Orange 711#31
samedi 2 novembre
 Accueil RF
 Recherche
 Aide
 Contact
 Le Reportage
> Comment stopper l'hécatombe ?

New York
2001 - 2002

La Radio du goût



Services
Inforoute
> Accueil
> Trafic en temps réel
> Radios autoroutières
> La route & Radio France
> La route sur le Web
> Téléphone route
> Minitel
> Sécurité routière
Points route
  > France Info
  > France Inter
  > FIP

Inforoute
conseils
reportages
Savoir Conduire... c'est savoir vivre
Alcool

© Sécurité routière
Dans 85% des cas d'accidents mortels liés à l'alcool, les responsables étaient des buveurs occasionnels. Il suffit souvent d'une fête de famille, d'un pot entre amis, d'un repas bien arrosé. Le risque d'accident mortel augmente considérablement avec le taux d'alcoolémie. Il est :

multiplié par 2 à 0.5g/l
multiplié par 10 à 0.8g/l
multiplié par 35 à 1.2g/l
L'alcool rétrécit le champ visuel, augmente la sensibilité à l'éblouissement et altère l'appréciation des distances et des largeurs. Les réflexes diminuent. L'alcool provoque une surestimation de ses capacités et a un effet euphorisant. Beaucoup de médicaments multiplient les effets de l'alcool. Si vous devez conduire, consultez les notices des médicaments et demandez éventuellement conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.
Vitesse
Un accident mortel sur deux est dû à une vitesse inadaptée. Accepter de réduire sa vitesse de 10%, c'est diminuer de 40 % le nombre d'accidents mortels. La perception visuelle diminue avec la vitesse et le choc est plus violent. Plus le cerveau reçoit d'images et plus il devient difficile de les enregistrer. La voiture devient moins maniable et le risque d'erreurs augmente. Les pneus adhérent moins à la chaussée et la fatigue s'installe plus vite. Les temps de réaction et de freinage augmentent.
votre vitesse sur autoroute sur route à chaussée séparée sur autre route en ville
par temps sec et clair1301109050
par temps de pluie1101008050
visibilité inférieure à 50m50505050
Distance de sécurité
Un intervalle de sécurité suffisant avec le véhicule qui vous précède doit être respecté : « Un trait c'est trop près, deux traits c'est la sécurité ».
Ceinture de sécurité
Dans les accident mortels impliquant au moins une voiture, l'absence de ceinture est un facteur aggravant dans 22% des cas. Le taux de mortalité des personnes non ceinturées est deux à trois fois plus élevé que celui des personnes ceinturées. C'est pourquoi le port de la ceinture de sécurité est obligatoire pour l'ensemble des passagers à l'avant comme à l'arrière. Les muscles des bras ne peuvent guère résister à une force de plus de 50 kg. Or à 50 km/h contre un mur, c'est une force de plus de deux tonnes qu'ils devraient développer pour retenir un corps de 75 kg. Non ceinturé, un corps est donc projeté à travers le pare-brise ou l'habitacle. Et il est impossible de se cramponner, ou de protéger un enfant dans ses bras. Un choc à 50 km/h correspondant à une chute du 4ème étage. Aujourd'hui, avec ceinture, un choc n'est pratiquement jamais mortel à la vitesse réglementaire en ville (50 km/h).
Protection spécifique des enfants
La moitié des enfants de moins de 10 ans tués ou blessés, lors d'accidents de la circulation, le sont en tant que passagers des voitures particulières. Lors d'un choc à 50 km/h, un enfant de 30 kg projeté en avant devient une masse de près d'1,5 tonne humainement impossible à retenir. Pour protéger la vie de vos enfants, vous devez les installer à l'arrière du véhicule, mais cela n'est pas suffisant. Des dispositifs obligatoires de protection existent. Pour être efficaces et confortables, ils doivent être adaptés selon le poids et la taille de l'enfant, bien utilisés et faire l'objet d'une homologation européenne.
Fatigue et vigilance
La plupart des accidents liés à l'assoupissement surviennent la nuit entre 0h et 6h et le jour entre 13h et 16h. On estime qu'après 2 heures de conduite, le conducteur n'est plus dans un état optimal de réaction face à un événement. Son temps de réaction est au mieux de 2 secondes. Il multiplie donc par 2 la distance parcourue pendant le temps de réaction « normal » de 1 seconde.
Faites la pause portable
La conduite doit toujours réclamer prioritairement l'attention du conducteur. Au delà de l'occupation des mains, c'est le manque d'attention qui est en cause, particulièrement aigu dans les premiers moments de la conversation téléphonique. Il s'agit donc réellement de faire la "pause portable", et d'éteindre son téléphone au volant si personne ne peut répondre.



  Informations légales . Confidentialité . © Radio France 2002



 FRANCE INTER
 FRANCE INFO
 FRANCE BLEU
 FRANCE CULTURE
 FRANCE MUSIQUES
 FIP
 LE MOUV'
 HECTOR

 URGENCES
 SOPHIA

 ACCUEIL
 LES CONCERTS

 NATIONAL
 PHILHARMONIQUE
 CHOEUR
 MAITRISE

 LA RADIO DU LIVRE
 LA RADIO DES REVUES DE PRESSE
 LA RADIO DE LA POLITIQUE
 FRANCAIS A L'ETRANGER
 LA RADIO DU GOUT

 SPE@KER, LE MAG. DES PROGRAMMES
 LES FREQUENCES
 EMISSIONS EN PUBLIC

 LE GROUPE RADIO FRANCE
 RADIO FRANCE PUBLICITE
 LA DOCUMENTATION
 LES PREVISIONS D'ACTUALITE
 LE MUSEE

PDA 
WAP 
TELEPHONIE MOBILE 
AUDIOTEL 
MINITEL 

METEO 
BOURSE 
EMPLOI 
INFOROUTE 
 FRANCAIS A L'ETRANGER 

LA BOUTIQUE 

RECHERCHE 
COMMENT NOUS ECOUTER ? 
AIDE 
ACCES AVEUGLES