background image

 

LES AIDES AUX Ă‰TUDIANTS 

Les conditions de vie Ă©tudiante :  

comment relancer l’ascenseur social ? 

 

R

APPORT DE LA MISSION CONFIEE

 

PAR 

M

ONSIEUR LE 

P

REMIER 

M

INISTRE

 

A

 

Laurent W

AUQUIEZ

 

D

EPUTE DE LA 

H

AUTE

-L

OIRE

 

P

ARLEMENTAIRE EN MISSION AUPRES DE

 

 

Monsieur Gilles de R

OBIEN

 

Ministre de l’Éducation nationale,  

de l’Enseignement supĂ©rieur et de la Recherche 

 

 

Monsieur François G

OULARD

 

Ministre dĂ©lĂ©guĂ©  

Ă  l’Enseignement supĂ©rieur et Ă  la Recherche 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Vaste programme ! Â» 

 

Le GĂ©nĂ©ral de Gaulle

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

 

SOMMAIRE 

 

REMERCIEMENTS ---------------------------------------------------------------------------------- 8 

 

AVANT-PROPOS-------------------------------------------------------------------------------------- 10 

 

AVERTISSEMENT ----------------------------------------------------------------------------------- 14 

 

LES PRÉCONISATIONS : 10 SOLUTIONS ADAPTÉES ----------------------------------- 16 

 

INTRODUCTION. L’ENJEU POLITIQUE DES AIDES Ă‰TUDIANTES :  
RELANCER Â« L’ASCENSEUR SOCIAL Â» RÉPUBLICAIN-------------------------------- 18 

A. BREVE HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DES AIDES SOCIALES---- 18 

D

E LA CHARITE A LA JUSTICE SOCIALE

---------------------------------------------------------------- 18 

D

E LA 

J

USTICE SOCIALE A LA NECESSITE ECONOMIQUE

--------------------------------------------- 19 

D

U MERITE PEDAGOGIQUE A L

’

EQUITE SOCIALE

------------------------------------------------------ 19 

A

IDE A LA FAMILLE ET NON ALLOCATION INDIVIDUELLE

------------------------------------------- 20 

L

ES PLANS SOCIAUX ETUDIANTS DES ANNEES 

1990 :

 DES AJUSTEMENTS A LA MARGE 

 

QUI NE FONT QUE COMPLEXIFIER LE SYSTEME

-------------------------------------------------------- 22 

 

B.  LES AIDES SOCIALES Ă‰TUDIANTES AUJOURD’HUI :  
PLUS DE 2 MILLIONS D’ETUDIANTS ET 6 MILLIARDS â‚Ź,  
POUR UN SUJET PEU RECONNU DANS LE DEBAT PUBLIC ----------------------------- 25 

U

NE MASSIFICATION SANS PRECEDENT

 :

PLUS DE 

MILLIONS D

’

ETUDIANTS

---------------------- 25 

D

ES ENJEUX BUDGETAIRES CONSIDERABLES

---------------------------------------------------------- 25 

U

NE RECONNAISSANCE POLITIQUE FAIBLE

------------------------------------------------------------ 26 

 

C. LES DÉFIS : RELANCER UN Â« ASCENSEUR SOCIAL Â» EN PANNE------------------ 26 

D

ONNER LES MOYENS DES AMBITIONS DE CHACUN

 :

 COMMENT FAIRE DE LA DENTELLE 

 

DANS UN CONTEXTE DE MASSIFICATION

--------------------------------------------------------------- 26 

C

OMMENT AIDER LES CLASSES MOYENNES

,

 EXCLUES DU SYSTEME 

 

CAR TROP RICHES POUR ETRE PAUVRES

,

 MAIS TROP PAUVRES POUR ETRE RICHES

--------------- 27 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

C

OMMENT REPONDRE AU DEFI DE LA MOBILITE ETUDIANTE 

 

DANS UNE ECONOMIE DU SAVOIR

 ?

 

-------------------------------------------------------------------- 28 

E

NCADRE

 :

 

L

ES PRINCIPAUX DEFIS D

’

UN SYSTEME D

’

AIDE AUX ETUDAINTS MODERNISE

----------- 29 

 

I. LE DIAGNOSTIC : UN DISPOSITIF Ă€ BOUT DE SOUFFLE -------------------------- 30 

I.1. L

L

ABYRINTHE DES BOURSES

--------------------------------------------------------------------- 30 

I.1.1. Entre systĂšme d’aides et systĂšme D ------------------------------------------------------------ 30 

E

NCADRE

 :

 

L

E TOTAL GENERAL DES AIDES BUDGETAIRES

,

 FISCALES

,

 SOCIALES

 

EN FAVEUR DES ETUDAINTS

------------------------------------------------------------------------------- 31 

E

NCADRE

 :

 

L

ES  GRANDS  PRINCIPES  DES 

B

OURSES  D

’

ENSEIGNEMENT  SUPERIEUR  SUR  CRITERES 

SOCIAUX 

(B

CS

) -------------------------------------------------------------------------------------------- 33 

 

I.1.2. Un vĂ©ritable maquis d’aides -------------------------------------------------------------------- 34 

E

NCADRE

 :

 

B

OURSES SUR CRITERES SOCIAUX 

(

MONTANTS ET POURCENTAGE DE BENEFICIARES

) -- 35 

E

NCADRE

 :

 

A

UTRES AIDES FINANCIERES A LA MOBILITE ETUDIANTE

---------------------------------- 36 

I.1.3. Une complexitĂ© liĂ©e Ă  l’hĂ©tĂ©rogĂ©nĂ©itĂ© de la population Ă©tudiante ------------------------ 39 

I.1.4. Le cas des aides gĂ©rĂ©es par la commission acadĂ©mique d’allocation d’études --------- 41 

I.1.5. Un systĂšme d’autant plus complexe que les acteurs sont multiples ----------------------- 44 

 

I.2. L’I

NEFFICACITE DU SYSTEME

---------------------------------------------------------------------- 44 

I.2.1. Des dĂ©lais de versement trop longs pour les boursiers ----------------------------------44 

I.2.2. Un systĂšme archaĂŻque  --------------------------------------------------------------------------- 47 

I.2.3. Un systĂšme qui freine la mobilitĂ© nationale ou internationale -------------------------48 

 

I.3. L

ES CLASSES MOYENNES SACRIFIEES

 :

 TROP RICHES POUR ETRES PAUVRES

,

 

 

MAIS TROP PAUVRES POUR ETRE RICHES

--------------------------------------------------------------- 50 

E

NCADRE

 :

 

L

« 

CRI D

’

ALARME

 Â»

 DES CLASSES MOYENNES

------------------------------------------- 50 

1.3.1 La courbe en U et la question de la demi-part fiscale--------------------------------------51 

1.3.2 Des mĂ©canismes aberrants qui viennent renforcer ce sentiment d’injustice-----------51 

 

 

I.4. L’I

NIQUITE DU SYSTEME

---------------------------------------------------------------------------- 54 

I.4.1. Un systĂšme inĂ©quitable socialement : les ambiguĂŻtĂ©s du systĂšme français -----------54 

E

NCADRE

 :

 

L

ES 

E

FFETS  DE  SEUIL  PAR  TRANCHE  DE 

500

 

€

  ANNUELS  DE  REVENU  BRUT  GLOBAL 

(RBG)

 A EGALITE DE CHARGES 

(0 

PT

)------------------------------------------------------------------54 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

 
E

NCADRE

 :

 

C

OMMENT L

’A

LS PENALISE DAVANTAGE LES FAMILLES NOMBREUSES

----------------56 

I.4.2. Un  systĂšme  inĂ©quitable  gĂ©ographiquement :  l’inquiĂ©tante  nouveautĂ©  des  disparitĂ©s 

territoriales  ---------------------------------------------------------------------------------------------- 56 

I.4.3. Un systĂšme inĂ©quitable pĂ©dagogiquement : les boursiers de l’Enseignement supĂ©rieur 
moins mal lotis que les autres-----------------------------------------------------------------------58 
 

I.5. U

N SYSTEME INDIGNE

 :

 L

’

ACCUEIL DES ETUDIANTS ETRANGERS

------------------------------ 60 

 

 

II. LES PRÉCONISATIONS : 10 SOLUTIONS ADAPTÉES,  
POUR UN SYSTÈME PLUS SIMPLE, PLUS LISIBLE ET PLUS CLAIR,  
MAIS AUSSI PLUS EFFICACE ET PLUS Ă‰QUITABLE 
----------------------------------- 62 
 
Proposition 1. Verser les bourses Ă  temps et mettre en place une allocation de rentrĂ©e------ 64 

E

NCADRE

 :

 

C

ROUS  DE 

P

OITIERS

 :

  L

’

ORGANISATION  DU  TRAVAIL  PERMET  QUE 

80 %

  DES  BOURSES 

SOIENT VERSEES AUX ETUDIANTS LE 

5

 OCTOBRE 

2005

 

 

CONTRE MOINS DE 

50 %

 AU NIVEAU NATIONAL

--------------------------------------------------------- 65 

 

Proposition 2. Simplifier les formalitĂ©s administratives ------------------------------------------- 67 

 

Proposition 3. Renforcer les bourses pour les classes moyennes infĂ©rieures ------------------- 69 

 
Proposition 4. RemĂ©dier aux inĂ©galitĂ©s entre les diffĂ©rentes bourses  
(Education, Culture, SantĂ©, etc.) ---------------------------------------------------------------------- 71 
 

Proposition 5. Les aides des collectivitĂ©s territoriales :  
halte Ă  l’iniquitĂ© entre les territoires ! --------------------------------------------------------------- 73 
 

Proposition 6. Faciliter la mobilitĂ© Ă©tudiante ------------------------------------------------------- 74 

Proposition 7. CrĂ©er un droit Ă  allocation d’études remboursable (prĂȘt Ă  taux rĂ©duit, encadrĂ© 
par l’État, plafonnĂ© Ă  4 000 â‚Ź/an, remboursable Ă  l’obtention du premier CDI) -------------- 76 
 
Proposition 8. Encadrer les jobs et les stages ------------------------------------------------------- 78 

 

Proposition 9. RĂ©soudre vraiment la question du logement --------------------------------------- 80 

E

NCADRE

 :

 

A

CCENTUER LE CARACTERE SOCIAL DES AIDES AU LOGEMENT 

-------------------------- 80 

E

NCADRE

 :

 

L

OGEMENT ETUDIANT

 :

  LA REGION 

R

HONE

-A

LPES PREPARE UN PLAN D

’

ACTIONS

AVEC L

’

ESPOIR DE L

’

INSCRIRE DANS LE PROCHAIN CONTRAT DE PLAN

-------------------------------- 81 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

Proposition 10. Mettre en Ć“uvre un plan national Â« Conditions de vie Ă©tudiante Â»  
(conditions matĂ©rielles, santĂ©, Â« passeport vers l’emploi Â»,  
mais aussi accueil des Ă©tudiants Ă©trangers) --------------------------------------------------------- 84
 
 

CONCLUSION-----------------------------------------------------------------------------------------87 

 

ANNEXES ------------------------------------------------------------------------------------------------ 88 

1.

 

T

ABLEAU RECAPITULATIF DES PRINCIPALES AIDES RELATIVES AUX ETUDIANTS

-------------- 88 

2. Ă‰

VOLUTION DU NOMBRE ET REPARTITION

,

 AU SEIN DE L

’E

NSEIGNEMENT SUPERIEUR

,

 

 

DES ETUDIANTS AIDES

-------------------------------------------------------------------------------- 91 

3. L

E FONCTIONNEMENT DESCOMMISSIONS ACADEMIQUES

-------------------------------------- 93 

4. L

M

INIMUM VITAL POUR UN ETUDIANT 

(I

NSEE

) ---------------------------------------------- 95 

5. L

ES 

C

ONSEQUENCES DE LA PRISE EN COMPTE DU REVENU DES PARENTS

  

SUR LE NIVEAU DE VIE DES ETUDIANTS DU SUPERIEUR 

(I

NSEE

)

 

--------------------------------- 97 

 
6. L’

EMPLOI DES ETUDIANTS EN 

S

UEDE 

 

ET LES TRANSITIONS AVEC LE MILIEU DU TRAVAIL

------------------------------------------------109 

 

7. L

ES 

D

ONNEES FISCALES

---------------------------------------------------------------------------115 

8. M

ONOGRAPHIES BUDGETAIRES 

(C

ROUS

)

 

-------------------------------------------------------120 

9. 

TEMOIGNAGES SUR LES AIDES SOCIALES ETUDIANTES

-----------------------------------------147 

10. D

ETAILS DES DEPLACEMENTS EFFECTUES

-----------------------------------------------------155 

11. L

ISTE DES PERSONNES RENCONTREES

----------------------------------------------------------158 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

REMERCIEMENTS 

 

Ces auditions et ces dĂ©placements se sont tous rĂ©vĂ©lĂ©s extrĂȘmement instructifs, sur un 

sujet  Ă   la  fois  complexe  et  dĂ©cisif :  je  tiens  Ă   remercier,  chaleureusement  quoique 

collectivement,  toutes  celles  et  tous  ceux  qui  ont  bien  voulu  m’éclairer  de  leurs  conseils,  de 

leurs analyses et de leurs tĂ©moignages, Ă  commencer par les nombreux Ă©tudiants, boursiers ou 

non boursiers, Ă©lus ou non, qui ont acceptĂ©, dans chaque acadĂ©mie visitĂ©e, mais aussi Ă  Berlin 

et  Ă   Stockholm,  de  me  rencontrer,  me  permettant  ainsi  de  mieux  mesurer  les  difficultĂ©s 

quotidiennes,  matĂ©rielles  bien  sĂ»r  mais  aussi  psychologiques,  qu’ils  Ă©prouvent  dans  la 

poursuite de leurs Ă©tudes. 

Je  remercie  particuliĂšrement  les  ministres  Gilles de Robien  et  François Goulard,  dont 

les  collaborateurs,  notamment  Patrick GĂ©rard  et  Daniel Vitry,  ont  mis  tout  en  Ć“uvre  pour 

faciliter le bon dĂ©roulement de cette mission parlementaire.  

Je remercie en outre M. Bernard Cieutat, prĂ©sident de chambre honoraire Ă  la Cour des 

Comptes,  qui  a  bien  voulu  me  faire  partager  son  expĂ©rience  et  son  expertise  absolument 

prĂ©cieuses sur un sujet qu’il connaĂźt parfaitement pour avoir Ă©tĂ© le premier Ă  en faire ressortir 

l’étendue comme la complexitĂ©. 

Je remercie aussi chaleureusement M. Achim Meyer auf der Heyde, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral 

du  Deutsches  Studentenwerk,  pour  l’accueil  qu’il  m’a  rĂ©servĂ©  Ă   Berlin,  ainsi  que  son 

homologue  suĂ©dois,  M. Magnus Forss,  directeur  de  la  CSN  (Commission  centrale  suĂ©doise 

d’aide aux Ă©tudes), rencontrĂ© lors de mon sĂ©jour Ă  Stockholm â€” parfaitement organisĂ© par les 

services  de  l’ambassade  de  France  (S.E.M. Denis Delbourg,  et  ses  collaborateurs 

Mmes Anne-Karine Lescarmontier et Monica Biese, M. Alexandre Defay). 

 

Je  remercie  Ă©galement  Jean-Michel Charpin,  directeur  gĂ©nĂ©ral  de  l’I

NSEE

,  qui  a  bien 

voulu nous transmettre, dans les ultimes Ă©tapes de la rĂ©daction de ce rapport, deux Ă©tudes trĂšs 

Ă©clairantes figurant en annexes sur le niveau de vie Ă©tudiant (cf. Annexes 1 et 2).

 

 

De  mĂȘme  suis-je  trĂšs  reconnaissant  aux  services  du  M

INEFI

  (notamment  Ă  

MM. FrĂ©dĂ©ric Ianucci  et  Alain Huberty,  de  la  Direction  gĂ©nĂ©rale  des  ImpĂŽts-Direction  de  la 

LĂ©gislation  fiscale,  et  Ă   M. FrĂ©dĂ©ric Guin  et  Mme Charline Avenel,  de  la  Direction  du 

Budget),  d’avoir  bien  voulu  me  fournir,  jusqu’au  dernier  moment,  l’essentiel  des  Ă©lĂ©ments 

fiscaux  et  budgĂ©taires  nĂ©cessaires  Ă   la  validation  des  diverses  hypothĂšses  et  prĂ©conisations 

Ă©mises ici (cf. Annexe 4). 

Je  remercie  en  outre  Mme  et  MM.  les  recteurs  Nicole Bensoussan  (Lille),  Jean-

Paul de Gaudemar  (Aix-Marseille),  William Marois  (Bordeaux),  FrĂ©dĂ©ric Cadet  (Poitiers), 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

Alain Morvan  (Lyon),  Maurice QuĂ©net  (Paris)  et  Bernard Saint-Girons  (CrĂ©teil)  pour  la 

qualitĂ©  de  leur  accueil  et  de  l’organisation  de  mes  dĂ©placements  dans  leurs  acadĂ©mies 

respectives,  et,  Ă   travers  eux,  les  diffĂ©rents  directeurs  de  C

ROUS

  ainsi  que  leurs  Ă©quipes : 

Mmes Catherine Miaux  (Poitiers)  et  Bernadette Petit,  MM. Jean-Pierre Gainand  (Bordeaux), 

Vincent Labouret 

(Aix-en-Provence/Marseille), 

Denis Lambert 

(Lyon/Saint-Étienne), 

Serge Pierron  (CrĂ©teil),  Waldi Psonka  (Lille)  â€” ainsi  que  Jean-Marie Fallip  (Toulouse), 

Alain Helleu  (Besançon)  et  Pierre Richter  (Montpellier),  rencontrĂ©s  dans  le  cadre  de 

l’Association des directeurs de C

ROUS

.  

Je  remercie  enfin  Jean-Dominique Lafay,  directeur  du  C

NOUS

,  son  adjoint  Jean-

Pierre Guyet,  sa  prĂ©cieuse  collaboratrice  Françoise Bir,  sous-directrice  en  charge  de  la  Vie 

Ă©tudiante, dont le dĂ©vouement sans faille tout au long de la mission a Ă©tĂ© remarquable, et son 

collaborateur Olivier Bardon, dont l’aide s’est rĂ©vĂ©lĂ©e dĂ©terminante. 

 
 
 
 

Laurent W

AUQUIEZ

 

DĂ©putĂ© de la Haute-Loire 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

10 

 

AVANT-PROPOS 

 

Ce rapport rend compte  d’une mission parlementaire sur les  aides sociales Ă©tudiantes 

qui  s’est  dĂ©roulĂ©e  sur  six  mois.  Au-delĂ   des  auditions  traditionnelles,  nous  avons  essayĂ©  de 

nous  rendre  le  plus  possible  directement  sur  le  terrain.  C’est  ainsi  que  nous  avons  rencontrĂ© 

des  centaines  d’étudiants  qui  ont  Ă   chaque  fois  pris  la  peine  d’expliquer  leurs  situations 

personnelles.  De la mĂȘme maniĂšre nous avons  rencontrĂ© les Ă©quipes qui traitent directement 

les dossiers depuis son dĂ©pĂŽt par l’étudiant jusqu’à son premier versement. Cette mĂ©thode  a 

permis  sans  filtre  de  mesurer  l’immense  complexitĂ©  de  ce  systĂšme  d’attribution  d’aides  aux 

Ă©tudiants.  

 

Au total, ce sont 

- plus de 2000 Ă©tudiants rencontrĂ©s 

- 400 interlocuteurs, auditionnĂ©s ou rencontrĂ©s au cours de cette mission parlementaire. 

- 10 dĂ©placements de terrain 

- 2 missions en Allemagne et en SuĂšde 

 

 

Les auditions : quelque 400 interlocuteurs 

Auditions d’abord, et parfois Ă  plusieurs reprises, tant au niveau national qu’au niveau 

rĂ©gional  lors  des  dĂ©placements,  avec  les  reprĂ©sentants  des  Ă©tudiants,  Ă   savoir  (par  ordre 

alphabĂ©tique) : ConfĂ©dĂ©ration Ă©tudiante

 

(C

E

), FĂ©dĂ©ration des associations gĂ©nĂ©rales Ă©tudiantes

 

(F

AGE

),  Promotion  et  DĂ©fense  des  Ă©tudiants

 

(P

DE

),  Union  nationale  des  Ă©tudiants  de  France

 

(U

NE

F) et U

NI

 La Droite universitaire (U

NI

). 

Auditions  ensuite  avec  des  interlocuteurs  (associations,  mutuelles,  etc.)  s’occupant 

directement  de  la  vie  quotidienne  Ă©tudiante :  Animafac,  l’Observatoire  national  de  la  vie 

Ă©tudiante  (O

VE

),  La  Mutuelle  Ă©tudiante  (L

MDE

),  l’Union  nationale  des  sociĂ©tĂ©s  Ă©tudiantes 

mutualistes rĂ©gionales (U

SEM

 â€“ La Mutuelle Ă©tudiante), le groupe L’Étudiant. 

Auditions aussi, bien sĂ»r, avec les principaux responsables du ministĂšre de l’Éducation 

nationale, de l’Enseignement supĂ©rieur et de la Recherche (M

ENESR

), Ă  la tĂȘte ou au sein des 

administrations  suivantes :  Direction  de  l’Enseignement  supĂ©rieur  (D

ES

),  Direction  des 

Affaires financiĂšres (D

AF

), Direction de l’Évaluation et de la Prospective (D

EP

), Direction des 

Relations  internationales  (D

RIC

),  Inspection  gĂ©nĂ©rale  de  l’Éducation  nationale  (I

GEN

), 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

11 

Inspection gĂ©nĂ©rale de l’Administration de l’Éducation nationale et de la Recherche (I

GAENR

). 

Sans  oublier  l’aide  ponctuelle,  notamment  documentaire,  de  la  DĂ©lĂ©gation  Ă   la 

Communication (D

ELCOM

). 

Auditions  aussi  avec  les  responsables  du  C

NOUS 

(Centre  national  des  Ć“uvres 

universitaires et scolaires) et de plusieurs C

ROUS

 (Centres rĂ©gionaux des Ć“uvres universitaires 

et  scolaires)  lors  des  dĂ©placements â€” mais  Ă©galement  avec  l’Association  des  directeurs  de 

C

ROUS

 â€”, ainsi qu’avec les prĂ©sidents d’universitĂ©s rassemblĂ©s au sein de la ConfĂ©rence des 

prĂ©sidents d’universitĂ©s (C

PU

). 

Auditions en outre avec l’administration des Finances : Direction du Budget, Direction 

gĂ©nĂ©rale  du  TrĂ©sor  et  de  la  Politique  Ă©conomique  (D

GTPE

),  Direction  gĂ©nĂ©rale  des  ImpĂŽts 

(D

GI

). 

Auditions  encore  avec  quantitĂ©  d’autres  acteurs  de  la  question  des  aides  sociales 

Ă©tudiantes, Ă  commencer par les parents d’élĂšves et les associations familiales : ConfĂ©dĂ©ration 

des  parents  d’élĂšves  de  l’enseignement  public  (P

EEP

)

1

,  Union  nationale  des  associations 

familiales  (U

NAF

),  mais  aussi  Caisse  nationale  des  allocations  familiales  (C

NAF

),  Institut 

national de la Statistique et des Ă‰tudes Ă©conomiques (I

NSEE

). 

Auditions enfin avec plusieurs interlocuteurs sensibilisĂ©s Ă  tel aspect particulier de la 

problĂ©matique  gĂ©nĂ©rale  des  aides  sociales  Ă©tudiantes :  Armines  (association  de  recherche 

contractuelle),  Union  d’économie  sociale  pour  le  logement  (U

ESL

),  ComitĂ©  Local  pour  le 

Logement  Autonome  des  Jeunes  (C

LLAJ

)  de  Paris  ou  encore  Syndicat  nationale  de  l’Édition 

(S

NE

). 

 

Les dĂ©placements Ă  la rencontre des acteurs de terrain 

Les  dĂ©placements  ont  eu  lieu  non  seulement  dans  l’Hexagone,  Ă   raison  en  rĂšgle 

gĂ©nĂ©ral d’une journĂ©e dans les acadĂ©mies d’Aix-Marseille, de Bordeaux, Lille, Poitiers, Lyon, 

Paris, CrĂ©teil, mais aussi au Puy-en-Velay et Ă  Saint-Etienne. 

L’idĂ©e  Ă©tait  Ă   chaque  fois  de  se  rendre  directement  sur  le  terrain  pour  aller  Ă©couter, 

sans Ă©cran ni filtre, ceux qui sont les premiers concernĂ©s par le systĂšme : les Ă©tudiants qui le 

vivent au quotidien et les Ă©quipes qui font tourner cette mĂ©canique si lourde.  

Le  schĂ©ma  gĂ©nĂ©ral  des  dĂ©placements  â€” adaptĂ©,  bien  Ă©videmment,  aux  spĂ©cificitĂ©s 

locales et aux principales particularitĂ©s de chaque acadĂ©mie â€” Ă©tait le suivant :  

                                                 

1. Les contraintes d’agenda ont malheureusement rendu impossible l’audition prĂ©vue, et plusieurs fois reportĂ©e, 
avec la FĂ©dĂ©ration des conseils de parents d’élĂšves (F

CPE

). 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

12 

– une  demi-journĂ©e  Ă   rencontrer  les  personnels  administratifs  du  C

ROUS

  et/ou  du 

rectorat,  depuis  les  personnels  en  charge  de  l’accueil  des  Ă©tudiants  jusqu’aux  fonctionnaires 

assurant  le  paiement  des  bourses,  en  passant  par  tous  les  agents  intermĂ©diaires  en  charge  de 

tel  ou  tel  aspect  des  aides  (logement,  allocations  d’étude,  bourses  de  mĂ©rite,  Ă©tudiants 

Ă©trangers, etc.) et traitant techniquement les dossiers ; 

- Ă©change au restaurant universitaire ; 

– une  demi-journĂ©e  de  tables  rondes  avec  les  Ă©tudiants.  L’idĂ©e  Ă©tait  Ă   chaque  fois  de 

laisser  les  Ă©tudiants  s’exprimer  librement  et  expliquer  leurs  budgets,  leurs  difficultĂ©s,  les 

obstacles auxquels ils se heurtaient. Dans ce cadre nous avons mĂȘme Ă©tĂ© amenĂ©s Ă  assister Ă  

des  commissions  d’attribution  de  bourses  pour  voir  se  dĂ©rouler  l’exercice  directement 

notamment sur Aix-Marseille et Lyon.  

Dans  tous  les  cas,  le  mot  d’ordre  Ă©tait  une  grande  libertĂ©  de  parole  des  intervenants, 

afin  que  tous  les  acteurs  concernĂ©s  par  les  aides  sociales  Ă©tudiantes  puissent  mieux  faire 

comprendre  la  complexitĂ©  du  dispositif  et  faire  remonter,  non  seulement  les  difficultĂ©s  les 

plus  Ă©prouvantes  ou  les  dysfonctionnements  les  plus  criants,  mais  aussi  les  suggestions 

d’amĂ©lioration ou de transformation.  

 

Les dĂ©placements Ă  l’étranger : Berlin et Stockholm 

Afin  de  mieux  comprendre  comment  font  nos  voisins  europĂ©ens  en  matiĂšre  d’aides 

sociales Ă©tudiantes, deux dĂ©placements ont en outre Ă©tĂ© organisĂ©s hors de nos frontiĂšres : l’un 

Ă   Berlin  (une  journĂ©e),  l’autre  Ă   Stockholm  (deux  soirĂ©es  et  une  journĂ©e),  auprĂšs  des 

organismes Ă©quivalant Ă  notre C

NOUS

. Nous avons tenu Ă  ce que ce diagnostic puisse ĂȘtre fait 

en commun avec les organisations Ă©tudiantes qui ont Ă©tĂ© conviĂ©es Ă  suivre ces dĂ©placements.  

