Conseils techniques
> Productions animales

BOVINS . Les critères de choix d’une génisse de renouvellement

Lors de la sélection en élevage allaitant, trouver le juste milieu entre les caractères d’élevage (fertilité, facilité de mise bas, qualité maternelle) et les caractères de viande bouchère (vitesse de croissance, développement musculaire), n’est pas facile.
Un caractère peut en détériorer un autre, d’où une constante réflexion sur le choix des futurs reproducteurs, au service de l’avenir de son troupeau.
Au sevrage, faire le choix de ses futurs reproducteurs n’es pas toujours simple.
Les mesures faites lors du contrôle permettent d’établir un certain nombre de documents qui permettent de comparer les animaux entre eux, au sein du troupeau de l’éleveur, de part les résultats de croissance et de conformation des animaux caractérisant le potentiel génétique des parents.
Le poids à âge type (120 et 210 jours) est un des outils qui permet de connaître d’un animal ce qui n’apparaît plus à l’œil (qualité d’élevage…)
Pour cela, il faut tenir compte du couple mère/veau et de l’évaluation du taureau :
Le couple mère/veau afin d’avoir la plus grande objectivité possible sur l’objectif de sélection :
Performance de reproduction :
- Fertilité, fécondité
- Aptitude au vêlage : poids naissance, note de facilité de vêlage (ouverture pelvienne)
Performance des veaux :
- Aptitude d’allaitement (gain de poids du veau 0 – 120 jours)
- Conformation (pointage) : Développement Musculaire et Squelettique
Afin d’avoir une évaluation du taureau sur la production de veaux sevrés, il est nécessaire de prendre en compte le poids à 210 jours.
 
RUMINANTS. Que faire en cas d’avortements ?

Vous constatez un avortement, contactez au plus vitre votre vétérinaire sanitaire. C’est indispensable pour :
- connaître la cause de l’avortement
- éviter la diffusion de la Brucellose, maladie transmissible à l’homme
- résoudre les problèmes d’avortements multiples, de retours en chaleur, d’infertilité et d’infécondité
- mettre en place un plan de prophylaxie adapté à votre élevage avec votre vétérinaire (vaccination)
Pour identifier la maladie, une prise de sang ne suffit pas ! Deux visites avec prises de sang sont nécessaires.
N’oubliez pas de re contacter votre vétérinaire qui effectuera un deuxième prélèvement trois semaines plus tard.
Tous les frais (vétérinaires et laboratoire) sont pris en charge :
- 1ere visite du vétérinaire prise en charge par la DSV,
- 2e visite et toutes les analyses de laboratoire prises en charge par le GRDSBR/RESIR.
 
PETITS RUMINANTS. Que faire en cas de mortalités ?

Vous avez des mortalités d’ovins ou de caprins ! Contactez votre vétérinaire pour faire autopsier vos animaux.
L’autopsie permet à l’éleveur de :
- connaître la cause de la mort
- éviter la mort d’autres animaux sur l’élevage
- identifier les principales maladies dans l’exploitation
- mettre en place un plan de prophylaxie adapté à votre élevage (vaccins, vermifuge…) avec votre vétérinaire
- prévenir les risques sanitaires et économiques dans votre élevage.
Le réseau d’épidémio-surveillance RESIR/GRDSBR subventionne les autopsies de cabris et de moutons depuis 2001, à hauteur de 85% du prix.
Le RESIR prend également en charge à 100% les frais de déplacement du vétérinaire.
 
VOLAILLES . Comment lutter contre les salmonelles ?

Les salmonelloses aviaires sont des maladies infectieuses, contagieuses, transmissibles à l’homme, dues à les bactéries du genre Salmonella.
Les milieux à risques sont les abreuvoirs pollués par les fientes, les aliments souillés, les parcours boueux, les bâtiments mal désinfectés (absence de décapant).
Mesures préventives de lutte :
- Disposer d’une tenue spécifique au bâtiment d’élevage
- Visiter les lots au minimum une fois par jour afin d’éliminer les cadavres et les malades, le plus vite possible, congeler si possible et contacter le service équarrissage du GDDSBR (service gratuit pour un poids minimum de 40 kg)
- Mettre en place des pédiluves pour chaque bâtiment (à renouveler au moins tous les deux jours)
- Désinfecter le matériel entre deux bandes
- Tenir les autres espèces animales de l’exploitation à l’écart de l’élevage
- Eviter les visites dans d’autres élevages
- Dératiser régulièrement les bâtiments et abords
- Entretenir les parcours et les abords : débroussailler, désinfecter et chauler
- Procéder à un cycle de nettoyage, désinfection, désinsectisation et vide sanitaire effectués dans des conditions adéquates s’avère indispensable dans la lutte contre les salmonelles.
 
IDENTIFICATION. Les règles à respecter

Voici les règles à respecter pour l’IPG (Identification Pérenne et Généralisée) :
1 – Tous les cheptels bovins, ovins, caprins, porcins et avicoles (seulement les poules pondeuses pour le moment) doivent être déclarés à l’EDE
2 - Pour les cheptels bovins, l’identification des animaux doit être faite dans les 48 heures(naissance), et la notification des mouvements doit être
faite dans les 7 jours.
3 - Pour les ovins et caprins, l’identification doit être faite avant l’âge de 6 mois ou avant la sortie du cheptel naisseur. 
4 - Pour les cheptels porcins, les animaux doivent être identifiés avec l’indicatif de marquage avant la sortie de l’élevage, et 3 semaines avant l’abattage.
5 - Pour les cheptels ovins, caprins et porcins, des documents de circulation doivent être utilisés et remplis.
 
 
 
  24, rue de la Source, BP 134 - 97463 Saint-Denis Cedex
Email : rcommunication@reunion.chambagri.fr
Tel : 0262.94.25.94 - Fax : 0262.21.06.17