background image

DOSSIER 
A L’USAGE DES 
ENSEIGNANTS

HOSSAM ELKHADEM, 

COMMISSAIRE SCIENTIFIQUE ET AUTEUR

AHMED MEDHOUNE,

COMMISSAIRE GÉNÉRAL

Avec le soutien du Fonds d’Impulsion à la Politique des Immigrés, de la Communauté française - Wallonie-Bruxelles, et de la Commission communautaire française

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 1

TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION

2

DES CLEFS POUR COMPRENDRE

3

1_LA PÉNINSULE ARABIQUE AVANT L’APPARITION DE L’ISLAM

3

2_LA PÉNINSULE ARABIQUE À LA NAISSANCE DE L’ISLAM : L’ÉTAT DES SAVOIRS

4

3_LE MONDE INTELLECTUEL AU PROCHE-ORIENT AU VIIE SIÈCLE

4

4_L’EXPANSION ARABE

4

5_LA SCIENCE DANS LA TRADITION ISLAMIQUE

5

6_TRANSMISSION ET DIFFUSION DES SAVOIRS

5

7_LA LANGUE ARABE

6

8_LE DÉCLIN DE L’ACTIVITÉ SCIENTIFIQUE

6

LE CIEL ET LA TERRE

7

1_LES CHIFFRES ARABES

7

2_LES MATHÉMATIQUES

7

3_LA CARTOGRAPHIE CÉLESTE

8

4_CARTOGRAPHIE TERRESTRE

10

L’HOMME DANS SON ENVIRONNEMENT

13

1_LA MÉDECINE

13

2_LA CHIRURGIE

14

3_LA PHARMACIE

15

4_LA CHIMIE

16

5_LA MÉCANIQUE

17

CONCLUSION : LA CIRCULATION DES CONNAISSANCES 

SCIENTIFIQUES VERS L’OCCIDENT

18

CHRONOLOGIE DES SCIENCES ARABES

20

BIBLIOGRAPHIE

21

COMITÉS ET COLLABORATIONS

22

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 2

INTRODUCTION

Depuis 2007, ULB Culture organise un programme d’activités consacré à l’histoire des sa-
voirs.  Chaque année, les apports d’une civilisation à l’histoire universelle des savoirs sont
mis à l’honneur. 

Pour 2007-2008, ce tour du monde rend hommage à l’apport des civilisations arabo-mu-
sulmanes aux sciences (médecine, chimie, mécanique, astronomie, mathématiques, archi-
tecture, musique. …). Cet apport reste pour la plupart d'entre nous inconnu. Or, tout ce que
le Moyen Âge islamique a produit comme connaissance s’est révélé déterminant dans l’éla-
boration des sciences occidentales et, au-delà, dans la construction du monde moderne.

Ce premier programme du cycle Histoire des Savoirs est destiné à un très large public
Il poursuit plusieurs objectifs. Tout d’abord, fournir des outils didactiques visant à décons-
truire les stéréotypes. Ces outils pédagogiques permettront de restaurer la mémoire ampu-
tée de l’histoire des sciences et de valoriser les identités culturelles des populations
originaires du monde musulman.  Ensuite, susciter un intérêt pour les sciences, et contribuer
à lutter contre la désaffection des filières scientifiques dans l’enseignement supérieur. 

L’une des premières missions de l’Université est de produire et de diffuser des savoirs.  En
initiant et en organisant le cycle « histoire des savoirs », l’ULB s’engage activement dans la
lutte contre les stéréotypes et le dialogue des cultures.  Cet engagement s’avère d’autant
plus nécessaire que l’Université libre de Bruxelles accueille une proportion importante d’étu-
diants issus de l’immigration, reflétant par là la diversité du village planétaire qu’est deve-
nue la capitale de l’Europe.

Dans un contexte souvent dominé par la peur de l’Autre, et en particulier de tout ce qui
touche au monde arabe, une telle thématique place sous un autre angle les relations inter-
culturelles. Le premier cycle de « l’histoire des savoirs » permet d'évoquer les relations entre
l'Occident et l'Orient autrement qu'en ayant recours au « choc des civilisations.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 3

De 632 (la mort du prophète Muhammad) à 732 (bataille de Poitiers), les Arabes conquièrent  un
immense territoire qui s’étend de la frontière chinoise au nord de l’Espagne. Dans cette mosaïque
de contrées, la civilisation musulmane va se développer à partir des héritages scientifiques de la
Grèce, la Perse, l’Egypte et la Mésopotamie. Du VIII

e

au XV

e

siècle, dans toutes les régions du

monde musulman, des foyers naissent et se développent avec leurs lieux de savoirs, leurs établis-
sements d’enseignement, leurs bibliothèques, leurs hôpitaux. L’arabe devient alors la langue scien-
tifique commune des savants d’origines régionales et religieuses diverses.

Dès la fin du X

e

siècle, des instruments, des techniques puis des ouvrages ont commencé à circu-

ler. Ils constitueront l’une des bases du renouveau des sciences en Europe.

DES CLEFS POUR COMPRENDRE

1

La péninsule arabique avant l’apparition de l’islam

Bien avant le début de l’ère islamique (622), les habitants de la péninsule arabique, 

que l’on

n’appelait pas encore « Arabes »

, se partageaient géographiquement et culturellement entre le

nord, le centre et le sud de la péninsule. 

Le 

nord

était une vaste région aride et désertique. Trois grands états s’y formèrent : le royaume de

Petra, le royaume des Lakhmides, Palmyre.

Le 

centre

, peuplé de tribus bédouines nomades, comptait plusieurs villes prospères comme La

Mecque, al-Ta’if et Yambou. Ces villes  Ã©taient des stations caravanières où s’étaient rassemblés
des sédentaires et de riches négociants.

Au 

sud

de la péninsule, le Yémen, se distinguait par un climat tempéré et par la fertilité de ses

champs qui lui ont valu le surnom d’ « Arabie heureuse ». Producteur de la myrrhe et de l’encens, 
le Yemen se divisait en cités-états riches et puissantes dont la plus célèbre était le royaume de
Saba. Leur organisation sociale et politique sophistiquée contrastait avec le genre de vie des tribus
nomades.

HISTOIRE DES SCIENCES « ARABES » OU « ISLAMIQUES » ?

Les hommes de sciences de cette période ne sont pas tous arabes ni musulmans. Certains étaient persans,
indiens, égyptiens ou grecs et, parmi eux, figuraient des chrétiens, des juifs ou des sabéens. 
L’emploi de l’adjectif « arabe » se justifie parce que le 

langage

universel de la science était alors la langue

arabe. L’adjectif « islamique » désigne le 

cadre culturel

dans lequel la science est née et s’est développée.

Discussion entre trois praticiens.
Page d'une traduction en arabe du
« De materia medica» de
Dioscoride, copiée par 'Abdallâh
ibn al-Fadl
Irak, Bagdad ( ?), datée 1224.
Encres et couleurs opaques sur
papier.
Ham, The Keir Collection, II.1.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 4

2

La péninsule arabique à la naissance de l’islam : L’état des savoirs

Les Arabes s’enorgueillissaient de maîtriser

la poésie et l’art oratoire

. C’est par ce biais que nous

sont parvenus des éléments de leurs connaissances rudimentaires et empiriques en médecine, mé-
decine vétérinaire, géographie et, plus particulièrement en astronomie.
En effet, ce peuple de nomades et de pasteurs se livrait, depuis la plus haute Antiquité, à des

observations du ciel

. Ces observations astronomiques leur ont permis de se diriger dans le désert.