À  Berlin,  la  dĂ©lĂ©gation,  accueillie  au  Deutsches  Studentenwerk  par  son  secrĂ©taire 

gĂ©nĂ©ral,  M. Achim Meyer auf der Heyde,  qui  a  prĂ©sentĂ©  le  fonctionnement  de  cet  organisme 

national  fĂ©dĂ©rant  les  61 Ć’uvres  universitaires  (Studentenwerk)  allemandes,  a  rencontrĂ©  en 

outre  M. Wolfgang Trenn,  directeur  du  Deutscher  Akademischer  Austauschdienst  [Service 

allemand d’échanges acadĂ©miques] (DAAD) de Berlin, et Mme Petra Mai-Hartung, directrice 

de l’ƒuvre universitaire de Berlin (Studentenwerk Berlin) au sein de laquelle se sont dĂ©roulĂ©s 

le  dĂ©jeuner  (au  restaurant  universitaire)  puis  l’aprĂšs-midi,  consacrĂ©  Ă   la  visite  de  diffĂ©rents 

services  (bourses  d’État,  caisse  des  prĂȘts,  assistance  sociale  et  consultation 

psychothĂ©rapeutique)  et  ponctuĂ©  par  la  visite  de  la  rĂ©sidence  universitaire  Augustenburger 

Platz, occasion d’échanges avec des Ă©tudiants Ă©trangers. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

13 

À Stockholm, des rencontres ont Ă©tĂ© organisĂ©es â€” par les services de l’ambassade de 

France â€” avec MM. Magnus Forss, directeur de la Commission centrale suĂ©doise d’aide aux 

Ă©tudes  (CSN),  Kristoffer Burstedt,  vice-prĂ©sident  de  l’association  Ă©tudiante  Sveriges 

Förenade  StudenkĂ„rer  [Union  nationale  des  Ă©tudiants  suĂ©dois]  (SFS)  â€” qui  fĂ©dĂšre 

68 associations  reprĂ©sentant  310 000  des  385 000 Ă©tudiants  recensĂ©s  en  SuĂšde â€”,  et 

Torsten KĂ€lvemark,  directeur-adjoint  de  l’Agence  nationale  suĂ©doise  de  l’Enseignement 

supĂ©rieur. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

14 

 

AVERTISSEMENT 

 

 

Sur  un  sujet  aussi  considĂ©rable,  Ă   la  fois  socialement  et  budgĂ©tairement,  la  mission 

s’est donnĂ© comme prioritĂ© de rencontrer le plus possible d’acteurs et d’intervenants, dans une 

dĂ©marche  soucieuse  d’attention  mais  aussi  d’efficacitĂ© :  rencontrer  pour  mieux  Ă©couter ; 

Ă©couter pour mieux comprendre ; comprendre pour mieux proposer. Pour autant, le rapport ici 

prĂ©sentĂ©  ne  saurait  rendre  compte  exhaustivement  de  ces  milliers  d’heures  de  rencontres  et 

d’auditions :  inĂ©vitablement,  il  constitue  une  synthĂšse,  toutefois  aussi  fidĂšle  que  possible, 

d’échanges trĂšs nombreux, trĂšs longs et trĂšs divers.  

Ce rapport s’inscrit dans la lignĂ©e de nombreuses Ă©tudes qui ont Ă©tĂ© faites sur ce sujet

2

Sans prĂ©tendre rĂ©inventer des conclusions que nous partageons souvent, nous avons tentĂ© d’en 

faire  pour  la  premiĂšre  fois  une  vĂ©ritable  synthĂšse.  Pour  n’évoquer  que  la  question  â€”

 absolument cruciale â€” du logement, nous ne pouvons que renvoyer le lecteur au rapport de 

notre Ă©minent collĂšgue Jean-Paul Anciaux

3

, dont nous partageons les recommandations.  

Notre rapport ne saurait non plus prĂ©tendre prĂ©senter un vaste Ă©tat des lieux de tout le 

systĂšme des aides sociales Ă©tudiantes, recensĂ©es dans les Ă©tudes et tableaux de bord proposĂ©s 

notamment  par  les  services  du  C

NOUS

  ou  du  MinistĂšre  de  l’Éducation  nationale.  Il  s’agit 

seulement de mettre en lumiĂšre les enjeux primordiaux dans l’optique politique prioritaire qui 

est  la  nĂŽtre :  comment  permettre  au  systĂšme  des  aides  sociales  Ă©tudiantes  de  mieux  relancer 

« l’ascenseur social Â». 

Le  diagnostic,  souvent  critique,  portĂ©  ici  sur  le  systĂšme  des  aides  sociales  Ă©tudiantes 

pourrait  laisser  croire  que  les  personnels  chargĂ©s  de  traiter  ces  aides,  notamment  dans  les 

diffĂ©rents  C

ROUS

,  sont  en  cause  dans  les  divers  dysfonctionnements  relevĂ©s :  je  tiens,  au 

contraire,  Ă   souligner  combien  leur  dĂ©vouement,  leur  comprĂ©hension,  leur  humanitĂ©,  en  un 

mot  leur  professionnalisme,  sont  absolument  exemplaires ;  pour  l’exprimer  autrement,  sans 

eux,  la  situation  sociale  des  Ă©tudiants,  pourtant  difficile  et  tendue,  serait  bien  plus  critique. 

C’est l’architecture globale du systĂšme qui est en cause que ceux qui se battent au quotidien 

pour lui permettre de fonctionner malgrĂ© tout.  

                                                 

2. Pour nous en tenir Ă  des publications rĂ©centes, nous nous contenterons de signaler plus particuliĂšrement deux 
contributions d’envergure, l’une Â« hexagonale Â» mais riche de comparaisons internationales, l’autre europĂ©enne : 
le rapport Ă‰ducation et Redistribution, publiĂ© par le C

ERC

 (Conseil de l’Emploi, des Revenus et de la CohĂ©sion 

sociale),et Eurostudent Report 2005. Social and Economics Conditions of Student Life in Europe 20052.  
3. Jean-Paul A

NCIAUX

, dĂ©putĂ© de SaĂŽne-et-Loire, Le Logement Ă©tudiant et les Aides personnalisĂ©es, rapport au 

Premier ministre, janvier 2004  
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/044000042/index.shtml 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

15 

Notre  seul  espoir  est  que  ce  rapport  ne  vienne  pas  s’ajouter  Ă   la  longue  liste  des 

rapports sans suite sur ce sujet. 

 

 

 

Pour  une  meilleure  commoditĂ©  de  lecture,  nous  exposons  d’emblĂ©e  nos  prĂ©conisations : 

10 solutions  adaptĂ©es,  pour  un  systĂšme  plus  simple,  plus  lisible  et  plus  clair,  mais  aussi  plus 

efficace et plus Ă©quitable. 

Nous les dĂ©taillons dans le cƓur mĂȘme du rapport, construit autour de 4 moments : 

– une  Introduction  rappelant  les  enjeux  politiques,  budgĂ©taires  mais  aussi  pĂ©dagogiques  du 

systĂšme des aides sociales Ă©tudiantes ; 

– une  PremiĂšre  Partie  intitulĂ©e  Le  Diagnostic  et  prĂ©sentant  un  dispositif  aujourd’hui  Ă   bout  de 

souffle, certes budgĂ©tairement considĂ©rable â€” entre 4,5 et 6 milliards â‚Ź selon les dĂ©comptes â€” mais 

se rĂ©vĂ©lant Ă  la fois archaĂŻque, complexe, inefficace et, surtout, inĂ©quitable ; 

– une Seconde Partie intitulĂ© Les PrĂ©conisations et prĂ©sentant en dĂ©tail nos 10 solutions ;  

– enfin  des  Annexes,  regroupant  tableaux  et  chiffres,  dĂ©tails  des  dĂ©placements  effectuĂ©s,  liste  des 

personnes auditionnĂ©es, mais aussi des Monographies budgĂ©taires, fournies Ă  notre demande par 

plusieurs  C

ROUS 

et

 

soulignant  l’iniquitĂ©  sociale  du  systĂšme  actuel,  une  Ă©tude  sur  l’évolution  des 

revenus  Ă©tudiants  aimablement  communiquĂ©e  par  l’I

NSEE

,  ainsi  qu’un  Bilan  des  aides  locales 

soulignant  l’iniquitĂ©  territoriale  Ă   laquelle  aboutit  la  multiplication  proprement  anarchique  des 

aides versĂ©es par les collectivitĂ©s (de la commune Ă  la rĂ©gion en passant par le dĂ©partement). Nous 

avons  enfin  rassemblĂ©  un  BĂȘtisier  des  aides  sociales  Ă©tudiantes  recensant  les  pires  aberrations 

relevĂ©es et signalĂ©es par les acteurs eux-mĂȘmes (Ă©tudiants et personnels administratifs des C

ROUS

). 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

16 

 

LES PRÉCONISATIONS : 10 SOLUTIONS ADAPTÉES  

POUR UN SYSTÈME PLUS SIMPLE, PLUS LISIBLE ET PLUS CLAIR,  

PLUS Ă‰QUITABLE ET PLUS EFFICACE 

 

R

ENDRE LE SYSTEME DES BOURSES PLUS SIMPLE

,

 PLUS LISIBLE ET PLUS EFFICACE 

 

 

Proposition n°  1. Soulager les coĂ»ts de la rentrĂ©e  

Etaler les coĂ»ts de la rentrĂ©e 

S’engager sur le versement des premiĂšres bourses en octobre 

CrĂ©er une allocation de rentrĂ©e universitaire  (90 M euros) 

 

Proposition n°  2. Simplifier les formalitĂ©s administratives 

Un dossier Ă©tudiant unique 

Simplifier les rĂšgles d’attribution 

CrĂ©er un systĂšme de bourses sans effet de seuils  

 

R

EPONDRE AUX INJUSTICES ACTUELLES 

 

 

Proposition n°  3. Renforcer les bourses pour les classes moyennes modestes 

Mieux  prendre  en  compte  les  enfants  des  classes  moyennes  dans  les  bourses  (150  M 

euros) 

Ouvrir les bourses de mĂ©rite et les bourses de mobilitĂ© (15 M euros) 

 

Proposition n°  4. RemĂ©dier aux inĂ©galitĂ©s entre les Ă©tudiants 

Aligner les diffĂ©rentes bourses vers le haut ( kinĂ©, sage-femmes, infirmiĂšres etc) 

Toiletter les inĂ©galitĂ©s qui subsistent (cursus non LMD, variations de revenus etc.) 

Harmoniser les rĂšgles d’attribution appliquĂ©es par les CROUS 

 

Proposition n°  5. Les aides des collectivitĂ©s locales : halte Ă  l’iniquitĂ© entre les territoires 

Faire du CROUS le guichet unique de toutes les aides 

Harmoniser les diffĂ©rentes aides des collectivitĂ©s locales : un cadre commun 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

17 

AMELIORER LES CONDITIONS DE VIE ETUDIANTES 

 

 

Proposition n°  6. Faciliter la mobilitĂ© Ă©tudiante 

CrĂ©er un complĂ©ment mobilitĂ© au sein des bourses notamment pour les Ă©tudiants Ă©loignĂ©s des 

grands pĂŽles universitaires 

CrĂ©er un vrai Â« chĂšque transport Â» pour les Ă©tudiants. 

Moderniser les bourses de mobilitĂ© en les adaptant Ă  chaque sĂ©jour d’étude Ă  l’étranger 

 

Proposition n°  7. CrĂ©er un droit Ă  allocation d’études remboursable pour tous  

PrĂȘt Ă  taux zĂ©ro, gĂ©rĂ© par l’Etat, remboursement diffĂ©rĂ© et plafonnĂ© par rapport au revenu 

 

Proposition n°  8. Encadrer les jobs et les stages  

Mise en place d’un chĂ©quier job Ă©tudiant 

Faciliter le financement des stages  

 

Proposition n°  9. RĂ©soudre la question du logement 

 Etendre le systĂšme locapass Ă  tous les Ă©tudiants 

 

Proposition n°  10. Mettre en Ć“uvre un plan national Â« Conditions de vie Ă©tudiante Â»  

Evaluation dans les trois mois de tous les campus universitaires par des commissions vie 

Ă©tudiante 

 La santĂ© des Ă©tudiants   

CrĂ©ation d’un pass vers l’emploi 

AmĂ©liorer l’accueil des Ă©trangers 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

18 

 

INTRODUCTION 

L’ENJEU POLITIQUE DES AIDES Ă‰TUDIANTES :  

RELANCER Â« L’ASCENSEUR SOCIAL Â» RÉPUBLICAIN 

 

 

 

La  thĂ©matique  des  bourses  est  Ă©troitement  liĂ©e  Ă   la  construction  du  modĂšle  de 

l’Éducation  nationale  Ă©laborĂ©e  pendant  la  III

e

 RĂ©publique.  Pourtant,  depuis  les  annĂ©es  1960, 

le  cadre  fixĂ©  a  peu  bougĂ©.  Le  contraste  est  Ă©tonnant :  la  question  du  financement  des  Ă©tudes 

est  un  sujet  majeur  pour  les  familles  mais  tout  se  passe  comme  si  les  Ă©lus  en  revanche 

n’avaient pas vraiment investi le dossier. Les dĂ©fis sont pourtant immenses. On distribue ainsi 

prĂšs  de  6  milliards  d’euros  dans  une  relative  indiffĂ©rence  avec  un  systĂšme  peu  efficace  et 

relativement  inĂ©quitable.  Certes  l’architecture  des  aides  aux  Ă©tudiants  a  permis  de  relever  le 

dĂ©fi de la massification des Ă©tudiants mais elle ne rĂ©pond plus aux enjeux actuels : comment 

concilier  la  massification  et  la  relance  de  l’ascenseur  social,  notamment  pour  les  classes 

moyennes modestes qui sont aujourd’hui en grande difficultĂ© ? comment soutenir la mobilitĂ© 

des  Ă©tudiants  dans  une  Ă©conomie  du  savoir ?  comment  amĂ©liorer  les  conditions  de  vie  des 

Ă©tudiants  qui  peuvent  ĂȘtre  centrales  pour  une  bonne  rĂ©ussite ?  A  cĂŽtĂ©  des  difficultĂ©s 

d’information  et  de  connaissance  du  systĂšme,  le  financement  des  Ă©tudes  peut  constituer 

l’obstacle majeur en termes d’égalitĂ© des chances.  Les aides aux Ă©tudiants sont les meilleurs 

leviers pour relancer un ascenseur social dont la crise des banlieues puis le CPE ont permis de 

mesurer les failles bĂ©antes.  

 

 

 

A. BREVE HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE POLITIQUE DES AIDES SOCIALES 

 

De la charitĂ© Ă  la justice sociale 

 

Sous  l’Ancien  RĂ©gime,  la  bourse  Ă©tait  presque  toujours  un  acte  de  charitĂ© : 

noblesse  et  clergĂ©  attribuaient  des  libĂ©ralitĂ©s  aux  Ă©lĂšves  que  leur  pauvretĂ©  risquait  d’écarter 

des Ă©tudes mais qui se signalaient par leurs qualitĂ©s intellectuelles : les notions de pauvretĂ©, de 

mĂ©rite personnel et de bourse Ă©taient alors indissociables. Ă€ partir de la RĂ©volution française 

— et  du  fameux  mot  d’ordre  de  Danton :  Â« AprĂšs  le  pain,  l’éducation  est  le  premier  besoin 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

19 

d’un peuple Â» â€”, la bourse est devenu un  acte de justice sociale : l’État  rĂ©publicain s’est vu 

dans  l’obligation  au  moins  morale  de  rendre  l’enseignement  accessible  Ă   tous.  C’est  Ă   partir 

de la Convention, avec les rĂ©formateurs Bouquier, Lakanal, Condorcet et autres Daunou, que 

furent retenus les principes pĂ©dagogiques qui fondĂšrent ensuite les principes rĂ©publicains des 

annĂ©es 1880 : service public de l’éducation ; coexistence entre public et privĂ© ; libertĂ©, Ă©galitĂ© 

et laĂŻcitĂ© de l’enseignement ; modernisation des mĂ©thodes et contenus. 

 

De  Condorcet  Ă   Jules Ferry  en  passant  par  Guizot  et  Duruy,  tout  le 

XIX

e

 siĂšcle 

s’employa  Ă   rĂ©aliser  cette  Ć“uvre  pĂ©dagogique  et  politique  immense  â€” gĂ©nĂ©raliser  une 

Ă©ducation  vraiment  nationale â€”  autour  des  critĂšres  de  justice  sociale  Ă©noncĂ©s  dĂšs  1789,  et 

inlassablement  dĂ©fendus  par  Hugo :  Â« Comment  supprimer  la  misĂšre ?  Nous  l’avons  dit,  en 

supprimant  l’ignorance.  Plus  de  tĂ©nĂ©breux,  plus  de  misĂ©rables.  Comment  supprimer 

l’ignorance ? Par le moyen le plus simple, le plus Ă©lĂ©mentaire, le plus pratique, devant lequel 

on recule, comme devant toutes les Ă©vidences, mais auquel on arrivera : par l’enseignement 

gratuit et obligatoire

4

. Â» 

 

De la justice sociale au mĂ©rite pĂ©dagogique 

La  mise  en  Ć“uvre  des  lois  rĂ©publicaines  des  annĂ©es  1880  et  l’industrialisation  du 

dernier tiers du 

XIX

e

 siĂšcle firent de la bourse un acte, non seulement de justice sociale, mais 

de  nĂ©cessitĂ©  Ă©conomique :  dans  le  cadre  d’un  enseignement  gĂ©nĂ©ral  et  obligatoire,  la  bourse 

devait  permettre  aux  enfants  les  plus  brillants  des  classes  sociales  les  plus  pauvres  de 

frĂ©quenter  en  outre  lycĂ©es  et  grandes  Ă©coles.  Jusqu’au  lendemain  de  la  PremiĂšre  Guerre 

mondiale  et  mĂȘme  durant  l’entre-deux-guerres,  marquĂ©  par  la  multiplication  du  nombre  des 

boursiers Ă  partir des annĂ©es 1920, prĂ©vaut ainsi la figure du boursier mĂ©ritant.  

 

Du mĂ©rite pĂ©dagogique Ă  l’équitĂ© sociale 

Les  transformations  de  l’aprĂšs-Seconde  Guerre  mondiale  ont  radicalement  changĂ© 

cette  approche :  dans  le  contexte  d’aprĂšs-guerre,  la  Nation  ne  peut  mener  la  renconstruction 

qu’en permettant Ă  chacun â€” et non plus seulement aux meilleurs â€” d’accĂ©der Ă  la formation 

et  Ă   l’emploi  qui  lui  garantiront  de  mettre  en  Ć“uvre  toutes  ses  aptitudes,  au  terme  de  sa 

scolaritĂ©  quelle  qu’elle  soit.  Ce  contexte  historique  est  renforcĂ©  par  la  rupture  majeure  que 

reprĂ©sente la dĂ©mocratisation de l’enseignement.  

                                                 

4. Fragment abandonnĂ© des MisĂ©rables

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

20 

La  dĂ©mocratisation  de  l’enseignement  et,  corrĂ©lativement,  sa  massification,  ont 

profondĂ©ment modifiĂ© la philosophie mĂȘme de la bourse : celle-ci n’aide plus Ă  dĂ©velopper les 

mĂ©rites  personnels  exceptionnels  d’un  Ă©lĂšve  ou  d’un  Ă©tudiant  socialement  dĂ©favorisĂ© ;  elle 

aide  une  famille  dĂ©munie  Ă   permettre  Ă   son  enfant  de  poursuivre  une  scolaritĂ©,  non  plus 

nĂ©cessairement brillante, mais simplement normale.  

L’élĂšve  ou  l’étudiant  boursier  n’est  plus  tenu  de se  distinguer  de  ses  camarades  non-

boursiers  par  ses  Ă©minentes  qualitĂ©s  intellectuelles.  Le  critĂšre  dĂ©sormais  dĂ©terminant  n’est 

donc  plus  pĂ©dagogique  mais  social  â€” les  ressources  de  sa  famille.  Mais,  initialement, 

l’équilibre  Ă©tait  toutefois  maintenu  entre  bourse  au  mĂ©rite  et  bourse  sur  critĂšres  sociaux. 

Toutefois au fur et Ă  mesure du temps, l’objectif social a eu tendance Ă  relĂ©guĂ© excessivement 

au second plan les enjeux des bourses en termes de mĂ©ritocratie rĂ©publicaine. 

 

 

Aide Ă  la famille et non allocation individuelle 

En  France,  le  systĂšme  de  bourses  est  conçu  comme  une  aide  complĂ©mentaire  Ă   la 

famille, et non pas comme une aide directe Ă  l’étudiant.  

Le  rĂ©seau  des  Ć“uvres  universitaires,  constituĂ©  Ă   partir  de  1955,  est  nĂ©  de  l’initiative 

Ă©tudiante,  laquelle,  en  France,  a  prĂ©cĂ©dĂ©  l’action  de  l’État  dans  le  domaine  de  l’aide  sociale 

aux  Ă©tudiants.  DĂšs  1918,  des  associations  Ă©tudiantes  s’organisent  pour  crĂ©er  des  foyers ;  en 

1919, un crĂ©dit de subventions destinĂ©es aux Associations gĂ©nĂ©rales d’étudiants est inscrit par 

le  Parlement,  au  budget.  C’est  Ă   un  organisme  public,  la  Commission  des  Recteurs,  qu’est 

confiĂ©e la gestion de ces crĂ©dits, notamment pour la crĂ©ation des citĂ©s universitaires au dĂ©but 

des  annĂ©es  1930.  En  1936  le  ministre  Jean Zay  crĂ©e  un  organisme  permanent  afin  de 

promouvoir  cette  politique  sociale :  le  Â« ComitĂ©  supĂ©rieur  des  Ć’uvres  en  faveur  des 

Ă©tudiants Â».  

Les dix annĂ©es qui suivent voient les activitĂ©s du ComitĂ© se dĂ©velopper suffisamment 

(centre  d’informations,  mĂ©decine  prĂ©ventive,  restaurants  universitaires,  foyers  d’étudiants, 

activitĂ©s  sportives,  accueil  des  Ă©tudiants  français  d’outre-mer  et  des  Ă©tudiants  Ă©trangers
) 

pour qu’il apparaisse nĂ©cessaire de le doter d’un statut qui lui donne une certaine autonomie 

fonctionnelle. AprĂšs la guerre et par arrĂȘtĂ© du 8 aoĂ»t 1947, le ComitĂ© supĂ©rieur en faveur des 

Ă©tudiants  devient  le  ComitĂ©  supĂ©rieur  des  Ć’uvres  en  faveur  de  la  jeunesse  universitaire  et 

scolaire,  et  les  Centres  rĂ©gionaux  sont  crĂ©Ă©s  dans  chaque  acadĂ©mie  sous  le  rĂ©gime  de  la  loi 

d’association 1901. Par la loi du 16 avril 1955, est adoptĂ© le statut d’établissements publics Ă  

caractĂšre administratif du Centre national et des Centres rĂ©gionaux des Ć“uvres universitaires 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

21 

et  scolaires,  l’un  (C

NOUS

)  et  les  autres  (C

ROUS

)  liĂ©s  en  rĂ©seau  de  façon  originale.  Cette 

construction  juridique  particuliĂšre  est  issue  de  cette  histoire  des  initiatives  associatives, 

permettant  ainsi  aux  services  de  la  vie  Ă©tudiante  de  passer  d’une  forme  d’assistance  assurĂ©e 

par des associations d’étudiants ou des mĂ©cĂšnes privĂ©s vers une structure stable et dĂ©finitive 

capable de gĂ©rer des budgets devenus au fil des dĂ©cennies de plus en plus importants. Ă€ partir 

de  cette  origine  marquĂ©e  par  l’initiative  Ă©tudiante,  le  rĂ©seau  des  Ć“uvres  universitaires  s’est 

constituĂ© une identitĂ© forte autour des valeurs de justice, d’équitĂ© et de partage

5

.  

Si donc l’initiative Ă©tudiante associative est historiquement indissociable de la crĂ©ation 

du  rĂ©seau  des  Ć’uvres,  c’est  prĂ©cisĂ©ment  l’étatisation  progressive  de  ce  rĂ©seau  qui  explique 

que  le  systĂšme  des  bourses  soit  conçu  comme  une  aide  complĂ©mentaire  Ă   la  famille,  et  non 

pas comme une aide directe Ă  l’étudiant. 

 

Ce dĂ©bat sur la Â« philosophie Â» de l’aide sociale Ă©tudiante â€” aide Ă  la famille ou aide 

individuelle â€”  n’est  d’ailleurs  pas  nouveau.  On  en  trouve  des  tĂ©moignages  dĂšs  1960, 

certaines voix, tel Henri Villate, historien de l’éducation, suggĂ©rant de lier mĂȘme l’éventuelle 

transformation de la bourse sociale en Â« salaire Ă©tudiant Â» Ă  la possibilitĂ© de rendre cette aide 

conditionnelle Ă  l’orientation choisie, compte tenu des dĂ©bouchĂ©s et des besoins de la Nation : 

« Les  revendications  des  associations  d’étudiants  en  faveur  de  l’allocation  d’études 

gĂ©nĂ©ralisĂ©e  tendent  Ă   substituer  Ă   la  notion  traditionnelle  de  bourse  celle  de  salaire.  Mais 

peut-on  entrer  dans  cette  voie  sans  avoir  au  prĂ©alable  donnĂ©  une  rĂ©ponse  Ă   un  autre 

problĂšme ? Jusqu’ici, le boursier a choisi en toute libertĂ© les Ă©tudes qu’il dĂ©sirait poursuivre ; 

pourra-t-il continuer Ă  le faire dans une sociĂ©tĂ© de plus en plus planifiĂ©e ou devra-t-on Ă©tablir 

une sorte de dirigisme ? Il n’entre pas dans le cadre de cette Ă©tude de prendre position sur de 

                                                 

5. La crĂ©ation du rĂ©seau des C

ROUS

 et du C

NOUS

 â€” au moment oĂč les Ă©tudiants issus des gĂ©nĂ©rations de l’aprĂšs-

guerre qui accĂšdent aux Ă©tudes supĂ©rieures commencent Ă  ĂȘtre de plus en plus nombreux â€” a permis d’étendre Ă  
un plus grand nombre les actions en matiĂšre d’aide sociale, jusque lĂ  assurĂ©es par les associations, et d’assurer la 
pĂ©rennisation du dispositif, de sĂ©curiser les investissements publics. Le cadre juridique choisi en 1955 a permis 
aussi  de  maintenir  la  collaboration  entre  les  pouvoirs  publics  qui  fournissent  aux  Ć’uvres  une  grande  partie  de 
leurs  ressources  financiĂšres  et  les  associations  et  organisations  syndicales  d’étudiants  qui  continuent  Ă   ĂȘtre 
Ă©troitement  associĂ©s  Ă   la  gestion  des  services  et  aux  prises  de  dĂ©cision :  aujourd’hui,  cette  proximitĂ©  avec  la 
communautĂ© Ă©tudiante, qui reste l’une des particularitĂ©s du rĂ©seau des Ć“uvres, constitue l’un des points forts de 
son  mode  de  fonctionnement  de  type  participatif.  C’est  pourquoi  le  C

NOUS

  et  les  29 C

ROUS

  qui  composent  le 

rĂ©seau  des  Ć’uvres,  disposant  chacun  d’un  budget  global  et  d’une  forte  autonomie,  s’attachent  spĂ©cialement  Ă  
faire  progresser  le  taux  de  participation  des  Ă©tudiants  aux  Ă©lections  de  leurs  reprĂ©sentants  aux  conseils 
d’administration des Ă©tablissements du rĂ©seau. Les orientations qui, depuis l’origine, fondent l’identitĂ© du rĂ©seau 
continuent Ă  sous-tendre son projet et ses actions : favoriser les conditions de vie et d’études de l’ensemble des 
Ă©tudiants, mettre en oeuvre le principe rĂ©publicain d’égalitĂ© des chances, manifester la tradition universaliste de 
la France par l’accueil de gĂ©nĂ©rations d’étudiants venant de tous les pays du monde. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

22 

telles questions, dont la solution ne pourra longtemps ĂȘtre retardĂ©e

6

. Â»  

S’agissant de ce dĂ©bat, quelques remarques peuvent ĂȘtre apportĂ©es.  

 

D’une  part  il  s’agit  largement  d’une  discussion  de  principe.  Mais  au-delĂ   du  modĂšle 

retenu  â€“  aide  Ă   la  famille  ou  aide  individuelle  â€“  la  seule  question  qui  se  pose  est  celle  de 

l’efficacitĂ© des aides pour les Ă©tudiants.  

D’autre part, il faut bien voir que la famille joue un rĂŽle fondamental de soutien pour 

l’étudiant. Plus de la moitiĂ© des Ă©tudiants vivent en permanence chez leurs parents et un peu 

plus de 18 % rĂ©sident plusieurs jours par semaine chez leurs parents. Seuls 25 % des Ă©tudiants 

dĂ©clarent  habiter  en  permanence  un  logement  indĂ©pendant  de  celui  de  leurs  parents 

(dĂ©cohabitation).  Par  ailleurs,  1 Ă©tudiant  sur  10  entre  19  et  24 ans  dĂ©clare  bĂ©nĂ©ficier  d’une 

aide  rĂ©guliĂšre  de  la  part  de  sa  famille,  qui  peut  prendre  la  forme  de  versements  monĂ©taires, 

d’une aide au logement ou de la participation aux dĂ©penses alimentaires.  

Il faut enfin relever que  la prise en compte du revenu des familles permet d’avoir un 

systĂšme plus Ă©quitable. Distribuer la mĂȘme bourse Ă  tous les Ă©tudiants indĂ©pendamment de la 

situation de leurs familles serait particuliĂšrement injuste socialement. Il faut Ă©galement noter 

que les montants financiers Ă  dĂ©ployer dans un tel systĂšme d’aides sont tellement importants 

que les rares pays Ă  avoir fait ces choix ont optĂ© pour des systĂšmes de prĂȘts et non de bourses 

comme la SuĂšde. La logique du systĂšme français fondĂ©e sur les bourses nous semble de trĂšs 

loin prĂ©fĂ©rable.   

