Journal N°49 - Octobre 2003

Les titres :

 

>> retour à la liste

DOSSIER : Grands chantiers, 4 ans à venir

Une histoire... des travaux

Société du Commerce Rochelais...

Patrimoine économique, deuxième édition

Les belles étrangères - Plumes algériennes

Simenon, La Rochelle et ses secrets

Libre expression à l'opposition municipale

   
 
Libre expression à l'opposition municipale
 
Un navire à la dérive
 
 

La Rochelle n’a plus de projets ambitieux. Quel triste constat !
Nous vivons les dernières heures des projets lancés il y a plusieurs années par Michel Crépeau et après rien à l’horizon. La Rochelle est aujourd’hui comme un navire sans moteur et sans voile qui erre au gré des éléments.
Bien sûr, il y a ce dernier document massivement diffusé et largement affiché dans toute la ville « La Rochelle dans 15 ans ». Bien sûr, nous sommes tous d’accord avec les conclusions de ce rapport. Comment pourrait-il en être autrement ! Qui est contre l’emploi ? personne. Qui est contre le développement des transports urbains ? personne.
Trop général, trop loin des préoccupations des rochelais et des enjeux de notre agglomération, ce rapport n’apporte aucune solution concrète, planifiée et budgétée.
Il est urgent de remettre le navire en marche, tout comme il est urgent de reprendre le train de l’investissement. La Rochelle a besoin de se construire un avenir à la hauteur de son poids dans l’histoire. Ce n’est malheureusement
 
pas la masse de communication distillée à tous les niveaux comme pour nous hypnotiser face à l’absence de projets qui permettra de placer La Rochelle sur la voie du développement.
Il est très urgent qu’un plan d’investissement volontaire et réfléchi soit mis en place dans les plus brefs délais pour reprendre le cap. Investir, c’est créer de l’avenir aux rochelais.
Enfin, face à cet enjeu majeur, La Rochelle doit cesser d’être gérée avec l’empreinte de plus en plus présente de l’idéologie politique. La Rochelle « belle et rebelle » comme on se plait à la dire, ne peut souffrir plus longtemps de se laisser enfermer dans l’idéologie socialiste. Cela commence par les universités d’été du PS reconduites d’année en année et finit par aboutir aux prises de positions partisanes du Maire sur le blocage des Franco folies par les intermittents. Les Rochelais ont besoin d’esprits libres et éclairés pour les conduire et non de leaders syndicaux.

Gilles Raveau / Dominique Morvant / Dominique Augras / Thierry Godeau

 
Imprimer cet Article Envoyer cet article à un ami


© raccourci - 2001