Condition féminine Canada
Journée internationale de la femme



bullet Article pour un bulletin d'information : «Les femmes et le travail : vive la diversité»
bullet Un jeu - questionnaire sur les femmes et le travail au Canada
bullet Activités proposées
bullet Citations de Canadiennes
bullet Suggestions de films de l'Office national du film du Canada (ONF)

Article pour un bulletin d'information : «Les femmes et le travail : vive la diversité»

Le 8 mars marque la Journée internationale de la femme (JIF), le clou de la Semaine internationale de la femme (du 2 au 8 mars 1997). La JIF est une célébration mondiale des réalisations des femmes. C'est aussi l'occasion d'honorer des femmes qui sont importantes dans notre vie de tous les jours - nos mères, nos soeurs, nos filles, nos collègues et nos amies.

Les femmes et le travail : vive la diversité, le thème retenu par le gouvernement du Canada pour la JIF 1997, souligne l'histoire des femmes et du travail tout en tenant compte des réalités et des défis auxquels sont aujourd'hui confrontées les Canadiennes. Le travail rémunéré et non rémunéré des femmes, les formes traditionnelles et non traditionnelles d'emploi et la diversité des femmes au sein de la population active moderne font partie de ces réalités. L'équilibre entre les responsabilités familiales et professionnelles, la recherche de l'égalité économique dans le milieu de travail et l'élimination des obstacles causés par la discrimination sont au nombre des grands défis que doivent relever les femmes.

La JIF a vu le jour à la suite de la lutte héroïque menée par les femmes pour de meilleures conditions de travail au milieu du dix-neuvième siècle lorsque l'industrialisation a attiré un grand nombre de femmes au sein de la population active rémunérée. Deux grèves importantes ont marqué l'histoire, soit celles du 8 mars 1857 et du 8 mars 1908, organisées par des femmes travaillant dans l'industrie du vêtement et du textile à New York. Elles protestaient contre les salaires de famine, les journées de travail de 12 heures, l'inégalité des salaires et les conditions inhumaines de travail. En commémoration de ces grèves, la première Journée internationale de la femme a été célébrée dans de nombreux pays le 8 mars 1911. En 1977, les Nations Unies invitaient officiellement les pays à consacrer une journée à l'égalité des femmes.

Les Canadiennes se sont aussi regroupées pour obtenir l'égalité économique au cours du dernier siècle. En 1880, des tisseuses d'Hochelaga (Québec) ont fait la grève pour protester contre une augmentation de leur semaine de travail. En 1907, la grève de 400 téléphonistes à Toronto a attiré l'attention sur le fait que le travail des «cols blancs» pouvait être aussi épuisant, stressant et dangereux que celui des travailleuses d'usine. En 1912, une grève entreprise par près de 1 000 travailleuses d'usine à Toronto s'est étendue à Montréal et Kingston. Les travailleuses domestiques de la Colombie-Britannique ont formé le Home and Domestic Employees Union en 1913.

Les protestations ont amené des progrès. Les femmes réalisaient lentement des gains dans des secteurs non traditionnels d'emploi. Dans les années 1850, Mary Ann Shadd est devenue une des premières femmes journalistes noires en Amérique du Nord en sa qualité de rédactrice en chef du Provincial Freeman, un journal torontois ayant pour mission de faire connaître les difficultés des Noirs au Canada. Née en 1878 à Québec, Irma LeVasseur est devenue une pionnière célèbre dans le domaine de la pédiatrie et la première Canadienne française à pratiquer la médecine au Québec. En 1921, lors de la première élection fédérale où les femmes avaient droit de vote, Agnes MacPhail, du comté de Grey en Ontario, est devenue la première femme élue à la Chambre des communes. En 1936, Rose Conrad, une conductrice de bateau de pêche du comté de Lunenburg, en Nouvelle-Écosse, devenait la première femme à toucher la prime fédérale à la pêche, une subvention mise en place en 1882. En 1952, Elsie Knott, membre de la bande des Ojibway, était la première autochtone élue chef. En décembre 1996, Lise Thibault, une activiste bien connue du milieu des personnes handicapées et ancienne journaliste à la télévision, était nommée lieutenant-gouverneur du Québec. Ce ne sont que quelques exemples des jalons clés posés par les femmes dans l'histoire du Canada.

Au cours des vingt dernières années, la présence des femmes au sein de la population active s'est considérablement accrue. En 1951, moins du quart des Canadiennes avaient un emploi. En 1991, plus de la moitié de toutes les femmes de 15 ans et plus étaient sur le marché du travail rémunéré au Canada. En 1994, la majorité d'entre elles, soit 70 p. 100, continuent d'occuper des emplois à prédominance féminine dans des domaines comme l'enseignement, les soins infirmiers, le travail de bureau, la vente et les services. Le nombre de femmes dans des secteurs de travail non traditionnels comme la gestion, la médecine et le droit a cependant connu des augmentations marquées. Par exemple, en 1994, les femmes représentaient 32 p. 100 des médecins et des dentistes comparativement à 18 p. 100 en 1982. En outre, trois fois plus de femmes que d'hommes créent leur propre entreprise, et elles connaissent plus souvent le succès. L'écart salarial qui sépare les femmes et les hommes demeure, mais il rétrécit lentement. En 1993, les gains des femmes qui occupaient un poste à temps plein correspondaient à 72 p. 100 des gains de leurs collègues masculins, ce qui constitue une hausse par rapport à 68 p. 100 en 1990 et à 64 p. 100 en 1980.