 

Les plans sociaux Ă©tudiants des annĂ©es 1990 :  

des ajustements Ă  la marge qui n’ont fait que complexifier le systĂšme 

Si  la  loi  Edgar Faure  d’orientation  de  l’enseignement  supĂ©rieur  (1968)  a  introduit  les 

principes  de  l’autonomie  de  l’UniversitĂ©  et  de  la  participation  Ă©tudiante,  c’est  Ă   partir  des 

annĂ©es  1980  et  1990  que  se  sont  dĂ©veloppĂ©es  les  grandes  vagues  de  dĂ©mocratisation  des 

formations supĂ©rieures, accompagnĂ©es par les C

ROUS

, sur la base, notamment, du rapport de 

Claude Domenach  au  ministre  de  l’Éducation  nationale,  intitulĂ©  Les  Conditions  de  vie  et  le 

Contexte  de  travail  des  Ă©tudiants  (novembre  1982)  qui  entraĂźna  le  renouveau  des  Ć“uvres 

scolaires. 

AmorcĂ©  par  la  loi  de  modernisation  de  l’UniversitĂ©  (loi  Savary,  du  26 janvier 1984) 

reconnaissant  la  vie  des  Ă©tudiants  au  sein  du  Conseil  des  Ă©tudes  et  de  la  vie  universitaire 

                                                 

6. Henri V

ILATTE

,  L’Aide  aux  Ă©lĂšves  et  aux  Ă©tudiants,  in  EncyclopĂ©die  pratique  de  l’Éducation  en  France 

(chap. V), Institut national de PĂ©dagogie, 1960 (p. 390). 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

23 

(CEVU),  puis  par  le  dĂ©cret  n° 87-155  du  5 mars 1987  rĂ©actualisant  les  missions  et 

l’organisation du rĂ©seau des Ć’uvres universitaires et scolaires, le premier Plan social Ă©tudiant 

(1991)  fut  adoptĂ©  pour  favoriser  l’accĂšs  du  plus  grand  nombre  de  jeunes  Ă   l’enseignement 

supĂ©rieur  et  amĂ©liorer  leurs  conditions  matĂ©rielles,  notamment  en  termes  de  logement.  En 

1995, la crĂ©ation du Dossier social Ă©tudiant (D

SE

), avec transfert de la gestion des bourses du 

ministĂšre  de  l’Éducation  nationale  aux  C

ROUS

,  tĂ©moigna  d’un  louable  effort  de 

rationalisation. 

En  1998  le  second  Plan  social  Ă©tudiant  (1998)  fit  porter  l’effort  sur  les  aides 

financiĂšres aux Ă©tudiants : bourses de 1

er

 cycle, bourses Ă  taux zĂ©ro, allocations d’études. Mais 

les  rĂ©sultats  sont  plus  que  mitigĂ©s.  Tous  les  acteurs  de  terrain  ont  insistĂ©  sur  le  rendez-vous 

manquĂ©  de  ce  second  plan  social  Ă©tudiant  mis  en  place  par  Jack  Lang.  Ce  plan  se  traduisit 

surtout par des ajustements Ă  la marge sans avoir le courage de toucher aux difficultĂ©s de fond 

des  aides  aux  Ă©tudiants.  Sa  mise  en  place  s’accompagne  d’une  complexitĂ©  toujours  plus 

grande avec le dĂ©veloppement d’un vrai maquis d’aides particuliĂšrement illisibles.  

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

24 

 

Le modĂšle français d’aides aux Ă©tudiants 

Source : MINEFI, DB (Direction du Budget) 

 

La question de la participation de l’étudiant au financement de l’enseignement supĂ©rieur comporte 

trois dimensions indissociablement liĂ©es :  

– celle des droits d’inscription, 

– celle de la capacitĂ© des Ă©tudiants Ă  financer leurs Ă©tudes et donc Ă  emprunter  

– et celle des transferts sociaux et fiscaux aux Ă©tudiants et Ă  leur famille.  

En  France,  contrairement  Ă   d’autres  Ă‰tats,  la  part  privĂ©e  du  financement  de  l’enseignement 

supĂ©rieur est faible, l’indĂ©pendance financiĂšre de l’étudiant et le systĂšme d’aides directes peu Ă©levĂ©. 

Cependant, dĂšs lors que l’on tient compte des transferts sociaux et fiscaux, on se rend compte que le 

systĂšme d’aides est plus Ă©levĂ©. 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

25 

B.   LES  AIDES  SOCIALES Ă‰TUDIANTES AUJOURD’HUI :  2 millions d’étudiants  et 

6 milliards d’euros, pour un sujet peu reconnu dans le dĂ©bat public

 

 

 

Une massification sans prĂ©cĂ©dent : plus de 2 millions d’étudiants et de nouveaux dĂ©fis 

Le  systĂšme  des  aides  sociales  Ă©tudiantes  s’inscrit  dans  le  contexte  dĂ©cisif  d’une 

massification  sans  prĂ©cĂ©dent  de  l’enseignement  supĂ©rieur  universitaire :  plus  de  2 millions 

d’étudiants aujourd’hui,  contre moins de la moitiĂ© dans les annĂ©es 1970.  Au total, la  France 

(Hexagone + DOM) recense aujourd’hui 2 268 423 Ă©tudiants

7

, toutes catĂ©gories confondues

8

Cette  massification  n’est  Ă©videmment  pas  propre  Ă   la  France :  elle  concerne  la  plupart  des 

pays  de  l’OCDE  qui,  depuis  1975,  ont  vu  doubler  le  nombre  d’inscrits  dans  l’enseignement 

supĂ©rieur.  

A ce premier bouleversement, s’ajoutent deux dĂ©fis, social et pĂ©dagogique. Le premier 

est  la  diversification  du  profil  social  des  Ă©tudiants.  On  a  Ă   la  fois  plus  d’étudiants  issus  de 

familles  trĂšs  dĂ©favorisĂ©es  mais  aussi  de  classes  moyennes  modestes  pour  lesquelles  le 

financement  des  Ă©tudes  de  leurs  enfants  est  une  vraie  question.  Par  ailleurs  l’évolution  des 

parcours  universitaires  et  notamment  la  rĂ©cente  mise  en  place  du  LMD  (Licence,  Master, 

Doctorat) incite les Ă©tudiants Ă  plus de mobilitĂ© au long de leurs Ă©tudes, ce qui est pour eux un 

gage ensuite de bonne insertion professionnelle. 

 

Des montants budgĂ©taires considĂ©rables 

En  additionnant  les  montants  budgĂ©taires  consacrĂ©s  aux  diffĂ©rentes  bourses,  aides  au 

logement  et  aides  fiscales

9

,  on  arrive  Ă   un  total  vertigineux  de  4,5 milliards â‚Ź.  Mais  ce 

chiffre souvent donnĂ© est en rĂ©alitĂ© en dessous de la rĂ©alitĂ©. Il faut en effet y ajouter toutes les 

aides  indirectes,  ce  qui  reprĂ©sente  un  total  de  6 milliards â‚Ź !  Une  des  dĂ©couvertes  de  ce 

rapport  a  Ă©tĂ©  le  contraste  entre  le  montant  considĂ©rable  affectĂ©  Ă   cette  politique  avec, 

paradoxalement,  aussi  peu  de  pilotage  et  de  contrĂŽle.  Au  risque  d’ĂȘtre  caricatural,  ces 

montants sont distribuĂ©s sans vraiment que l’on s’interroge sur le bien-fondĂ© et sans que l’on 

ait le sentiment d’une vĂ©ritable rĂ©flexion sur la meilleure architecture de ce systĂšme d’aides.  

 

                                                 

7. Chiffres 2004/2005, source DÉP (Direction de l’Évaluation et de la Prospective) du MÉNESR. 
8. Ă‰tudiants  inscrits : Ă   l’UniversitĂ© :  1 312 141,  dont  784 674  en  Licence,  460 426  en  Master  et  67 041  en 
Doctorat ; en  IUT  (Instituts  universitaires  de  technologie) :  112 395 ; en  IUFM  (Instituts  universitaires  de 
formation  des  maĂźtres) :  83 622 ; en  STS  (Sections  de  technicien  supĂ©rieur) :  230 275 ; en  CPGE  (Classes 
prĂ©paratoires  aux  grandes  Ă©coles) :  73 147 ; en  Formations  d’ingĂ©nieurs :  107 450 ; en  Ă‰coles  de  commerce, 
vente,  gestion,  comptabilitĂ©  habilitĂ©es :  83 622,  et  en  Autres  Ă©coles  et  formations  [paramĂ©dical,  social,  etc.] : 
266 217.  
9. Les dĂ©tails sont prĂ©cisĂ©s plus loin, dans la partie I. L

D

IAGNOSTIC

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

26 

Une reconnaissance politique faible 

 

Force  est  en  effet  de  constater  que  la  thĂ©matique  des  conditions  de  vie  Ă©tudiante  est 

encore  un  sujet  en  devenir.  Les  politiques  qui  se  sont  penchĂ©s  sur  ce  sujet  sont  rares.  Au 

mieux, on s’intĂ©resse aux bourses, mais le fait de dĂ©velopper une approche d’ensemble sur les 

conditions de vie Ă©tudiante est peu frĂ©quent. Ă€ la diffĂ©rence des pays nordiques, la France ne 

s’intĂ©resse pas vraiment Ă  ces questions, les acteurs sont trop Ă©clatĂ©s, et l’intĂ©rĂȘt de la part des 

prĂ©sidents d’universitĂ©s est encore faible. On s’interroge sur les moyens des universitĂ©s, sur la 

compĂ©titivitĂ© internationale, mais le fait d’offrir un environnement en termes de condition de 

vie pour les Ă©tudiants continue Ă  passer au second plan. 

 

 

C. QUELS DÉFIS POUR NOTRE SYSTEME D’AIDES ?  

 

Donner  les  moyens  des  ambitions  de  chacun :  comment  faire  de  la  dentelle  dans  un 

contexte de massification 

 

L’égalitĂ©  des  chances  est  thĂ©oriquement  l’enjeu  fondamental  de  notre  Ă©cole  de  la 

RĂ©publique. Il faut tout mettre en Ć“uvre pour que le choix d’étude ne soit pas conditionnĂ© ou 

pĂ©nalisĂ© par un manque d’argent. Il s’agit d’un impĂ©ratif moral et politique mais aussi d’une 

question  d’efficacitĂ©  de  politiques  publiques :  Ă©viter  les  gachis  individuels  et  collectifs  qui 

coĂ»tent  trĂšs  chers  Ă   notre  sociĂ©tĂ©.  Autant  on  peut  considĂ©rer  que  le  systĂšme  de  bourses  a 

correctement  rĂ©pondu  Ă   la  massification  autant  il  s’avĂšre  trĂšs  lacunaire  pour  ĂȘtre  capable  de 

suivre des parcours individuels.  

 

Toute  la  difficultĂ©  est  d’arriver  Ă   prendre  en  compte  les  grandes  masses  tout  en 

rĂ©pondant  au  mieux  Ă   la  diversitĂ©  des  situations  individuelles.  Le  systĂšme  d’aides  balance 

ainsi  entre  deux  alternatives :  tenter  de  faire  du  maillage  trĂšs  fin  au  risque  d’ĂȘtre  trop 

complexe  ou  Ă   l’inverse  traiter  en  masse  mais  du  coup  perdre  l’approche  individuelle.  Le 

modĂšle,  cher  Ă   PĂ©guy,  du  Â« hussard  noir

10

 Â»  de  la  III

e

 RĂ©publique,  capable  de  repĂ©rer  les 

                                                 

10. La  cĂ©lĂšbre  formule,  trop  souvent  dĂ©formĂ©e  ou  tronquĂ©e,  mĂ©rite  d’ĂȘtre  restituĂ©e  dans  son  contexte  intĂ©gral : 
« Nos  jeunes  maĂźtres  Ă©taient  beaux  comme  des  hussards  noirs.  Sveltes ;  sĂ©vĂšres ;  sanglĂ©s.  SĂ©rieux,  et  un  peu 
tremblants de leur prĂ©coce, de leur soudaine omnipotence. Un long pantalon noir, mais, je pense, avec un lisĂ©rĂ© 
violet. Le violet n’est pas seulement la couleur des Ă©vĂȘques, il est aussi la couleur de l’enseignement primaire. 
Un gilet noir. Une longue redingote noire, bien droite, bien tombante, mais deux croisements de palmes violettes 
aux  revers.  Une  casquette  plate,  noire,  mais  un  recroisement  de  palmes  violettes  au-dessus  du  front.  Cet 
uniforme civil Ă©tait une sorte d’uniforme militaire encore plus sĂ©vĂšre, Ă©tant un uniforme civique. Quelque chose, 
je  pense,  comme  le  fameux  
cadre  noir  de  Saumur.  Rien  n’est  beau  comme  un  bel  uniforme  noir  parmi  les 
uniformes  militaires.  C’est  la  ligne  elle-mĂȘme.  Et  la  sĂ©vĂ©ritĂ©.  PortĂ©  par  ces  gamins  qui  Ă©taient  vraiment  les 
enfants de la RĂ©publique. Par ces jeunes hussards de la RĂ©publique. Par ces nourrissons de la RĂ©publique. Par 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

27 

Ă©lĂšves  talentueux  indĂ©pendamment  de  leur  milieu  social  et  de  les  accompagner  dans  leurs 

Ă©tudes avec l’aide des bourses de la RĂ©publique, a certes vĂ©cu, mais il doit continuer Ă  inspirer 

notre approche des aides aux Ă©tudiants. Le dĂ©fi reste le mĂȘme.  

 

 

Comment  aider  les  classes  moyennes,  exclues  du  systĂšme  car  trop  riches  pour  ĂȘtre 

pauvres, mais trop pauvres pour ĂȘtre riches 

C’est  le  second  dĂ©fi  principal.  Si  l’on  veut  rĂ©ussir  un  ascenseur  social,  on  ne  peut 

garder  le  regard  sur  les  seules  classes  sociales  les  plus  dĂ©favorisĂ©es.  Les  classes  moyennes 

constituent un maillon central, notamment parce que l’ascenseur social se fait par Ă©tape. Si les 

classes  moyennes  sont  dans  une  telle  situation  qu’elles  constituent  une  sorte  de  trou  noir 

sociologique, l’exercice sera vain

11

.  

Or notre systĂšme se caractĂ©rise par une relative iniquitĂ©, en aidant les deux extrĂȘmes : 

les plus dĂ©munis (par le biais des bourses sur critĂšres sociaux) et les mĂ©nages plus aisĂ©es (par 

le  biais  des  aides  fiscales) ;  mais  en  sacrifiant  les  intermĂ©diaires,  Ă   savoir  les  classes 

moyennes  modestes.  Si  l’on  ajoute  Ă   cela  les  effets  de  seuil  terribles  de  l’architecture 

française,  on  obtient  un  systĂšme  qui  est  une  source  de  grande  frustration  pour  les  classes 

moyennes modestes. 

L’ascenseur social français ne s’arrĂȘte pas Ă  tous les Ă©tages. 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                         

ces  hussards  noirs  de  la  sĂ©vĂ©ritĂ© Â»  (Charles PĂ©guy,  L’Argent,  in  Cahiers  de  la  Quinzaine,  XIV, 

VI

16 fĂ©vrier 1913, in Ć’uvres en prose complĂštes, III, Â« PlĂ©iade Â», Gallimard, p. 801). 
11. Notre rapport s’inscrit dans le cadre de cette problĂ©matique de redistribution des revenus, Ă©tudiĂ©e notamment 
par  le  C

ERC

  (Conseil  de  l’Emploi,  des  Revenus  et  de  la  CohĂ©sion  sociale),  qui  analyse  les  dĂ©penses  publiques 

d’éducation  au  profit  des  enfants  scolarisĂ©s  comme  un  transfert  en  nature  au  bĂ©nĂ©fice  de  leurs  familles :  elles 
constituent, indirectement, l’un des  mĂ©canismes les plus  importants de la redistribution des revenus.  Cf. C

ERC

,  

Éducation et Redistribution, 2003 : aprĂšs avoir rappelĂ© les caractĂ©ristiques socio-dĂ©mographiques des Ă©lĂšves et 
Ă©tudiants  (chapitre I)  et  analysĂ©  les  dĂ©penses  d’éducation  (chapitre II)  selon  les  niveaux  et  filiĂšres,  les  auteurs 
Ă©tudient la rĂ©partition des dĂ©penses d’éducation au sein des diffĂ©rentes familles bĂ©nĂ©ficiaires grĂące, notamment, 
Ă  des travaux statistiques originaux rĂ©alisĂ©s par l’I

NSEE

 pour l’établissement de ce rapport (chapitre III). Ă€ cĂŽtĂ© 

des  dĂ©penses  publiques  d’éducation  proprement  dites,  interviennent  des  transferts  monĂ©taires  d’aides  aux 
familles  ou  aux  Ă©tudiants  (rĂ©ductions  fiscales,  bourses,  allocation  de  rentrĂ©e  scolaire)  qui  participent  Ă   la 
redistribution des revenus (chapitre IV). Enfin, dans le chapitre V, le C

ERC

 cherche Ă   faire la balance entre les 

dĂ©penses  d’éducation  et  les  impĂŽts  qui  les  financent,  en  distinguant  l’enseignement  obligatoire  et  les  Ă©tudes 
ultĂ©rieures,  Ă   la  fois  dans  une  analyse  instantanĂ©e  et  dans  une  perspective  de  cycle  de  vie.  Dans  ces  diffĂ©rents 
chapitres, la situation de la France est comparĂ©e, autant qu’il est possible, Ă  celle des pays europĂ©ens et d’autres 
pays de l’O

CDE

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

28 

Comment rĂ©pondre au dĂ©fi de la mobilitĂ© Ă©tudiante dans une Ă©conomie du savoir ? 

De plus en plus, nous devons rĂ©pondre Ă  une mĂ©tamorphose en termes d’éducation. La 

formation  des  jeunes  gĂ©nĂ©rations  constitue  un  Ă©lĂ©ment  fondamental  pour  la  compĂ©tivitĂ©  de 

l’économie  mais  surtout  pour  leur  permettre  de  s’insĂ©rer  correctement  sur  le  marchĂ©  de 

l’emploi. C’est ce que l’U

NESCO

 a appelĂ© dans son rapport Â« l’économie de la connaissance Â».  

Or une formation aujourd’hui ne correspond plus au schĂ©ma classique oĂč les Ă©tudiants 

allaient faire leurs Ă©tudes dans le pĂŽle universitaire le plus proche et y restaient jusqu’à la fin 

de  leurs  Ă©tudes.  Les  besoins  de  mobilitĂ©  pour  pouvoir  accĂ©der  Ă   la  meilleure  formation  sont 

devenus  essentiels,  quitte  d’ailleurs  Ă   ce  que  pendant  un  cursus  universitaire  l’étudiant  soit 

amenĂ©  Ă   changer  deux  trois  fois  de  sites  universitaires.  La  possibilitĂ©  de  faire  une  annĂ©e  en 

Europe ou Ă  l’international est Ă©galement un plus. 

Tout cela a un coĂ»t. Le simple fait de dĂ©cohabiter et de quitter le domicile des parents 

pour aller Ă©tudier reprĂ©sente un quasi doublement du budget d’un Ă©tudiant, sans compter les 

frais de transport. Il s’agit donc d’un paramĂštre fondamental.  

Or nos systĂšmes de bourses sont trĂšs mal conçus pour prendre en compte ce besoin de 

mobilitĂ©. Ils restent empreints d’une vision passĂ©iste et ne rĂ©pondent que trĂšs imparfaitement 

Ă   cette  Ă©volution.  Le  risque  est  alors  d’avoir  des  choix  par  dĂ©faut  et  surtout  des  cursus  au 

rabais, parce qu’on aura Ă©tĂ© obligĂ© de prendre la formation la plus proche du domicile de ces 

parents.  

C’est  aussi  un  enjeu  en  termes  d’amĂ©nagement  du  territoire.  A  dĂ©faut  on  risque  de 

laisser  se  constituer  des  exclusions  silencieuses  pour  certaines  parties  de  la  France  trop 

Ă©loignĂ©es des pĂŽles universitaires. Dans un contexte de dĂ©centralisation dĂ©sordonnĂ©, le risque 

pour  la  cohĂ©sion  du  territoire  est  important.  Il  s’agit  d’une  des  donnĂ©es  nouvelles  pour  les 

aides aux Ă©tudiants.  

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

29 

 

Les principaux dĂ©fis d’un systĂšme d’aides aux Ă©tudiants modernisĂ© 

 

1. Comment  concilier  des  rĂ©ponses  sociales,  par  dĂ©finition  individuelles,  avec  cette 

massification sans prĂ©cĂ©dent ? 

2. Comment  assurer  une  politique  de  redistribution  qui  fasse  fonctionner  Â« l’ascenseur 

social Â» rĂ©publicain et ne sacrifie pas les classes moyennes modestes ? 

3. Comment maintenir en outre une vision nationale des aides sans aggraver les inĂ©galitĂ©s 

entre les diffĂ©rents territoires ? 

4. Comment  enfin  garantir  la  mobilitĂ©,  tant  hexagonale  que  europĂ©enne,  voire 

internationale,  pĂ©dagogiquement  requise  par  le  cursus  universitaire  LMD  (licence,  master, 

doctorat), mais qui reste encore trop souvent difficile, sinon impossible, socialement ? 

Tels sont les principaux enjeux et dĂ©fis du systĂšme des aides sociales Ă©tudiantes. 

Seule  une  vĂ©ritable  refonte  de  notre  systĂšme  permettra  de  le  rendre  plus  conforme  Ă   sa 

vocation d’origine : dĂ©fendre et illustrer notre idĂ©al rĂ©publicain d’ascenseur social. 

 

Au  total,  la  question  des  aides  aux  Ă©tudiants  est  trĂšs  rĂ©vĂ©latrice  des  crispations 

actuelles  de  la  sociĂ©tĂ©  française :  difficultĂ©  Ă   maintenir  un  espoir  d’ascenseur  social,  classes 

moyennes  sacrifiĂ©es  et  mise  en  place  d’une  rĂ©gionalisation  alĂ©atoire  qui  met  en  cause  les 

principes  d’équitĂ©  sur  le  territoire.  Mais  elle  est  aussi  porteuse  d’espoirs  car  changer  ce 

systĂšme  peut  permettre  de  redonner  espoir  Ă   une  jeune  gĂ©nĂ©ration  qui  a  besoin  d’ĂȘtre 

accompagnĂ©e. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

30 

 

 

PREMIÈRE PARTIE 

LE DIAGNOSTIC : UN DISPOSITIF Ă€ BOUT DE SOUFFLE 

 

 

 

I.1. L

E DEDALE DES BOURSES

 

 

I.1.1. Entre systĂšme d’aides et systĂšme D : le mille-feuilles des aides aux Ă©tudiants 

 

Le dispositif gĂ©nĂ©ral des aides sociales Ă©tudiantes se caractĂ©rise par 3 grandes masses 

budgĂ©taires (bourses, aides au logement et aides fiscales), de montants assez comparables : 

‱ 1,7 milliard â‚Ź pour les bourses et les Ć“uvres universitaires (mais plus de 2,1 milliards â‚Ź si 

l’on y ajoute les versements des rĂ©gimes sociaux) ; 

‱ 1,131 milliard â‚Ź  pour  les  aides  au  logement :  ALS  (Allocation  de  logement  Ă   caractĂšre 

social)  et  APL  (Aide  personnalisĂ©e  au  logement) ;  avance  Loca-Pass  (avance  du  dĂ©pĂŽt  de 

garantie)  et  garantie  Loca-Pass  (garantie  de  paiement  du  loyer  et  des  charges)  pour  les 

Ă©tudiants boursiers ; 

‱ 1,245 milliard â‚Ź  pour  les  aides  fiscales :  majoration  d’une  Âœ part  fiscale  du  quotient 

familial  et  rĂ©duction  d’impĂŽts  pour  frais  de  scolaritĂ©  pour  les  enfants  inscrits  dans  le 

supérieur

12

                                                 

12. Une  autre  prĂ©sentation,  en  usage  dans  l’administration,  consiste  Ă   rĂ©partir  les  aides  sociales  Ă©tudiantes, 
conçues  pour  la  plupart  comme  des  aides  financiĂšres  Ă   la  famille  â€” Ă   l’exception  des  aides  au  logement, 
individualisĂ©es â€”, entre : 
– aides directes : les bourses essentiellement, sur critĂšres sociaux (BCS â€” qui reprĂ©sentent 95 % du dispositif 
d’aides sociales Ă©tudiantes) ou universitaires (BCU), pour prĂšs d’un tiers [prĂšs d’un tiers et non prĂšs d’un quart, 
le  pourcentage  se  rapportant  non  pas  au  total  des  Ă©tudiants  (prĂšs  de  2,3 millions)  mais  au  total  de  ceux 
susceptibles d’ĂȘtre ayants droit (en termes notamment de cursus). Le nombre d’étudiants aidĂ©s est rapportĂ© Ă  la 
population  concernĂ©e,  estimĂ©e  en  prenant  en  compte  les  Ă©tudiants  des  universitĂ©s  inscrits  dans  une  formation 
ouvrant  le  droit  aux  aides  (principalement  les  diplĂŽmes  nationaux  des  1

er

  et  2

e

 cycles,  les  DEA,  les  DESS  et 

jusqu’à la 6

e

 annĂ©e des Ă©tudes de santĂ©), les Ă©tudiants inscrits en premiĂšre annĂ©e d’IUFM, les Ă©lĂšves des STS et 

CPGE  public  MEN  ou  sous  tutelle  du  MEN  et  les  Ă©tudiants  inscrits  en  prĂ©parations  intĂ©grĂ©es,  en  Ă©coles 
d’ingĂ©nieurs (public MEN ou sous tutelle du MEN) ou en Ă©coles de commerce reconnues par l’État (groupes I et 
II)]

 

de  nos  Ă©tudiants  (France  mĂ©tropolitaine  et  DOM) :  30 %  de  bĂ©nĂ©ficiaires  en  2004  (515 000)  contre 

seulement  20 %  en  1990  â€” le  pourcentage  de  boursiers  se  stabilise  autour  de  30 %  depuis  plusieurs  annĂ©es ; 
marginalement les prĂȘts, exempts d’intĂ©rĂȘt et accordĂ©s aux Ă©tudiants non boursiers ; les aides au logement A

LS 

et  A

PL

,  accordĂ©es  individuellement  sans  condition  de  ressources ;  avance  Loca-Pass  et  garantie  Loca-Pass 

pour les Ă©tudiants boursiers. 
– aides indirectes : exonĂ©ration des droits d’inscription pour les boursiers ; prise en charge de l’essentiel du 
coĂ»t  rĂ©el  des  Ă©tudes
  pour  les  autres  Ă©tudiants ;  Ć“uvres  (logement  et  restauration)  universitaires ;  aides 
fiscales :  majoration d’œ part fiscale du quotient  familial et rĂ©duction d’impĂŽts pour  frais de scolaritĂ© pour les 
enfants inscrits dans le supĂ©rieur. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

31 

 

Le total gĂ©nĂ©ral des aides (budgĂ©taires, fiscales, sociales) dĂ©ployĂ©es (France mĂ©tropolitaine + DOM) 

par l’État pour l’action sociale en faveur des Ă©tudiants a atteint 4,529 milliards â‚Ź en 2004  

(+ 14,8 % Ă  prix constants depuis 1995). 

 

Les aides budgĂ©taires de l’État, en progression de 21,3 % Ă  prix constants par rapport Ă  1995, ont 

atteint en 2004 2,810 milliards â‚Ź, ainsi rĂ©partis : 

‱ les aides budgĂ©taires directes ont totalisĂ© 2,452 milliards â‚Ź (+ 22,1 % depuis 1995)

13

 ; 

‱ les aides budgĂ©taires indirectes ont totalisĂ© 0,359 milliard â‚Ź (+ 16,2 % depuis 1995)

14

Les aides fiscales de l’État, toujours en 2004, en progression de 3,8 % Ă  prix constants par rapport Ă  

1995, ont atteint 1,245 milliard â‚Ź, rĂ©partis en : 

‱ 1,080 milliard â‚Ź au titre de la majoration du quotient familial pour enfants Ă©tudiants rattachĂ©s au 

foyer fiscal de leurs parents ; 

‱ 0,165 milliard â‚Ź au titre de la rĂ©duction d’impĂŽt pour frais de scolaritĂ© des enfants poursuivant des 

Ă©tudes supĂ©rieures. 

Ainsi,  le  total  des  aides  (budgĂ©taires  et  fiscales)  de  l’État  a  atteint  4,055 milliards â‚Ź  en  2004 

(+ 15,3 % Ă  prix constants depuis 1995). 

Au titre des autres aides (sociales) s’y ajoute 0,474 milliard â‚Ź d’autres aides, Ă  savoir : 

‱ 0,461 milliard â‚Ź  (+ 9,4 %  depuis  1995)  de  contribution  des  diffĂ©rents  rĂ©gimes  sociaux  au 

financement des assurances sociales des Ă©tudiants ; 

‱ 0,012 milliard â‚Ź  (+ 78,0 %  depuis  1995)  des  versements  des  universitĂ©s  au  FSDIE  (Fonds  de 

solidaritĂ© et de dĂ©veloppement des initiatives Ă©tudiantes).  

