La chasse en France
Etat des lieux

 

o LIGUE ROC

o FAUNE SAUVAGE

o NON-CHASSEUR

o ANIMAL SENSIBLE

o CHASSE

o POUR LES JEUNES

o COMMUNIQUÉS

o PUBLICATIONS

o SOUTENIR ET AGIR


LIGUE ROC
26 rue Pascal
75005 PARIS
01 43 36 04 72




analyse mesure frequentation internet par


LES VICTIMES
Tableaux de chasse
Espèces chassées
Comparatif européen
Lâchers d’animaux d’élevage
Problèmes posés aux non-chasseurs
Accidents de chasse
• Du plomb dans les cartouches

LES PÉRIODES
On chasse plus de 6 mois par an
Comparatif européen
Chasse aux oiseaux, au Québec

LES CHASSEURS
Comparatif européen
Vous êtes chasseur, ouvrons le dialogue
Point de vue d'un chasseur

DIFFÉRENTES PRATIQUES (EXEMPLES)
Chasse de nuit
Chasse à courre
«Les chasses traditionnelles»
Chasse à l’arc
Déterrage
Piégeage
Braconnage


LE DÉTERRAGE

QU'EST-CE QUE LE DÉTERRAGE ?

Le déterrage, ou vénerie sous terre, consiste à faire capturer par des chiens un animal dans son terrier ou à l’en sortir en creusant avec des pelles ou autres outils de terrassement pour le saisir à l’aide de pinces quand il est acculé par les chiens.
Toute meute doit être en conformité avec la réglementation que la Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt (DDAF) est chargée de faire respecter. Elle comprend au moins trois chiens de races spécialisées. On dit qu’ils sont créancés pour suivre la voie du renard, ou du blaireau, ou du ragondin. Ils sont obligatoirement tatoués.

La chasse sous terre bénéficie d’une période spécifique fixée par le Code Rural. Elle ouvre au 15 septembre et s’achève le 15 janvier. Néanmoins, le Préfet peut autoriser la vénerie:

  • du blaireau pour une période complémentaire à partir du 15 mai et jusqu’au 15 septembre,
  • le ragondin s’il est classé « nuisible » dans le département peut être déterré toute l’année,
  • le renard, s’il est classé « nuisible » dans le département peut également être déterré toute l’année, et l’usage de produits non-toxiques est autorisé pour le contraindre à sortir du terrier.

UNE PRATIQUE BARBARE

Histoires vécues

• Déterrage du renard
«… Trois, quatre heures passent. C’est aux aboiements des chiens que les déterreurs devinent que l’animal traqué, harcelé, n’est plus qu’une loque. Alors, un de leurs larbins ouvre le terrier avec une pelle et saisit au bout d’une longue pince une pauvre petite chose rousse, déchiquetée, souillée de terre et de sang. Une renarde qui ose encore se cabrer, yeux exorbités par la douleur, avec sans doute, l’effroyable pensée de ses petits livrés à l’ennemi. On l’achève d’un coup de pistolet en même temps que sautent les bouchons de champagne . Quant aux renardeaux, tradition oblige, un bon coup de talon leur écrase la tête.»
Paule Drouault


• Déterrage du blaireau
«…les chiens ne sont pas ressortis, bloqués dans une galerie : il a fallu utiliser pelles et pioches, un boulot de terrassiers . Bêcher, déblayer, et finalement sortir le blaireau et le tuer, dégager les chiens.».
Récit reçu au ROC.

«Il est tout d’abord interdit de servir* l’animal s’il n’est pas «calé». Il doit être dans l’impossibilité de bouger, acculé par le chien. Le coup est porté, à l’aide d’une aiguille ou d’une dague, derrière la tête. C’est la méthode la plus douce pour tuer l’animal».
Le Progrès 8 juin 1999.
*Servir : terme de vénerie signifiant, par euphémisme, Tuer.

Rien ne justifie une telle destruction du blaireau, du renard et du ragondin. Dans les cas où une régulation est nécessaire (échec ou insuffisance des moyens de prévention, notamment dans le cas du ragondin), en aucun cas elle ne doit se faire par déterrage.

La vénerie sous terre doit être interdite

Des informations sur ce thème dans nos publications !