Ils connaissaient les étoiles fixes et errantes (les planètes), et savaient établir des 

prévisions météo-

rologiques

, connaissances vitales en milieu désertique.

3

Le monde intellectuel au Proche-Orient au VIIe siècle

Vers 600, à la veille de l’émergence de l’islam, plusieurs centres d’enseignement et de recherche,
essentiellement hellénistiques, se partagent le Proche et le Moyen-Orient. 

L’école d’

Alexandrie

, à la fois cosmopolite et orientalisante, héritière des savoirs grecs en est le plus

important. Les mathématiques et l’astronomie y occupaient une place privilégiée.

En Mésopotamie, 

Edesse

est depuis 150 le grand centre consacré à la philosophie et aux doctrines

chrétiennes. Les nestoriens traduisent en syriaque un grand nombre de traités grecs de mathéma-
tiques et de médecine.

La ville de 

Jundishapur

en Perse, (connue pour son école de médecine) rassemble quant à elle un

nombre important de savants et d’hommes de science persans ou originaires du monde gréco-
romain.

Au carrefour de la Mésopotamie, de l’Asie Mineure et de la Syrie, la ville d’

Harran

est peuplée de

Sabéens, adorateurs des astres, qui développent des connaissances en mathématiques, en astro-
nomie et dans la fabrication d’instruments scientifiques comme les astrolabes, les cadrans et les
globes célestes.

C’est à Bagdad, fondée en 762 par les Abbassides, que sont rassemblés tous ces savoirs. 

4

L’expansion arabe

A la mort du Prophète, en 632, la péninsule arabique est une zone tampon entre deux grands em-
pires aux pieds d’argile : la Perse et Byzance.

De 632 à 732, les Arabes vont conquérir un immense territoire. Contrairement à certains préjugés,
la conversion n’est pas le but des conquêtes et la guerre sainte (jihad) n’est pas une obligation de
l’islam : 
« Pas de contrainte en religion, la vérité se distingue assez de l’erreur » (Coran II, 257). 
Au contraire, les convertis à la religion musulmane étaient, comme tous les musulmans, exonérés
de taxes, ce qui posait de lourds problèmes au trésor public.

LA MECQUE 

De toutes ces villes, la plus prospère était La Mecque,
sorte de république marchande organisée autour d’un
sanctuaire. Elle abritait la Ka’ ba, « la maison de dieu »
pour tous les dieux où se rassemblaient, lors du
pèlerinage, des Arabes de toutes croyances (mazdéens,
païens).
En outre, passaient à La Mecque les caravanes qui
voyageaient du Yémen à la Syrie, de la Perse et de l’Inde
à la Mer Rouge, et du Golfe Persique à l’Egypte.

Ka’ba Iznik.
Panneau avec une représentation de la Ka’ba
Turquie, Iznik vers 1600.
Céramique à décor peint sous glaçure transparente.
Copenhague, The David Collection, 51/1979.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 5

5

La science dans la tradition islamique

La place particulière que tient l’

ilm,  le savoir, ou la science, dans la tradition islamique trouve ses

racines dans le Coran. Ainsi connaître Dieu exige d’étudier les signes (

isharat) de son existence

dans le monde extérieur.  C’est en percevant le miracle de la création que l’homme peut devenir
conscient du divin.  
En conséquence, la quête du savoir est assimilée à un devoir religieux.  L’épistémologie  (théorie de
la connaissance) occupe une place centrale dans la philosophie islamique.

6

Transmission et diffusion des savoirs

La traduction des œuvres scientifiques 

d’origines grecque, indienne, persane et syriaque

en

arabe commence à la fin du VIIIe siècle avec le calife abbasside Al-Mansûr, fondateur de Bagdad.
Cette pratique se développe et se systématise avec le calife Al-Ma’mûn, fondateur de la 

Maison de

la Sagesse

. En près de cent ans, la quasi-totalité de la littérature scientifique et philosophique an-

tique a été traduite en arabe, parfois plusieurs fois. 

Il fallait aussi trouver des équivalents pour nombre de concepts et de termes techniques, et fournir
aux lecteurs les explications nécessaires à la compréhension de cette nouvelle terminologie. Les
traducteurs ont fait bien plus que de la traduction : en vérifiant toutes les données de façon métho-
dique, ils inaugurent une

démarche de création scientifique

Les foyers d’étude et d’échange

étaient nombreux. Outre Bagdad, il y avait le Caire, Damas, 

Grenade, Boukhara, Chiraz, Ispahan, Samarkande,… Les savants voyageaient en permanence d’un
foyer à l’autre.

UN MÉCÉNAT ENGAGÉ PAR SOIF DE SAVOIR 

Califes, princes, fonctionnaires, chefs militaires, marchands et banquiers engagent des fonds considérables pour
acquérir des manuscrits, rassembler des traducteurs, créer des centres d’enseignement, des bibliothèques, des
observatoires. Loin d’être une mode passagère ou la passion de l’un ou l’autre excentrique, ce mécénat fut un
phénomène volontaire et engagé de toute la société musulmane, et s’étendit sur plusieurs siècles.

LA RÉVOLUTION DU PAPIER 

A la bataille de Talas près de Samarkand, Ouzbekistan
(751), des prisonniers chinois vont livrer les secrets de
fabrication du papier. 
Jusque là on écrivait exclusivement sur parchemin ou
papyrus, seuls les Chinois utilisaient le papier depuis
plus de mille ans.  Depuis le premier moulin à papier
créé à Samarkand, le  long de 

la « route du papier »

les fabriques vont couvrir tout l’empire. 
La technique s’est exportée en Europe à partir du XII

e

par l’Espagne et par l’Italie. L’introduction du papier
provoque une profonde révolution culturelle : jamais les
connaissances n’avaient été diffusées avec 

une telle

ampleur, une telle rapidité et pour un moindre coût

.

Des milliers d’œuvres sont dorénavant disponibles non
seulement dans les bibliothèques publiques et privées
des grands centres intellectuels mais aussi dans les plus
humbles madrasas (écoles) de province et les plus
petites mosquées.

Erasistrate en compagnie d’un assistant.
Page d’une traduction en arabe du traité « De materia
medica » de Dioscoride figurant le médecin grec Erasistrate
(III

e

siècle av JC) en compagnie d’un assistant.

Manuscrit probablement réalisé à Bagdad, daté 1224.
Encres et couleurs sur papier.
Washington Freer Gallery of Art, Smithsonian Institution,
purchase, F. 1947.5.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 6

BAGDAD, FOYER CULTUREL, LA MAISON DE LA SAGESSE

Bayt al-Hikma, la Maison de la Sagesse est fondée par al-Ma’mûn qui la spécialise, vers 815, dans 

la

traduction en arabe 

de manuscrits scientifiques et philosophiques. Plus de cent traducteurs y travaillent

ainsi qu’une équipe de 

copistes, scribes et relieurs

. La Maison de la Sagesse abrite une très riche

bibliothèque que dirige le mathématicien et géographe al-Khwarizmi.