Comme  nous  l’avons  prĂ©cisĂ©  plus  haut,  en  comptabilisant  tout  ce  qui,  peu  ou  prou,  contribue  Ă  

amĂ©liorer  la  situation  sociale  des Ă©tudiants, les  services  de  Bercy Ă©valuent mĂȘme ce montant,  non 

pas  4,5 milliards â‚Ź,  mais  Ă   quelque  6 milliards â‚Ź

15

.  Le  M

INEFI

  souligne  que  ce  recensement 

                                                                                                                                                         

Enfin,  Ă   la  rĂ©partition  budgĂ©taire  classique  entre  aides  directes  et  aides  indirectes  peut  se  substituer  celle  entre 
aides  Â« familiales Â»,  c’est-Ă -dire  versĂ©es,  sous  conditions  de  ressources,  aux  familles,  et  aides  individuelles 
versĂ©es aux Ă©tudiants, indĂ©pendamment des ressources de leurs familles :

 

– aides Â« familiales Â» : les bourses sur critĂšres sociaux ; les aides fiscales 
– aides individuelles :  les aides au logement A

LS

 et A

PL

 ; avance Loca-Pass et garantie Loca-Pass pour les 

Ă©tudiants boursiers.  
13. RĂ©partis en : 
‱ 1,310 milliard â‚Ź pour les bourses et prĂȘts et le FSU (Fonds de solidaritĂ© universitaire) ; 
‱ 1,131 milliard â‚Ź pour les aides au logement ; 
‱ 0,011 milliard â‚Ź pour l’aide au transport (carte Imagine R en ĂŽle-de-France). 
14. RĂ©partis en : 
‱ 0,294 milliard â‚Ź pour les Ć“uvres universitaires ; 
‱ 0,018 milliard â‚Ź pour les aides aux associations et la mĂ©decine universitaire ; 
‱ 0,046 milliard â‚Ź  au  titre  de  la  compensation  de  l’exonĂ©ration  des  droits  d’inscription  dont  bĂ©nĂ©ficient  les 
Ă©tudiants boursiers. 
15. En comptabilisant notamment : 
– le taux rĂ©duit de TVA dans les cantines, pour 725 M€, mĂȘme si une part importante de la dĂ©pense, sans qu’il 
soit possible de la dĂ©terminer, est imputable aux Ă©tablissements du scolaire ; 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

32 

exhaustif  correspond  Ă   une  vision  extensive  des  aides,  y  compris  les  dĂ©penses  de  personnel 

contribuant  Ă   l’action  du  programme  Â« Vie  Ă©tudiante Â»  rĂ©pertoriĂ©  dans  le  cadre  de  la  L

OLF

  (Loi 

organique relative aux lois de finances), Ă  hauteur de 1,738 milliard â‚Ź (soit 15% de l’ensemble du 

budget de l’Enseignement supĂ©rieur) et que certaines incertitudes de chiffrage demeurent : coĂ»t du 

rĂ©gime  d’assurance  maladie  Ă©tudiant  en  2005  et  2006,  allocations  familiales  correspondant  Ă   des 

Ă©tudiants, compensation des droits d’inscription pour 2006, chiffrage de l’ensemble des bourses de 

l’ÉtatDevraient ĂȘtre ajoutĂ©es, selon Bercy, Ă  ce montant de 6 milliards â‚Ź, les aides versĂ©es par les 

collectivitĂ©s  locales,  mais  Ă©galement  les  aides  versĂ©es  par  les  Ă©tablissements  d’enseignement 

supĂ©rieur eux-mĂȘmes, pour lesquelles aucun recensement n’existe aujourd’hui. 

 

La complexitĂ© du systĂšme se lit Ă  la seule Ă©numĂ©ration des diverses aides disponibles, 

que Bernard Cieutat (prĂ©sident de chambre honoraire Ă  la Cour des Comptes) a eu l’immense 

mĂ©rite  de  mettre  Ă   la  fois  Ă   jour  et  au  jour,  Ă   la  faveur  d’un  rapport  de  1995-1996  remis  Ă  

François Bayrou, alors ministre de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supĂ©rieur. 

Encore  convient-il  de  rectifier  l’apparence  trompeusement  flatteuse  de  la  formule 

« systĂšme d’aides sociales Ă©tudiantes Â», qui donne Ă  croire qu’un bel et solide Ă©difice d’aides 

sociales savamment construit est organisĂ© en faveur des Ă©tudiants : en rĂ©alitĂ©, il s’agit moins 

d’un  systĂšme  que  d’un  empilage  d’aides  trĂšs  diverses  â€” il  ne  serait  pas  abusif  de  parler  de 

« millefeuilles Â»  juridique  et  rĂ©glementaire â€”,  d’une  rare  complexitĂ©,  d’une  efficacitĂ©  plutĂŽt 

inĂ©gale et, surtout, d’une singuliĂšre iniquitĂ©, Ă  la fois sociale et territoriale.  

Cette complexitĂ© a un effet pervers majeur. En fait de systĂšme d’aides, c’est surtout le 

systĂšme D qui prĂ©vaut. L’accĂšs Ă  l’information est trĂšs difficile pour l’étudiant qui a toutes les 

raisons  d’ĂȘtre  perdu.  Identifier  l’ensemble  des  aides  existantes,  connaĂźtre  ensuite  leurs 

modalitĂ©s d’octroi, comprendre enfin les meilleures stratĂ©gies pour tirer le meilleur parti de ce 

dĂ©dale administratif : c’est un vĂ©ritable parcours du combattant. Les aides sociales Ă©tudiantes 

rĂ©pondent  moins  Ă   une  logique  de  systĂšme  qu’à  l’arbitraire  d’un  vĂ©ritable  maquis,  souvent 

inextricable. 

                                                                                                                                                         

– les aides Ă  la mobilitĂ© du MAE pour 121 M€ ; 
– la part sĂ©curitĂ© sociale des APL, pour 110 M€ ; 
– l’exonĂ©ration partielle du salaire des apprentis, pour 61 M€ ; 
– les rĂ©munĂ©rations de personnel pour l’action relative Ă  la santĂ© des Ă©tudiants, pour 44 M€ ; 
– les bourses des autres ministĂšres, pour 43 M€ ; 
– les aides E

RASMUS

 et les aides Ă  la mobilitĂ© du M

ENESR

 pour 29 M€. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

33 

 

L

ES GRANDS PRINCIPES 

 

DES 

B

OURSES D

’

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR SUR CRITERES SOCIAUX 

(B

CS

 

En 2004, le nombre d’étudiants recevant une aide financiĂšre s’est Ă©levĂ© Ă  515 000 Ă©tudiants, 

soit  30 %  de  la  population  totale  Ă©tudiante

16

.  Conçues  d’abord  comme  une  aide  Ă   la  famille,  les 

bourses  d’enseignement  supĂ©rieur  sur  critĂšres  sociaux  (B

CS

)  reprĂ©sentent  95 %  de  l’ensemble  du 

dispositif d’action sociale en faveur des Ă©tudiants. 

Actuellement,  la  B

CS

  est  accordĂ©e  sur  des  critĂšres  essentiellement  sociaux  fondĂ©s  sur  les 

revenus  et  les  charges  des  parents  en  application  d’un  barĂšme  national  fixĂ©  chaque  annĂ©e  par 

arrĂȘtĂ©  interministĂ©riel.  Les  revenus  pris  en  compte  sont  ceux  figurant  Ă   la  ligne  Â« revenu  brut 

global Â» (R

BG

) de l’avis d’imposition de la famille de l’annĂ©e n-2 par rapport Ă  la date d’inscription 

dans l’enseignement  supĂ©rieur.  En cas  de  changement  de situation  (divorce, dĂ©cĂšs, maladie,  etc.), 

l’examen du droit Ă  bourse peut s’appuyer sur les revenus de l’annĂ©e n-1, voire ceux de l’annĂ©e en 

cours. 

Les  bourses  sont  rĂ©parties  sur  6  Ă©chelons,  de  0  Ă   5 :  leur  montant  annuel  va  de  0 â‚Ź 

(Ă©chelon 0,  qui  permet  Ă   son  bĂ©nĂ©ficiaire  d’ĂȘtre  exonĂ©rĂ©  des  droits  d’inscription  et  de  sĂ©curitĂ© 

sociale  Ă©tudiante)  Ă   3 607 â‚Ź  (Ă©chelon 5),  pour  un  revenu  brut  global  (R

BG

)  annuel  allant  de  la 

tranche 0 Ă  8 620 â‚Ź (Ă©chelon 5) jusqu’à la tranche 16 249 Ă  19 180 â‚Ź (Ă©chelon 0). 

IndĂ©pendamment  des  critĂšres  sociaux,  les  candidats  doivent  remplir  des  conditions  de 

recevabilitĂ© relatives Ă  la nationalitĂ©, aux diplĂŽmes, Ă  l’ñge et aux Ă©tudes.  

Dans le cadre des nouveaux cursus Licence et Master, les Ă©tudiants peuvent bĂ©nĂ©ficier au 

plus de 7 droits Ă  bourse sur critĂšres sociaux rĂ©partis comme suit : 5 droits en Licence et 2 droits en 

Master ou 3 ou 4 droits en Licence et 3 droits en Master. 

Les  Ă©tudiants  boursiers  peuvent  conserver leur  droit  Ă   bourse  dans le  cas  d’une  poursuite 

d’études dans un Ă‰tat du Conseil de l’Europe, voire dans n’importe quel pays Ă©tranger dans les cas 

de  partenariat  entre  une  universitĂ©  française  et  un  Ă©tablissement  d’enseignement  supĂ©rieur 

Ă©tranger.  Les  bourses  sur  critĂšres  sociaux  sont  Ă©galement  attribuĂ©es  aux  Ă©tudiants  Ă©trangers  sous 

certaines conditions. 

Si  les  frais  d’inscription  accusent  une  tendance  Ă   la  hausse,  il  faut  nĂ©anmoins  souligner 

qu’ils sont beaucoup moins Ă©levĂ©s en France que dans les autres pays comparables, et qu’ils restent 

trĂšs  symboliques  par  rapport  au  coĂ»t  rĂ©el  des  Ă©tudes.  Une  rĂ©flexion  sur  l’ensemble  du  systĂšme 

d’aides sociales Ă©tudiantes ne peut faire l’économie, Ă  terme, d’une remise en cause de cette quasi-

gratuitĂ© des frais d’inscription Ă  l’UniversitĂ©. 

                                                 

16. PrĂšs  d’un  tiers  et  non  prĂšs  d’un  quart,  le  pourcentage  d’étudiants  aidĂ©s  se  rapportant  non  pas  au  total  des 
Ă©tudiants (prĂšs de 2,3 millions) mais au total de ceux susceptibles d’ĂȘtre ayants droit (en termes notamment de 
cursus). 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

34 

 

Cette complexitĂ© est aggravĂ©e lorsqu’on Ă©voque la question â€” essentielle Ă  l’heure de 

la  mobilitĂ©  Ă©tudiante,  tant  nationale  que  internationale,  requise  par  le  cursus  LMD â€”  des 

transferts  de  dossiers  de  boursiers,  source  d’immenses  difficultĂ©s.  En  effet,  le  dossier  de 

l’étudiant  est  un  dossier  papier  qui  n’est  pas  dĂ©matĂ©rialisĂ© :  si  l’étudiant  change  de  lieu 

d’études, son dossier doit ĂȘtre transfĂ©rĂ© pour pouvoir ĂȘtre instruit ; mais, la plupart du temps, 

les  C

ROUS

  attendent  que  l’inscription  universitaire  de  l’étudiant  soit  confirmĂ©e.  Ces  dĂ©lais 

peuvent  entraĂźner  des  dĂ©calages  de  plusieurs  mois  dans  l’instruction  du  dossier :  on  ne  peut 

que dĂ©plorer, pour le boursier lui-mĂȘme, le caractĂšre complĂštement faussĂ© provoquĂ© par un tel 

dysfonctionnement. 

 

 

I.1.2. Un vĂ©ritable maquis d’aides : une vingtaine de dispositifs diffĂ©rents  

sans compter les aides des collectivitĂ©s locales 

 

Ce  prĂ©alable  rappelĂ©,  on  peut  identifier  au  moins  une  vingtaine  d’aides  valables  Ă  

l’échelon  national,  auxquelles  s’ajoutent  â€” nous  y  reviendrons â€”  quantitĂ©  d’aides  des 

collectivitĂ©s territoriales : 

1) les bourses sur critĂšres sociaux (B

CS

), rĂ©parties en 6 Ă©chelons (de 0 Ă  5) et attribuĂ©es en 

fonction  des  ressources  et  des  charges  de  la  famille  apprĂ©ciĂ©es  par  rapport  Ă   un  barĂšme 

national, pondĂ©rĂ© par des points de charge, d’une rare complexitĂ©

17

. Les BCS â€” dont le taux 

annuel  maximal  (Ă©chelon 5)  est  de  3 607 â‚Ź  pour  2005-2006  (cf.  tableau  suivant) â€”  sont 

versĂ©es  sur  9 mois.  Concernant  plus  de  489 000 Ă©tudiants,  elles  touchent  prĂšs  de  95 %  des 

515 000 bĂ©nĂ©ficiaires d’aides sociales, mais la croissance du nombre de B

CS

 baisse nettement 

(1,0 % en 2004-2005 aprĂšs 2,7 %).  

 

Le  point  important  Ă   noter  est  qu’à  partir  de  1300  euros  de  revenus  global  â€“  tous 

parents  confondus  â€“  pour  une  famille,  il  n’est  plus  possible  d’avoir  accĂšs  Ă   la  moindre  aide 

substantielle. 

                                                 

17. Dans  cette  catĂ©gorie  Ă©taient  incluses,  jusqu’en  1999-2000,  les  aides  individuelles  exceptionnelles  (AIE), 
supprimĂ©es Ă  la rentrĂ©e 2000, avec la gĂ©nĂ©ralisation du principe de la bourse de cycle (possibilitĂ© de maintien de 
la bourse pendant la durĂ©e du cycle). 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

35 

Bourses sur critĂšres sociaux (B

CS

 chiffres 2005-2006 :  

montants et pourcentage de bĂ©nĂ©ficiaires) 

Tranches de

 

R

BG 

[Revenu brut global] 

(€) 

Échelons B

CS

 

Montant annuel  

B

CS

 (€) 

Boursiers bĂ©nĂ©ficiaires 

(%) 

De 16 249 Ă  19 180 

Échelon 0 

0

(1)

 

10,2 

De 13 620 Ă  16 248 

Échelon 1 

1 335 

19,1 

De 11 620 Ă  13 619 

Échelon 2 

2 012 

10,3 

De 9 120 Ă  11 619 

Échelon 3 

2 578 

10,3 

De 8 621 Ă  9 119 

Échelon 4 

3 143 

10,4 

De 0 Ă  8 620 

Échelon 5 

3 607 

39,6 

 

 

(1) ExonĂ©ration  des  droits 
d’inscription  et  de  sĂ©curitĂ© 
sociale Ă©tudiante. 

100 % 

 

 

2) les bourses sur critĂšres universitaires (B

CU

), attribuĂ©es aux Ă©tudiants prĂ©parant les DEA 

(montant :  3 837 â‚Ź/an,  43,2 %  des  B

CU

),  DESS  (montant :  3 837 â‚Ź/an,  38,7 %  des  B

CU

), 

Master 2 recherche et professionnel, l’agrĂ©gation (montant : 4 138 â‚Ź/an, 12,4 % des B

CU

) ; ces 

aides  sont  contingentĂ©es.  Leur  montant  s’élĂšve  de  3 837  Ă   4 138 â‚Ź/an  selon  la  formation 

suivie,  et  leur  nombre  reste  stable  (environ  12 500 bĂ©nĂ©ficiaires)  depuis  2001-2002,  date  Ă  

laquelle la possibilitĂ© a Ă©tĂ© laissĂ©e aux Ă©tudiants en DESS d’obtenir des B

CS

 ; 

3) les  bourses  de  service  public  (montant :  3 508 â‚Ź/an,  5,7 %  des  B

CU

),  attribuĂ©es  aux 

Ă©tudiants  qui  suivent  certaines  prĂ©parations  Ă   des  concours  externes  de  recrutement  de  la 

fonction publique et de la magistrature ; ces aides sont contingentĂ©es. 

4) les  bourses  de  mĂ©rite  (montant :  6 102 â‚Ź/an),  attribuĂ©es  depuis  la  rentrĂ©e  1998  aux 

Ă©tudiants  Ă©ligibles  Ă   une  bourse  sur  critĂšres  sociaux,  aux  ressources  familiales  limitĂ©es, 

titulaires  d’une  mention  Â« trĂšs bien Â»  au  baccalaurĂ©at  et  prĂ©parant  certaines  formations 

supĂ©rieures (l’ÉNA, l’ÉNM ou une grande Ă©cole scientifique), ou s’engageant dans des Ă©tudes 

de  mĂ©decine ;  ces  aides  sont  contingentĂ©es.  Sans  doute  ces  bourses  de  mĂ©rite  sont-elles  Ă   la 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

36 

fois  trop  gĂ©nĂ©reuses  en  montant  et  pas  assez  nombreuses  en  attribution :  la  question  peut  se 

poser du fait de les dĂ©contingenter  complĂštement. 

5) les  aides  Ă   la  mobilitĂ©,  comprenant  essentiellement  les  bourses  de  mobilitĂ©  (montant 

389 â‚Ź/mois) rĂ©servĂ©es aux Ă©tudiants boursiers sur critĂšres sociaux, mais aussi les bourses de 

stage,  les  bourses  de  voyage  et  les  rĂ©quisitions  de  passage.  Bourses  de  mobilitĂ© :  depuis  la 

rentrĂ©e universitaire 2001/2002, les Ă©tudiants boursiers sur critĂšres sociaux ou titulaires d’une 

allocation d’études qui souhaitent effectuer un sĂ©jour d’études Ă  l’étranger peuvent bĂ©nĂ©ficier 

d’une Â« bourse de mobilitĂ© Â». Le montant mensuel de cette bourse de mobilitĂ© â€” qui peut ĂȘtre 

versĂ©e,  soit  pour  un  sĂ©jour  d’une  durĂ©e  minimale  de  3 mois  et  d’une  durĂ©e  maximale  de 

9 mois  consĂ©cutifs,  soit  pour  deux  sĂ©jours  Ă   l’étranger  dont  la  durĂ©e  totale  ne  peut  excĂ©der 

9 mois â€”  s’élĂšve  Ă   389 â‚Ź.  En  2004/2005,  45 000 bourses  mensuelles  ont  Ă©tĂ©  versĂ©es  aux 

universitĂ©s  via  les  contrats  quadriennaux.  Bourses  de  voyage  pour  des  stages  individuels  Ă  

l’étranger :  une  aide  au  transport,  sous  forme  de  bourse  de  voyage,  peut  ĂȘtre  accordĂ©e  aux 

Ă©tudiants qui effectuent, dans une entreprise ou un laboratoire situĂ© hors de la mĂ©tropole, un 

stage individuel d’une durĂ©e minimale d’un mois, Ă  caractĂšre obligatoire et intĂ©grĂ© aux Ă©tudes 

qu’ils suivent dans des Ă©tablissements publics ou privĂ©s habilitĂ©s Ă  recevoir des boursiers. 

 

Autres aides financiĂšres Ă  la mobilitĂ© Ă©tudiante : une sympathique escroquerie ? 

 

 

 

Toutes  ces  aides  peuvent  constituer  des  supplĂ©ants  utiles.  Mais  d’une  part  les  dossiers  sont 

trĂšs  complexes  Ă   constituer  et  les  versements  peuvent  attendre  longtemps ;  les  bourses  sont  parfois 

attribuĂ©es  seulement  au retour  de l’étudiant  aprĂšs  un sĂ©jour  Ă  l’étranger !  D’autre  part  qu’il s’agisse 

des  bourses  Erasmus  ou  des  aides  des  collectivitĂ©s  locales,  tout  ceci  s’apparente  Ă   un  sympathique 

jeux de Tartuffe, car les aides ne permettent la plupart du temps que de payer le billet aller au mieux !  

 

Bourses communautaires Erasmus : dans le cadre d’une pĂ©riode d’études effectuĂ©e en Europe pour 

une durĂ©e minimale de 3 mois et une durĂ©e maximale de 12 mois, une bourse communautaire peut ĂȘtre 

attribuĂ©e aux Ă©tudiants Erasmus afin d’attĂ©nuer les coĂ»ts supplĂ©mentaires induits par leur mobilitĂ©. En 

2003/2004, le montant moyen de cette bourse s’est Ă©levĂ© Ă  95 â‚Ź (contre 125 â‚Ź en moyenne en Europe) 

pour un Ă©tudiant Erasmus français qui effectue en moyenne un sĂ©jour de 7 mois en Europe; mais sur 

les 20 981 Ă©tudiants Erasmus français partis Ă  l’étranger, 3 121 n’ont pas Ă©tĂ© bĂ©nĂ©ficiaires d’une bourse 

communautaire.  

B

OURSES ATTRIBUEES PAR LE 

MÉNESR :

 

 

‱ Â« ComplĂ©ment  Erasmus Â» :  les  Ă©tudiants  français  Erasmus  inscrits  dans  des  Ă©tablissements 

d’enseignement  supĂ©rieur  public  sous  tutelle  du  MENESR  peuvent  bĂ©nĂ©ficier  d’un  Â« complĂ©ment 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

37 

Erasmus Â» dans le cadre des crĂ©dits attribuĂ©s Ă  cet effet par le MENESR. Cette enveloppe financiĂšre 

globale annuelle apportĂ©e depuis 1989 reprĂ©sente actuellement plus de 4,57 millions â‚Ź (budget 2004). 

 

‱ Maintien,  pour  poursuite  d’études  dans  les  pays  du  Conseil  de  l’Europe,  des  bourses  sur  critĂšres 

sociaux :  les  B

CS

  attribuĂ©es  en  France  dans  le  cadre  des  1

er

  et  2

nd

 cycles  universitaires  peuvent  ĂȘtre 

exportĂ©es  dans  un  des  pays  du  Conseil  de  l’Europe,  en  cas  de  poursuite  d’études  et  de  prĂ©paration 

d’un diplĂŽme national Ă©tranger, et ce, conformĂ©ment Ă  l’accord europĂ©en signĂ© et ratifiĂ© par la France 

le 11 septembre 1970 â€” cette disposition vaut aussi pour les prĂȘts accordĂ©s aux Ă©tudiants.  

B

OURSES ATTRIBUEES PAR LE 

MAE

 

(M

INISTERE DES 

A

FFAIRES ETRANGERES

) :  

‱ Â« Bourses  Lavoisier Â» :  les  bourses  du  programme  Lavoisier  sont  accordĂ©es  Ă   des  Ă©tudiants  d’un 

niveau  doctoral  et  post-doctoral  pour  une  pĂ©riode  de  6  Ă   12 mois.  Dans  les  faits,  les  Ă©tudiants  sont 

sĂ©lectionnĂ©s au regard de projets de recherche de haut niveau et en prioritĂ© pour des sĂ©jours dans des 

pays dont la recherche de pointe est reconnue au niveau international.  

‱ Bourses  bilatĂ©rales :  destinĂ©es  Ă   des  candidats  de  niveau  maĂźtrise,  ces  bourses  dites  bilatĂ©rales  sont 

constituĂ©es, pour moitiĂ© de bourses d’études et de recherche, et pour l’autre, de bourses linguistiques 

d’étĂ©.  A  ces  bourses  que  financent  les  gouvernements  Ă©trangers  dans  le  cadre  d’accords  bilatĂ©raux 

d’échanges  culturels  et  de  coopĂ©ration  s’ajoute  un  complĂ©ment  accordĂ©  par  le  MAE  au  titre  du 

financement du voyage.  

B

OURSES ATTRIBUEES PAR LES COLLECTIVITES LOCALES

 : un financement complĂ©mentaire, parfois non 

nĂ©gligeable,  peut  ĂȘtre  accordĂ©  par  certaines  collectivitĂ©s  locales,  conseils  rĂ©gionaux  en  particulier, 

notamment par le Conseil rĂ©gional de RhĂŽne-Alpes, de PACA ou d’Île-de-France. Cette contribution 

financiĂšre  variable  peut  reprĂ©senter,  d’aprĂšs  l’ARF  (Association  des  rĂ©gions  de  France),  entre 

0,228 millions â‚Ź et 15 millions â‚Ź par an selon les rĂ©gions. 

 

 

6) les bourses d’enseignement supĂ©rieur sur critĂšres sociaux, rĂ©servĂ©es aux Ă©tudiants non 

bĂ©nĂ©ficiaires d’une B

CS

 dans le cadre rĂ©glementaire gĂ©nĂ©ral mais soit Ă©levĂ©s par des grands-

parents sans dĂ©cision judiciaire, soit dont les parents sont en situation de surendettement, de 

faillite,  de  dĂ©pĂŽt  de  bilan,  soit  dont  les  parents  doivent  faire  face  Ă   des  situations 

exceptionnelles telle une baisse de revenus Ă  la suite de catastrophes naturelles en raison de la 

conjoncture  Ă©conomique,  notamment  pour  les  professions  agricoles,  et  qui  sont  attribuĂ©es 

aprĂšs avis d’une commission acadĂ©mique d’allocation d’études ; 

7) les  allocations  d’études,  constituant  une  dĂ©rogation  au  principe  d’aide  Ă   la  famille : 

destinĂ©es  aux  Ă©tudiants  non  boursiers,  elles  peuvent  ĂȘtre  versĂ©es  en  cas  de  rupture  familiale, 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

38 

d’indĂ©pendance  avĂ©rĂ©e  et  de  reprise  d’études ;  attribuĂ©es  aprĂšs  avis  d’une  commission 

acadĂ©mique d’allocation d’études, ces aides sont contingentĂ©es ; 

8) l’allocation unique d’aide d’urgence, destinĂ©e Ă  apporter une aide financiĂšre rapide Ă  des 

Ă©tudiants momentanĂ©ment en difficultĂ© ; 

9) les  prĂȘts  d’honneur,  exempts  d’intĂ©rĂȘt  et  accordĂ©s  aux  Ă©tudiants  non  boursiers :  ils  sont 

remboursables au plus tard Ă  partir de la dixiĂšme annĂ©e qui suit l’obtention du diplĂŽme. D’un 

montant  moyen  de  2 130 â‚Ź  en  2004-2005  (montant  moyen  minimal  de  1 177 â‚Ź  dans 

l’acadĂ©mie  de  Lyon,  montant  moyen  maximal  de  3 627 â‚Ź  dans  celle  de  CrĂ©teil),  ils  ont 

concernĂ© 2 578 bĂ©nĂ©ficiaires, soit 65,68 % des quelque 3 925 demandes formulĂ©es. Le total 

des crĂ©dits utilisĂ© au titre des prĂȘts d’honneur a dĂ©passĂ© 5 5 millions â‚Ź

10) les aides relatives aux transports : carte Imagine R (Île-de-France), frais de transport des 

Ă©tudiants handicapĂ©s, voyages de port Ă  port pour les Ă©tudiants boursiers des DOM ; 

11) les  aides  mĂ©dico-sociales :  participation  de  l’État  en  matiĂšre  de  mĂ©decine  prĂ©ventive  et 

en matiĂšre d’actions sportives, culturelles et associatives ; 

12) les aides au logement que sont l’allocation de logement Ă  caractĂšre social (A

LS

) et l’aide 

personnalisĂ©e au logement (A

PL

) ; 

13) le logement Ă©tudiant et la restauration universitaire, qui relĂšvent de la compĂ©tence du 

rĂ©seau des Ć“uvres universitaires (C

ROUS

) ; 

14) les aides fiscales : majoration du quotient familial d’œ part fiscale et rĂ©duction d’impĂŽts 

pour frais de scolaritĂ© pour les enfants inscrits dans le supĂ©rieur. 

 

Ce  premier  rĂ©capitulatif  et  toutes  les  prĂ©sentations  suivantes  ne  le  confirment  que  trop :  la 

complexitĂ©  de  notre  systĂšme  d’aides  sociales  Ă©tudiantes  se  traduit  par  une  multiplicitĂ©  excessive 

d’aides et de rĂšgles et de critĂšres d’attribution, qui aboutit Ă  un vĂ©ritable labyrinthe dans lequel tout 

le monde est perdu â€” Ă  commencer par les premiers concernĂ©s : les Ă©tudiants et leurs familles â€”, 

comme d’acteurs ou d’intervenants : il n’est que temps de faire de chaque C

ROUS

 le guichet unique 

de  toute  la  vie  sociale  des  Ă©tudiants,  en  simplifiant  et  allĂ©geant  les  innombrables  procĂ©dures 

administratives  â€” dont  la  plus  absurde  est  d’imposer  au  bĂ©nĂ©ficiaire  d’aides  de  refaire 

intĂ©gralement un nouveau dossier chaque annĂ©e ! 

D’une rare complexitĂ© et d’une insupportable lourdeur, notre systĂšme est Ă  bout de souffle  

 

 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

39 

I.1.3. L’archĂ©type de la complexitĂ© : l’usine Ă  gaz de la bourse sur critĂšres sociaux  

 

La plus parfaite incarnation de cette complexitĂ© reste sans doute la bourse sur critĂšres 

sociaux.  Le  systĂšme  français  repose  sur  un  calcul  de  points  de  charge  extrĂȘmement 

complexes.  La  lecture  de  la  circulaire  ministĂ©rielle  chargĂ©e  thĂ©oriquement  d’expliquer  et  de 

clarifier  les  rĂšgles  d’attribution  laisse  pantois.  C’est  plus  d’une  trentaine  de  pages 

parfaitement  incomprĂ©hensibles  et  donnant  lieu  sur  le  terrain  Ă   des  interprĂ©tations  trĂšs 

diffĂ©rentes CROUS par CROUS.  