Les travaux ménagers non rémunérés, les soins dispensés aux enfants et aux personnes à charge demeurent essentiellement la responsabilité des femmes. Bien que la principale activité de nombreuses femmes soit de s'occuper du foyer et de la famille, les femmes qui ont un emploi à l'extérieur assument souvent la responsabilité première de ce travail non rémunéré en plus de leur travail rémunéré. Au cours des dernières années, la valeur économique du travail non rémunéré des femmes a été reconnue par des gouvernements partout dans le monde. Au Canada, en 1992, le travail ménager non rémunéré des femmes a été évalué à 16 580 $ par femme, par année. Le Canada est devenu un chef de file en raison des efforts déployés pour élaborer des outils qui permettent de mesurer et d'évaluer l'incidence du travail non rémunéré. L'inclusion de questions au sujet du travail non rémunéré dans le recensement de la population du Canada de 1996 constitue un progrès important dans ce domaine.

De plus, la présence des femmes au sein de la population active se diversifie. Les taux d'emploi des femmes autochtones, des immigrantes, des femmes membres de minorités visibles et des femmes ayant un handicap ont augmenté au cours des dernières années. Cependant, les femmes qui sont confrontées à de multiples obstacles connaissent un taux de chômage plus élevé, ont des revenus inférieurs et sont plus susceptibles d'être concentrées dans des postes exigeant un travail manuel offrant peu ou pas d'avantages.

Le gouvernement du Canada, par ses mesures législatives, ses politiques et ses programmes qui tiennent compte de la réalité de la vie des femmes, cherche à éliminer les obstacles pour permettre aux femmes d'atteindre l'égalité sociale et économique. En prévision de la quatrième Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes, qui a eu lieu à Beijing, en Chine, en septembre 1995, le Canada a répondu à une invitation des Nations Unies et a élaboré un plan national d'action pour favoriser l'égalité entre les sexes. Lancé en août 1995, À l'aube du XXIe siècle : Plan fédéral pour l'égalité entre les sexes, présente des engagements précis en faveur de l'égalité économique des femmes, de la réduction de la violence, de la promotion de la santé des femmes, de l'égalité culturelle et de l'accès au processus décisionnel à tous les niveaux dans notre pays. La politique en vertu de laquelle tous les ministères et organismes fédéraux doivent procéder à une analyse comparative entre les sexes de leurs politiques et mesures législatives est un élément central du Plan.

La Journée internationale de la femme commémore et célèbre les réalisations des femmes au cours du dernier siècle. À l'aube du prochain siècle, les Canadiennes et les Canadiens peuvent faire beaucoup pour voir à ce que la situation des femmes dans la société continue de s'améliorer. Tous les secteurs de la société, y compris les gouvernements et le milieu des affaires, les ONG et les syndicats, les femmes et les hommes, doivent continuer de travailler ensemble pour favoriser des changements positifs au sein de notre société. Dans notre pays, et partout dans le monde, les efforts déployés par les femmes et les hommes en faveur de l'égalité des sexes porteront fruit.

La reproduction de ce document est encouragée.

Un jeu - questionnaire sur les femmes et le travail au Canada

  1. Quel slogan les femmes qui protestaient contre des conditions de travail injustes ont-elles adopté au début du siècle?
    a) Luttez pour vos droits; b) Justice pour toutes; c) Du pain et du beurre; d) Du pain et des roses

  2. Qui a été la première physicienne nucléaire au Canada?
    a) Harriet Brooks; b) Roberta Bondar; c) Maude E. Abbott; d) Marie Curie

  3. Quelle province a adopté la première loi sur les congés de maternité?
    a) Ontario; b) Terre-Neuve; c) Colombie-Britannique; d) Québec

  4. Qui a été la première romancière du Québec?
    a) Marie-Louise-Félicité Angers; b) Gabrielle Roy; c) Germaine Guèvremont; d) Marie-Claire Blais

  5. En quelle année la fonction publique fédérale du Canada a-t-elle embauché ses deux premières employées?
    a) 1849; b) 1870; c) 1902; d) 1912
Réponses :
  1. d) Le slogan adopté a été «du pain et des roses», le pain représentant la sécurité économique et les roses une meilleure qualité de vie.
  2. a) Harriet Brooks, 1876-1933, d'Exeter (Ontario) a fait des recherches innovatrices sur la radioactivité et a été l'une des premières étudiantes à faire de la recherche pour Ernest Rutherford à l'Université McGill.
  3. c) La première loi sur le congé de maternité a été adoptée en Colombie-Britannique en 1921.
  4. a) Marie-Louise-Félicité Angers, 1845-1924, de Québec, a été la première écrivaine canadienne à écrire un roman psychologique. Son nom de plume était Laure Conan.
  5. b) 1870. Cependant, en 1947 les femmes mariées ne pouvaient occuper de postes dans la fonction publique fédérale. Cette restriction a été levée en 1955.