7

La langue arabe

A l’origine langue de pasteurs nomades et de Bédouins qui voyaient dans l’expression poétique et
oratoire le plus haut niveau de formulation linguistique, l’arabe devint en quelques décennies le vé-
hicule essentiel, voire unique, de la nouvelle pensée scientifique et philosophique. Les traducteurs
des VIII

e

et IX

e

siècles, travaillant sur des originaux grecs, latins, sanskrits syriaques ou persans,

ont créé de toutes pièces une langue arabe apte à exprimer la philosophie et la science.

Deux procédés ont été employés pour élargir le vocabulaire de la langue arabe : 1- la dérivation qui
permet de créer presque à l’infini de nouveaux mots à partir d’une racine pourvu qu’il y ait accord
entre le nouveau mot et la racine tant pour le sens que pour les éléments constitutifs ; 2- l’analogie
par laquelle on induit d’un mot connu un autre mot jusqu’alors inconnu. Ces deux procédés, naturel-
lement et largement employés en arabe, ont donné naissance à un vocabulaire d’une richesse ex-
ceptionnelle. Par ailleurs la langue arabe possède un grand nombre de mots aptes à exprimer avec
concision des notions abstraites précises ainsi que les nuances les plus subtiles tant dans la per-
ception sensorielle que dans la conception de l’abstraction.

Sans ces caractères purement linguistiques, jamais les traducteurs n’auraient pu créer en un temps
si limité la langue intellectuelle nécessaire  Ã  la compréhension et à l’assimilation des ouvrages phi-
losophiques et scientifiques grecs, latins,  persans, sanskrits ou syriaque

8

Le déclin de l’activité scientifique

Le déclin des sciences arabes est un long processus qui n’a pas été uniforme. L’étendue de l’em-
pire a donné lieu à des 

situations contrastées

. Les raisons à l’origine du ralentissement des activi-

tés sont nombreuses. Dès le XIII

e

siècle, les vagues successives des invasions mongoles ont eu

des conséquences désastreuses sur le mouvement scientifique du Moyen Âge islamique.

L’invention de l’imprimerie

(1438) élargira encore un peu plus ce fossé. En Orient, le pouvoir poli-

tique interdit toute impression de textes en arabe ou en turc, alors que l’imprimerie jouera un rôle
essentiel en Occident dans la diffusion et le développement des connaissances scientifiques. 

LES INVASIONS MONGOLES 

En 1258, Bagdad, capitale de l’empire et centre culturel le plus important du monde, est mise à sac par les
Mongols. Des milliers de manuscrits sont brûlés ou jetés dans le Tigre. 
Au XIV

e

siècle, Bagdad sera à nouveau ravagée par le Mongol Timour Lang, dit Tamerlan (1336-1405). 

Il extermine la quasi-totalité de ses habitants.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 7

LE CIEL ET LA TERRE

1

Les chiffres arabes

Jusqu’à l’adoption des chiffres indiens, les Arabes ne connaissaient pas les chiffres. Ils donnaient,
comme les Grecs, des valeurs numériques aux lettres de l’alphabet (système abjad). 

En 825, al-Khwarizmi, dans son 

livre sur le calcul indien

, utilise le 

système décimal positionnel

indien avec neuf chiffres et le zero

. Ce système est mentionné en Occident dès le X

e

siècle par

Gerbert d’Aurillac sous le nom d’’algorisme. 

Traduit au XIIIe siècle sous le titre de 

Liber Algorismi de numero Indorum, l’ouvrage d’al-Khwarizmi

sert de modèle à l’

Algorismus vulgaris (vers 1240), du mathématicien et astronome anglais Sacro-

bosco (1190-1250). Les 

chiffres, alors qualifiés d’« arabes »

, entrent  dans les universités euro-

péennes.

La forme des chiffres arabes diffère selon l’aire géographique.

A l’Est (al-mashriq), de l’Egypte jusqu’aux confins de la Chine, ils sont écrits de la façon suivante :

A l’Ouest (al-maghrib), des frontières occidentales de l’Egypte jusqu’à l’Atlantique et dans la pénin-
sule ibérique, les chiffres (ghubâr) s’écrivent comme suit :

0  9  8  7  6  5  4  3  2  1

2

Les mathématiques

Pendant les VIII

e

et IX

e

siècles, les plus importants travaux mathématiques grecs furent traduits en

arabe : Euclide, Archimède, Apollonius, Héron, Ptolémée, Diophante  et bien d’autres. Cet héritage
grec, essentiellement théorique, fut le point de départ et le stimulus du développement des
sciences mathématiques en Islam. Les savants arabo-musulmans y ajoutèrent une autre catégorie
d’ouvrages qui proposaient des solutions à des problèmes d’ordre pratique touchant à la géométrie
et aux mathématiques : architecture, comptabilité commerciale, finances du trésor public, division
des héritages, arpentage, cartographie, astronomie et construction d’instruments scientifiques. De
plus, les mathématiciens du Moyen Âge islamique mirent au point les deux techniques fort impor-
tantes que sont l’algèbre et la trigonométrie. Par ailleurs, il est impossible en Islam de séparer les
mathématiques de l’astronomie car presque chaque mathématicien fut aussi un astronome ce qui
permit de faire avancer la trigonométrie grâce au calcul des tables astronomiques.

Al-Khwarizmi  fait la synthèse des travaux des Grecs et des Indiens dans son Hisab al-jabr wa’l mu-
qabla. C’est du terme 

al-jabr 

que dérive le mot 

algèbre

, d’abord en latin puis dans les langues eu-

ropéennes.

En islam, mathématiques et astronomie sont liées, ce qui a permis le développement de la 

trigono-

métrie

. Ainsi, al-Battânî (vers 855-923) contribue notamment à l’étude de la projection stéréogra-

phique (technique qui permet de représenter une sphère sur une surface à deux dimensions)
problématique qui concerne directement la cartographie. 

Ses découvertes influenceront considérablement le monde scientifique européen. Au XV

e

siècle

l’Allemand Regiomontanus, s’inspirera encore de ses méthodes.

Al-Sabtî.
« Abrégé d’un poème sur les fondements de l’algèbre » 
(Talkhîs nazm fî asl ‘ilm al-jabr wa l-muqâbala)
Encre sur papier.
Salé, Bibliothèque Sbihi, MS. 262/10

Il s’agit d’un poème sur l’algèbre écrit par un mathématicien du XIII

e

siècle, Ibrâhîm al-Sabtî. L’ouvrage s’inscrit dans une tradition de
versification des mathématiques qui semble avoir débuté un siècle
plus tôt. Au-delà du plaisir poétique, cette forme permettait de retenir
plus facilement le contenu du texte.

Vers 57, l’auteur expose les bases de l’algèbre classique (nombres,
inconnues, équations) et les opérations qui interviennent pour
résoudre les problèmes.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 8

3

La cartographie céleste

Depuis toujours, la mesure du temps a été au cœur des préoccupations de l’homme, c’est sans
doute pour cela que

l’astronomie est la plus ancienne des sciences

.

Dans le monde islamique, l’astronomie permet de fixer les 

heures des prières

, la 

direction de la

Mecque

, le début du 

Ramadan

, et le 

calendrier

.