 Mieux qu’un long discours le tableau suivant rĂ©sume trĂšs bien Ă  quel point Ubu est roi 

au pays des aides aux Ă©tudiants.  

 

 

 

Les charges de l’étudiant 

Candidat boursier dont le domicile (commune de rĂ©sidence) familial est 
Ă©loignĂ© de l’établissement d’inscription Ă  la rentrĂ©e universitaire :  

  

- de 30 Ă  249 kilomĂštres  

2 points 

- de 250 kilomĂštres et plus

18

 

1 point supplĂ©mentaire 

Candidat boursier atteint d’une incapacitĂ© permanente (non pris en charge Ă  
100 % dans un internat) 

2 points 

Candidat boursier souffrant d’un handicap physique nĂ©cessitant l’aide 
permanente d’une tierce personne 

2 points 

Candidat boursier pupille de la Nation ou bĂ©nĂ©ficiaire d’une protection 
particuliĂšre  

1 point 

Candidat mariĂ© dont les ressources du conjoint sont prises en compte 

1 point 

Pour chaque enfant Ă  charge du candidat

19

  

1 point 

 

 

 

 

                                                 

18. La  circulaire  ministĂ©rielle  prĂ©cise :  Â« L’apprĂ©ciation  de  la  distance  relĂšve  de  la  compĂ©tence  du  recteur 
d’acadĂ©mie  qui  fonde  ses  dĂ©cisions  sur  les  donnĂ©es  extraites  du  rĂ©pertoire  des  communes  de  l’Institut 
gĂ©ographique national (IGN) et du fichier de la Poste. Â»
  
19. La circulaire ministĂ©rielle prĂ©cise : Â« Lorsque l’étudiant est rattachĂ© au foyer de ses parents ou de son tuteur 
lĂ©gal,  le  point  de  charge  s’ajoute  aux  charges  de  ces  derniers.  Dans  le  cas  d’indĂ©pendance  de  l’étudiant,  ce 
point s’ajoute Ă  ses charges. Â»
 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

40 

 

 

Les charges de la famille 

Pour chaque enfant Ă  charge, Ă©tudiant dans l’enseignement supĂ©rieur

20

, Ă  

l’exclusion du candidat boursier 

3 points 

Pour chaque autre enfant Ă  charge

21

, Ă  l’exclusion du candidat boursier 

1 point 

PĂšre ou mĂšre Ă©levant seul(e) un ou plusieurs enfants  

1 point 

 

Il faut imaginer que le calcul de chacun de ces points de charge peut donner lieu Ă  des 

effets de seuil impitoyables. Pour quelques kilomĂštres de diffĂ©rence, parce que votre famille a 

gagnĂ© 100 euros de plus sur l’annĂ©e ou parce que l’ñge des enfants a changĂ©, il est possible de 

basculer brutalement d’une situation oĂč vous aviez une bourse Ă  l’absence totale d’aides.  

La  complexitĂ©  renforcĂ©e  considĂ©rablement  par  le  plan  social  Ă©tudiant  mis  en  place 

sous  le  ministĂšre  de  Jack  Lang  a  considĂ©rablement  alourdi  la  situation  avec  des  aides 

supplĂ©mentaires qui peuvent ĂȘtre accordĂ©es. Il s’agit notamment : 

– du  versement  exceptionnel  de  B

CS

  durant  les  vacances  d’étĂ©  (4

e

 terme) :  cette 

disposition s’applique aux Ă©tudiants qui n’ont pas achevĂ© leurs Ă©tudes au 1

er

 juillet de l’annĂ©e 

universitaire  au  titre  de  laquelle  ils  ont  obtenu  cette  bourse  avec  des  conditions  d’octroi 

particuliĂšrement complexes. 

– de  complĂ©ments  de  bourses  d’enseignement  supĂ©rieur  sur  critĂšres  sociaux

accordĂ©s soit  au  cours  de  l’annĂ©e  universitaire  qui  suit  une  maternitĂ©,  dans  certaines 

conditions,  soit  au  titre  de  certains  frais  de  transport,  soit  aprĂšs  un  sĂ©jour  dans  des 

Ă©tablissements  de  cure  ou  de  postcure.  Ces  3 complĂ©ments  de  bourse  ci-dessus  ne  sont  pas 

cumulables entre eux Ă  l’exception du complĂ©ment transport de l’Île-de-France !  

 

                                                 

20. La circulaire ministĂ©rielle prĂ©cise : Â« L’étudiant considĂ©rĂ© doit ĂȘtre inscrit dans l’enseignement supĂ©rieur au 
cours  de  l’annĂ©e  durant  laquelle  une  bourse  est  sollicitĂ©e.  La  notion  d’enseignement  supĂ©rieur  recouvre 
l’ensemble des formations supĂ©rieures dispensĂ©es Ă  plein temps ou par correspondance par le Centre national 
d’enseignement  Ă   distance  ou  par  tĂ©lĂ©-enseignement  organisĂ©  par  les  universitĂ©s  (mĂȘme  si  la  possession  du 
baccalaurĂ©at  n’est  pas  exigĂ©e  pour  l’admission)  relevant  de  la  compĂ©tence  du  ministĂšre  chargĂ©  de 
l’enseignement supĂ©rieur et ouvrant droit au rĂ©gime de la sĂ©curitĂ© sociale Ă©tudiante. Les points de charge sont 
Ă©galement  attribuĂ©s  au  titre  de  chaque  enfant  Ă   charge  inscrit  dans  l’enseignement  supĂ©rieur  Ă   l’étranger  Ă  
l’exclusion de l’étudiant boursier. Â»
 
21. La circulaire ministĂ©rielle prĂ©cise : Â« Sont considĂ©rĂ©s Ă  charge de la famille, les enfants rattachĂ©s fiscalement 
aux parents ou au tuteur lĂ©gal y compris ceux issus de prĂ©cĂ©dent(s) mariage(s). Le rattachement fiscal est celui 
de l’annĂ©e de rĂ©fĂ©rence n - 2 prise en compte pour l’examen du droit Ă  bourse ou les annĂ©es suivantes en cas de 
naissance ou de mariage. Â»
 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

41 

Il  faut  bien  reconnaĂźtre  qu’avec  la  massification  de  l’enseignement,  le  profil  des 

Ă©tudiants s’est beaucoup diversifiĂ©. Le choix français repose donc sur la volontĂ© de prendre en 

compte  au  plus  prĂȘt  la  situation  des  Ă©tudiants.  Mais  le  rĂ©sultat  est  devenu  aujourd’hui 

insupportable  avec  une  complexitĂ©  Ă   la  fois  pour  les  familles,  les  Ă©tudiants  et  les  services 

chargĂ©s d’instruire ces dossiers. La prise en compte notamment de la situation familiale avec 

des  demandes  presque  inquisitoriales  sur  la  situation  familiale  surtout  en  cas  de  familles 

recomposĂ©es est excessive et alourdit les procĂ©dures sans vĂ©ritable justification.  

De ce point de vue le contraste avec le systĂšme allemand est flagrant.  Le seul critĂšre 

est celui du revenu des familles avec un Ă©talonnement qui permet d’éviter les effets de seuil 

brutaux. Cette simplicitĂ© soulage les services et permet de verser les bourses en deux mois lĂ  

oĂč la France met plus de huit mois, nous y reviendrons.   

 

 

VoilĂ   pourquoi,  pour  les  seules  bourses  sur  critĂšres  sociaux,  on  aboutit  Ă   un  tableau 

totalisant,  entre  les  18 possibilitĂ©s  (de  0  Ă   17)  de  points  de  charge  et  les  6 Ă©chelons  (de  0  Ă   5)  de 

bourses, pas moins de 108 plafonds de ressources !  

Mais, au total, seuls des professionnels des C

ROUS

 peuvent Ă  peu prĂšs s’y retrouver parmi 

ces  108 plafonds  de  ressources,  et  encore  avec  une  lourdeur  de  traitement  importante  malgrĂ©  la 

grande  qualitĂ©  de  ces  services ;  mĂȘme  avec  la  meilleure  volontĂ©  du  monde,  on  ne  peut  qu’ĂȘtre 

effrayĂ© par un dispositif passablement illisible et, pour tout dire, dĂ©sespĂ©rant de complexitĂ© ! 

 

 

I.1.4. Le cas des aides gĂ©rĂ©es par la commission acadĂ©mique d’allocation d’études 

 

Cette  complexitĂ©  se  retrouve  dans  la  rĂ©glementation  nationale  en  vigueur  pour 

l’attribution  de  deux  aides,  spĂ©cifiques  aux  Ă©tudiants  non  bĂ©nĂ©ficiaires  d’une  B

CS

  dans  le 

cadre  rĂ©glementaire  gĂ©nĂ©ral  mais  en  grave  difficultĂ©  matĂ©rielle,  gĂ©rĂ©es,  au  sein  de  chaque 

C

ROUS

, par la commission acadĂ©mique d’allocation d’études : 

– la  bourse  d’enseignement  supĂ©rieur  sur  critĂšres  sociaux  (hors  rĂ©glementation  gĂ©nĂ©rale 

des  B

CS

)  destinĂ©e,  selon  les  termes  de  la  circulaire  officielle,  Â« aux  Ă©tudiants  Ă©levĂ©s  par  des 

grands-parents  sans  dĂ©cision  judiciaire Â»,  ou  Â« dont  les  parents  sont  en  situation  de 

surendettement, de faillite, de dĂ©pĂŽt de bilan Â», ou Â« dont les parents doivent faire face Ă  des 

situations exceptionnelles telle une baisse de revenus Ă  la suite de catastrophes naturelles, en 

raison de la conjoncture Ă©conomique, notamment pour les professions agricoles Â»

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

42 

– l’allocation d’études, aide particuliĂšre â€” car constituant une dĂ©rogation au principe d’aide 

Ă  la famille â€”, versĂ©e, selon les termes de la circulaire officielle, Â« aux Ă©tudiants se trouvant 

dans  l’une  des  situations  suivantes :   rupture  familiale  avec  leurs  parents ; difficultĂ©s 

particuliĂšres ; indĂ©pendance familiale avĂ©rĂ©e ; Ă©tudiants français ou ressortissants d’un Ă‰tat 

membre  de  l’Union  europĂ©enne  ou  d’un  Ă‰tat  partie  Ă   l’Espace  Ă©conomique  europĂ©en 

demeurant  seuls  sur  le  territoire  français  dont  les  revenus  dĂ©clarĂ©s  de  la  famille  rĂ©sidant  Ă  

l’étranger  ne  permettent  pas  d’apprĂ©cier  leur  droit  Ă   bourse ; reprise  d’études  au-delĂ   de 

l’ñge limite ;  Ă©tudiants on bĂ©nĂ©ficiaires d’une bourse sur critĂšres universitaires inscrits Ă  la 

prĂ©paration  de  l’agrĂ©gation  ou  qui  n’ont  pu  obtenir  une  bourse  de  service  public  et  qui  ont 

prĂ©cĂ©demment perçu une aide de l’État Â»

Dans un cas comme dans l’autre, l’aide allouĂ©e, dont le montant peut s’élever jusqu’à 

l’équivalent d’une 

B

CS

 

d’échelon 5, est accordĂ©e aprĂšs examen de la situation de l’étudiant par 

une commission acadĂ©mique d’allocation d’études. 

Cette complexitĂ© est source de disparitĂ©s de traitement. Face Ă  un systĂšme largement 

illisible, chaque CROUS dĂ©veloppe sa propre jurisprudence, sans que cela soit uniformisĂ© au 

niveau  national.  Pour  avoir  assistĂ©,  Ă   Aix-en-Provence  et  Ă   Lyon,  Ă   une  commission 

acadĂ©mique  d’allocation  d’études,  nous  avons  pu  mesurer  l’implication  remarquable  de  tous 

les membres de la commission, unanimement soucieux de trouver la rĂ©ponse sociale la mieux 

adaptĂ©e  aux  situations  souvent  dramatiques  qui  leur  Ă©taient  soumises.  Mais  nous  avons  Ă©tĂ© 

aussi frappĂ©s par les diffĂ©rences de fonctionnement de la commission : alors que les dossiers 

Ă©taient  systĂ©matiquement  prĂ©sentĂ©s  et  dĂ©fendus  par  les  assistantes  sociales  Ă   Aix-Marseille, 

leurs homologues n’intervenaient guĂšre Ă  Lyon, sinon marginalement.  

Toutefois,  les  divergences  les  plus  frappantes  â€” et,  pour  tout  dire,  les  plus 

gĂȘnantes â€”  concernent  l’interprĂ©tation  de  la  rĂ©glementation  gĂ©nĂ©rale.  A  titre  d’exemple,  la 

circulaire  permet  de  prendre  en  compte  des  variations  importantes  de  revenus  ayant  eu  lieu 

dans l’annĂ©e pour ajuster le montant de la bourse â€“ en effet la bourse de l’annĂ©e N repose sur 

les  revenus  prĂ©cĂ©dents.   Cette  prise  en  compte  des  variations  de  revenus  est  notamment 

ouvertes  Â« notamment  pour  les  professions  agricoles

22

 Â»  et  pour  les  enfants  d’artisans,  de 

commerçants  ou  de  professions  libĂ©rales,  soumis  aux  alĂ©as  de  Â« situations  exceptionnelles 

telle une baisse de revenus Ă  la suite de catastrophes naturelles, en raison de la conjoncture 

Ă©conomique Â». Mais en fonction de la sensibilitĂ© de chaque CROUS la prise en compte de ce 

                                                 

22. La bourse d’enseignement supĂ©rieur sur critĂšres sociaux est accessible aux Ă©tudiants, entre autres, Â« dont les 
parents doivent faire face Ă  des situations exceptionnelles telle une baisse de revenus Ă  la suite de catastrophes 
naturelles, en raison de la conjoncture Ă©conomique, notamment pour les professions agricoles Â»

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

43 

type  de  situations  est  plus  ou  moins  faciles,  non  d’ailleurs  sans  que  ne  jouent  parfois  les 

convictions  des  membres  de  la  commission.  L’utilisation  de  l’adverbe  Â« notamment Â»  est 

interprĂ©tĂ©e  par  certains  CROUS  comme  Ă©tant  exclusif  de  toute  autre  profession  alors  que 

d’autres CROUS sont plus ouverts sur le sujet.  

DerniĂšres  divergences,  et  non  des  moindres,  au  sein  des  commissions  d’allocation 

d’études,  illustrant  toujours  la  complexitĂ©  de  notre  systĂšme  d’aides :  alors  que  la 

rĂ©glementation nationale en vigueur pour l’attribution de la bourse d’enseignement supĂ©rieur 

sur critĂšres sociaux et de l’allocation d’études stipule que ces deux aides sont spĂ©cifiques aux 

Ă©tudiants non bĂ©nĂ©ficiaires d’une B

CS

 dans le cadre rĂ©glementaire gĂ©nĂ©ral, certains C

ROUS

, tel 

celui  de  Lyon,  prennent  aussi  en  compte  le  cas  d’étudiants  bĂ©nĂ©ficiaires  d’une  B

CS

  dans  le 

cadre  rĂ©glementaire  gĂ©nĂ©ral,  demandant  une  rĂ©vision  d’échelon :  Â« Dans  une  optique 

pragmatique,  la  commission  des  bourses  traite  des  situations  exorbitantes  du  cadre 

rĂ©glementaire  et  statue  indiffĂ©remment  sur  des  situations  des  Ă©tudiants  boursiers  et  non 

boursiers Â»,  souligne  (en  gras)  la  Note  sur  la  commission  acadĂ©mique  d’allocation  d’études 

qui nous a Ă©tĂ© remise lors de notre venue au C

ROUS

 de Lyon. 

De façon plus gĂ©nĂ©rale, il faut bien reconnaĂźtre que les allocations d’étude ne donnent 

pas lieu Ă  un traitement harmonisĂ© sur l’ensemble du territoire faute de critĂšres rĂ©glementaires 

clairement  Ă©tablis.  Nous  avons  Ă©tĂ©  frappĂ©s  de  voir  Ă   quel  point  les  critĂšres  pouvaient  varier 

d’une  acadĂ©mie  Ă   l’autre.  Un  Ă©tudiant  reconnu  indĂ©pendant  Ă   Limoges  ne  le  sera  pas 

forcĂ©ment Ă  Poitiers ou Ă  Lyon.  

 

 

 

La complexitĂ© globale du systĂšme a donc de nombreux effets pervers particuliĂšrement inquiĂ©tants : 

difficultĂ© d’accĂšs Ă  l’information pour les Ă©tudiants, sentiment d’injustice car les rĂšgles ne sont pas 

claires,  lourdeur  d’instruction  par  les  services  du  CROUS  auxquels  on  ne  facilite  pas  la  tache, 

dĂ©lais  longs  pour  l’instruction  des  bourses  et  pour  finir  inĂ©galitĂ©  de  traitement  chaque  CROUS 

Ă©tant contraint de se forger sa propre doctrine 

 

 

 

 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

44 

I.1.5. Un systĂšme d’autant plus complexe que les acteurs sont multiples 

 

La complexitĂ© de notre systĂšme d’aides sociales Ă©tudiantes est en outre aggravĂ©e par la 

multiplication des acteurs peu ou prou concernĂ©s :  

– le  bureau  de  la  vie  Ă©tudiante  de  la  Direction  de  l’Enseignement  supĂ©rieur  (D

ES

)  du 

MÉNESR pour la rĂ©glementation et la gestion des crĂ©dits ; 

– le  C

NOUS

  pour  le  pilotage  et  la  coordination  des  C

ROUS

,  notamment  en  matiĂšre  de 

rĂ©glementation ; 

– les C

ROUS

 pour le dossier social Ă©tudiant et l’allocation unique d’aide d’urgence ; 

– les rectorats pour les versements des aides, les recteurs Ă©tant ordonnateurs secondaires ; 

– les trĂ©soreries gĂ©nĂ©rales pour le paiement effectif des bourses ; 

–

 

les  Ă©tablissements  d’enseignement  supĂ©rieur  contractualisĂ©s  pour  l’attribution  et  la 

gestion des seules bourses de mobilitĂ©. 

 

Enfin,  cette  complexitĂ©  atteint  son  apogĂ©e  dans  le  parcours  imposĂ©  au  candidat 

boursier : il doit constituer, auprĂšs du C

ROUS

 mais par Internet, un Â« dossier social Ă©tudiant Â» 

pour  une  demande  d’aide  financiĂšre  et/ou  de  logement  en  rĂ©sidence  universitaire,  entre  le 

15 janvier et le 30 avril prĂ©cĂ©dant la rentrĂ©e universitaire ; cette demande ne peut ĂȘtre validĂ©e 

qu’à  rĂ©ception  d’une  attestation  d’inscription  provisoire  dĂ©livrĂ©e  par  l’UniversitĂ©  (ou 

l’établissement  d’enseignement  supĂ©rieur) ;  l’inscription  dĂ©finitive  n’est  prononcĂ©e  par 

l’UniversitĂ© qu’aprĂšs validation, par le C

ROUS

, du dossier de demande de bourse â€” le statut 

de boursier  exonĂ©rant son bĂ©nĂ©ficiaire du paiement des droits de scolaritĂ© et de la cotisation 

du  rĂ©gime  de  sĂ©curitĂ©  sociale  des  Ă©tudiants.  Si  certains  CROUS  ont  Ă©tĂ©  inventifs  pour 

raccourcir ces dĂ©lais, il faut bien reconnaĂźtre que  globalement la situation reste trĂšs difficile, 

notamment quand un Ă©tudiant bascule d’une acadĂ©mie vers une autre.  

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

45 

 

 

 
I.2. L’I

NEFFICACITE DU SYSTEME

 

 

I.2.1. Des  dĂ©lais  de  versement  trop  longs  pour  les  boursiers :  l’handicap  majeur  du 

systĂšme 

 

€ Des dĂ©lais scandaleusement longs 

 Pour  les  boursiers  eux-mĂȘmes,  le  systĂšme  des  bourses  reprĂ©sente  un  parcours  du 

combattant, dont les Ă©cueils et piĂšges font osciller entre Ubu et Kafka. Principale aberration : 

les dĂ©lais de versement, scandaleusement longs. MĂȘme lorsqu’il a scrupuleusement respectĂ© 

la procĂ©dure pourtant complexe, et que son dossier est parfaitement complet, un boursier, le 

plus souvent, ne perçoit rien avant fin octobre au mieux, la plupart du temps fin novembre, 

et  parfois  mĂȘme  en  janvier  ou  fĂ©vrier  de  l’annĂ©e  d’aprĂšs.  Cet  allongement  des  dĂ©lais  de 

versement  n’est  pas  imputable  aux  services  eux-mĂȘmes  mais  d’une  part  Ă   la  complexitĂ©  du 

systĂšme  qui  fait  perdre  du  temps  et  d’autre  part  Ă   des  opĂ©rations  inacceptables  de  cavalerie 

budgĂ©taire consistant Ă  repousser le versement des crĂ©dits.  

Le contraste entre la lourdeur française  et l’efficacitĂ© d’un systĂšme suĂ©dois qui verse 

en un mois avec une procĂ©dure entiĂšrement gĂ©rĂ©e Ă  distance par internet ou mĂȘme le systĂšme 

allemand parfaitement comparable au notre est frappante.  

 

€ Des consĂ©quences particuliĂšrement nĂ©fastes 

Ces retards ont des effets pervers inquiĂ©tants de deux ordres. Les Ă©tudiants, notamment 

avec  la  rĂ©forme  du  LMD,  doivent  de  plus  en  plus  faire  face  Ă   des  dĂ©penses  importantes  au 

moment de la rentrĂ©e qui a maintenant lieu trĂšs souvent en septembre : logement avec caution, 

transports, livres et fournitures, sĂ©curitĂ© sociale â€Š Or dans le mĂȘme temps les bourses ne sont 

payĂ©es  qu’avec  plusieurs  mois  de  retard.  La  rentrĂ©e  qui  est  pourtant  un  moment  stratĂ©gique 

dans  la  rĂ©ussite  d’une  annĂ©e  est  ainsi  phagocytĂ©e  par  les  questions  d’ordre  matĂ©riel  et  les 

contraintes pour boucler son budget.  

Ces  difficultĂ©s  au  moment  de  la  rentrĂ©e  ne  sont  pas  de  nature  Ă   favoriser  la  rĂ©ussite 

pĂ©dagogique.  Trop  souvent,  en  raison  de  ces  retards,  la  rentrĂ©e  est  obnubilĂ©e  par  les 

problĂšmes budgĂ©taires : comment rĂ©unir les sommes pour boucler son budget mensuel. Alors 

que cette pĂ©riode est bien souvent dĂ©cisive pour le reste de l’annĂ©e universitaire, on affaiblit 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

46 

les chances de certains Ă©tudiants sur ce moment charniĂšre des deux premiers mois. Est-il utile 

de rappeler la triste performance du systĂšme universitaire français qui arrive pĂ©niblement en 

trois ans minimum Ă  amener la moitiĂ© d’une cohorte d’étudiants Ă  un niveau Ă©quivalent au L2 

(ex-DEUG) avec un taux d’échec vertigineux.  

Mais de plus les bourses se faisant attendre, les Ă©tudiants sont obligĂ©s de solliciter des 

aides  d’urgence.  Celles-ci  sont  du  coup  dĂ©tournĂ©es  de  leur  mission :  elles  servent  de  rustine 

pour  pallier  au  retard  des  bourses  de  droit  commun  et  ne  sont  plus  disponibles  pour  les 

vĂ©ritables  situations  d’urgence.    On  voit  bien  la  limite  d’une  gestion  malavisĂ©e,  pour  ne  pas 

dire  budgĂ©taire  au  sens  Ă©troit  du  terme,  des  bourses.  Ă€  force  de  vouloir  faire  de  la  cavalerie 

budgĂ©taire, on obtient l’effet inverse en dĂ©pensant inutilement des sommes Ă  travers des aides 

d’urgence. Enfin les services du CROUS sont souvent paralysĂ©s par ces demandes en urgence 

et  sont  ralentis  d’autant  pour  l’instruction  des  bourses  sur  critĂšres  sociaux.  C’est  un  cercle 

vicieux.

 

 

€ Quelques CROUS atteignent de bonnes performances : des exemples Ă  suivre 

Il  faut  Ă©galement  relever,  ici  comme  dans  d’autres  domaines,  une  profonde  inĂ©galitĂ© 

territoriale,  d’un  C

ROUS

  Ă   l’autre.  Sorte  de  Â« meilleur  Ă©lĂšve  de  la  classe Â»  en  ce  domaine,  le 

C

ROUS

  de  Poitiers  assure,  au  prix  d’une  organisation  du  travail  particuliĂšrement  adaptĂ©e, 

d’une  grande  polyvalence  des  personnels  administratifs  â€” qui  alternent  constamment,  en 

fonction  des  pics  d’activitĂ©,  les  tĂąches  d’accueil  des  Ă©tudiants,  de  renseignements 

tĂ©lĂ©phoniques  et  de  traitement  des  dossiers â€”  et  d’un  partenariat  trĂšs  rĂ©actif  avec  les  autres 

acteurs concernĂ©s (universitĂ©s, rectorat, trĂ©sorerie gĂ©nĂ©rale), le versement effectif de 80 % des 

bourses  Ă   tout  dĂ©but  octobre,  contre  moins  de  50 %  Ă   la  mĂȘme  Ă©chĂ©ance  pour  la  moyenne 

nationale, scandaleusement basse Ă  48,8 % : un mois plus tard, tout dĂ©but novembre, alors que 

moins des trois quarts (71,6 %) des versements sont assurĂ©s au niveau national, le C

ROUS

 de 

Poitiers en a traitĂ© 95 % !  

Certes,  avec  seulement  17 500 dossiers  traitĂ©s,  contre  43 000 Ă   Bordeaux,  56 000 Ă  

Lyon ou 77 000 Ă  Lille, par exemple, le C

ROUS

 de Poitiers est mieux armĂ© pour dĂ©ployer une 

telle  efficience.  Mais  rien  n’interdit  de  s’inspirer  de  ses  bonnes  pratiques :  outre  la 

polyvalence des personnels administratifs, on peut retenir l’emplacement du service en charge 

du traitement des dossiers de bourses au centre du campus, son ouverture durant le dĂ©jeuner, 

un classement numĂ©rique et non plus alphabĂ©tique des dossiers, et, surtout, la multiplication 

des  tours  de  paiement  mensuels  des  bourses  permettant  un  traitement  Â« au  fil  de  l’eau Â»  â€”

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

47 

 seul Ă  mĂȘme de ne pas pĂ©naliser les boursiers. La mutualisation de ces bonnes pratiques est 

encore insuffisante.  

Mais  l’efficience  n’est  pas  l’apanage  des  acadĂ©mies  les  plus  paisibles  ou  les  moins 

dĂ©favorisĂ©es  socialement :  Ă   cet  Ă©gard,  le  cas  de  CrĂ©teil  â€” acadĂ©mie  qui  gĂšre  le  nombre  le 

plus  Ă©levĂ©  de  boursiers  B

CS

  d’échelon 5,  donc  de  bĂ©nĂ©ficiaires  les  plus  dĂ©munis 

socialement â€”  est  absolument  exemplaire.  En  deux  annĂ©es  seulement,  sous  l’impulsion  du 

recteur  et  d’un  directeur  dynamique,  qui  ont  dĂ©cidĂ©  d’en  faire  une  prioritĂ©  absolument 

permanente de son action et a choisi, Ă  cet effet, un nouveau directeur, le C

ROUS

 de CrĂ©teil est 

passĂ© d’un dĂ©lai de paiement qui s’allongeait jusqu’à mars, voire avril, Ă  un versement effectif 

Ă  la premiĂšre dĂ©cade d’octobre pour tous les dossiers reçus et instruits Ă  fin juin. Qui plus est : 

ce sont trois mois de bourse qui sont ainsi versĂ©s dĂšs dĂ©but octobre, donc au moment oĂč les 

Ă©tudiants en ont le plus besoin !  

Cette  amĂ©lioration  spectaculaire,  qui  fait  dĂ©sormais  de  CrĂ©teil  le  Â« meilleur  Ă©lĂšve Â» 

d’Île-de-France en ce domaine, et l’un des meilleurs sur le plan national, est le rĂ©sultat d’un 

plan qualitĂ© signĂ© avec le C

NOUS

, qui s’est traduit par une annĂ©e de rĂ©unions, toutes les cinq 

semaines,  avec  tous  les  partenaires  concernĂ©s :  C

NOUS

,  C

ROUS

,  services  acadĂ©miques  du 

rectorat,  trĂ©sorerie  gĂ©nĂ©rale.  Moins  mĂ©diatique  que  la  crise  des  banlieues  ou  que  la 

problĂ©matique  des  Z

EP

,  qui  concernent  CrĂ©teil  au  premier  chef  sous  un  jour  presque 

systĂ©matiquement  dĂ©favorable,  cette  vĂ©ritable  rĂ©volution  copernicienne  doit  non  seulement 

ĂȘtre soulignĂ©e mais servir d’exemple et faire tache d’huile pour toutes les acadĂ©mies dont les 

C

ROUS

  tardent  encore  Ă   payer  les  boursiers  en  temps  et  en  heure :  une  volontĂ©  politique 

dĂ©terminĂ©e,  une  concertation  permanente  avec  tous  les  acteurs  concernĂ©s,  une  dĂ©marche 

mĂ©thodique et opiniĂątre peuvent avoir raison des situations apparemment les plus difficiles. 

