Journal N°49 - Octobre 2003

Les titres :

 

>> retour à la liste

DOSSIER : Grands chantiers, 4 ans à venir

Une histoire... des travaux

Société du Commerce Rochelais...

Patrimoine économique, deuxième édition

Les belles étrangères - Plumes algériennes

Simenon, La Rochelle et ses secrets

Libre expression à l'opposition municipale

   
DOSSIER
 
Libre expression à l'opposition municipale
 
La Rochelle est une ville qui bouge. De nombreux projets façonnent jour après jour sa physionomie, avec toujours une préoccupation constante de l'environnement, de la protection des ressources et du cadre de vie des habitants. Les grands chantiers qui sont engagés et qui vont se poursuivre dans les quatre ans à venir s'inscrivent dans cette logique. De La Pallice aux Minimes en passant par Mireuil, Villeneuve les Salines ou le quartier de la Gare, La Rochelle se développe durablement Par Sylvie Girot
 
 

Faire l'ouest rochelais ... ensemble

De La Pallice à Mireuil en passant par Port-Neuf, le dialogue et la concertation sont au menu de l'Opération de Renouvellement Urbain avec un objectif : la qualité du cadre de vie pour permettre à chacun de se sentir bien dans la ville

Logements reconstruits ou réaménagés, espace public transformé... tels sont quelques-uns des ingrédients qui rentrent dans la recette de l'ORU. Appliquée aux secteurs du Château d'eau à Mireuil, des Sablons, des Chirons Longs et du centre à La Pallice, à l'interface ville-port de commerce et au quartier de Port-Neuf, l'ORU devrait permettre d'améliorer le cadre quotidien des habitants et d'amorcer une dynamisation de l'ouest rochelais. Les liftings ont déjà commencé pour beaucoup comme aux Sablons où, individuellement et collectivement, tous les locataires ont été impliqués dans l'élaboration du programme des travaux : réfection de couverture, changement des menuiseries, pose de chauffage avec ventilation et raccordement au réseau gaz de ville, agrandissement des appartements... chacun a fait son choix. Résultat : 46 réhabilitations sur 60 logements. La même démarche a été initiée aux Chirons Longs et à Mireuil. Ainsi, si l'immeuble «Gavarni» sera démoli en fin d'année, l'ensemble des locataires concernés ont exprimé leur souhait, partir ou rester sur le quartier. Beaucoup ont choisi de rester. Ils vont pouvoir assister à la mue de leur paysage quotidien : implantation d'espaces verts, aménagements de parkings à chaque pied d'immeuble dont les halls seront fermés et sécurisés. Outre certains immeubles, un ou deux châteaux d'eau pourraient disparaître. La décision sera prise ce mois-ci, leur mise hors service pourrait intervenir en 2004 et la démolition en 2005. La chaufferie pourrait elle aussi laisser place nette en 2006. Plus d'espace avec l'aménagement d'une grande place, plus de lieux de rencontres avec la construction d'un vrai centre social, plus de facilités de déplacements avec la ré-ouverture de nouvelles rues en zone 30... Avec l'ORU, un nouveau souffle se lève à l'ouest.


Marais de Tasdon
Bienvenue dans le quartier du XXIe siècle

D’ici à quatre ans, l'entrée à La Rochelle se fera par le boulevard des Cottes-Mailles, longeant le marais de Villeneuve-les-Salines qui sera classé en zone naturelle protégée. Cette nouvelle voie débouchera sur le quartier Sud-Gare. On sera alors de plain pied dans le quartier du futur, celui du développement durable. Un ensemble de résidences sur pilotis de deux à trois étages, pouvant accueillir quelque 300 logements, respectant une certaine mixité sociale, y prendra place. Il y aura aussi des bureaux et des commerces afin d'éviter que le quartier ne soit qu'une cité dortoir. Tous les critères du mieux vivre seront rassembler ici dans cette cité lacustre des Jars dans un marais qui continuera à assurer sa fonction de régulation. Les habitations seront dûment estampillées Haute Qualité Environne-mentale (HQE), c'est-à-dire que les constructions seront écologiques, économiques et confortables. La plupart des
expériences innovantes faites ailleurs testent soit un aspect, soit un autre, nous allons tout tester à la fois. Mais le rôle majeur de ce quartier sera surtout de décongestionner la gare et plus largement le Centre-Ville de son flux de voitures via la construction d'un nouveau viaduc. Celui-ci, en parallèle du pont Jean-Moulin, permettra de dévier la circulation vers le boulevard Joffre (d'ici à deux ans) et la venue d'une nouvelle rue parallèle à la voie ferrée, permettant ainsi un contournement complet de la gare. Ce quartier sera aussi un centre névralgique des transports de toute l'agglomération, articulant tous les modes de transport possible... bus, vélo, voiture électrique... à deux pas du Centre-Ville, des bassins et de l'Université, l’ensemble sera équipé d'une capacité importante de stationnement. Il fournira la preuve que l'on peut installer des gens dans un milieu naturel fragile tout en le préservant.