L’

Almageste de Ptolémée (environ 100 – environ 170), puis les catalogues d’étoiles comme ceux

d’Al-Sufi (X

e

siècle) ou d’Ulug Beg (XV

e

siècle), fournirent aux fabricants de globes célestes et 

d’astrolabes l’essentiel des données nécessaires à leurs réalisations. La cartographie céleste 
islamique se divise en plusieurs types de cartes du ciel : 

Edifices architecturaux : 

Les plus anciennes représentations du ciel datent de 700 environ, et figurent sur la coupole du 
château du désert  Qusayr Amra, en Jordanie. Etroitement dépendantes des traditions gréco-
romaines, elles montrent les constellations au sein d’un système de coordonnées. 

Manuscrits : 

Le 

Suwar al-kawakib al-thabita d’Al-Sufi, écrit vers 965 dans le but de mettre à jour le catalogue de

Ptolémée, est le plus célèbre exemple de représentations de constellations. Les étoiles y sont des-
sinées en tenant compte de leur magnitude et des distances qui les séparent les unes des autres,
mais il n’y a pas de vision d’ensemble, faute d’intégrer les constellations à un système cohérent de
coordonnées. Les figures sont d’un style nettement orientalisant comparées aux réalisations anté-
rieures.

Astrolabes :

Le 

rete d’un astrolabe est une carte d’étoiles en deux dimensions qui s’étend du pôle nord céleste

jusqu’au tropique du Capricorne.

Globes célestes : 

Ils donnent une vision complète du ciel et intègrent l’ensemble des constellations.

LES OBSERVATOIRES 

Comme la madrasa, l’hôpital ou la bibliothèque publique, l’observatoire fait partie de la vie scientifique de
la communauté. 
Le calife al-Ma ‘mûn, au début du IX

e

siècle, crée les premiers observatoires jumeaux : à Shammasiya,

près de Bagdad, et à Qasiyun, dans les faubourgs de Damas. 
Le dernier grand observatoire en Islam, fut celui de Samarkand, fondé au XV

e

siècle par le prince mongol

Ulug Beg.

Page du « Shâhinshâh Nameh » commandé par le
Sultan ottoman Murad III, vers 1581, montrant Taqiy 
al-Dîn ibn Ma’ruf et d’autres astronomes effectuant des
mesures avec différents instruments dans
l’observatoire de Gralata fondé en 1557 par Soliman II
le Magnifique.
Istanbul, University Library, T.Y. 1404.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 9

Page du « Shâhinshâh Nameh » commandé par le Sultan
ottoman Murad III, vers 1581, montrant Taqiy al-Dîn ibn
Ma’ruf et d’autres astronomes effectuant des mesures
avec différents instruments dans l’observatoire de
Gralata fondé en 1557 par Soliman II le Magnifique.
Istanbul, University Library, T.Y. 1404.

Astrolabe planisphérique signé Muhammad ibn 
al-Saffâr.
Espagne, Tolède, 1029-1030.
Laiton coulé, martelé et gravé
Berlin, Staatsbibliothek, Orientabteilung, Sprenger
2050.

L’instrument présenté est conçu avec une grande
finesse. Il pouvait être utilisé dans seize villes dont
Cordoue, Tolède, Saragosse, La Mecque, Médine et
Ceylan. Les 29  pointes indiquant la position des étoiles
adoptent la forme de fines flèches ondulées
caractéristiques des modèles d’astrolabes andalous.
Fait remarquable, les inscriptions sur cet astrolabe sont
en arabe, en latin et en hébreu, comme les noms des
signes du zodiaque et des mois inscrits au revers.

”un astrologue utilisant l’astrolabe pour 
prendre l’avenir de l’arche de Noé pendant une
tempète en mer”
Inde, 1590.
Couleurs et or sur papier
Washington Freer Gallery of Art, Smithsonian
Institution,
Accession n°48.8.

L’ASTROLOGIE 

Depuis l’Antiquité, et jusqu’au début des temps modernes,
l’astrologie est considérée comme une branche de l’astronomie
appliquée. 
On consulte les astronomes, par exemple, pour connaître les
dispositions du corps aux éventuelles maladies, ou encore pour
décider du lieu et date de la fondation d’une ville (pour Bagdad
ou Le Caire).

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 10

Page d’une copie des « Maqâmât » (séances)
d’Al Harîrî, datée 1237. 

Au registre inférieur, une servante tient un
brûle-parfum près de l’accouchée afin de
l’éloigner des mauvais esprits.
Au registre supérieur, le père est entouré par un
astrologue qui établit un horoscope à l’aide d’un
astrolabe tandis qu’un autre rédige une
amulette.
Paris, Bibliothèque nationale de France,
département des Manuscrits orientaux, Arabe
5847.

4

Cartographie terrestre

Dès le début du VIII

e

siècle, dans le monde arabo-musulman, on réalise des cartes et des plans à

des fins pratiques : documents militaires, projets urbanistiques et cartes administratives.

La cartographie scientifique émerge avec la traduction de la 

Geographia de Ptolémée (écrit au II

e

siècle). 
Cet ouvrage, traduit en arabe à trois reprises, reprend les coordonnées  de quelque 8000 lieux du
monde connu alors. Il sert de véritable manuel d’instruction pour tracer des cartes. Il sera sans
cesse modifié, augmenté et corrigé.

Des développements scientifiques originaux : 

❯

Une nouvelle 

mesure de la circonférence de la Terre 

commandée par le calife al Ma’mûn, au IX

e

siècle.

❯

L’établissement de centaines de 

tables de coordonnées

géographiques et astronomiques qui

seront intégrées dans les cartes.

❯

L’introduction de la 

notion de méridien central 0°

passant par le Sri Lanka, se basant sur une

légende indienne. 

❯ 

Le recours à la trigonométrie sphérique au Xe siècle qui est une étape décisive pour l’élaboration

des cartes.

❯

La réduction de la longueur de la Méditerranée de 10°. 

❯

La séparation de l’Inde et de l’Afrique, qui étaient réunies géographiquement chez Ptolémée.

❯

L’élargissement du monde connu entre 15° et 20° vers l’est.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 11

Page d’une copie des « Maqâmât » (séances) 
d’Al Harîrî, datée 1237. 

Au registre inférieur, une servante tient un brûle-
parfum près de l’accouchée afin de l’éloigner des
mauvais esprits.
Au registre supérieur, le père est entouré par un
astrologue qui établit un horoscope à l’aide d’un
astrolabe tandis qu’un autre rédige une amulette.
Paris, Bibliothèque nationale de France, département
des Manuscrits orientaux, Arabe 5847.

Al-Idrîsî.
Carte du monde circulaire
Copie tirée du « Livre de Roger »
Datée 1553.
Encres et couleurs sur papier
Oxford Bodleian Library. MS. Poccke 375, Folios 3v-4r.

Des réalisations cartographiques :

❯

Des 

cartes du monde

: la première réalisée à la demande du calife al-Ma’mûn en 833, disparue ;

celle d’Al-Idrîsî, en 70 feuillets, est commandée au XII

e

siècle par Roger II de Sicile. Il nous en reste

plusieurs versions.

❯

Des 

cartes-itinéraires

, rendues nécessaires par l’étendue de l’empire, elles sont réduites à un en-

semble de lignes droites et courbes. Elles indiquent les étapes de pèlerinage, les relais de poste,
les caravansérails,…

❯

Des cartes qui donnent  la 

direction et les distances entre la Mecque

et les principales villes de

l’empire.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 12

Carte du monde musulman centrée sur La Mecque  
Iran, XVII

e

siècle.