 

 

L’inefficacitĂ©  du  systĂšme  se  traduit  par  cette  aberration :  faute  de  recevoir  leurs  aides  au 

moment oĂč ils en ont le plus besoin (Ă  la rentrĂ©e), les boursiers consacrent l’essentiel de leur dĂ©but 

d’annĂ©e  universitaire  â€” pourtant  dĂ©cisif  pĂ©dagogiquement â€”  Ă   s’occuper  de  leur  situation 

matĂ©rielle  et  sociale,  au  lieu  d’étudier  sereinement  et  efficacement.  Finalement,  c’est  toute  la 

collectivitĂ© nationale qui est pĂ©nalisĂ©e ,avec un taux d’échec trĂšs Ă©levĂ© (> 50 %) en cycle Licence. 

 

 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

48 

€ ElĂ©ments d’explication : un jeu de ping pong entre les acteurs 

Pourquoi de tels dĂ©lais ? En fait les Ă©tudiants sont balottĂ©s entre les diffĂ©rents acteurs 

avec Ă  chaque fois une perte de temps et d’énergie.  

En  amont  pour  obtenir  une  bourse,  l’étudiant  doit  ĂȘtre  inscrit  Ă   l’universitĂ©.  Mais 

l’inscription peut ĂȘtre dĂ©finitive trĂšs tardivement. De plus pour le calcul de ses droits d’entrĂ©e, 

il doit savoir s’il a droit Ă  une bourse ou non. Dans bien des acadĂ©mies, cela peut donner lieu Ă  

des  jeux  de  ping-pong  croquignolesques  avec  la  dĂ©livrance  d’inscription  conditionnelle  et  le 

calcul de bourses virtuel dans l’attente de l’inscription dĂ©finitive. Le plus compliquĂ© reste le 

cas  de  l’étudiant  qui  change  d’acadĂ©mie.  Les  services  du  CROUS  sont  eux-mĂȘmes  pris  en 

otage par ce systĂšme qui leur laisse une autonomie trĂšs relative.   

En  aval,  quand  les  dossiers  ont  Ă©tĂ©  instruits,  il  faut  encore  que  les  dossiers  soient 

transmis  aux  rectorats,  car  seul  le  recteur  est  ordonnateur  secondaire,  c’est-Ă -dire  habilitĂ©  Ă  

payer les bourses. Cela peut ralentir de 2 Ă  3 semaines le dĂ©lai, d’autant qu’il faut ensuite que 

le rectorat transfĂšre tous ces dossiers Ă  la paierie gĂ©nĂ©rale qui mettre en route le paiement. Si 

l’on  ajoute  qu’aucun  des  logiciels  n’est  identique  et  qu’il  faut  assurer  la  conversion 

informatique  de  chaque  dossier,  on  comprend  qu’un  temps  prĂ©cieux  est  ainsi  perdu  avant  le 

virement effectif de la bourse.  

Enfin,  une  partie  de  ces  retards  de  paiement  s’explique  aussi  par  un  jeu  de  cavalerie 

budgĂ©taire  peu  salutaire  qui  consiste  Ă   repousser  les  paiements  des  bourses  d’une  annĂ©e  sur 

l’autre, mĂȘme si au cours des deux derniĂšres annĂ©es des efforts ont Ă©tĂ© entrepris pour corriger 

cette dĂ©rive.  

 

 

I.2.2. Un systĂšme archaĂŻque 

 

Le  systĂšme  des  bourses  est  aujourd’hui  le  rĂ©sultat,  par  sĂ©dimentation  et  empilement, 

de mesures rĂ©glementaires dont certaines remontent Ă  l’entre-deux-guerres ! Il n’existe aucune 

loi d’ampleur qui ait vĂ©ritablement fixĂ© les principes de notre systĂšme d’aides aux Ă©tudiants. 

On  a  procĂ©dĂ©  par  ajustements  successifs  en  complexifiant  Ă   chaque  fois  un  peu  plus  le 

systĂšme hĂ©ritĂ© du passĂ©.  

 

Pour  ne  prendre  qu’un  exemple,  alors  que  les  bourses  sont  conçues  comme  une  aide 

aux familles et octroyĂ©es sous conditions de ressources (de revenus des parents de l’étudiant 

boursier),  la  rĂ©glementation  en  cours  ne  tient  que  trĂšs  imparfaitement  compte  d’une 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

49 

rĂ©alitĂ© sociale de plus en plus importante, la dĂ©composition / recomposition des familles

La  conduite  de  ce  rapport  a  permis  d’observer  Ă   travers  le  prisme  des  bourses  les  situations 

douloureuses  liĂ©es  Ă   l’explosion  de  la  cellule  familiale  de  plus  en  plus  frappante.  Tous  les 

acteurs  du  CROUS  s’accordent  Ă   reconnaĂźtre  que  les  dossiers  trĂšs  complexes  liĂ©s  Ă   des 

situations familiales difficiles se sont multipliĂ©s avec souvent des ravages sur les Ă©tudiants. Or 

notre systĂšme d’aides n’est guĂšre adaptĂ© pour ces nouvelles rĂ©alitĂ©s :  

– ainsi,  en  cas  de  divorce,  la  circulaire  prĂ©voit  de  fonder  la  dĂ©cision  sur  prĂ©sentation  par 

l’étudiant  du  jugement  de  divorce  de  ses  parents ;  la  difficultĂ©  se  pose  pour  les  procĂ©dures 

rĂ©centes (moins de deux ans), pour lesquelles aucun jugement n’est encore rendu, la circulaire 

ne prĂ©voyant pas de faire rĂ©fĂ©rence Ă  l’ordonnance de non conciliation.  

– dans  les  situations  oĂč  le  jugement  de  divorce  ne  prĂ©voit  pas  de  pension,  il  est  prĂ©vu 

d’additionner  les  revenus  des  deux  parents :  qu’en  est-il  pour  les  Ă©tudiants  dont  l’un  des 

parents n’assume pas ses obligations d’entretien ? 

– enfin, la circulaire ne prĂ©voit pas de dispositions pour les Ă©tudiants dont les parents ne sont 

pas mariĂ©s : ceux-ci ne semblent pas soumis Ă  l’obligation d’entretien en application du Code 

civil  de  la  mĂȘme  façon  que  les  parents  mariĂ©s.  Dans  le  cas  des  familles  monoparentales,  les 

Ă©tudiants nĂ©s hors mariage sont donc favorisĂ©s par rapport Ă   ceux dont les parents divorcent 

pour  le  calcul  du  droit  Ă   bourse  qui  pourra  n’ĂȘtre  effectuĂ©  que  sur  les  revenus  d’un  seul  des 

deux parents. 

 

 

Ces  questions  n’ont  l’air  de  rien  mais  pour  prĂšs  de  30  %  des  dossiers  elles  donnent 

lieu  Ă   de  vĂ©ritables  casses-tĂȘtes  pour  les  services  chargĂ©s  d’instruire  les  dossiers  et  Ă   des 

situations auxquelles les Ă©tudiants ont du mal Ă  rĂ©pondre â€“ montant de la pension alimentaire, 

jugement de divorce etc -, surtout si la situation familiale est difficile.  

 

 

I.2.3. Un systĂšme qui freine la mobilitĂ© nationale et internationale  

 

 

Tel  qu’il  est  conçu,  notre  systĂšme  d’aides  sociales  Ă©tudiantes  est  particuliĂšrement 

inadaptĂ© Ă  la mobilitĂ©, tant nationale qu’internationale. Il s’agit pourtant du dĂ©fi majeur de la 

sociĂ©tĂ© moderne de la connaissance. Aujourd’hui les Ă©tudiants ne peuvent plus se contenter de 

l’offre  de  formation  de  proximitĂ©.  Il  faut  souvent  aller  chercher  la  formation  qui  permettra 

d’avoir la meilleure professionnalisation et donc  les meilleures  chances d’accĂšs  Ă  un mĂ©tier. 

De plus il n’est pas rare dans un cursus de devoir changer une ou deux fois d’acadĂ©mies. Le 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

50 

temps de l’étudiant dĂ©roulant toute sa scolaritĂ© dans l’universitĂ© situĂ© Ă  cĂŽtĂ© de sa famille est 

bel et bien rĂ©volu. Enfin la possibilitĂ© de faire Ă©ventuellement un parcours Ă  l’étranger est un 

plus incontestable.  

 

Or la mobilitĂ© a un coĂ»t important dans le budget d’un Ă©tudiant. Peu importe d’ailleurs 

que  l’on  aille  Ă©tudier  Ă   50  ou  300  kilomĂštres  de  chez  soi.  La  vraie  diffĂ©rence  est  le  fait  de 

dĂ©cohabiter  ou  non  par  rapport  au  domicile  des  parents.  Dans  le  budget  d’un  Ă©tudiant  cette 

diffĂ©rence de coĂ»t peut peser entre 300 et 400 euros supplĂ©mentaires.  

 

Le systĂšme actuel de nos bourses est trĂšs peu adaptĂ©. La seule vraie prise en compte se 

fait  thĂ©oriquement  par  le  biais  du  calcul  des  points  de  charge  dans  le  cadre  de  la  bourse  sur 

critĂšres universitaires. Mais en rĂ©alitĂ© l’influence est minime et en tout cas insuffisante sur le 

montant  de  la  bourse.  Les  Ă©tudiants  habitant  loin  des  grands  pĂŽles  universitaires  sont  donc 

dĂ©favorisĂ©s. 

 

Autre  exemple  de  cette  inadaptation  de  notre  systĂšme,  alors  que  le  LMD  impose  Ă  

tous les Ă©tudiants europĂ©ens une unitĂ© de mesure pĂ©dagogique qui  est dĂ©sormais le semestre 

(de septembre Ă  fĂ©vrier, et de mars Ă  aoĂ»t), tous les Ă©lĂ©ments (aides, logement, transports) de 

la  vie  sociale  de  l’étudiant  ignorent  superbement  ce  virage  pourtant  irrĂ©versible  et  laissent 

s’aggraver ce grand Ă©cart entre le pĂ©dagogique et le social. 

 

Enfin les aides pour la mobilitĂ© internationale ou europĂ©enne restent trĂšs modestes et 

difficilement accessibles. Les bourses Erasmus sont d’un montant trĂšs faibles et dĂ©pendent en 

rĂ©alitĂ©  du  complĂ©ment  apportĂ©  par  l’Etat  membre.  On  peut  d’ailleurs  s’interroger  sur  la 

pertinence  du  systĂšme  français  qui  accorde  ses  aides  aux  Ă©tudiants  europĂ©ens  Ă©tudiant  en 

France alors que la rĂ©ciproque n’est pas vraie dans un pays comme l’Allemagne.  

S’agissant  des  bourses  de  mobilitĂ©,  la  demande  des  Ă©tudiants  est  extrĂȘmement  forte 

mais le systĂšme n’est guĂšre adaptĂ©. Bien souvent la durĂ©e de la bourse ne coĂŻncide pas avec la 

durĂ©e du sĂ©jour. De plus l’obtention d’une bourse de mobilitĂ© est conditionnĂ©e au fait d’avoir 

Ă©tĂ©  reconnu  comme  boursier.  Cela  induit  compte  tenu  des  retards  dans  les  versements  des 

BCS  tellement  importants  que  bien  souvent  la  bourse  de  mobilitĂ©  est  versĂ©e  alors  que 

l’étudiant  est  rentrĂ©  en  France  depuis  bien  longtemps.  De  plus  ces  bourses  tiennent  peu 

compte  des  diffĂ©rences  de  niveau  de  vie  dans  les  pays,  une  bourse  de  mobilitĂ©  peut  ĂȘtre 

gĂ©nĂ©reuse pour un Ă©tudiant se rendant en Serbie mais sera trĂšs chiche si l’on doit aller Ă©tudier 

aux Etats-Unis.  Enfin ces bourses sont rĂ©servĂ©es Ă  des Ă©tudiants boursiers avec des effets de 

seuil  lĂ   encore  trĂšs  durs  qui  laissent  de  cĂŽtĂ©  toutes  les  classes  moyennes  modestes  qui  n’ont 

pas pour autant les moyens de payer de coĂ»teux sĂ©jours Ă  l’étranger.  

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

51 

 

 

I.3. L

ES CLASSES MOYENNES SACRIFIEES

 :

 TROP RICHES POUR ETRES PAUVRES

,

 

 

MAIS TROP PAUVRES POUR ETRE RICHES

 

 

La formule Â« classes moyennes modestes Â» est ambiguĂ«, car on peut y inclure bien des 

catĂ©gories  socioprofessionnelles  diffĂ©rentes :  ouvriers,  fonctionnaires,  salariĂ©s  du  secteur 

privĂ© etc. Dans le cadre de notre rapport, nous avons Ă©tĂ© frappĂ©s de voir l’existence d’un vrai 

« trou noir Â» au niveau des catĂ©gories intermĂ©diaires, systĂ©matiquement exclues du dispositif 

d’aides  sociales  Ă©tudiantes,  dont  elles  ne  bĂ©nĂ©ficient  jamais  alors  qu’elles  contribuent  (via 

l’impĂŽt)  Ă   son  financement.  Il  s’agit  pour  faire  simple  des  familles  qui  gagnent  tous  parents 

confondus entre 1400 et 3000 euros par mois.  

Le Â«cri d’alarme Â» des classes moyennes 

 

Durant notre mission, nous avons reçu par mĂ©l ce vĂ©ritable cri d’alarme d’une mĂšre de famille 

appartenant  prĂ©cisĂ©ment  Ă   ces  classes  moyennes  Ă   bas  revenus,  exclues  de  tout  dispositif  d’aides 

sociales Ă©tudiantes. Ce tĂ©moignage mieux que tout autre rĂ©sume parfaitement le sentiment d’injustice 

ressentir par ces familles en France :  

« Alors  j’apprends  que  mĂȘme  si  nos  enfants  sont  particuliĂšrement  brillants,  ce  qui  est  un 

exploit  Ă   notre  Ă©poque,  ils  n’auront  pas  droit  Ă   la  bourse  au  mĂ©rite  parce  que  nous  gagnons  trop 

d’argent pour ĂȘtre aidĂ©s par l’État. Je vois que le cauchemar continue
 J’ai 4 enfants. L’aĂźnĂ©e passe 

son baccalaurĂ©at cette annĂ©e et passe des concours en dĂ©but d’annĂ©e prochaine pour entrer dans des 

Ă©tablissements supĂ©rieurs basĂ©s surtout en rĂ©gion parisienne et sur Paris. Comment allons-nous faire 

pour payer un logement Ă  notre fille avec les loyers exorbitants sur la capitale et l’Île-de-France ? 

Nous  faisons  en effet  partie  de  la  France qui  travaille  mais  qui  n’est ni  assez riche  ni  assez 

pauvre. Voila, pour vous dire que mĂȘme si nos enfants sont excellents ils n’auront droit Ă  rien. 

C’est le coup de gueule d’une femme de 40 ans, qui commence Ă  en avoir assez de payer de 

plus en plus cher pour des aides auxquelles elle n’a jamais droit. Â» 

Dans  sa  virulence  mĂȘme,  assumĂ©e  comme  celle  d’un  vĂ©ritable  Â« coup  de  gueule Â»,  ce 

tĂ©moignage rĂ©sume tout l’enjeu des aides sociales Ă©tudiantes : assurer une meilleure redistribution des 

revenus ; meilleure, c’est-Ă -dire beaucoup plus Ă©quitable. Au profit des plus dĂ©munis, bien sĂ»r, mais 

aussi  de  ceux  qui,  comme  cette  mĂšre  de  famille  exaspĂ©rĂ©e,  le  sont  Ă   peine  moins  dĂšs  lors  que,  en 

raison  de  revenus  tout  juste  trop  Ă©levĂ©s  par  rapport  aux  plafonds  de  ressources  retenus  pour 

l’attribution  de  bourses,  ils  ne  bĂ©nĂ©ficient  d’aucune  des  aides  sociales  prĂ©vues,  notamment  pour 

permettre Ă  leurs enfants d’étudier dans l’enseignement supĂ©rieur. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

52 

 

1.3.1 La courbe en U et la question de la demi-part fiscale 

 

 

 

On  trouvera  en  annexe  au  rapport  la  fameuse  courbe  en  U  dĂ©noncĂ©e  par  le  rapport 

Ciotat. On y voit trĂšs clairement qu’un Ă©tudiant de familles trĂšs modestes peut prĂ©tendre Ă  une 

bourse  pour  le  financement  de  ses  Ă©tudes.  On  note  Ă©galement  qu’à  l’autre  bout  de  l’échelle 

socio-professionnelle  par  le  biais  de  la  demi-part  fiscale,  les  mĂ©nages  plus  aisĂ©s  voient  les 

coĂ»ts  d’études  compensĂ©s.  Mais  entre  les  deux  les  classes  moyennes  sont  livrĂ©es  Ă   elles-

mĂȘmes avec des situations particuliĂšrement choquantes.  

 

 

Bien  sĂ»r  ce  qui  est  choquant  ce  n’est  pas  que  certaines  familles  soient  aidĂ©es  mais 

plutĂŽt  l’absence  d’aides  significatives  au  niveau  des  classes  moyennes  modestes.  Certes  le 

plafonnement de l’avantage de la demi-part fiscal permet de limiter le caractĂšre socialement 

inĂ©quitable  de  celle-ci  mais  il  demeure  nĂ©anmoins  choquant.  En  rĂ©alitĂ©  le  problĂšme  qui  se 

trouve  ainsi  posĂ©  n’est  pas  tant  celui  de  la  demi-part  en  tant  que  tel  dont  la  logique  â€“ 

compenser  pour  les  familles  notamment  nombreuses  le  coĂ»t  des  Ă©tudes  des  enfants  â€“  reste 

pertinente dans une volontĂ© d’encourager les familles Ă  avoir des enfants, mais bien plutĂŽt les 

aberrations du systĂšme fiscal français. 

 

 

1.3.2 Des mĂ©canismes aberrants qui viennent renforcer ce sentiment d’injustice 

 

 

Plusieurs  effets  pervers  supplĂ©mentaires  contribuent  Ă   accroĂźtre  ce  sentiment 

d’abandon  que  peuvent  ressentir  les  Ă©tudiants  issus  de  familles  appartenant  Ă   la  classe 

moyenne modeste.  

 

Le premier est le mĂ©canisme de l’ALS qui pĂ©nalise les familles nombreuses. En effet 

l’ALS â€“ aide au logement â€“ n’est pas cumulable avec les  allocations familiales.  Il faut donc 

choisir entre les deux systĂšmes en se livrant Ă  un savant calcul pour dĂ©cider ce qui est le plus 

avantageux pour la famille. Bien souvent il renoncera au systĂšme de l’ALS. Mais le manque Ă  

gagner  sera  d’autant  plus  important  que  la  famille  est  nombreuse.  Les  tableaux  suivants  qui 

ont Ă©tĂ© constituĂ©s avec l’aide du CROUS d’Aix-Marseille rĂ©sument trĂšs bien la situation.  

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

53 

Prenons le cas de 3 familles ayant un mĂȘme R

BG 

(revenu brut global), dont l’aĂźnĂ©, 

Ă©tudiant de moins de 20 ans, boursier, rĂ©side en citĂ© universitaire : 

 

Famille de 3 enfants 

Famille de 2 enfants 

Famille de 1 enfant 

 

Sans A

LS

 

Avec A

LS

 

Sans A

LS

 

Avec A

LS

 

Sans A

LS

 

Avec A

LS

 

R

BG

 /mois 

1.250,00 

1.250,00 

1.250,00 

1.250,00 

1.250,00 

1.250,00 

Alloc. famil. 

320,03 

115,07 

115,07 

A

LS

 

50,70 

50,70 

50,70 

TOTAL 

1.570,03 

1.415,77 

1.365,07 

1.300,70 

1.250,00 

1.300,70 

En choisissant l’A

LS

, perte : â€“ 154,26 

Perte : â€“ 64,37 

Gain : + 50,70 

 

Si  le  boursier  aĂźnĂ©  d’une  famille  de  3 enfants  choisit  l’A

LS

  (50,70 â‚Ź),  sa  famille  perd 

prĂšs  de  205 â‚Ź  (204,96€)  d’allocations  familiales,  diffĂ©rence  entre  celles  attachĂ©es 

respectivement  Ă   3 enfants  (320,03 â‚Ź)  et  2 enfants  (115,07 â‚Ź),  et  subit  donc  un  manque  Ă  

gagner  global de 154,26 â‚Ź (= 204,96 â€“ 50,70) ; la perte est sensiblement moindre (– 64,37 â‚Ź) 

dans  le  cas  d’une  famille  de  2 enfants,  alors  que  l’A

LS

  est  un  bĂ©nĂ©fice  net  (+ 50,70 â‚Ź)  pour 

une famille Ă  enfant unique. 

Constat  aggravĂ©,  si  l’étudiant  est  logĂ©  dans  une  chambre  rĂ©novĂ©e  ouvrant  droit  Ă  

l’A

LS

  dĂ©plafonnĂ©e,  puisque,  en  ce  cas,  seule  la  famille  de  3 enfants  subit  un  manque  Ă  

gagner : 

 

Famille de 3 enfants 

Famille de 2 enfants 

Famille de 1 enfant 

 

Sans A

LS

 

Avec A

LS

 

Sans A

LS

 

Avec A

LS

 

Sans A

LS

 

Avec A

LS

 

R

BG

 /mois 

1.250,00 

1.250,00 

1.250,00 

1.250,00 

1.250,00 

1.250,00 

Alloc. famil. 

320,03 

115,07 

115,07 

A

LS

 

103,53  

103,53  

103,53  

TOTAL 

1.570,03 

1.468,60  

1.365,07 

1.404,23 

1.250,00 

1.404,42 

En choisissant l’A

LS

, perte : â€“ 101.43 

Gain : + 39.16 

Gain : + 154,42 

 

L’iniquitĂ©  sociale  du  systĂšme  des  aides  sociales  Ă©tudiantes  se  lit  dans  ces 

comparaisons, trĂšs instructives. 

 

L’autre effet pervers est liĂ© Ă  la prise en compte des revenus tirĂ©s d’un Ă©ventuel travail 

par l’étudiant. En effet, les revenus perçus dans le cadre d’un job Ă©tudiant sont comptabilisĂ©s 

pour le calcul de la bourse. Quand un Ă©tudiant perçoit une trop faible bourse, il est amenĂ© Ă  

complĂ©ter ses revenus en cherchant un travail Ă  cĂŽtĂ© de ses Ă©tudes. Mais, l’annĂ©e suivante, en 

raison  des  revenus  perçus  grĂące  Ă   son  travail,  sa  bourse  sera  encore  plus  faible.  Un  cercle 

infernal  s’enclenche :  baisse  de  la  bourse /  besoin  de  travailler  plus  au  dĂ©triment  final  de  la 

rĂ©ussite des Ă©tudes.  

On  retrouve  exactement  la  mĂȘme  logique  au  niveau  de  l’A

LS

.  En  effet,  l’A

LS

  est 

calculĂ©e  sur  le  revenu  de  l’étudiant :  un  Ă©tudiant  qui  travaille  bĂ©nĂ©ficiera  donc  d’une  A

LS

 

moins  importante.  LĂ   encore,  l’étudiant  qui  manque  de  revenus  et  fait  l’effort  de  travailler 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

54 

pour  boucler  son  budget  se  voit  pĂ©naliser :  plus  on  travaille,  moins  on  est  aidĂ©.  C’est  une 

aberration. La logique est loin d’ĂȘtre Ă©vidente et en tout cas trĂšs dĂ©courageante ! 

 

Enfin  l’exclusion  des  familles  appartenant  Ă   cette  classe  moyenne  modeste  de 

dispositifs d’aides est particuliĂšrement frustrante. C’est le cas notamment pour les bourses de 

mobilitĂ© dont elles ne peuvent disposer alors mĂȘme qu’elles ne sont pas capables de faire face 

aux coĂ»ts d’une annĂ©e Ă  l’étranger. De la mĂȘme maniĂšre, comment expliquer qu’un Ă©tudiant 

qui a pourtant eu 17/20 au baccalaurĂ©at ne bĂ©nĂ©ficiera pas d’une bourse de mĂ©rite ? 

 

Les  consĂ©quences  sont  Ă©videntes.  Dans  les  familles  des  classes  moyennes  Ă   bas 

revenus,  financer  les  Ă©tudes  longues  des  enfants  se  rĂ©vĂšle  souvent  trop  lourd  Ă   assumer. 

L’équilibre financier de la famille peut ĂȘtre affectĂ©. C’est un vrai dĂ©fi avec la dĂ©mocratisation 

de l’accĂšs aux Ă©tudes supĂ©rieures. Le risque est tout simplement de faire des choix par dĂ©faut : 

abandonner  ses  Ă©tudes,  choisir  des  filiĂšres  courtes  ou  des  orientations  moins 

professionnalisantes. L’investissement dans les Ă©tudes est sacrifiĂ© aux nĂ©cessitĂ©s immĂ©diates. 

Les solutions d’orientation ne sont adoptĂ©es que par dĂ©faut. 

 

Les  enfants  des  classes  moyennes  modestes  sont  moins  nombreux  que  les  fils  de 

cadres Ă  ĂȘtre Ă©tudiants Ă  19 ans (62 % contre 91 %). Mais, surtout, leur sortie de la formation 

universitaire  est  plus  rapide,  que  ce  soit  par  choix  de  filiĂšres  courtes  ou  par  abandon.  Ă€ 

24 ans,  parmi  les  fils  ou  filles  Ă©tudiants  15 %  seulement  appartiennent  Ă   la  classe  moyenne 

modeste contre 32 % des fils et filles de cadres.  

 

Ainsi constituĂ©, notre systĂšme d’aides sociales Ă©tudiantes dessine une Â« courbe en U Â» trop 

peu  redistributive,  puisqu’elle  n’aide  significativement  que  les  plus  modestes  et  les  plus  hauts 

revenus, en excluant totalement les classes moyennes Ă  bas revenus : ceux qui sont trop Â« riches Â» 

pour  ĂȘtre  pauvres  mais  trop  pauvres  pour  ĂȘtre  riches  se  voient  ainsi  interdire  toute  chance  de 

bĂ©nĂ©ficier  de  l’ascenseur  social  que  permettrait  l’accĂšs  de  leurs  enfants  Ă   des  Ă©tudes  supĂ©rieures. 

L’ascenseur social français ne s’arrĂȘte pas Ă  tous les Ă©tages.  

 

 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

55 

I.4. L’I

NIQUITE DU SYSTEME 

 

 

I.4.1. Un systĂšme inĂ©quitable socialement : les ambiguĂŻtĂ©s du systĂšme français 

 

D’un  montant  modeste  (maximum :  3 607 â‚Ź /  an),  les  bourses  sur  critĂšres  sociaux, 

comme  nous  l’avons  vu,  sont  attribuĂ©es  en  fonction  du  revenu  des  parents  (le  revenu  brut 

global  ou  R

BG

),  selon  un  barĂšme  Ă   5 Ă©chelons  (6  en  comptant  l’échelon 0,  qui  exonĂšre  des 

droits  de  scolaritĂ©  et  de  sĂ©curitĂ©  sociale  Ă©tudiante)  et  en  fonction  d’un  certain  nombre  de 

points  de  charge  tenant  compte  des  charges  de  l’étudiant  (notamment  la  distance  entre  les 

lieux de rĂ©sidence et d’enseignement, avec des paliers kilomĂ©triques [de 30 Ă  249 km, plus de 

250 km]) et de leur famille (notamment le nombre d’enfants Ă  charge suivant des Ă©tudes dans 

l’enseignement  supĂ©rieur).  L’adoption  de  ce  systĂšme  par  points  de  charge  avec  relativement 

peu  d’échelons  aboutit  Ă   des  effets  de  seuils  trĂšs  durs  et  abrupts  comme  le  rĂ©capitule  le 

tableau suivant.  

Les effets de seuil par tranche de 500 â‚Ź annuels de revenu brut global (RBG)  

Ă  Ă©galitĂ© de charges (0 pt) 

 

RBG (€) 

Échelon 

Montant annuel (€) 

Un mĂȘme Ă©chelon pour un Ă©cart de RBG de 

De 0 

Ă   

8.620 

3.607 

8.620 â‚Ź 

9.120 

3.143 

9.620 

3.143 

1.470 â‚Ź 

10.120 

2.578 

10.620 

2.578 

11.120 

2.578 

 

1.510 â‚Ź 

11.620 

2.012 

12.120 

2.012 

12.620 

2.012 

13.120 

2.012 

 

1.530 â‚Ź 

13.620 

1.335 

14.120 

1.335 

14.620 

1.335 

15.120 

1.335 

15.620 

1.335 

16.120 

1.335 

 

3.120 â‚Ź 

 

De 16.249 

Ă  19.180 

ExonĂ©ration 

Droits inscription 

2.930 â‚Ź 

En dessus 

Non boursier 

 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

56 

Constat : une grande disparitĂ© entre les Ă©chelons, en particulier pour le 1

er

 et surtout pour le 5

e

 qui regroupe 

des situations sociales trĂšs diverses avec une majoritĂ© de familles prĂ©sentant des revenus infĂ©rieurs Ă  5 000 â‚Ź, 

voire 0 â‚Ź (cas des R.M.I.).  

