient que les corps celeftes n'ont point de puissance contre nuftre theme & preaffumé propos : afcauoir: Altitudi nis firmamentum & c. Ie ne me puys tenir d'efter nuer, & collerer contre tels mefchans. Dieu me doint la vertude me pouuoir cotenir, & fembla bles mal édifiez mettre en oubly. 0 mon Dieu, mirabilia opera tua, & anima mea cognoscet nimis. [fi ie puys congnoiftre tes ocuures, ie fcauray trop] Mais ie fuis marry que cotre ces ignorans, & gents desertes de bone congnoiffance, il fault que ie die auec Galien, ce gràd Médecin : Il n'y a nul homme maintenant qui fe dédie à inquifi tion, & congnoissance de vérité, mais a' pecune:
à ciuile puissance, & à infatiable delict devolu uté; en forte que,fi aulcun s'addone à côgnoistre

 
 

 

 

 

 

 

Science, il eft réputé fol, ionxte le dire monfieur fainct Auguftin: qui eft tel: Les riches font main tenant en telle admiration que, qui neft riche, eft eitimé, & iugé fot. Pleuft à Dieu que toutes telles gens eussent richesse, & richesse n'e les euft point. Mais à cecy oyez que dit le Prophete Mi cheas, en fon fixieme Chap, felon l'interpreta tion fainct Hierofme : Veritas paupertatem, men dacium diuitias parit [ Vérité engendre panureté, &mèfonge richeffes] Et Efaie le fainct Prophe te : facta est (inquit) veritas in obliuionem, & quae recebit à malo,praedae patuit [ Vérité eft mife en oublyi &, s'eftant retirée du mal, eft maintenant abandonnée à proye] Dont bien difoit, au defa uantage, & contre telles gents, le Philofophe Ariftipus, difciple de Socrates, interrogué par Denis Syracufîen qu'il fauldroit faire, afin que les Philofophes fréquentassent les riches, non les riches les Philofophes, refpondant ainfî à la fin: Miserior est animi egestas quàm corporis : atque hoc miseriores egenis sunt diuites, quod non intelligant quam preciosa, quamq necessaria re careant[ Plus miferable eft auoir taulte des biès de l'efprit que de ceulx du corps: & font les riches plus mifera bles que les pauures Philofophes, en ce qu'ils ne fcauent pas cobien eft precieufe & nécessaire la chofe dont ils ont faulte.] D'aduàtage il efcript qu'il vault beaucoup mieulx eftre indigent, & fouf
 

 

fouffreteux qu'ignorant ; pour autant que celuy eft vray homme, qui au lieu de richesses, a bon fcauoir; & au côtraire,celuy n'eft digne du nom d'homme qui nta fcauoir ne science,quelque ri che qu'il foit. Car tous telz hébétés font hom mes non hommes. Or eft à prefent assez parlé des deffufdictz; par trop ag greftes ignorâs;priant,pour fin, le créateur iceulx reduire,infpirer, &confermee du tout

 

a son bon voloir.

 

 


Search the site


This site has been optimized for the use of a resolution: 1024 by 768     

THIS IS A "NO PROFIT" SITE 

Last update 16 April 2005



Site map: Too many pages? Are you confused? click on the link to see the full list of my web-pages.

Nostradamus it: External site where you can compare side by side all the quatrains.

Libri & Books:Why you don't buy a beautiful fac-simile instead to spend thousand of dollars for an original?

© All Rights Reserved - Designed by Mario Gregorio