Laiton gravé.
Koweit, collection al-Sabah, Dar al-Athar 
al-Islamiyyah, LNS 1106 M/

La Mecque (actuelle Arabie Saoudite) était considérée
par les musulmans du Moyen Âge comme le centre du
monde. Aussi la trouve-t-on souvent au centre des
cartes géographiques. L’objet présenté est une grille
mathématique permettant de situer les grandes villes
du monde musulman par rapport à la ville sainte. Ce
type de carte, dont seuls deux exemplaires subsistent,
existait dès le IXe siècle. Les positions de 150 villes de
l’empire musulman sont repérées grâce à leurs
coordonnées. 

Al-Idrîsî.  
« Divertissement de celui qui désire parcourir les
contrées » (Nuzhat al-mushtâq fî khtirâq al-âfâq)
Copie vers 1300 ?
Encres, couleurs opaques et or sur papier
Paris, Bibliothèque Nationale de France, Arabe 2221.

En 1154, Al-Idrîsî acheva cet ouvrage entrepris pour
Roger II de Sicile. Suivant Ptolémée, la Terre est
divisée en 7 climats, chacun se subdivisant en 10
parties. L’auteur les décrit et en donne une carte,
orientée vers le Sud et non vers le Nord. Les 70 cartes
réunies forment une mappemonde. Cet exemplaire
contient la description de 4 climats et 37 cartes.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 13

L’HOMME DANS SON ENVIRONNEMENT 

1

La médecine

De l’Antiquité jusqu’au XVII

e

siècle, la médecine est basée sur la théorie d’origine grecque des 

qua-

tre liquides organiques, appelés « humeurs » : le sang, le flegme, la bile jaune et la bile noire

(atrabile). Chacune de ces humeurs est associée à deux des quatre qualités suivantes : le chaud, le
froid, le sec et l’humide, et à un des quatre éléments que sont le feu, la terre, l’eau et l’air. Le tempé-
rament de l’individu est déterminé par une humeur dominante, deux qualités et un élément :
la santé idéale résulte de l’équilibre entre ces humeurs. Inversement, tout déséquilibre est source
de maladie ou de douleur. 

Pour diagnostiquer la maladie, le 

médecin détermine d’abord le tempérament du patient

. Ensuite il

l’ausculte en lui prenant le pouls ou en analysant l’odeur, la couleur et le goût de son urine (taux aci-
dité, degré de sucre…). Sur cette base, il détermine alors la nature du déséquilibre et prescrit un re-
mède qui peut être 

un aliment, une boisson, une activité physique ou des massages

. Le médecin

tient également  compte de l’environnement  et de l’état psychique du patient en considérant «

les

effets de l’âme sur le corps

». Ainsi des médecins recommandent parfois des 

thérapies par la mu-

sique

. Le but du traitement est donc de rétablir l’équilibre en administrant un médicament, comme

un aliment, une boisson, ou un remède, qui présente les caractéristiques opposées à celles de l’hu-
meur qui fait défaut selon le principe 

contraria contrariis curantur. »

Les premiers califes abbassides s’entourent  de médecins des 

communautés chrétiennes syriaques

(les Nestoriens) et 

persane

(école de Jundishapur). Sur cette base, à partir du VIIIe siècle, la méde-

cine musulmane connaît de grands développements : Al-Râzî (Rhazès en Occident) donne une des
premières descriptions de la variole et de la rougeole. 

Ibn Sîna, Avicenne en Occident, (X

e

-XI

e

siècle) codifie la médecine dans son ouvrage 

le Canon de

la médecine réédité 36 fois, et qui sera un ouvrage de référence dans les universités européennes
jusqu’au XVII

e

siècle. Ibn al-Nafîs découvre le 

principe de la circulation pulmonaire

Citons enfin Averroès, le médecin persan Ali Ibn-Abbas, et le chirurgien al-Zahrawi.

On ne s’improvise pas médecin à l’époque. Tous les médecins détiennent l’

ijaza, 

véritable diplôme

de médecine

donnant accès à la profession.

Achevé en 1396, le « traité d’anatomie » de Mansûr ibn
Ilyas fut l’un des ouvrages médicaux persans les plus
diffusés. C’est le premier ouvrage d’anatomie isla-
mique où l’on trouve des illustrations en pleine page,
montrant respectivement le squelette, les nerfs, les
muscles, les veines et les artères. Un dernier chapitre
est consacré aux organes complexes et à la formation
du fœtus.

Représentation d’une femme enceinte  
Mansûr ibn Ilyâs.
« L’Anatomie de Mansûr » (Tashrîh-i Mansûrî)
Iran, copie datée 1672.
Encres et couleurs opaques sur papier.
Londres, The Brisith Library, India Office, Islamic 1379.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 14

2

La chirurgie

En Egypte, et particulièrement à l’école d’Alexandrie, la 

dissection et l’autopsie

étaient couram-

ment pratiquées, sous l’influence des traditions d’embaumement et de momification. Mais après la
conquête arabe en 640, ces pratiques, interdites par certains théologiens, sont abandonnées, ce
qui provoque une stagnation des connaissances anatomiques. 
Cependant, des médecins poursuivent leur travail dans certaines circonstances  comme à l’occa-
sion de blessures de guerre, d’accidents ou de l’exhumation de cadavres. Les médecins corrigent
ainsi leurs connaissances théoriques et acquièrent des vues nouvelles sur l’anatomie et l’ostéologie
(l’étude des os). Par ailleurs, la dissection animale a toujours été permise.

Au XI

e

siècle, le chirurgien Abu al-Quasim al-Zahrawi, 

réserve à la chirurgie le dernier volume

d’une encyclopédie médicale qui en compte trente

. Il décrit diverses techniques chirurgicales,

fournit les illustrations des

instruments chirurgicaux

et donne des conseils pour leur

fabrication

.

Les chirurgiens anesthésient leurs patients à l’aide d’une

éponge soporifique

imbibée de subs-

tances aromatiques et narcotiques. 

Le traité d’al-Zahrawi

intitulé « Chirurgie » fut largement diffusé en Orient et en Occident dans 

diverses langues. Gérard de Crémone (XII

e

siècle) le traduisit en latin à Tolède. Il en existe aussi

une version en hébreu, réalisée à Marseille en 1258 par un médecin juif, et une version turque datée
du XV

e

siècle.  

Al-Zahrawi
« Livre de la pratique »
Espagne ou Provence, copie de la 1ère moitié du 
XV

e

siècle.

Encres sur parchemin.
Paris, Bibliothèque nationale de France, département
des Manuscrits orientaux, Hébreu 1163.

La « Chirurgie » d’Al-Zahrawi réunit en trentre traités
toutes les connaissances médicales. Le trentième
traité est un véritable livre de chirurgie dans lequel est
décrite une vaste panoplie d’instruments avec leur nom
et leur utilisation.

LES OPÉRATIONS LES PLUS COURAMMENT PRATIQUÉES SONT : 

L’extraction des calculs rénaux, l’opération de différents types de hernies, l’extraction de flèches, 
la réimplantation de dents…
L’ophtalmologue Abu al-Qâsim Ammâr (X

e

siècle) donne la description de six opérations différentes de la

cataracte.