 

Comme  tous  les  dispositifs  Ă   plancher  et  plafond,  elles  gĂ©nĂšrent  des  effets  de  seuil 

insupportables :  telle  Ă©tudiante  s’est  ainsi  vu  refuser  toute  bourse  parce  que  les  revenus 

annuels  de  ses  parents  dĂ©passaient  de  26 â‚Ź  les  plafonds  rĂ©glementaires !  Telle  autre  s’est  vu 

interdire  le  bĂ©nĂ©fice  de  l’échelon 1  des  bourses  parce  qu’elle  rĂ©side  Ă   243 km  de  son 

universitĂ©,  au  lieu  de  250 km :  pour  7 malheureux  kilomĂštres  de  moins,  sa  bourse  passe  de 

1 335 â‚Ź (Ă©chelon 1) Ă  0 â‚Ź (Ă©chelon 0) ! A l’intĂ©rieur mĂȘme de certaines communes, selon que 

l’on  habite  Ă   l’extĂ©rieur  ou  Ă   l’intĂ©rieur  de  la  commune,  pour  quelques  kilomĂštres,  on  va 

gagner ou perdre sa bourse.  

 

À  l’autre  extrĂ©mitĂ©  de  l’échelle  sociale,  comme  nous  l’avons  dĂ©jĂ   indiquĂ©,  l’ajout 

d’une  Âœ part  fiscale  au  quotient  familial,  ainsi  que  la  rĂ©duction  d’impĂŽts  pour  frais  de 

scolaritĂ©  pour  les  enfants  inscrits  dans  le  supĂ©rieur  constituent  une  aide  substantielle  dont 

bĂ©nĂ©ficient des familles pourtant dĂ©jĂ  favorisĂ©es â€” puisque soumises Ă  l’impĂŽt sur le revenu.  

Si les bourses sont conçues comme une aide aux familles et octroyĂ©es sous conditions 

de  ressources,  les  aides  au  logement,  elles,  sont  versĂ©es  directement  aux  Ă©tudiants,  sans 

aucune  condition  de  ressources,  au  risque  dĂ©libĂ©rĂ©  d’en  faire  bĂ©nĂ©ficier  des  locataires  qui, 

socialement, n’en ont, en rĂ©alitĂ©, aucun besoin.  

En outre, elles constituent un effet d’aubaine pour les bailleurs qui, partout en France, 

intĂšgrent systĂ©matiquement l’APL ou l’ALS au montant, majorĂ© d’autant, de leurs loyers. On 

est  encore  plus  perplexe  quand  on  relĂšve  que  de  nombreux  bailleurs  refusent  le  systĂšme  de 

caution garantie LocaPass, mis en Ć“uvre par les partenaires sociaux pour allĂ©ger les charges 

des  Ă©tudiants,  et  les  dispenser  de  fournir  une  caution  locative  souvent  difficile  Ă   fournir  â€”

 systĂšme  qui  risque  d’ailleurs  de  disparaĂźtre  faute  d’adeptes,  alors  qu’il  constitue  l’une  des 

meilleures rĂ©ponses concrĂštes Ă  un problĂšme majeur. 

 

À  cet  Ă©gard,  tout  le  dispositif  de  l’A

LS

  aboutit  Ă   une  mĂ©canique  infernale  qui pĂ©nalise  les 

familles nombreuses, puisqu’on ne peut cumuler l’A

LS

 et les allocations familiales. Le rĂ©sultat est, 

que famille par famille, il faut Ă  chaque fois se livrer Ă  un calcul d’apothicaire pour savoir si l’on a 

intĂ©rĂȘt Ă  garder son enfant au sein de la famille ou Ă  lui faire bĂ©nĂ©ficier de l’A

LS

. : chaque annĂ©e, 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

57 

les  familles  sont  obligĂ©es  de  se  livrer  Ă   ce  petit  calcul  pour  faire  au  mieux  leurs  arbitrages.  La 

rĂ©alitĂ© est que les familles nombreuses sont dĂ©favorisĂ©es.  

 

Il  faut  aussi  prĂ©ciser  que  l’A

LS

  a  bien  souvent  nourri  une  augmentation  des  loyers  au 

dĂ©triment des revenus pour les Ă©tudiants. En effet, depuis la crĂ©ation de l’A

LS

, les loyers Ă©tudiants 

ont plus augmentĂ© que la moyenne du marchĂ©. Les propriĂ©taires intĂšgrent le fait que les Ă©tudiants 

bĂ©nĂ©ficient de l’A

LS

 et calibrent en fonction leurs prix de location. 

 

 

 

I.4.2. Un  systĂšme  inĂ©quitable  gĂ©ographiquement :  l’inquiĂ©tante  nouveautĂ©  des  disparitĂ©s 

territoriales  

 

 

€ Les dangers des aides mises en place par les collectivitĂ©s locales 

InĂ©quitable  socialement,  notre  systĂšme  d’aides  Ă©tudiantes  l’est  aussi  devenu 

gĂ©ographiquement.  De  plus  en  plus  les  collectivitĂ©s  locales  (rĂ©gions,  dĂ©partements  et  mĂȘme 

communes)  ont  dĂ©veloppĂ©  des  systĂšmes  d’aide  pour  les  Ă©tudiants.  Il  s’agit  d’une  Ă©volution 

majeure  au  cours  des  quatre  derniĂšres  annĂ©es.  A  priori  nous  aurions  tous  motifs  de  nous  en 

rĂ©jouir. Mais la rĂ©alitĂ© est moins attractive et prĂ©sente trois risques majeurs.  

 

Le  premier  â€“  sans  doute  le  moins  grave  â€“  est  celui  de  la  confusion.  Les  aides  des 

collectivitĂ©s  locales  sont  en  gĂ©nĂ©ral  gĂ©rĂ©s  par  les  administrations  des  collectivitĂ©s  locales  et 

non par les CROUS, qui plus est chacune avec leurs propres critĂšres. C’est un guichet de plus, 

un  dossier  de  plus  et  un  dĂ©dale  de  plus  dans  le  parcours  du  combattant  de  l’étudiant.  On 

notera  d’ailleurs  que  les  services  des  rĂ©gions  sont  loin  d’ĂȘtre  performants.  La  place  de  bon 

dernier  revenant  depuis  deux  ans  Ă   la  rĂ©gion  Poitou-Charentes  qui  accuse  des  retards 

scandaleux dans le versement de ses bourses.  

Le second travers beaucoup plus grave est celui de l’atteinte Ă  une relative Ă©galitĂ© sur 

le territoire. Les rĂ©gions les plus riches comme la rĂ©gion Rhone-Alpes sont en gĂ©nĂ©ral celles 

qui  ont  le  dispositif  d’aides  le  plus  gĂ©nĂ©reux.  En  revanche  des  rĂ©gions  comme  la  rĂ©gion 

Auvergne accuse un retard inquiĂ©tant. Selon la rĂ©gion, le dĂ©partement et mĂȘme la commune â€“ 

nous avons en effet dĂ©couvert qu’il existait mĂȘme une association regroupant les communes 

donnant  des  aides  Ă   leurs  Ă©tudiants  â€“  dont  l’étudiant  est  originaire,  il  aura  droit  Ă   plus  ou 

moins  d’aides.  La  solidaritĂ©  rĂ©publicaine  est  sĂ©rieusement  atteinte.  Pour  ne  prendre  qu’une 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

58 

comparaison l’Allemagne, pays pourtant rĂ©putĂ© fĂ©dĂ©raliste, a interdit Ă  ses LĂ€nders d’adopter 

des aides diffĂ©renciĂ©s considĂ©rant que c’était une atteinte trop forte Ă  l’équitĂ© sur le territoire.  

Le  dernier  Ă©cueil,  qu’il  faut  avoir  le  courage  de  nommer  clairement,  est  celui  du 

clientĂ©lisme  Ă©lectoral.  Les  rĂ©gions  ont  tendance  Ă   rĂ©server  leurs  bourses  aux  seuls  Ă©tudiants 

originaires  de  la  rĂ©gion  et  Ă©tudiant  dans  la  rĂ©gion,  autant  dire  dont  la  famille  a  sa  carte 

d’électeur  sur  la  rĂ©gion.  Avec  des  montants  d’aides  bien  souvent  dĂ©risoires  au  regard  de  ce 

que  donne  l’Etat,  les  rĂ©gions  s’assurent  une  publicitĂ©  facile  et  Ă©lectoralement  porteuse.  Bien 

sĂ»r  ce  n’est  pas  le  cas  de  toutes  les  rĂ©gions.  La  rĂ©gion  Rhone-Alpes  a  fait  un  louable  effort 

pour Ă©tendre ses dispositifs d’aides. Mais les fractures restent fortes. Ainsi un Ă©tudiant venant 

de la rĂ©gion Nord et Ă©tudiant Ă  Lille aura une aide pour les transports TER. Le mĂȘme Ă©tudiant 

mais  dont  la  famille  vivrait  dans  la  rĂ©gion  Lorraine  Ă   quelques  kilomĂštres  de  lĂ   et  Ă©tudiant 

dans  la  mĂȘme  facultĂ©  n’aura  aucune  aide.  On  retrouve  exactement  la  mĂȘme  inĂ©galitĂ©  de 

traitement  entre  les  Ă©tudiants  de  la  Loire  et  de  la  Haute-Loire.  Ces  iniquitĂ©s  territoriales 

concernent  parfois  la  mĂȘme  acadĂ©mie :  ainsi,  dans  celle  de  CrĂ©teil,  regroupant  les 

dĂ©partements  du  Val-de-Marne,  de  la  Seine-Saint-Denis  et  de  la  Seine-et-Marne,  les  seuls 

Ă©tudiants du Val-de-Marne bĂ©nĂ©ficient d’une rĂ©duction de 50 % sur leurs transports, prise en 

charge par le conseil gĂ©nĂ©ral, contrairement Ă  leurs homologues dĂ©pendant pourtant du mĂȘme 

rectorat et de la mĂȘme rĂ©gion administrative !  

Selon la rĂ©gion dont il vient un mĂȘme Ă©tudiant sera traitĂ© diffĂ©remment. C’est le retour 

des baronnies locales.  

 

À moindres frais, les collectivitĂ©s territoriales ont beau jeu d’afficher une politique sociale 

Ă©tudiante  reprĂ©sentant  nĂ©anmoins  une  Â« goutte  d’eau Â»  budgĂ©taire  par  rapport  aux  sommes 

engagĂ©es  par  l’État,  stigmatisĂ©  Ă   bon  compte.  Comment  maintenir  la  mission  nationale  de  justice 

sociale des aides destinĂ©es aux Ă©tudiants sans aggraver les iniquitĂ©s territoriales ? Tel est l’un des 

autres enjeux majeurs. 

 

 

 

 

 

 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

59 

 

 

€  Les  Ă©tudiants  venant  de  dĂ©partements  situĂ©s  loin  des  pĂŽles  universitaires  sont 

dĂ©savantagĂ©s 

 

Ces  inĂ©galitĂ©s  territoriales  sont  d’autant  plus  choquantes  que  comme  on  l’a  dit  le 

systĂšme de bourses français prend mal en compte le surcoĂ»t pour les Ă©tudiants originaires de 

dĂ©partements situĂ©s Ă  l’écart des grands pĂŽles universitaires.  

La  prise  en  compte  du  surcoĂ»t  mobilitĂ©  est  trĂšs  faible  dans  le  systĂšme  de  bourses 

français.  En  effet,  cela  ne  se  traduit  que  par  un  calcul  de  points  supplĂ©mentaires.  Et  encore 

est-il fait selon un mode de calcul abracadabrantesque !  Il faut parfois se livrer Ă  des calculs 

d’apothicaires. Le  rĂ©sultat  est  que  la  difficultĂ©,  pour  les  familles  et  les  Ă©tudiants,  de  financer 

des Ă©tudes loin du domicile peut aboutir Ă  des choix par dĂ©faut. En rĂ©gion parisienne, il faut 

parfois accepter de se loger trĂšs loin de son lieu d’études, ce qui peut pĂ©naliser l’efficacitĂ© de 

l’étudiant.  

Mais le plus dangereux est le phĂ©nomĂšne d’orientation forcĂ©e : lorsqu’on ne peut pas 

dĂ©mĂ©nager, on choisit par dĂ©faut un cursus plus proche de chez soi, quitte Ă  ce que celui-ci ne 

corresponde  pas  aux  choix  initiaux,  ou  mĂȘme  Ă   ce  qu’il  soit  moins  performant  en  termes 

d’insertion professionnelle. De fait, on pĂ©nalise les Ă©tudiants qui habitent plus loin des grands 

pĂŽles universitaires : c’est une vĂ©ritable atteinte Ă  l’équitĂ© territoriale.   

 

 

 

I.4.3. Un systĂšme inĂ©quitable pĂ©dagogiquement  

 

De plus notre systĂšme de bourses laisse subsister un certain nombre d’inĂ©galitĂ©s entre 

les Ă©tudiants.  

 

€ Parmi les Ă©tudiants, il y a certains Ă©tudiants plus Ă©gaux que d’autres 

Ce  qui  vaut  pour  la  majoritĂ©  des  Ă©tudiants,  ceux  relevant  du  MinistĂšre  de 

l’Enseignement supĂ©rieur, ne vaut pas pour leurs homologues dont les Ă©tudes relĂšvent d’autres 

ministĂšres :  SantĂ©  (infirmiers),  Culture  (histoire  de  l’art),  Agriculture  (vĂ©tĂ©rinaires) 

notamment. Par des hĂ©ritages de l’histoire savamment entretenus, le montant et les modalitĂ©s 

des bourses peuvent ĂȘtre sensiblement diffĂ©rents. C’est ainsi que certaines de ces bourses ont 

des  montants  de  versement  plus  faibles  ou  mĂȘme  n’ont  pas  d’échelon  0  permettant 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

60 

l’exonĂ©ration  de  frais  d’inscription  contrairement  aux  bourses  sur  critĂšres  sociaux.  Mais  le 

systĂšme  est  Ă   l’inverse  parfois  plus  favorable.  Par  exemple  les  Ă©tudiants  qui  suivent  une 

formation dans un cursus hors LMD ( BTS, Ecoles d’ingĂ©nieurs, mĂ©decine â€Š) sont soumis Ă  

des rĂšgles de bourses de cycles avec des cas dĂ©rogatoires en cas d’échecs ou de rĂ©orientation. 

C’est ainsi qu’un Ă©tudiant peut ĂȘtre boursier trois annĂ©es en BTS 1. 

 

L’exemple  des  bourses  pour  les  kinĂ©sithĂ©rapeutes,  sages-femmes  et  infirmiĂšres  est 

particuliĂšrement rĂ©vĂ©lateur de la situation. DiversitĂ© de traitement administratif d’abord : dans 

certaines  rĂ©gions,  il  faut  s’adresser  aux  C

ROUS

,  dans  d’autres  ce  sont  les  services 

administratifs de la rĂ©gion qui instruisent les dossiers. DĂ©lai d’instruction trĂšs diffĂ©rent selon 

les rĂ©gions aussi : dans le Nord, les bourses sont versĂ©es en dĂ©cembre, en Auvergne en fĂ©vrier, 

et  le  record  de  lenteur  est  dĂ©tenu  par  la  rĂ©gion  Poitou-Charentes.  Certaines  rĂ©gions 

conditionnent  leurs  bourses  au  fait  d’exercer  ensuite  dans  la  rĂ©gion,  d’autres  non.  Enfin,  les 

boursiers  kinĂ©sithĂ©rapeutes,  sages-femmes  et  infirmiĂšres  font  parfois  ensuite  l’objet  de 

traitement diffĂ©renciĂ© par les C

ROUS

 qui prĂ©fĂšrent rĂ©server l’accĂšs prioritaire Ă  leur logement 

Ă  leurs propres boursiers. De telles inĂ©galitĂ©s sont proprement inacceptables ! 

 

Autre aberration : Ă  situation sociale Ă©quivalente, les boursiers relevant d’une autre tutelle 

ministĂ©rielle  que  l’Enseignement  supĂ©rieur  (SantĂ©,  Culture,  Agriculture),  non  seulement  ne 

perçoivent pas le mĂȘme montant d’aides, mais peuvent rester jusqu’à janvier, voire mars ou avril, 

avant de percevoir enfin leur bourse, pour une scolaritĂ© universitaire commencĂ©e dĂšs septembre ! 

 

Plus  largement,  et  pour  s’en  tenir  toujours  aux  seules  bourses,  le  plus  grave 

dysfonctionnement  rĂ©side  aujourd’hui  dans  le  dĂ©calage  croissant  â€” et  suicidaire  pour  notre 

enseignement  supĂ©rieur â€”  entre  le  pĂ©dagogique  et  le  social.  Un  exemple  parmi  d’autres  est 

notamment celui des Ă©tudiants en M2 qui dĂ©cident de passer des concours administratifs, par 

exemple  les  concours  d’agrĂ©gation,  et  qui  sont  considĂ©rĂ©s  comme  regressant  dans  leur 

parcours  universitaire.  A  ce  titre  ils  perdent  tout  droit  Ă   bourses,  ce  qui  est  profondĂ©ment 

injuste.  

 

Alors que le LMD impose Ă  tous les Ă©tudiants europĂ©ens une unitĂ© de mesure pĂ©dagogique 

qui est dĂ©sormais le semestre (de septembre Ă  fĂ©vrier, et de mars Ă  aoĂ»t), tous les Ă©lĂ©ments (aides, 

logement,  transports)  de  la  vie  sociale  de  l’étudiant  ignorent  superbement  ce  virage  pourtant 

irrĂ©versible et laissent s’aggraver ce grand Ă©cart entre le pĂ©dagogique et le social. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

61 

 

 

 

 

I.5. U

N SYSTEME INDIGNE

 :

 L

’

ACCUEIL DES ETUDIANTS ETRANGERS

 

 

Hormis  le  cas  des  boursiers  du  gouvernement  français,  l’accueil  des  Ă©tudiants 

Ă©trangers

23

, malgrĂ© les efforts des services des C

ROUS

, se rĂ©vĂšle, le plus souvent, indigne, sur 

les plans matĂ©riel et humain, mĂȘme si des progrĂšs rĂ©cents sont Ă  noter.  

La France a accueilli 240 000 Ă©tudiants Ă©trangers Ă  la rentrĂ©e 2004 : elle est l’une des 

4 premiĂšres  destinations  au  niveau  mondial.  Dans  un  contexte  de  mondialisation,  quels  sont 

les  principes  qui  rĂ©gissent  dĂ©sormais  la  formation  des  Ă©tudiants ?  Quels  atouts  prĂ©sente  la 

mobilitĂ© Ă©tudiante pour les pays d’accueil et les pays d’origine ? Comment se situe la France 

en matiĂšre d’accueil des Ă©tudiants Ă©trangers ? Telles sont les questions auxquelles rĂ©pond une 

Ă©tude  parue  en  2005  mais  prĂ©sentĂ©e  en  janvier  2006  par  Guillaume  Vuilletet,  membre  de  la 

section des relations extĂ©rieures au Conseil Ă©conomique et social (C

ES

) de 2003 Ă  2005

24

Pour  amĂ©liorer  l’efficacitĂ©  du  dispositif  français,  par  rapport  aux  Â« concurrents Â» 

anglais  et  allemands  notamment,  le  rapport  du  C

ES

  propose  une  meilleure  promotion  de 

l’enseignement  du  français  Ă   l’étranger  et  de  son  systĂšme  d’enseignement  supĂ©rieur,  le 

dĂ©veloppement  d’actions  de  coopĂ©ration  entre  Ă©tablissements  d’enseignement  supĂ©rieur  et  la 

perspective  de  dĂ©bouchĂ©s  professionnels  pour  les  Ă©tudiants  en  mobilitĂ©.  Selon  le  rapport  du 

C

ES

,  la  loi  du  11 mai 1998  sur  l’entrĂ©e  et  le  sĂ©jour  des  Ă©trangers  en  France  a  permis  une 

relance de l’accueil. Nous ne pouvons que partager pour l’essentiel, les principaux points du 

rapport de ce rapport â€” que nous mentionnons plus loin dans les prĂ©conisations. Mais encore 

faut-il aller jusqu’au bout et poser la question des conditions d’accueil des Ă©tudiants.  

 

Dans  toutes  les  acadĂ©mies  oĂč  nous  nous  sommes  rendus,  les  services  des  C

ROUS

  ont 

soulignĂ© la situation des Ă©tudiants Ă©trangers, en extrĂȘme prĂ©caritĂ©. Il faut avoir le courage de 

dire les choses comme elles sont. Certaines universitĂ©s dans le passĂ© ont tout simplement pour 

                                                 

23. Sur cette question spĂ©cifique, qui n’était pas centrale dans notre mission mais sur laquelle notre attention a 
Ă©tĂ©  constamment  â€” et  Ă   juste  titre â€”  attirĂ©e,  cf.  Josy R

EIFFERS

,  L’Accueil  des  Ă©tudiants  Ă©trangers  en  France. 

Rapport remis au Ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supĂ©rieur et de la recherche, novembre 
2004. 
24. Guillaume V

UILLETET

Comparaison internationale des politiques d’accueil des Ă©tudiants Ă©trangers : quelles 

finalitĂ©s ?  quels  moyens ?,  Conseil  Ă©conomique  et  social,  2005 :  cf.  sa  version  PDF  par  le  lien 
http://www.ces.fr/rapport/doclon/05121624.pdf. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

62 

compenser  des  baisses  d’effectifs  fait  appel  dans  le  dĂ©sordre  le  plus  complet  Ă   des  Ă©tudiants 

Ă©trangers pour complĂ©ter leurs bancs et leurs budgets. Ces pratiques ont donnĂ© lieu Ă  l’arrivĂ©e 

d’étudiants Ă©trangers en France dans le dĂ©sordre le plus complet sans mĂȘme que les conditions 

minimales de dignitĂ© ne soient assurĂ©es. Le rĂ©sultat est que cette arrivĂ©e non prĂ©parĂ©e a donnĂ© 

lieu  Ă   des  situations  oĂč  l’on  a  frisĂ©  l’apocalypse,  certains  Ă©tudiants  Ă©trangers  Ă©tant 

vĂ©ritablement rĂ©duits Ă  des positions de SDF.  

Le  sĂ©minaire  gouvernemental  du  7 fĂ©vrier 2005

25

,  consacrĂ©  Ă   l’attractivitĂ©  de  la 

France, a  adoptĂ© un volet d’une trentaine de mesures concernant l’amĂ©lioration substantielle 

de  l’accueil  des  Ă©tudiants  Ă©trangers.  Et,  au  dĂ©but  de  cette  annĂ©e,  le  9 fĂ©vrier 2006,  sous  la 

prĂ©sidence  du  Premier  Ministre,  le  gouvernement  a  validĂ©,  lors  d’un  ComitĂ©  interministĂ©riel 

de  contrĂŽle  de  l’immigration  (C

ICI

),  l’avant-projet  de  loi  sur  l’immigration  de 

Nicolas Sarkozy,  qui  prĂ©voit  de  privilĂ©gier  une  immigration  Â« choisie Â».Parmi  les  mesures 

phares de ce texte, figure la crĂ©ation d’une nouvelle carte de sĂ©jour Â« talents et compĂ©tences Â», 

valable  trois  ans  et  renouvelable,  Ă   destination  des  Ă©trangers  hautement  qualifiĂ©s 

(scientifiques,  informaticiens,  artistes...),  les  plus  Ă   mĂȘme  de  Â« participer  au  dĂ©veloppement 

de  l’économie  française Â»  ou  au  Â« rayonnement  de  la  France  dans  le  monde Â».  Le  texte  fait 

ainsi la part belle aux Â« meilleurs Â» Ă©tudiants Ă©trangers, les Â« plus motivĂ©s Â», qui bĂ©nĂ©ficieront 

de cette carte spĂ©ciale de sĂ©jour en contrepartie de leur engagement Ă  retourner dans leur pays 

une fois leurs Ă©tudes achevĂ©es, afin de ne Â« pas priver les pays d’origine de leurs Ă©lites Â»

Il est urgent de rompre avec ces arrivĂ©es dĂ©sordonnĂ©es et non prĂ©parĂ©es des Ă©tudiants 

Ă©trangers. Elle aboutit Ă  la fois Ă  des situations humaines inacceptables pour les Ă©trangers mais 

aussi  Ă   des  gestions  contestables  au  niveau  de  certaines  rĂ©sidences  universitaires  oĂč  un 

pourcentage trĂšs important de chambres est rĂ©servĂ© Ă  des Ă©tudiants Ă©trangers.  

Une  amĂ©lioration  trĂšs  nette  a  Ă©tĂ©  apportĂ©e  par  le  recours  aux  accords  de  coopĂ©ration 

interuniversitaires  qui  permettent  de  gĂ©rer  dans  un  cadre  beaucoup  mieux  prĂ©parĂ©  l’arrivĂ©e 

des Ă©tudiants Ă©trangers.  

 

 

 

                                                 

25. Cf. le lien http://www.premier-ministre.gouv.fr/IMG/pdf/Dossier_de_presse_Attractivite070205.pdf  

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

63 

 

SECONDE PARTIE 

LA REFONTE DE NOTRE SYSTEME D’AIDE 

10 SOLUTIONS POUR RELANCER L’ASCENSEUR SOCIAL 

 

 

 

 

Le  diagnostic  de  notre  systĂšme  d’aides  a  fait  apparaĂźtre  de  multiples 

dysfonctionnements. Si le principe d’un dispositif reposant essentiellement sur des bourses et 

des aides doit ĂȘtre maintenu, il faut nĂ©anmoins revoir de fond en comble le dispositif d’aides 

aux  Ă©tudiants.  Notre  rapport  n’invite  donc  pas  Ă   un  toilettage  de  surface  mais  bien  Ă   une 

refonte  en  profondeur  d’un  systĂšme  aujourd’hui  Ă   bout  de  souffle  et  engoncĂ©  dans  ses 

archaĂŻsmes. Cette refonte permettrait de redonner un vĂ©ritable appel d’air Ă  l’ascenseur social 

en France.  

 

Nos  prĂ©conisations  reposent  sur  trois  lignes  principales :  rendre  le  systĂšme  plus 

efficace,  plus  simple  et  plus  lisible ;  le  rĂ©orienter  en  direction  des  classes  moyennes  et 

remĂ©dier  aux injustices actuelles ; faire un vĂ©ritable effort  en direction des conditions de vie 

Ă©tudiantes 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

64 

R

ENDRE LE SYSTEME DES BOURSES PLUS SIMPLE

,

 PLUS LISIBLE ET PLUS  EFFICACE

 

 

 

Proposition n°  1. Soulager les coĂ»ts de la rentrĂ©e : une allocation de rentrĂ©e universitaire 

et un engagement sur des versements dans les temps des bourses 

 

 

 

Nous  avons  vu  tout  au  long  du  diagnostic  les  ravages  que  gĂ©nĂšre  le  retard  dans  le 

versement  des  bourses.  C’est  aujourd’hui  la  prioritĂ©  principale.  On  ne  peut  poursuivre  avec 

cet  effet  de  ciseau  entre  des  dĂ©penses  Ă©levĂ©es  au  moment  de  la  rentrĂ©e  et  des  retards 

importants dans le paiement des bourses. Pour cela trois directions doivent ĂȘtre privilĂ©giĂ©es.  

 

€ Etaler les coĂ»ts de la rentrĂ©e 

 

Une action a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© menĂ©e visant Ă  semestrialiser le paiement des frais d’inscription. 

Cela va dans le sens du LMD mais cette mesure reste inĂ©galement appliquĂ©e notamment dans 

les structures non-universitaires. Elle doit ĂȘtre gĂ©nĂ©ralisĂ©e.  

 

Dans le mĂȘme Ă©tat d’esprit, en accord avec les mutuelles Ă©tudiants, il serait possible 

d’étaler le paiement des cotisations pour les complĂ©mentaires qui est aujourd’hui concentrĂ© 

sur le mois de la rentrĂ©e.  

 

Enfin, comme nous le verrons dans le cadre des propositions sur le logement, nous 

faisons des prĂ©conisations fortes pour Ă©taler le paiement des frais de caution par le biais du 

locapass. 

 

€ Un engagement sur le versement des premiĂšres bourses en octobre 

 

D’ores  et  dĂ©jĂ ,  la  prioritĂ©  absolue  fixĂ©e  aux  CROUS  devrait  ĂȘtre  le  paiement  des 

premiĂšres  bourses,  celles  dont  les  dossiers  ont  Ă©tĂ©  dĂ©posĂ©s  fin  avril,  en  octobre.  Des 

indicateurs  de  rĂ©sultat  CROUS  par  CROUS  devraient  ĂȘtre  fixĂ©es  avec  des  engagements 

annuels.  

