Adhesion
Mettre à jour MES COORDONNÉES
Déposer une offre d'emploi
Annuaire Express

Blog Emploi
Dernière newsletter Newsletter n°95

Chers amis,

J'étais très heureux de croiser nombre d'entre vous jeudi 24 juin dernier Rue Saint-Guillaume. Il faut dire que l'ambiance était festive... 550 alumni, des personnalités politiques, des...

Dates clés

Les débuts

20 mars 1875 : Les anciens élèves de l'Ecole libre des sciences politiques se fédèrent offciellement, sous la formule de « Société ». Sa mission est ainsi dépeinte : « Etablir des relations amicales, un lien de solidarité et d'aide mutuelle entre tous les anciens élèves, élèves et auditeurs de l'Ecole, et éclairer, par la discussion et le travail en commun, les questions qui rentrent dans le domaine des sciences politiques ».
La « Société » se compose de trois collèges : des membres honoraires, des membres actifs et des membres correspondants. Dans la première catégorie, on trouve Emile Boutmy, directeur et fondateur de l'Ecole, élu président honoraire, l'économiste Paul Leroy-Beaulieu, le juriste Charles Lyon-Caen, le diplomate Albert Sorel et le futur député et ministre Alexandre Ribot. Dès l'origine, les priorités fixées sont l'édition d'un annuaire et l'encaissement de cotisations. Le « tarif » est alors fixé à 2 francs.

1881 : La Société s'installe dans les nouveaux locaux de l'école, au 27, rue Saint-Guillaume.

1912 : La Société ouvre ses rangs aux élèves. A la veille de la guerre, elle comprend 1 300 membres et s'apprête à être reconnue d'utilité publique.

 

La "Société", premier rassemblement des anciens élèves

1914-1918 : Les conférences de sections et les repas d'anciens s'interrompent. Seules subsistent, jusqu'en 1916, de grandes conférences permettant de débattre des événements de la guerre.

Juillet 1919 : Les anciens élèves reprennent leurs activités d'avant-guerre. Le 3 juillet 1919, un banquet est organisé au Cercle français de la presse étrangère en l'honneur des anciens élèves plénipotentiaires à la Conférence de la paix.

9 février 1920 : L'assemblée générale peut enfin se tenir après six ans d'interruption. Plus de 200 membres sont morts ou ont disparu au combat. Le nombre des adhérents a baissé de plus de 25%. La Société décide de porter la cotisation anuelle de 16 à 25 francs.

L'entre-deux guerres : La Société anime deux réunions hebdomadaires correspondant aux deux principaux enseignements de l'Ecole : « Finances et législation », « Histoire et diplomatie ».
Elle assure également le service gratuit de la Revue des sciences politiques et celui de l'annuaire ; elle publie un bulletin, organise des excursions, réunit, au cours de nombreux dîners, ses membres actifs et honoraires avec des professeurs de l'Ecole et des invités extérieurs.

1939 - 1945 : Nombreux sont les anciens élèves qui participent à la Résistance et à la France libre, à commencer par Roger Seydoux, alors directeur de l'Ecole. André Siegfried, René Carmille, mort en déportation, Jacques Bingen, François Bloch-Lainé, trésorier de la Résistance, Jacques Chaban-Delmas, Michel Debré, Alain Savary, pour ne citer que certains parmi les plus connus.
Un service d'entraide particulièrement efficace a permis de livrer aux prisonniers quelque 11 000 colis pour un montant de deux millions de francs.
Quatre nouvelles sections professionnelles (Assurances, Banques, Commerce-Industrie-Agriculture et Professions libérales) « répondant aux préoccupations de la vie actuelle », ont été créées.

 

Création et succès de "l'Association des Sciences-Po"

Avril 1945 : Un nouveau conseil est élu. Edmond Lebée en est le président. Il sera le premier représentant d'une série de cinq présidents, tous issus du milieu bancaire, qui se succéderont jusqu'en 1971.

9 octobre 1945 : Aux termes d'une ordonnance, l'Ecole libre des sciences politiques fait place à l'Institut d'études politiques. Celui-ci est rattaché à l'université de Paris et à la Fondation nationale des sciences politiques.

22 février 1946 : La Société décide de se transformer en association de la loi de 1901. Des sections commencent à éclore dans les régions et à l'étranger.

1948 : L'Association compte 4 600 membres, et connaît une forte croissance du nombre de ses adhérents et de son activité.