LES HÔPITAUX 

Le nom donné à l’hôpital en arabe est al-bimaristan ou al-maristan. Ce terme d

’origine persane 

signifie 

« la maison des malades ». Le premier établissement hospitalier du monde musulman est fondé au VIII

e

siècle à 

Badgad par Hârûn al-Rashîd

qui prend pour modèle administratif et médical, l’hôpital de

Jundishapur.

Les hôpitaux se multiplient rapidement dans les grandes villes islamiques, aussi bien à l’initiative de la
famille régnante que de l’aristocratie et des vizirs (ministres). La fondation d’un hôpital est en effet
considérée comme un 

acte pieux et charitable

.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 15

3

La pharmacie

Au Moyen Âge islamique, la pharmacie est, pour la première fois, considérée comme une discipline
à part entière. On trouve des officines dans les grandes villes dès le IX

e

siècle et les hôpitaux ont

leurs propres laboratoires pharmaceutiques. 

Un inspecteur, le al-muhtasib

, contrôle les prépara-

tions et le matériel des pharmaciens.

La littérature pharmacologique est particulièrement riche et ce, en raison de l’immensité du territoire
de l’Empire islamique et des échanges commerciaux qui s’y développent. Les pharmaciens dispo-
sent alors d’une très

grande variété de composants botaniques, minéraux et animaux

.

Comme les Grecs, les pharmaciens du Moyen Âge islamique analysent les médicaments selon 

les

quatre qualités

: le froid, le chaud, le sec et l’humide. Chacune de ces qualités est graduée en

quatre degrés d’intensité. Ces caractéristiques sont combinées par le pharmacien pour produire le
médicament voulu. 
Le savant le plus influent en pharmacie est Al-Kindî (IX

e

siècle). Il établit les formules mathéma-

tiques qui permettent aux pharmaciens de calculer le rapport entre le degré d’intensité des

qualités

d’un composant et  l’effet recherché.

Kitâb al-hashâ’ish.  
Traduction en arabe du « De materia medica » de
Dioscoride.
Samarcande, copie datée 1082-1083.
Encre et couleurs opaques sur papier.
Leyde, University Library, Or. 289.

Dioscoride (I

er

siècle) était botaniste, pharmacologiste

et médecin. Son De materia medica, qui décrit quelque
six cents plantes et leurs propriétés, a exercé une
influence considérable sur la botanique et ses
applications médicinales durant quinze siècles, en
Orient comme en Occident. Ce manuscrit est la plus
ancienne copie datée connue de la version arabe de
l’ouvrage. Dans un style très oriental, chaque plante
est figurée dans sa totalité de manière stylisée avec
des couleurs posées en aplats. 

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 16

4

La chimie

Al-kîmiyâ, dans la tradition arabe, désigne à la fois

la chimie et l’alchimie

.

L’alchimie arabe est issue d’une tradition remontant à la fin de l’antiquité égyptienne et transmise à
l’école d’Alexandrie. La chimie du Moyen Âge islamique s’intéressait, entre autres choses, à la
transmutation des métaux vils en métaux précieux. 

La pratique de l’alchimie était 

gardée secrète

, et transmise de maître à apprenti.

Les apports des chimistes du Moyen Âge islamique sont nombreux :

La 

description

et la 

classification 

systématique de nombreuses substances.

Le 

perfectionnement des techniques de laboratoire

: distillation, sublimation, calcination, mise en

solution, cristallisation, fusion, réduction.

Des 

applications pratiques

en teinturerie,  cosmétique (fards et parfums),  pharmacie, alimentation

(huile, sucre), hygiène (détergents à base de soude, savons).

Le chimiste le plus célèbre du Moyen Âge islamique est Jabir Ibn Hayyan, VIII

e

siècle (Gabir en Oc-

cident) dont le laboratoire se trouvait à Koufa, en Iraq. La théorie de la matière d’Empédocle (V

e

siè-

cle avant JC), joue un rôle central dans sa doctrine : celle-ci repose sur la thèse des quatre
éléments « racines de toute chose » (eau, air, terre et feu), auxquels Jabir ajoute le mercure et le
soufre.

Une bonne partie des techniques et du vocabulaire de laboratoire utilisées en occident sont dues à
la démarche expérimentale des chimistes arabes.

Shams al-Dîn al-Dimashqî.
« Choix des merveilles du monde terrestre et maritime »
(Nukhbat al-dahr fî ‘ajâ’ib al-barr wa l-bahr)  
Copie datée 1441-1442.
Encre et couleurs opaques sur papier.
Paris, Bibliothèque nationale de France, département
des Manuscrits orientaux, Arabe 2187.

Dans son ouvrage, al-Dimashqî (XIII

e

siècle) décrit la

production d’eau de rose dans la région de Damas par le
procédé de la distillation. Sur le schéma, l’eau d’une
cuve est chauffée par un four. Au-dessus, les cucurbites
contenant des pétales de rose sont superposées autour
d’un mat. Le col des cucurbites, émergeant à l’extérieur
du dispositif, est relié à un alambic dont les parois
froides recueillent le produit issu de la condensation. 
Il s’écoule ensuite dans des récipients pour être mis en
flacon. 

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 17

5

La mécanique

Les principes mécaniques de base auxquels font appel les ingénieurs et mécaniciens du Moyen
Âge islamique étaient connus dans la tradition grecque et hellénistique, en particulier chez Philon
de Byzance (III

e

siècle av JC), Archimède (III

e

siècle av JC) et Héron d’Alexandrie (I

er

siècle av JC).

Dès le IX

e

siècle, le paysage et l’économie sont véritablement transformés par les moulins. Depuis

la Perse,

les moulins à vent

et à eau se répandent de l’Extrême Orient à l’Espagne, grâce aux mé-

caniciens musulmans. Source importante d’énergie, le moulin moud des céréales, amène l’eau et
écrase la canne à sucre. 

Deux solutions majeures sont par ailleurs apportées aux problèmes cruciaux de 

l’irrigation

et du

transport de l’eau potable : la 

sâqia

, actionnée par la force animale, et la 

na`ura

(ou noria), un 

mécanisme actionné par la force du courant, destiné à élever les eaux jusqu’aux terres à irriguer.

Le Livre de la mécanique des Banu Musa (IX

e

siècle) traite de

pneumatique

et d’

hydraulique

Il décrit la construction et le fonctionnement d’appareils que les trois frères, ingénieurs et mathéma-
ticiens, ont mis au point et qui témoignent de leur grande créativité. Ils inventent, entre autres, le 

siphon concentrique

simple et double, et la 

valve conique 

servant à contrôler l’écoulement des

fluides, qui n’apparaîtront en Occident qu’avec Leonard de Vinci (1452-1519). 
De plus, les ingénieurs et mécaniciens du Moyen Âge islamique ont inventé et construit un nombre
important d’automates de divertissement.
Quant aux roues à segments dentés, inventées par l’ingénieur Al-Jazari au XIII

e

siècle (

Livre des 

appareils mécaniques) pour un modèle de noria, elles seront introduites en Europe au XIV

e

siècle.

Représentation d’une sâqia avec une roue à godets en
spirale mue par une paire de bœufs pour l’alimentation
en eau d’un bassin. Page d’une copie des « Maqâmat »
(scéances) d’al-Harîrî datée 1237.
Paris, Bibliothèque nationale de France, département
des Manuscrits Orientaux, Arabe 5847.

