Espace presse

L’ensemble de l’équipe dirigeante de l'UMP dénonce avec indignation les propos absolument scandaleux et insultants de Ségolène Royal

L’ensemble de l’équipe dirigeante autour de Jean-François Copé, Secrétaire général de l'UMP, de Marc-Philippe Daubresse et d'Hervé Novelli, Secrétaire généraux adjoints, dénonce avec indignation les propos absolument scandaleux et insultants de Ségolène Royal dans Libération du 24 septembre 2011 à l’encontre du Président de la République, de l’UMP et de tous les représentants de la majorité présidentielle.

 

Comment une personne qui a été soutenue activement en 2008 par Jean-Noël Guérini, lui-même mis en examen pour « association de malfaiteurs en vue de réaliser un trafic d'influence » et dont elle ne pouvait ignorer les pratiques douteuses, peut-elle se permettre de donner des leçons de morale aujourd’hui ? L’indignation sélective et le non respect de la présomption d’innocence relèvent d’une malhonnêteté intellectuelle et d’un mépris pour la justice intolérables dans la bouche d’une élue de la République.
 

Cette volonté malhonnête de salir à tout prix le Président de la République, sans preuves, sur la base de rumeurs qui remonteraient à plus de 15 ans, relève de manoeuvres de caniveau indignes d’un parti de gouvernement et d’une candidate à l’élection présidentielle.
 

On ne peut pas tout se permettre pour gagner une primaire. Cette volonté de couvrir de boue la majorité présidentielle est un aveu d’impuissance : si Ségolène Royal et le PS étaient si sûrs de leurs idées et de leur programme, ils ne passeraient pas le plus clair de leur temps à multiplier les attaques scandaleuses sur Nicolas Sarkozy, le Gouvernement et les élus de l’UMP. Quand on a perdu sur le terrain des idées, on essaye d’occuper celui de l’insulte.