Balade en Sole

Le quartier du Lac est resté pendant longtemps un vaste chantier d'immeubles autour d'un plan d’eau somme toute banal. Une partie des terrains gelés, en raison d'un possible accueil du village olympique, ont été mis sur le marché. Les derniers logements vont sortir de terre. En parallèle, le chantier du site propre bus, véritable «épine dorsale» du quartier, progresse chaque jour et sur son passage, le paysage se transforme. C'est le cas du Lac de la Sole, à la fois lieu de vie et passage obligé de par sa situation géographique au coeur des Minimes, il deviendra bientôt un lieu de promenade privilégié des Rochelais. Son aménagement est en cours. Tout l'été, le lac a résonné du bruit du battage des palplanches destinées à consolider la partie nord de ses berges. C'est aujourd'hui chose faite. Le pourtour du bassin va être maintenant habillé d'une promenade au bord de l'eau, longeant la voie du site propre bus dont elle sera séparée par un muret d'un mètre. Les dalles béton du passage bus seront ainsi en surplomb d'un mètre et entourées de part et d'autre de cheminement piéton. En face, côté sud, un espace vert glissera en pente douce vers l'eau. «Nous avons envisagé un aménagement en gradins qui pourrait servir de solarium» explique Jacques Mollard, directeur général des services Techniques. «Un cheminement piéton permettra de se balader tout autour du lac .» Jets d'eau pour le plaisir des yeux mais aussi pour l'oxygénation du plan d'eau, plantes aquatiques, passages sur pilotis, compléteront ce paysage pour lui donner un air de jardin japonais. Un deuxième bassin, carré celui-là, va être creusé l'année prochaine pour gagner de la capacité en eau en cas d'orage et de grande marée. Le tout donnera l'impression d'une seule et même étendue d'eau séparée par un pont grâce à un esthétique habillage des buses. Et alors, les habitants vont pouvoir respirer, ils auront un vrai quartier !


Espace Aventure de la Mer et des Océans
Tentez l'aventure de la mer

Nature, mer, patrimoine, toute la culture «atlantique»
se concentre autour du bassin des Chalutiers, dans un cadre renouvelé

L'histoire de La Rochelle s'est bâtie autour de son port auquel elle doit en partie sa splendeur. Quoi de plus naturel que le bassin des Chalutiers accueille des lieux de culture, de travail, de mémoire, de recherche, de formation sur les questions de la mer. Dans la tradition des grandes expéditions d'antan vers le Nouveau Monde, l'Espace Aventure de la Mer et des Océans se veut un vivier technologique pour continuer à défier son temps : Aquarium, E.C.O.L.E de la mer, Espace Congrès, Musée Maritime, industries nautiques, pôle de recherche constitueront, à terme, un véritable parc de la mer un peu à l'image de la Vilette.
 
L'objectif est aussi à travers ces équipements de stimuler, tout au long de l'année, la fréquentation touristique. L'Espace Congrès sera terminé ce mois-ci comme prévu, et atteindra sa vitesse de croisière en 2004. D'ici à 2006, le Musée Maritime sera totalement restructuré (bâtiments et bateaux). Le projet prévoit une rue intérieure (entrée libre) avec, d'un côté les petits commerces et un restaurant et de l'autre, la partie Musée proprement dite, payante, dont certains ateliers comme celui des petits modèles pourraient être visibles de cette rue. Un jardin intérieur de 400 à 700 m2 la compléterait offrant un espace de repos. Dans la partie muséographique, l'idée est de laisser le visiteur naviguer librement en fonction d'itinéraires différents tels que la pêche, la découverte des océans, la climatologie... A l'extérieur, l'espace bord à quai deviendra public pour permettre à tous de faire le tour complet du bassin et d'accéder, par exemple, au bar du France 1. Des espaces contrôlés seront mis en place pour monter sur les bateaux du Musée. La touche finale pour cette figure de proue sera de faire «les coutures» si l'on peut dire, à savoir l'aménagement du parvis avec, en particulier, la suppression de l'auvent en béton. Si le projet n'est pas encore totalement arrêté, il devrait cependant être très similaire à ce qui a été fait devant l'Aquarium. En 2007, La Rochelle aura constitué autour du bassin, un pôle touristique unique tourné vers la mer.