Au X

e

siècle, en haute Mésopotamie (le « grenier de Bagdad »), des bateaux–moulins en teck flottant sur le

Tigre et l’Euphrate moulaient jusqu’à 10 tonnes de farine par jour.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 18

CONCLUSION : LA CIRCULATION DES CONNAISSANCES SCIENTIFIQUES VERS
L’OCCIDENT

De multiples raisons ont fait, au Moyen Âge, de l’Espagne et de la Sicile, des régions particulière-
ment propices à la traduction de textes scientifiques arabes en latin. 

En  Espagne, où la culture arabe est la plus florissante, on trouve un grand nombre de manuscrits
arabes dans des bibliothèques publiques et privées.
La population mozarabe (chrétiens arabisés) et les lettrés juifs y pratiquent l’arabe et les langues
locales. Ils joueront le rôle d’intermédiaires et de traducteurs.

C’est principalement à Tolède au XII

e

siècle, sous l’impulsion de l’archevêque Raymond de Tolède

et du traducteur Dominique Gondisalvi, que le mouvement de traduction prend naissance. 
Tolède attire des savants de toute l’Europe.

Au XIII

e

siècle, le roi Alphonse X el Sabio patronne personnellement une traduction en castillan de

textes arabes sur l’astronomie : Le

Libro del saber de astronomia. 

A Palerme, le roi Frédéric II de Sicile accorde également son soutien au travail des traducteurs.

C’est aussi à travers l’Italie, via les villes marchandes autonomes de Venise, Pise, Gênes et Flo-
rence, qui gardent le contact commercial avec le monde musulman, que ces savoirs circulent.
L’ensemble de ce savoir philosophique et scientifique constitue un apport majeur au programme
d’enseignement des universités européennes jusqu’aux Temps Modernes, et  contribue grandement
au développement intellectuel de l’Occident. 

QUELQUES TRADUCTEURS CÉLÈBRES : 

Quelques traducteurs jouissent d’une grande notoriété : Marc de Tolède, Jean de Séville, Hermann le
Dalmate, qui introduit le premier les sciences arabes en Angleterre, Rodolphe de Bruges et  Albert de Bath.
Gérard de Crémone, dont l’activité domine la deuxième moitié du XIIe siècle, marque, avec plus de septante
traductions à son actif, l’apogée du mouvement de traduction.

« Tabulæ astronomicæ » d’Alphonse X el Sabio
Italie, Venise, 1492.
Livre imprimé.
Paris, Musée de l’Institut du Monde Arabe, AI 86-32.

Ce manuscrit contient des tables astronomiques écrites
en latin à partir de sources arabes, à la demande du roi
Alphonse X de Castille. Le roi était lui-même féru
d’astronomie et s’entoura de savants chrétiens, juifs et
arabes. Ces tables devaient rectifier et enrichir les
observations apportées par l’ « Almageste » de
Ptolémée. Cet ouvrage fréquemment appelé « tables
alphonsines » a été conçu entre 1248 et 1252 par des
astronomes de renom. Sa première édition fut
imprimée à Venise, en 1483. 

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 19

L’EMPIRE À SON APOGÉE

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 20

CHRONOLOGIE DES SCIENCES ARABES

VII

e

-VIII

e

siècles : l’ère de l’héritage et de la traduction

❯

Vers 650 Début de l’établissement écrit du texte coranique

❯

Décision du calife omeyyade ‘Abd al-Malik (685-705) d’arabiser les administrations

❯

Fondation, par l’omeyyade al-Walîd 1e de la première bibliothèque califale

❯

762 Fondation de Bagdad, la future capitale scientifique de l’empire musulman

❯

773 Traduction en arabe du premier livre astronomique indien à la demande du calife abbaside al-Mansûr (754-775)

❯

780 Traduction des Topiques d’Aristote à la demande du calife al-Mahdi (775-785)

❯

785-809 Mécénat de Hârûn al-Rashîd

* Fondation du Bayt al-hikma (Maison de la sagesse), premier centre scientifique
* Traduction par al-Hajjâj des Eléments d’Euclide (dédiée à Hârûn ar-Rashîd) 

IX

e

siècle : émergence de la science arabe

❯

813-833 Al Khwârizmî :

* Publication du premier livre arabe sur le calcul indien (contenant les chiffres et le zéro) 
* Publication du premier livre d’algèbre (dédié à al-Ma’mûn)

❯

Programme astronomique financé par le calife al-Ma’mûn 

* Elaboration de la première carte du monde en arabe
* Vérification et correction des mesures de Ptolémée

❯

Traité d’optique d’Al Kindî (796-873)

❯

Les Frères Banû Mûsâ publie le premier livre de mécanique arabe

❯

815 Traduction de la Meteorologica d’Aristote par Yahyâ al-Batrîq

❯

809-877 Traduction des œuvres médicales de Galien et d’Hippocrate par Hunayn Ishaq

❯

al-Râzî (823-860), médecin et chimiste. Le plus grand clinicien du Moyen Âge. Identifie et décrit la variole 

❯

851 Première description des côtes indiennes et chinoises par les Arabes

X

e

-XIII

e

siècles : Apogée de la science arabe

X

e

siècle

❯

Livre d’algèbre d’Abû Kâmil (m. 930)

❯

Abd al-Rahmân al-Sûfî établit son catalogue des étoiles

❯

972 Fondation au Caire de l’université d’al-Azhar du Dar Al-hikma

❯

al-Zahrâwî (m. 1013) : Traité de chirurgie 

❯

991 : Fondation à Bagdad par le vizîr Sâbûr b. Ardachîr, du Dâr al-‘ilm (Maison du savoir), avec une bibliothèque de 10 000 volumes

❯

Fin Xe s.: Ibn Yunus (m. 1009) : Confection de tables astronomiques d’une très grande précision 

XI

e

siècle

❯

980-1037 Ibn Sînâ (Avicenne), médecin et philosophe, auteur d’une encyclopédie, Le Canon de la médecine, qui restera longtemps le principal ou-

vrage de référence des sciences médicales

❯

973-1048 al-Bîrûnî (973/1050), l’un des plus grands savants musulmans, mathématiciens, astronome et géographe, il est l’auteur d’un célèbre traité

d’astronomie, le Qânûn al-Mas’ûdî (le Canon masudien)

❯

Ibn al Haytham (m. 1041) : mathématicien et physicien, Son traité d’optique, Kitâb al-manâzîr a été enseigné et commenté en Europe jusqu’au XVIIe

siècle 

❯

Ibn Khalaf de Tolède invente l’astrolabe universel

❯

‘Umar al-Khayyâm (1048-1131) : astronome, mathématicien et poète persan. A élaboré la première théorie géométrique des équations cubiques.

❯

al-Mu’taman (m. 1085) : grand mathématicien et roi de Saragosse. Son Kitâb al-istikmâl (Livre de la perfection) est une synthèse des mathématiques

de son époque.

❯

Ibn Mu’âdh (m. 1079) : auteur du premier livre de trigonométrie publié, en arabe, sur le sol européen

❯

Fin XIe s.: Constantin l’Africain ( traduit en latin de nombreux ouvrages de médecine produits au Maghreb (Kairouan) ou en Orient (Bagdad)

XII

e

siècle 

❯

Al-Idrîsî : réalisation de la carte du monde la plus élaborée (dédiée à Roger II de Sicile)

❯

Jâbir Ibn Aflah, astronome. Son livre La réforme de l’Almageste, traduit en latin, a fait connaître la trigonométrie arabe aux Européens

❯

1170 Essor de l’hôpital-école de médecine  (Bimaristân) de Damas fondé par Nûr Al Dîn

❯

1187 : mort de Gérard de Crémone, chef de file des traducteurs en latin des sciences grecques et arabes.

