Touring

Croisement sur une route en pente

D’après le Code de la route, lorsque, dans une rue en pente où la circulation se fait dans les deux sens, on se trouve face à face à un autre véhicule sans pouvoir se croiser, quel véhicule doit alors reculer ? Celui qui monte ou celui qui descend? A.M. – Wavre

Dans certains pays montagneux, une règle de priorité spécifique est prévue en cas de croisement sur des routes de montagne étroites.

La réglementation belge ne comporte cependant pas pareille règle spéciale. En cas de croisement sur une route étroite, c’est donc la règle générale qui doit être respectée : les deux conducteurs doivent bien tenir leur droite et même, au besoin, emprunter l’accotement de plain-pied (à condition de ne pas mettre en danger les usagers qui y circulent). Lorsque le croisement est rendu malaisé par la présence d’un obstacle ou d’un autre usager, il appartient alors à celui qui rencontre cet obstacle à sa droite de céder le passage au conducteur venant en sens inverse.

Le Code de la route n’apporte cependant pas de solution au problème dans l’hypothèse où le croisement s’avère impossible, non pas à cause d’un obstacle mais tout simplement en raison de l’étroitesse de la voie. Suivant la jurisprudence – et le bon sens – il appartient alors aux deux conducteurs de ralentir et de s’approcher tout au plus à pas d’homme pour se croiser ensuite prudemment, voire même de s’arrêter et de se mettre ensuite d’accord pour décider lequel des deux se remettra en marche ou reculera jusqu’à un endroit où le croisement est possible.