Droit de regard

Divergences

Version imprimableVersion imprimableEnvoyer à un amiEnvoyer à un ami

La crise grecque menace-t-elle le couple franco-allemand ? Angela Merkel a semé le trouble en lançant l’idée d’exclure « en dernier recours » la Grèce, pays trop laxiste, qui devrait, juge-t-elle, se tourner vers le FMI pour obtenir de l’aide quand Nicolas Sarkozy préconise en priorité une solution européenne.

De son côté, Christine Lagarde reproche à l’Allemagne de déprimer l’économie européenne par sa politique de compétitivité forcenée. Même si les rapports personnels “entre Angela et Nicolas” restent bons, il y a cette fois une vraie crise entre l’Allemagne et la France.

En parlant d’exclusion de la Grèce, Mme Merkel faisait d’abord de la politique intérieure. Il y a des élections régionales en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, au mois de mai. La chancelière risque de perdre la majorité au Bundesrat. Or, la crise grecque rend hystérique son opinion publique. Les Allemands ne veulent pas payer pour les États-cigales surendettés. La presse se déchaîne et rappelle que l’Allemagne est le plus gros contributeur au budget européen. Grâce à sa puissance économique, elle a maintenu la valeur de l’euro, ce qui a permis aux pays de la zone euro – dont la France– de maintenir leur niveau de vie sans effort. Pour les Allemands, la situation devient insupportable. Si exclure un pays de la zone euro est légalement proche de l’impossible, en revanche, que l’Allemagne prenne du champ est une option envisageable. Là réside la menace voilée d’Angela Merkel.

Par ses propos, Christine Lagarde a soulevé une vague d’indignation. Reprocher à l’Allemagne d’être un mauvais européen ne tombe en effet pas vraiment bien. Il faudrait plutôt rendre justice au seul pays européen qui a eu le courage de mettre en pratique les règles édictées par le traité de Maastricht et signées en commun. Pour cela, Gerhard Schröder a infligé à l’Allemagne une cure d’austérité sans précédent,avec des remises en question drastiques des avantages sociaux. Une politique qui lui a fait perdre le pouvoir. Entre 1996 et 2009, les coûts salariaux n’ont augmenté que de 5 % en Allemagne, alors qu’en France, ils ont augmenté de 35 % et de 65 % en Grèce. L’Allemagne a en plus absorbé le poids de la réunification et est aujourd’hui le deuxième exportateur mondial derrière la Chine. Une performance!

En clair, les Allemands pensent que les Français sont mal placés pour leur donner des leçons. Et ce, d’autant plus que leur pays est à la fois le premier client et le premier fournisseur de la France. Le ministre allemand des Finances, Schäuble, s’est d’ailleurs félicité des critiques de Mme Lagarde. Il les a reçues, dit-il, « comme des compliments ». À l’inverse de l’Allemagne, la France est le pays européen qui a la politique sociale la plus généreuse. Elle a fait le choix de la demande par la consommation. Trop souvent, elle emprunte pour distribuer l’argent qu’elle n’a pas, tandis que le périmètre de son industrie se rétrécit. « Ça n’est pas le bon modèle pour la survie dans un monde économique globalisé », raille la presse allemande.

Cette divergence de fond, qui ne date pas d’aujourd’hui, entre les deux locomotives de l’Union, n’est pas de nature à rassurer alors que les discours appellent à une plus grande convergence économique. C’est même tout l’équilibre et laphilosophie du projet européen qui sont menacés. Comment harmoniser deux visions aussi antagonistes de l’Europe ?

Catherine Nay

Photo © Patrick Iafrate  

Commentaires

Querelle d'allemands.

Mme.Merkel ne va tout de même pas risquer de perdre les
élections pour abonder dans le sens des français. Après on
verra et les choses s'arrangeront probablement.
Ce qui, en revanche, ne va pas s'arranger c'est la dette
monstrueuse accumulée par certains pays dont le nôtre.
Alors que les Allemands, sous Schröder, se sont serrés
la ceinture pour retrouver une compétitivité forte, nous
avons fait comme les grecs, dépensé l'argent que nous n'avons pas. Et celà, un jour ou l'autre, ça se paiera.
Hélas!

De la même façon que l'on

De la même façon que l'on peut remercier les spéculateurs de révéler au monde, malgré les inconsciences, tricheries, et autres opérations de camouflage politique et économique, ce qui va mal.... et donc de permettre de le traiter, de la même façon il faut remercie Angela MERKEL de nous demander à tous d'être adultes... et responsables. Heureusement qu'elle est là !!!!!

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Cette question vous est posée pour éviter le spam.
6 + 4 =
Résolvez cette question de mathématique et entrez le résultat. Par exemple 1+3, entrez 4.