search-form-close
Accueil scandaleux des paralympiques : des têtes tombent au MJS

Accueil scandaleux des paralympiques : des têtes tombent au MJS

Les premières sanctions viennent de tomber suite au scandale de l’accueil réservé à l’aéroport d’Alger à la délégation algérienne ayant participé aux Jeux paralympiques de Tokyo.

Contrairement aux 44 athlètes ayant pris part aux JO d’été avec zéro médaille au compteur, les paralympiques ont hissé haut les couleurs de l’Algérie en remportant 11 médailles dont 4 en or avec en plus deux records du monde.

Mais à leur arrivée à Alger hier samedi, ils n’ont pas été reçus avec les honneurs qui leurs sont dus. Ils ont trouvé un accueil qui frise le mépris, contraints notamment de se donner en spectacle en montant dans des vieux bus de transport public qui ne sont pas adaptés à leurs handicaps.

Les images diffusées dans les médias et sur les réseaux sociaux ont choqué tout le pays. Ce dimanche 5 septembre, le ministre de la Jeunesse et des Sports Abderrazak Sebgag a annoncé en conférence de presse que des sanctions ont été prises, sans préciser les noms et les fonctions des responsables sanctionnés suite à ce scandale.

En milieu de journée, un communiqué des services du Premier ministre a confirmé les sanctions et livré plus de détail. Deux responsables ont été relevés de leurs fonctions par le Premier ministre, sur ordre du président de la République, indique le communiqué.

Il s’agit du secrétaire général du ministère de la Jeunesse et des Sports et du directeur des Sport au sein du même département. Il a été mis fin aux fonctions des deux responsables pour « négligence dans l’accomplissement des missions », « absence du sens des responsabilités » et « manquement à l’obligation de l’accueil des athlètes, après leur participation aux jeux paralympiques », précise le Premier ministère.

D’autres têtes risquent de tomber à en croire le communiqué qui indique que l’enquête se poursuit « afin de demander des comptes à chaque responsable impliqué dans cet incident ».

Avant ce scandale, le secteur avait été ébranlé par le coup de gueule du sélectionneur de l’équipe nationale de football, Djamel Belmadi, qui a dénoncé l’état « calamiteux » de la pelouse du stade Mustapha Tchaker de Blida à la veille de recevoir l’équipe de Djibouti dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 2022.

La rencontre s’est jouée vendredi et s’est soldée par une large victoire des verts (8-0). Belmadi avait évoqué un « sabotage » et laissé entendre qu’il n’y avait même possibilité de délocaliser le match puisque l’Algérie ne dispose d’aucun terrain répondant aux normes.

Suite aux déclarations de Belmadi, le directeur de la Jeunesse et des Sports de la wilaya de Blida a été limogé. Celui-ci avait tenté de démentir les propos du sélectionneur national en affirmant que la pelouse du stade Tchaker était en bon état.

close