1950 - 1959 : L'Association diversifie encore ses activités :

  un service de cours polycopiés est créé ;
  une activité de prêts ou de dons est mise en oeuvre ;
  les premiers stages étudiants dans les entreprises sont proposés ;
l'Association fournira un appui aux anciens élèves rapatriés d'Afrique du Nord ;
Les cocktails annuels, rallyes automobiles, tournois de bridge, dîners de promotions et voyages voient le jour ;
Un grand bal a lieu chaque année au Cercle de l'Union interalliée ;
l'Association développe ses liens avec les entreprises afin qu'elles puissent soutenir financièrement ses activités.

1961 : L'Association emménage au 187, boulevard Saint-Germain.

1966 : Le pic de 8 300 membres est atteint.

Mai 1968 : Les jeunes diplômés ont vocation à s'investir davantage dans l'Association. La place des diplômés récents au sein du conseil est en effet assurée par l'instauration d'un collège électoral spécial de 10 administrateurs sur un total de 21.

1971 : Paul Delouvrier devient président de l'Association. Son entrée en fonction coïncide avec le centenaire de l'Ecole, où il retrouve Georges Pompidou, lui-même ancien élève et maître de conférences.

1997 : La publication de l'annuaire des anciens élèves devient annuelle.

 

Une association moderne qui répond aux besoins de tous les Sciences-Po

2001 : Le premier site Web de l'Association est créé. Dorénavant, les services de l'Association sont accessibles en ligne : consultation de l'annuaire, inscription aux manifestations...

2004 : L'Association des anciens élèves de Sciences Po devient l'Association des Sciences-Po et modifie ses statuts. Le directeur de Sciences Po ainsi que le président du bureau des élèves (BDE) deviennent membres de droit du conseil d'administration de l'Association.
L'Association lance sa première lettre électronique, à destination de tous les Sciences-Po identifiés sur ce vecteur de communication, pour leur permettre de vivre l'actualité de l'Association et de Sciences Po chaque mois.

2005 : L'Association crée l'adhésion junior, pour permettre aux étudiants de Sciences Po de bénéficier des services de l'Association et d'être sensibilisés à ses activités avant de quitter la rue Saint-Guillaume.

2007 : Dans le cadre du lancement par Sciences Po de sa première levée de fonds, l'association accompagne, en France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis notamment, les efforts pour recueillir auprès des anciens les fonds nécessaires pour recruter les meilleurs enseignants et les meilleurs étudiants dans le monde entier.

2008 : L'Association se dote d'un nouveau logo et d'une nouvelle charte graphique, plus moderne et en ligne avec celle de Sciences Po, mettant en valeur le rôle des anciens présents dans tous les pays pour le développement de l'image et de l'impact de l'Association et de Sciences Po, par l'entremise de l'expression Alumni (mot utilisé pour définir les anciens dans le langage nternational) dans son appellation.
L'Association installe ses services dans ses nouveaux locaux du 26, rue Saint-Guillaume, pour renforcer notamment sa synergie avec Sciences Po, au 27.

2009 : L'Association et le bureau des élèves de Sciences Po s'associent pour organiser le gala annuel fêtant la sortie de la promotion 2009, en favorisant la transformation de cette soirée étudiante en événement ouvert à toutes les générations de Sciences Po. La même collaboration en 2010 permettra de renforcer l'impact de cette manifestation auprès des anciens et des élèves de Sciences Po.
Face à la crise, l'Association se mobilise pour l'emploi et développe des partenariats innovants avec Sciences Po Avenir et la Formation continue de Sciences Po, pour mettre en forme une nouvelle offre de services aux étudiants et aux anciens de Sciences Po en matière de conseil d'orientation et de carrière. Une hotline dédiée à l'emploi des Sciences-Po est également lancée dans le cadre de son programme Trajectoires Alumni.

2010 : Dans le prolongement, l'Association lance la campagne Mille emplois pour les Sciences-Po, permettant de recenser auprès de tous les anciens les opportunités de favoriser l'emploi des Sciences-Po en recherche d'emploi ou de reconversion.
L'Association favorise la reconnaissance de groupements d'anciens, autour de leur « collège » d'origine (anciens passés par les campus régionaux de Sciences Po, avec pour première illustration la création du Cercle des Franco-Allemands, rassemblant les Alumni du campus de Nancy et un premier rendez-vous pour le 10e anniversaire de ce campus) ou de leur promotion (après les promos 1980 et 2005, la promo 2000 sera structurée comme telle).