Caserne Mangin
Le dernier rempart

Regardez-bien les hauts murs qui bordent le boulevard de Cognehors entre l'avenue des Cordeliers et la rue de la Marne, car ils vont disparaître. La physionomie de cet axe va s'en trouver changée. La caserne Mangin, qui abrita jadis un régiment de cavalerie comptant jusqu'à 2 000 chevaux, était désaffectée depuis quelques années. Tous ces terrains militaires vont être réaménagés. Dans la partie ouest, c'est la Police Nationale qui regroupera l'ensemble de ses services : commissariat central, police de l'air et des frontières, renseignements généraux, ministère public et brigade canine. Dans la partie centrale prendra place la caserne des CRS actuellement avenue de la Porte Dauphine (ces locaux seront eux réutilisés par l'armée). Dans la partie nord est, ce sont les bureaux de la Direction Départementale de l'Equipement (DDE) qui s'installeront. L'Equipement permettra ainsi un regroupement en un seul lieu des services qui, jusqu'à présent, étaient dispersés. La Ville a fait jouer son droit de préemption sur la partie restante soit quelque 12 000 m2. Elle compte y favoriser l'implantation de programmes locatifs qui seront pour les deux tiers confiés au secteur public et y attirer des activités. On y trouvera bien sûr des places de stationnement. Cette réorganisation permet de dégager certaines administrations de l'hyper-centre sans qu'elles en soient réellement éloignées. L'objectif est, là aussi, que le boulevard soit le dernier rempart avant d'accéder au Centre-Ville, qu'il garde les flux de voitures et remplisse un rôle d'aimant pour l'installation d'activités.


Vieux Port piéton
Le Vieux Port sans les voitures ?

Tous les Rochelais l'avouent, le Vieux Port est l'endroit où ils viennent «se brancher» ou «prendre le pouls» de leur ville... Mais force est de constater que son aménagement actuel, qui date d'une trentaine d'années, a vieilli. Entièrement voué au culte de la voiture, il est devenu une véritable rocade où passe quelque 10 à 15 000 véhicules par jour. L'objectif est d'en avoir dix fois moins, pour pouvoir vivre le Port autrement. Pour en dessiner les futurs contours, les Rochelais vont être associés à la réflexion : chacun pourra faire part de ses suggestions, donner sa vision de cet endroit à travers son vécu, ses souvenirs. En même temps, plusieurs séminaires réuniront architectes, riverains, relais d'opinions. Cette «moisson» devrait durer toute l'année 2004. Après cette collecte d'idées, viendra le temps des esquisses en 2005, avec probablement un concours d'architectes car, ne l'oublions pas, La Rochelle a demandé le classement du Vieux Port au Patrimoine mondial de l'Unesco. L'idée est de faire de ce fleuron de la ville, un espace convivial partagé où le piéton retrouve toute sa place, de tout repenser, de l'aménagement au sol en passant par le mobilier urbain. Fermez les yeux et imaginez une promenade piétonne enlaçant tout le port de la Tour de la Chaîne à la Tour Saint-Nicolas, le square Valin, débarrassés de ses voitures, des petits coins discrets pour admirer le clair de lune. Rassurez-vous, les automobiles ne seraient pas totalement exclues mais leur flux calmé. Comment ? En incitant, en amont, les automobilistes à contourner le Vieux Port. D'où les travaux en cours rue Saint-Jean du Pérot, et le projet de «pontage» via le nouveau pont Jean Moulin pour dévier la circulation venant de Villeneuve-les-Salines ou d'Aytré et du boulevard Joffre. La construction de ce nouvel accès devrait intervenir en 2004-2005. Ainsi, le port isolé et libéré de la circulation pourra être traité en 2007, l'année 2006 étant consacrée au montage financier.


Au pied d'mon immeuble qu'il fait bon, fait bon

Réalisée en même temps que les immeubles dans les années 70, la cour des 200 avait besoin d'être réhabilitée. Une concertation avec les habitants, comme avec les organismes d'HLM propriétaires des bâtiments, a été menée sur les bases d'avant-projets établis par les services Techniques de la Ville et un architecte urbaniste. Comme l'indique Jacques Mollard, directeur général des services Techniques, «cette cour, tournée plein ouest, est régulièrement battue par les vents et manque de points d'agrément. Il était indispensable de requalifier cet espace public. Les travaux concernent le coeur de l'îlot, avec une ouverture au nord vers les écoles et au sud vers le lac». Espaces verts, pergolas, fontaines, jeux d'enfants et éclairage vont bientôt changer l'aspect de ces pieds d'immeubles que les habitants vont pouvoir se réapproprier. C'est aussi dans cet espace que prendra place la première œuvre d'art réalisée par un artiste local, dans le cadre de l'opération «Sculptures dans la Ville». «La cour des 200 est sur l'axe qui va du marché et du centre commercial à la salle des Fêtes et au collège Fabre d'Eglantine. Nous avons donc pensé des cheminements piétons pour faciliter les déplacements vers ces lieux en évitant d'emprunter l’avenue Billaud Varenne.» Le projet rentre dans le cadre de la politique de la Ville. Les travaux débuteront ce mois-ci. En parallèle, l'Office Public d'HLM de La Rochelle va rénover les halls d'entrées d'immeubles et les locaux communs dans ces bâtiments afin d'améliorer le confort et la sécurité des locataires. Un petit plus pour une grosse amélioration de la vie quotidienne.

 
Imprimer cet Article Envoyer cet article à un ami


© raccourci - 2001