Activités proposées

Voici une liste d'activités proposées pour favoriser la sensibilisation à l'égalité des femmes, à leurs réalisations et à leurs droits à l'occasion de la Journée internationale de la femme.

Citations de Canadiennes

«... certaines Canadiennes, par leurs réflexions approfondies, leur vision claire ou leur intégrité, ont pavé la voie pour celles qui suivront et ont démontré que toutes ont droit de travailler dans la mesure de leurs capacités» [traduction libre]
Carrie M. Derick en 1900; en 1912 elle devenait la première femme professeure à plein temps au Canada

«J'aime apporter de nouvelles façons de voir et de faire. Connaissez-vous un plus beau moyen d'influencer?»
Lise Thibault, activiste bien connue du milieu des personnes handicapées et ancienne journaliste à la télévision à l'occasion de sa récente nomination en tant que première femme lieutenant-gouverneur du Québec en décembre 1996

«...la femme autochtone doit aujourd'hui faire preuve d'un dévouement et d'un engagement incommensurables. On lui confie la tâche de raviver la culture amérindienne, de rebâtir la nation amérindienne...» [traduction libre]
Mary Ann Lavallee, Saulteaux-Cri et activiste sur le plan de la justice sociale, citée en 1975

«La guerre... a largement contribué à mettre un terme à l'idée que la seule et unique place de la femme est au foyer... La guerre et le travail dans les usines m'ont tellement changée que je suis une toute autre personne.»
Canadienne de l'après-guerre (2e Guerre mondiale)

«Je me souviens avoir eu un tel choc en apprenant que mes compétences en anglais n'étaient pas suffisantes pour me permettre d'être acceptée dans le programme d'aide-infirmière. J'avais les larmes aux yeux... Je veux être utile. Je veux faire le travail que j'aime et apporter ma petite contribution à la prospérité et au bien-être du Canada. Je veux comprendre les nouvelles connaissances de la vie au Canada.» [traduction]
Thao P.T. Vo, immigrante au Canada en provenance du Sud Viêt-nam en 1989; elle a obtenu un diplôme du collège communautaire en 1992

«Dès le tout début de ma carrière politique, mon objectif a été de modifier la situation des femmes, des minorités raciales et des autres groupes défavorisés de la société...» [traduction libre]
Rosemary Brown, la première Canadienne de race noire élue à une assemblée législative provinciale; citée dans Being Brown: a very public life, 1989

«Les femmes obtiendront un jour l'égalité au Canada et ailleurs dans le monde occidental... Tout en traversant des périodes d'adversité incroyables en tant que femmes et filles pionnières, nous avons comblé les brèches dans tous les rôles imaginables... Chaque année, nous nous rapprochons davantage de la véritable égalité des chances.» [traduction libre]
Judy LaMarsh, première femme à exercer les fonctions de ministre au sien d'un gouvernement libéral, citée dans Memoirs in a Gilded Cage, 1968

Suggestions de films de l'Office national du film du Canada (ONF)

Pas le temps d'arrêter
(1991) 29 min 5 s
L'une est opératrice de machine à coudre, l'autre est domestique et la troisième, travailleuse à la pièce dans une manufacture. Trois femmes, trois récits, trois rêves, un lien commun : elles sont de couleur, elles ont immigré, et elles gagnent leur vie avec courage et dignité. Sur le ton de la confidence, elles décrivent leurs aspirations, leurs réalisations et leur combat continuel au sein d'une société qui a encore bien du mal à intégrer les nouveaux arrivants. (Available in English: No Time to Stop)

Série Femmes et Travail
(1993) 100 min 35 s
Quatre films qui abordent le thème du travail dans les années 1990 et visent à inciter au changement, à remettre en question les attitudes traditionnelles et à stimuler les débats. Les films sont aussi disponibles séparément :

Femmes en campagne
(1989) 28 min 5 s
Ce film célèbre la marche triomphale des agricultrices du Québec, qui ont conquis un statut économique et juridique enviable, au cours des vingt dernières années d'un cheminement bien distinct de celui du reste du Canada. Les profils féminins qu'il nous livre sont ceux de pionnières, artisanes des grandes étapes du combat pour leurs droits...et aussi de femmes d'affaires nouveau genre, qui ont pris confiance en elles-mêmes, et ont introduit en agriculture des préoccupations nouvelles et créatrices : fermes spécialisées, culture biologique, produits inédits, mise en marché imaginative. Mais aussi, préservation du caractère familial et humain de la ferme, souci de la qualité de la vie, de l'environnement, de l'avenir. (Available in English: A Time to Reap)

Achats et renseignements : 1-800-267-7710
Pour emprunter ou louer : Communiquez avec votre bibliothèque publique
Le site internet de l'ONF : www.onf.ca


Page d'accueil English





mise à jour : le 14 janv. 1997