Touring

Luxembourg

C’est la deuxième fois déjà que Luxembourg s’est vu décerner le titre de capitale européenne de la culture. Avec raison. Pour cette année de fête, le tout nouveau circuit Godchaux met en avant le riche passé industriel de cet Etat miniature.

Mini pays, mini culture

Si vous voyagez confortablement en train, vous arriverez en gare centrale directement au coeur de Luxembourg 2007. Les deux “Rotondes”, anciens ateliers pour locomotives et unique vestige de l’héritage industriel de l’ancien centre-ville, ne sont pas uniquement des temples culturels. 

Amis gastronomes, vous passerez directement à table dans la Rotonde 1. Celle-ci a été réhabilitée en un restaurant flambant neuf, magnifique et exquis. Un cerf bleu – couleur du rêve et de l’imagination, symbole de cette année culturelle – tient lieu de guide dès votre arrivée à la gare.
luxembourg1

Voyage dans le temps

Où que l’on regarde, que l’on monte ou que l’on descende, l’ancienne ville fortifiée perchée sur son rocher dévoile toujours ses vestiges du passé aux curieux. Ainsi, le Pont Adolphe et le Chemin de la Corniche offrent une vue imprenable sur les ravins. 

Les Casemates de Bock sont d’autres témoins de la position stratégique de la ville. Accessibles au public, elles se composent d’un labyrinthe de couloirs souterrains. Ceux-ci étaient utilisés pour défendre la ville et ont servi de cache pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le Musée d’Histoire de la ville de Luxembourg et le Musée National d’Histoire et d’Art (MNHA), tous deux situés dans la ville historique, offrent un véritable voyage dans le passé. 

L’architecture actuelle communique directement avec les fondations rocheuses. Les deux musées sont partiellement souterrains et englobent les différentes couches d’histoire sur lesquelles la ville est bâtie. Le verre, le métal et le bois – les principaux matériaux modernes – côtoient les murs historiques. Les ascenseurs en verre occupent une place essentielle et jouent un rôle important. 

En effet, les visiteurs font continuellement la navette entre le passé et le présent. Par ailleurs, l’éclairage, la scénographie et les éléments interactifs merveilleusement étudiés mettent en valeur les collections tantôt permanentes, tantôt temporaires à l’instar de quelques expositions de cette année de la culture. 
www.musee-hist.luwww.mnha.lu

Migrations

Alors que différentes nationalités ont marqué l’histoire du Luxembourg, 26 % des emplois sont occupés par des travailleurs frontaliers. Des Français, Allemands et Belges qui résident juste de l’autre côté de la frontière et des étrangers qui habitent à Luxembourg. 

Le Luxembourg qui s’est toujours enrichi grâce à l’industrie de l’acier (Arcelor, géant de l’acier, y a implanté son siège central) tire ses principaux revenus des organismes financiers internationaux et ce depuis les années septante. La situation financière des banques a encore été renforcée par le rôle que la ville joue en tant que siège de l’Union européenne. 

L’Europe et le monde financier ont reçu leur propre site – tout près de l’ancienne ville – sur les 360 ha du plateau du Kirchberg, autrefois consacré à l’agriculture. Les Luxembourgeois ont construit le pont rouge Charlotte pour rallier l’ancienne ville. Pour soigner leur image, les banques se sont adjoint les services d’architectes étrangers. 

Ainsi, l’architecte paysager belge Jacques Wirtz a conçu les jardins de la Générale de Banque et l’architecte américain Richard Meier a signé les plans de la Hypo Vereinsbank Luxembourg S.A. En 1991, l’Allemand Gottfried Böhm a dessiné la Deutsche Bank Luxembourg, la première banque sur le plateau. Il n’est dès lors pas étonnant que d’innombrables thèmes de cette année de la culture touchent également aux migrations.