❯

1198 Mort d’Ibn Rushd (Averroès), philosophe et médecin, auteur d’un grand traité de médecine al-Kulliyyat (le Colliget)

❯

1228 Mort d’Ibn Mun’im à Marrakech : le premier mathématicien à avoir introduit la combinatoire comme chapitre des mathématiques

XIII

e

siècle

❯

1204 : Mort de Maïmonide, théologien et philosophe juif, auteur du Guide des égarés (écrit en arabe)

❯

1228 : Fibonacci, le premier grand mathématicien européen publie l’édition définitive de son fameux Liber Abaci, dont le contenu est inspiré de l’al-

gèbre et du calcul arabe appris au cours de sa formation au Maghreb et en Orient. 

❯

1206 : al-Jazarî publie son traité de mécanique De la théorie et de la pratique des automates

❯

Ibn Nafîs (1210-1288) médecin du Caire. Il fut le premier à décrire la petite circulation du sang 

❯

Nasîr al-Dîn al-Tûsî (m. 1274), mathématicien et astronome, directeur de l’observatoire de Maragha en Azerbaïdjan. Auteur de nombreux ouvrages

d’astronomie

❯

1256-1321 : Ibn al-Bannâ un des derniers grands mathématiciens du Maghreb. Etablit des résultats en combinatoire.

XIV

e

-XV

e

siècles : Amorce d’un processus de déclin de l’activité scientifique

❯

1375 : mort d’Ibn ash-Shâtir, grand astronome de Damas. Il a élaboré de nouveaux modèles du mouvement des planètes qui ont inspiré plus tard

Copernic

❯

1421 Fondation de l’observatoire de Samarkand financé par le prince mongol Ulug Beg

❯

1429 : mort d’al-Kâshî : un des derniers grands astronomes des pays d’Islam. Il a calculé la valeur de _ avec 16 chiffres après la virgule, une préci-

sion jamais égalée auparavant. 

❯

1486 L’Encyclopédie de médecine d’al-Râzî est traduite en latin

❯

Mordechaï Finzi traduit, en hébreu, le livre d’algèbre d’Abû Kâmil (m. 930)

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 21

BIBLIOGRAPHIE

A l’ombre d’Avicenne, La Médecine au temps des califes, IMA, Paris, 1996.

L’Âge d’or des sciences arabes, sous la direction de Ahmed Djebbar, IMA/ Actes Sud, Paris, 2005.

Les Andalousies de Damas à Cordoue, IMA-Hazan, Paris, 2000.

Balty-Guesdon, M.G., « Le Bayt al-hikma de Bagdad », Arabica, n°39, 1992.

Claude Cahen, L’Islam : des origines au début de l’Empire Ottoman, Paris, Hachette, 1997.

Paule Charles-Dominique, Voyageurs arabes, Ibn Fadlân, Ibn Fadlân, Ibn Jubayr, Ibn Battûta et un
auteur anonyme, Paris, Gallimard, 1995.

Caiozzo, A., Images du ciel d’Orient au Moyen Âge, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne,
Paris, 2003.

Djebbar, A. Une histoire de la science arabe, Entretiens avec Jean Rosmorduc, Seuil, Paris, 2001.

Elkhadem, H, Sciences d’Occident filles de l’Islam, 2002, Bruxelles. 

Hassan, A.Y., et Hill, D.R., Science et Technique en Islam, Une histoire illustrée, UNESCO/Edifra,
Paris, 1991.

Histoire des sciences arabes, dir. Par R. Rashed, Seuil, Paris, 1997.

Mariakou, S., L’Apparence des cieux : astronomie et astrologie en terre d’Islam, Réunion des 
Musées nationaux, Paris, 1998. 

Mazliak, P., Avicenne et Averroès : médecine et biologie dans la civilisation de l’Islam, Vuibert, Paris,
2004.

Occident et Proche-Orient : Contacts scientifiques au temps des Croisades, éd. Par I. Draelants, 
A. Tihon et B. van den Abeele, Brepols, Turnhout, 2001.

Sebti, M., Avicenne, L’âme humaine, PUF, Paris, 2000.

Tolède, XII

e

- XIII

e

siècles, Musulmans, chrétiens et juifs : le savoir et la tolérance, Editions Autre-

ment, Paris, 1991.

Ullmann, M., La Médecine islamique, PUF, Paris, 1995.

background image

ULB Culture _ 

À la découverte de l’âge d’or des sciences arabes

_ 22

COMITÉS ET COLLABORATIONS

Cette exposition est conçue et réalisée par l’Université libre de Bruxelles, 

Recteur : Philippe Vincke
Président : Jean-Louis Vanherweghem

En partenariat avec

l’Institut du Monde Arabe, Paris

COMITÉ D’ORGANISATION

COMMISSARIAT GÉNÉRAL ULB

Ahmed Medhoune, Directeur du Département des services à la communauté universitaire de l’ULB
Annick Coutisse, Responsable d’ULB Culture

COMMISSARIAT SCIENTIFIQUE

Hossam Elkhadem, Professeur d’histoire des sciences arabes – Université libre de Bruxelles

COORDINATION DE L’EXPOSITION

Nathalie Levy

COMMUNICATION

Joëlle Tricnot, Dominique Rossion

SCÉNOGRAPHIE

Laurence Hassel

GRAPHISME 

XLs graphic 
Frédérique Gilson, Sophie Rollier

RELATIONS AVEC LA PRESSE 

Dominique Nothomb

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Président : Hossam Elkhadem (Université libre de Bruxelles)

Ahmad Aminian (Centre culturel Omar Khayam - Bruxelles)
Ahmed Djebbar (Université de Lille I)
Marie-Thérèse Isaac (Université de Mons-Hainaut)
André Koeckelenbergh  (Université libre de Bruxelles)
Pierre Marage (Université libre de Bruxelles)
Patricia Radelet-de Grave (Université catholique de Louvain)
Marc van Damme (Vice-recteur, Université libre de Bruxelles)
Jean Wallenborn (Université libre de Bruxelles)

COLLABORATIONS

Brahim Alaoui, Directeur du Département musée et expositions de l’Institut du Monde Arabe, Paris.
Éric Delpont, Chargé de collections et d’exposition, Institut du Monde Arabe, Paris.

Les auteurs des cartels : Hossam Elkhadem (ULB), Ahmed Djebbar (Université de Lille I), Audrey
Moutardier (Institut du Monde Arabe, Paris), Aurélie Clémente-Ruiz (Institut du Monde Arabe, Paris),
Danielle Jacquart (École Pratique des Hautes Études, Paris), Éric Delpont (Institut du Monde Arabe,
Paris).

L’asbl Schola ULB

L’équipe du Centre audio-visuel de l’ULB

SOUTIENS

Avec le soutien :
- du Fonds d’Impulsion à la Politique des Immigrés
- de la Communauté française - Wallonie-Bruxelles
- de la Commission communautaire française
- de la Fondation Roi Baudouin