 

Les  services  des  CROUS  dont  nous  avons  pu  mesurer  dans  bien  des  cas  l’efficacitĂ© 

sont  aujourd’hui  prĂȘts  Ă   opĂ©rer  cette  rĂ©volution.  Mais  pour  cela  il  faut  leur  en  donner  les 

moyens. Il faut d’abord investir sur la dĂ©matĂ©rialisation des procĂ©dures comme les CAF l’ont 

fait  il  y  a  maintenant  quelques  annĂ©es.  Par  ailleurs  la  simplification  des  procĂ©dures 

d’instruction  telle  que  nous  la  prĂ©conisons  dans  ce  rapport  ainsi  que  la  consĂ©cration  des 

CROUS  comme  unique  guichet  pivot  devraient  faciliter  leurs  taches.  Dans  ce  cadre,  nous 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

65 

recommandons  que  les  CROUS  soient  dĂ©sormais  les  ordonnateurs  secondaires  des  bourses, 

afin  d’éviter  ce  jeu  de  passe-passe  par  les  services  des  rectorats.  En  revanche  il  est  bon  que 

ces  derniers  conservent  un  pouvoir  de  contrĂŽle  notamment  sur  la  gestion.  Il  est  en  effet 

Ă©tonnant que des sommes aussi importantes soient distribuĂ©es avec un aussi faible contrĂŽle sur 

d’éventuels dĂ©tournements. Le passĂ© plus ou moins rĂ©cent du CROUS de CrĂ©teil a montrĂ© que 

des  dĂ©tournements  n’étaient  pas  impossibles.  De  plus  il  faut  faire  preuve  d’un  certain 

volontarisme afin de gĂ©nĂ©raliser les pratiques qui ont fait leurs preuves. De ce point de vue le 

CROUS  de  Poitiers  constitue  un  modĂšle.  Enfin  il  faut  aussi  rompre  avec  les  pratiques  de 

cavalerie budgĂ©taire auxquelles on a trop souvent recouru par le passĂ©.  

 

 

C

ROUS

 de Poitiers : l’organisation du travail permet que 80 % des bourses soient versĂ©es 

aux Ă©tudiants le 5 octobre 2005 contre moins de 50 % au niveau national

 

 

PrĂšs  de  80 %  des  bourses  attribuĂ©es  aux  Ă©tudiants  de  l’acadĂ©mie  de  Poitiers  ont  Ă©tĂ©  versĂ©es  au 

5 octobre 2005 alors que la moyenne nationale s’établissait Ă  48,8 %. Au 5 novembre, environ 95 % 

des  dossiers  Ă©taient  traitĂ©s  contre  71,6 %  au  niveau  national.  Depuis  trois  ans,  le  C

ROUS

  de  Poitiers 

obtient  des  rĂ©sultats  sensiblement  au-dessus  de  la  moyenne  nationale,  dus,  selon  sa  directrice, 

Catherine Miaux, Ă  une organisation du travail reposant sur la polyvalence du personnel administratif 

et  Ă   des  relations  partenariales  riches  et  complĂ©mentaires  avec  les  Ă©tablissements  d’enseignement 

supĂ©rieur, le rectorat et son agent payeur.  

Selon Catherine Miaux, Â« dans toutes ses actions, le C

ROUS

 doit s’adapter aux situations individuelles 

des Ă©tudiants Â». Pour ce faire, les diffĂ©rents services ont Ă©tĂ© rĂ©organisĂ©s il y a trois ans au moment de 

la  restructuration  des  locaux.  Sept  agents  sont  affectĂ©s  au  service  Â« vie  Ă©tudiante Â».  Le  mode  de 

classement  des  dossiers  par  numĂ©ro  est  gĂ©rĂ©  informatiquement,  et  non  plus  manuellement  par  ordre 

alphabĂ©tique.  De  plus,  les  personnels  sont  devenus  Â« polyvalents Â»  et  Â« interchangeables Â» :  Â« En 

pĂ©riode  de  faible  affluence,  l’ensemble  des  agents  s’occupent  de  traiter  administrativement  les 

dossiers. Durant les pics d’activitĂ©, ils accueillent les visiteurs, soit physiquement, soit au tĂ©lĂ©phone Â»

explique la directrice.  

De plus, le service en charge du traitement des dossiers de bourses se situe au centre du campus et ne 

ferme  pas  Ă   l’heure  du  dĂ©jeuner :  Â« Les  agents  sont  en  contact  permanent  avec  les  Ă©tudiants.  Ces 

derniers  peuvent  leur  rapporter  plus  rapidement  les  documents  Ă©ventuellement  manquants  et 

interrogent  frĂ©quemment  nos  services  sur  l’évolution  du  traitement  de  leur  dossier Â»,  indique 

Catherine Miaux.  En  cas  de  piĂšces  manquantes,  les  agents  tĂ©lĂ©phonent  ou  envoient  un  courrier 

Ă©lectronique aux Ă©tudiants, Ă©vitant ainsi le temps d’acheminement du courrier postal.  

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

66 

Au  moment  de  la  rentrĂ©e  scolaire,  Catherine Miaux  affirme  que  son  personnel  est  prĂȘt  Â« Ă   aller  en 

voiture dans la journĂ©e au service central de l’universitĂ© afin de rapporter les certificats de scolaritĂ© 

qui  n’auraient  pas  Ă©tĂ©  sortis  Ă   temps  pour  l’envoi  postal  de  la  veille  au  soir Â».  Ces  certificats 

conditionnent  l’attribution  des  bourses.  Une  fois  l’inscription  dans  l’établissement  d’enseignement 

supĂ©rieur confirmĂ©e, Â« il faut dix jours pour dĂ©bloquer une mise en paiement Â», selon Paul Mantrant, 

directeur  de  l’enseignement  supĂ©rieur  au  cabinet  du  recteur  de  Poitiers.  Selon  lui,  le  personnel  du 

C

ROUS

 a Â« une vision sociale de la situation des Ă©tudiants et non administrative. Les dossiers dĂ©posĂ©s 

dans la journĂ©e sont traitĂ©s dans la journĂ©e. Â»  

De plus, les demandes validĂ©es sont immĂ©diatement envoyĂ©es au rectorat pour accĂ©lĂ©rer le versement : 

« La  TrĂ©sorerie  gĂ©nĂ©rale  peut  ordonner  des  paiements  sans  attendre  que  tous  les  dossiers  soient 

bouclĂ©s. Â» Paul Mantrant indique que 100 % des bourses auraient pu ĂȘtre versĂ©s au 5 dĂ©cembre 2005 si 

l’État avait affectĂ© suffisamment de crĂ©dits Ă  l’acadĂ©mie : Â« Le ministĂšre retient toujours 20 % sur la 

somme que nous demandons alors que nos calculs sont justes. Â» Certains boursiers de catĂ©gorie 1, les 

moins nĂ©cessiteux, ont obtenu le versement de dĂ©cembre, en janvier 2006.  

Par ailleurs, le C

ROUS

 de Poitiers va mettre en place une plateforme tĂ©lĂ©phonique et Internet Ă  partir de 

septembre 2006. Ce dispositif permettra de centraliser les demandes des Ă©tudiants et d’y rĂ©pondre plus 

rapidement. Des informations sur les services, les dossiers de bourses, la localisation des restaurants et 

des citĂ©s universitaires seront accessibles avant que l’étudiant arrive Ă  Poitiers et se rende au C

ROUS

. Il 

sera Ă©galement possible de rĂ©server un logement universitaire pour quelques jours ou pour l’annĂ©e en 

fixant ses prĂ©fĂ©rences: lieu, Ă©tage et type d’appartement
  

La mise en place de cette plateforme tĂ©lĂ©phonique et Internet devrait permettre plusieurs embauches. 

Une  personne  rĂ©fĂ©rente  du  service  Â« vie  Ă©tudiante Â»  sera  chargĂ©e  de  la  coordonner.  Par  ailleurs,  en 

2005, des tuteurs-Ă©tudiants ont Ă©tĂ© employĂ©s tout le mois de septembre pour rĂ©pondre, Ă  l’intĂ©rieur des 

rĂ©sidences,  aux  premiĂšres  questions  des  nouveaux  arrivants.  L’accueil  des  Ă©tudiants  doit  Ă   prĂ©sent 

respecter une Â« charte de qualitĂ© Â».  

PrĂšs de 17 500 dossiers ont Ă©tĂ© traitĂ©s cette annĂ©e par le C

ROUS

 de Poitiers et plus de 13 300 bourses 

ont  Ă©tĂ©  attribuĂ©es,  dont  2 600  aux  Ă©tudiants  de  La Rochelle.  Les  bourses  sur  critĂšres  sociaux 

reprĂ©sentent  96 %  des  sommes  versĂ©es.  Le  budget  consacrĂ©  Ă   l’ensemble  de  ces  aides  est  de 

32 millions  d’euros.  Depuis  trois  ans,  le  pourcentage  d’étudiants  boursiers  n’évolue  pas  dans 

l’acadĂ©mie de Poitiers : ils sont 33,5% quand la moyenne nationale se situe Ă  30%. 

 

 

 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

67 

€ Mise en place d’une allocation de rentrĂ©e universitaire ( 90 M d’euros ) 

 

La France a parfois des aspects dĂ©concertants. L’Etat paye royalement une allocation 

de  rentrĂ©e  scolaire  pour  que  certaines  familles  puissent  acheter  une  trousse  et  un  cartable  Ă  

leurs enfants quand ils rentrent en primaire. Par contre rien n’est fait pour soulager le coĂ»t de 

la rentrĂ©e universitaire infiniment plus Ă©levĂ©. C’est un paradoxe Ă©tonnant.   

 

 

Nous  recommandons  donc  la  crĂ©ation  d’une  allocation  de  rentrĂ©e  universitaire  qui 

serait  versĂ©e  dĂšs  le  mois  de  septembre.  Cette  allocation  permettrait  de  soulager 

immĂ©diatement le coĂ»t de la rentrĂ©e pour les Ă©tudiants boursiers auxquels elle serait rĂ©servĂ©e. 

Elle serait d’un montant Ă©quivalent Ă  un mois de bourses. La mise en place de cette allocation 

a  un  coĂ»t  qui  peut  ĂȘtre  estimĂ©  Ă   peu  prĂšs  Ă   90  M  d’euros.  Son  effet  de  levier  serait  trĂšs 

important. De plus elle serait plus cohĂ©rente dans l’esprit du LMD et de sa semestrialisation.

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

68 

R

ENDRE LE SYSTEME DES BOURSES PLUS SIMPLE

,

 PLUS LISIBLE ET PLUS EFFICACE

 

 

Proposition n°  2. Simplifier les formalitĂ©s administratives : un dossier unique pour 

l’étudiant, des rĂšgles plus simples, un systĂšme de bourses plus clair  

 

 

 

Nous avons soulignĂ© dans le cadre de notre diagnostic le vĂ©ritable dĂ©dale administratif 

qui  s’était  Ă©difiĂ©.  LĂ   encore  une  opĂ©ration  de  toilettage  adminsitratif  et  de  simplification  est 

indispensable.  Elle  suppose  de  la  part  des  ministĂšres  un  engagement  dĂ©terminĂ©  autour  de 

quelques axes simples. 

 

 

€ Mettre en place un dossier unique pour l’étudiant 

 

Nous  avons  rappelĂ©  qu’en  moyenne  un  Ă©tudiant  doit  dĂ©poser  quatre  Ă   cinq  dossiers 

diffĂ©rents et renouveler l’opĂ©ration chaque annĂ©e. Nous proposons de basculer vers un dossier 

Ă©tudiant unique et dĂ©matĂ©rialisĂ©, c’est-Ă -dire numĂ©risĂ© et accessible par Internet. L’étudiant ne 

fournirait  les  informations  qu’une  seule  fois  et  celles-ci  seraient  ensuite  mutualisĂ©es  et 

rĂ©utilisĂ©es  pour  chaque  dossier.  De  plus  le  dossier  serait  accessible  par  internet.  La  SuĂšde  a 

depuis  plus  de  cinq  ans  mis  en  place  de  telles  solutions  pour  le  plus  grand  avantage  des 

Ă©tudiants.  

 

Par ailleurs ce dossier suivrait l’étudiant tout au long de son parcours universitaire et 

ne  ferait  l’objet  que  de  rĂ©actualisation,  alors  que  trop  souvent  encore  aujourd’hui  il  faut 

chaque annĂ©e reproduire l’ensemble des informations.   

 

 

€ Simplifier les rĂšgles d’attribution 

 

Avec  la  sĂ©dimentation  dans  le  temps,  les  rĂšgles  administratives  sont  devenues 

inutilement compliquĂ©es et beaucoup trop lourdes.  

 

Voici  quelques  exemples  de  simplifications  importantes  qui  pourraient  ĂȘtre  opĂ©rĂ©es. 

Le  premier  chantier  majeur  de  simplification  est  celui  des  situations  consĂ©cutives  aux 

divorces,  sĂ©parations,  familles  recomposĂ©es.  Cela  donne  lieu  Ă   divers  cas  de  figure 

particuliĂšrement difficiles Ă  appliquer surtout dans des situations oĂč les familles ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© 

Ă©prouvĂ©es,  notamment  dans  les  cas  de  remariage  des  parents.  Nous  proposons  tout 

simplement de ne prendre en compte que les revenus du parent qui a la charge de l’enfant. De 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

69 

la mĂȘme maniĂšre, on verra que le rapport propose une simplification des rĂšgles de calcul des 

bourses que l’on soit en cursus LMD ou non, une harmonisation des diffĂ©rentes bourses et un 

alignement des  rĂšgles de calcul notamment pour  les allocations d’étude.  Toutes ces mesures 

sont de nature Ă  rendre plus lisible notre systĂšme de bourses.  

 

 

€ Adopter un systĂšme de bourses beaucoup plus transparent 

 

Le  systĂšme  de  bourses  Ă   la  française  avec  ses  multiples  points  de  charge  est  un  nid 

d’iniquitĂ© et de complexitĂ©. Nous proposons de revenir Ă  une approche plus claire de la bourse 

sur  critĂšres  sociaux  consistant  tout  simplement  Ă  calculer  la  bourse  de  façon  proportionnelle 

par  rapport  aux  revenus  des  parents  â€“  le  RBG.  Cette  Ă©volution  devrait  s’accompagner  d’un 

reprofilage du nombre d’échelons pour arriver Ă  une courbe quasi-proportionnelle sans effets 

de seuil. Cette solution a Ă©tĂ© appliquĂ©e en Allemagne avec de trĂšs bons rĂ©sultats. Elle permet 

aussi  aux  familles  de  prĂ©voir  presque  d’elles-mĂȘmes  le  montant  de  bourses  auquel  elles 

peuvent prĂ©tendre. Cet Ă©lĂ©ment est aussi de nature Ă  sĂ©curiser le systĂšme.  

 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

70 

R

EPONDRE AUX INJUSTICES ACTUELLES DU SYSTEME DE BOURSES 

 

 

 

Proposition n°  3. Renforcer les bourses pour les classes moyennes modestes 

 

 

 

Le diagnostic, contrairement Ă  certaines idĂ©es reçues, a clairement fait apparaĂźtre que 

le problĂšme en France n’était pas de donner plus Ă  ceux qui ont dĂ©jĂ  une bourse mais plutĂŽt de 

mieux prendre en compte ceux qui n’ont pas de bourses du tout.  

 

€  Mieux  prendre  en  compte  les  enfants  des  classes  moyennes  modestes  dans  les  BCS  â€“ 

150 M d’euros 

 

A  partir  d’un  revenu  familial  tous  parents  confondus  de  1400  euros,  une  famille  ne 

peut  plus  prĂ©tendre  Ă   aucune  aide.  Il  y  a  incontestablement  un  manque  auquel  il  faut  palier. 

Notre  conviction  est  qu’il  faut  rĂ©injecter  une  somme  de  l’ordre  de  150  M  d’euros  dans  le 

dispositif  afin  de  l’étendre  Ă   des  familles  qui  en  sont  aujourd’hui  exclues.  Deux  solutions 

s’ouvrent,  la  premiĂšre,  parfois  prĂ©conisĂ©e  par  certaines  associations  Ă©tudiantes,  consiste  Ă  

augmenter le montant des bourses dĂ©jĂ  existantes. MĂȘme si le montant d’une bourse Ă©chelon 5 

peut  ĂȘtre  insuffisant  notamment  en  rĂ©gion  parisienne,  nous  pensons  que  l’urgence  est  plutĂŽt 

d’étendre  le  spectre  en  direction  d’étudiants  qui  en  sont  aujourd’hui  exclus.  C’est  pourquoi 

nous prĂ©conisons plutĂŽt de relever les seuils de revenus afin de mieux prendre en compte les 

familles  de  la  classe  moyenne  modeste,  y  compris  par  le  biais  de  l’application  d’un  simple 

Ă©chelon 0 permettant l’exonĂ©ration de frais d’inscription.  

 

 

€  Ouvrir  les  bourses  de  mĂ©rite  et  les  bourses  de  mobilitĂ©  aux  familles  de  la  classe 

moyenne modeste 

 

C’est  une  des  injustices  particuliĂšrement  durement  ressenties  par  les  familles.  Pour 

quelques  euros  de  diffĂ©rence  en  termes  de  revenus,  un  Ă©tudiant  qui  a  pourtant  accompli  un 

parcours  scolaire  exemplaire  se  verra  privĂ©  d’aides.  En  effet  les  bourses  de  mĂ©rite  sont  Ă   la 

fois plafonnĂ©es en termes de revenus de façon trĂšs stricte et contingentĂ©es. Avoir une bourse 

de  mĂ©rite  est  en  partie  un  jeu  de  roulettes  russes.  Rappelons  qu’en  2005  seuls  757  Ă©tudiants 

ont bĂ©nĂ©ficiĂ© d’une bourse de mĂ©rite.  

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

71 

 

Nous  recommandons  d’abord  le  dĂ©contingentement  de  ces  aides  afin  que  tous  les 

Ă©tudiants  rentrant  dans  ces  critĂšres  puissent  en  bĂ©nĂ©ficier.  Par  ailleurs  nous  souhaitons  un 

relĂšvement  sensible  de  ces  seuils  jusqu’à  des  RBG  de  3000  euros.  Les  enfants  des  classes 

moyennes  particuliĂšrement  mĂ©ritants  dans  leurs  parcours  auraient  ainsi  un  signal  de 

reconnaissance  de  la  RĂ©publique.  C’est  aussi  envoyer  un  message  d’espoir  par  rapport  Ă   la 

rĂ©activation d’un ascenseur social devenu trop sĂ©lectif.  

 

Le  financement  de  cette  mesure  pourrait  ĂȘtre  fait  en  partie  par  un  reprofilage  du 

montant  des  bourses  de  mĂ©rite  qui  sont  aujourd’hui  lĂ©gĂšrement  excessifs  comme  l’ont 

reconnu  des  Ă©tudiants  bĂ©nĂ©ficiant  de  ces  bourses  de  mĂ©rite  que  nous  avons  Ă©tĂ©  amenĂ©s  Ă  

rencontrer.  

 

De la mĂȘme maniĂšre nous recommandons une augmentation trĂšs sensible du plafond 

de  ressources  permettant  Ă   un  enfant  de  postuler  pour  une  bourse  de  mobilitĂ©.  Comme  nous 

l’avons  soulignĂ©,  les  montants  trĂšs  stricts  aujourd’hui  dĂ©finis  aboutissent  de  fait  Ă   exclure 

toute  famille  qui  gagne  plus  de  1 400  euros  par  mois.  Il  faut  au  moins  relever  ce  plafond 

jusqu’à  3000  euros  afin  de  donner  un  signal  Ă   des  familles  qui  aujourd’hui  ne  peuvent 

envisager pour des raisons de coĂ»t un sĂ©jour de leur enfant Ă  l’étranger.  

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

72 

REPONDRE AUX INJUSTICES ACTUELLES DU SYSTEME D

’

AIDES

 

 

Proposition n°  4. RemĂ©dier aux inĂ©galitĂ©s de situation entre Ă©tudiants 

 

 

 

La  complexitĂ©  du  dispositif  français  et  l’empilement  de  mesures  avec  le  temps  ont 

crĂ©Ă©  un  nid  d’inĂ©galitĂ©s  de  situation  entre  Ă©tudiants.  Il  est  temps  de  clarifier  cette  situation 

dans le sens d’une plus grande justice.  

 

 

€ Aligner les diffĂ©rents dispositifs de bourses vers le haut 

Cela vaut surtout pour les Ă©tudiants infirmiĂšres, kinĂ© et sage-femmes dont la situation 

est  aujourd’hui  parfaitement  scandaleuse  avec  un  traitement  beaucoup  moins  favorable  que 

les  autres  boursiers.  De  la  mĂȘme  maniĂšre  certaines  bourses  qui  dĂ©pendent  du  ministĂšre  des 

transports ou de la culture doivent ĂȘtre harmonisĂ©es sur la base du rĂ©gime gĂ©nĂ©ral des bourses 

sur critĂšres sociaux. Ces diffĂ©rences sont aujourd’hui pĂ©nalisantes et stigmatisantes pour  ces 

Ă©tudiants qui ont le sentiment d’ĂȘtre des Ă©tudiants de seconde zone.  

 

€ Toiletter un certain nombre d’inĂ©galitĂ©s qui subsistent 

Cela  vaut  notamment  pour  les  distorsions  dans  les  rĂšgles  de  calcul  de  bourses  qui 

existent entre les Ă©tudiants qui font un cursus LMD et ceux qui font un cursus non LMD. Les 

rĂšgles  notamment  pour  le  redoublement  ne  sont  pas  les  mĂȘmes  ce  qui  est  parfaitement 

injustifiable.  

De la mĂȘme maniĂšre, les rĂšgles permettant Ă  une famille de demander que soit prise en 

compte  une  brusque  chute  de  revenus  sont  relativement  inĂ©quitables  car,  faute  de  clartĂ©  des 

textes applicables, elles sont rĂ©servĂ©es seulement Ă  certaines catĂ©gories socioprofessionnelles. 

LĂ   encore,  une  clarification  des  rĂšgles  applicables  s’impose.  La  gĂ©nĂ©ralisation  de  cette 

possibilitĂ© Ă  l’ensemble des familles serait Ă©galement une source de simplification. 

 

 

€ Harmoniser les rĂšgles appliquĂ©es par les diffĂ©rents CROUS 

 

Nous  avons  Ă©tĂ©  Ă   relever  au  fur  et  Ă   mesure  de  nos  dĂ©placements  la  tendance  de 

chaque  CROUS  Ă   dĂ©velopper  sa  propre  jurisprudence.  MalgrĂ©  la  grande  qualitĂ©  de  ses 

Ă©quipes,  le  CNOUS  joue  insuffisamment  son  rĂŽle  d’harmonisation  et  de mutualisation.  Pour 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

73 

ce faire, il faut revoir les textes afin qu’ils soient plus clairs et laissent moins de prises Ă  ces 

ambiguĂŻtĂ©s.  C’est  particuliĂšrement  valable  pour  les  allocations  d’étude  dont  les  rĂšgles 

d’attribution varient trop d’un CROUS Ă  l’autre. La dĂ©finition au niveau national des critĂšres 

pour  chaque  cas  relevant  de  l’allocation  d’études  assurerait  une  Ă©galitĂ©  de  traitement  de  ces 

demandes.  

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

74 

REPONDRE AUX INJUSTICES ACTUELLES DU SYSTEME D

’

AIDES 

 

 

Proposition  n°  5. Les  aides  des  collectivitĂ©s  locales :  mettre  un  terme  Ă   la  multiplication 

des inĂ©galitĂ©s locales 

 

 

La  multiplication  de  ces  dispositifs  d’aide  constitue  incontestablement  la  donne  nouvelle  de 

ces derniĂšres annĂ©es. Il faut maintenant cadrer trĂšs clairement cette multiplication. 

 

€ Faire du CROUS le guichet unique de toutes les demandes d’aides 

 

La multiplication des guichets est une source de grande inefficacitĂ© pour le systĂšme de 

bourses.  Les  services  du  CROUS  ont  fait  preuve  au  cours  des  derniĂšres  annĂ©es  de  leur 

efficacitĂ©  et  de  leur  modernisation.  Il  faudrait  donc  en  faire  le  guichet  unique  par  lequel 

passerait  et  serait  instruit  toutes  les  demandes  d’aides.  Ce  serait  Ă   la  fois  une  source  de 

simplification  pour  l’étudiant  et  d’efficacitĂ©.  Les  collectivitĂ©s  locales  dĂ©lĂ©gueraient  aux 

CROUS l’instruction de leurs dispositifs d’aides.  

 

 

€  Harmoniser  les  diffĂ©rentes  aides  des  collectivitĂ©s  locales :  mettre  en  place  un  cadre 

commun 

 

Le minimum absolu serait au moins que soit interdit aux collectivitĂ©s locales de faire 

une  discrimination  selon  le  lieu  de  rĂ©sidence  d’un  Ă©tudiant.  DĂšs  lors  qu’un  Ă©tudiant  fait  ses 

Ă©tudes  dans  la  rĂ©gion,  il  ne  devrait  pas  pouvoir  ĂȘtre  exclu  des  dispositifs  d’aides,  que  sa 

famille vote ou non dans la rĂ©gion. Cette rĂšgle constitue un minimum rĂ©publicain et serait de 

plus conforme au principe de droit administratif d’égalitĂ© de traitement.  

 

Mais  de  façon  plus  volontariste,  votre  rapporteur  recommande  qu’une  dĂ©marche 

d’harmonisation  progressive  de  ces  aides  soit  enclenchĂ©e  dans  le  cadre  d’abord  de  tables 

rondes  notamment  avec  l’Association  des  rĂ©gions  de  France.  Mais  Ă   terme,  il  nous  semble 

logique  d’évoluer  vers  un  dispositif  comparable  Ă   l’APA  oĂč  un  cadre  commun  est  fixĂ©  afin 

d’éviter de trop fortes distorsions territoriales.  

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

75 

 

R

EMEDIER AUX INJUSTICES ACTUELLES DU SYSTEME D

’

AIDES 

 

 

 

Proposition n°  6. CrĂ©er un droit Ă  une allocation d’études remboursable pour tous  

 

 

 

 

Aujourd’hui  la  France  est  un  des  trĂšs  rares  pays  d’Europe  Ă   ne  pas  avoir  adoptĂ©  un 

systĂšme d’allocations remboursables. Le systĂšme suĂ©dois repose entiĂšrement sur ce dispositif 

et est considĂ©rĂ© comme l’un des plus gĂ©nĂ©reux. Le systĂšme allemand est en train d’introduire 

ces dispositions. Le Royaume-Uni a depuis dix ans renforcĂ© le recours Ă  ces solutions mĂȘme 

s’il  a  au  cours  des  deux  derniĂšres  annĂ©es  restaurĂ©  un  meilleur  Ă©quilibre  entre  bourses  et 

allocations  remboursables.  Les  esprits  ont  d’ailleurs  Ă©volution  sur  ce  sujet  puisque  le  CERC 

en  parle  clairement  dans  son  rapport  Education  et  Redistribution  et  que  mĂȘme  François 

Hollande, premiĂšre secrĂ©taire du P.S, dans son dernier ouvrage recommande clairement cette 

solution. Enfin certains syndicats Ă©tudiants ont commencĂ© Ă  travaillĂ© trĂšs sĂ©rieusement sur ces 

diffĂ©rentes solutions. 

 

Il faut en effet bien voir que le systĂšme français actuel repose sur une vaste hypocrisie 

car  de  fait  certains  Ă©tudiants  en  sont  rĂ©duits  Ă   recourir  aux  prĂȘts  mais  dans  des  conditions 

dĂ©sastreuses.  Bien  souvent  il  s’agit  de  dĂ©couverts  bancaires  avec  des  pĂ©nalitĂ©s  trĂšs  fortes. 

Parfois  c’est  aussi  le  fait  de  contracter  directement  un  prĂȘt,  les  banques  opĂ©rant  alors  un  tri 

entre les Ă©tudiants dits Ă  bon potentiel et les autres et appliquant en tout Ă©tat de cause des taux 

d’intĂ©rĂȘt.  Le  prĂȘt  existe  donc  bien  mais  il  est  imposĂ©  plus  ou  moins  sauvagement  aux 

Ă©tudiants.  

 

 

Plusieurs options sont envisageables : 

– la dĂ©duction des intĂ©rĂȘts des emprunts Ă©tudiants de l’assiette de l’impĂŽt sur le revenu. C’est 

la  solution  qui  a  Ă©tĂ©  prĂ©sentĂ©e  en  PLF  2006.  Le  coĂ»t  de  cette  mesure  est  chiffrĂ©  Ă   40 M€  Ă  

partir  de  2007.  Cependant,  cette  solution,  si  elle  bĂ©nĂ©ficiera  aux  agents  qui  auraient  fait  le 

choix  de  l’emprunt,  ne  sera  peut-ĂȘtre  pas  dĂ©terminante  pour  encourager  plus  largement  les 

Ă©tudiants Ă  emprunter et ne bouleversera pas la sĂ©lection effectuĂ©e par les banques. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

76 

– Un  systĂšme  de  garantie  d’emprunt  faisant  porter  sur  l’État  une  partie  du  risque  de 

dĂ©faillance (voir encadrĂ©). 

P

ROPOSITION DE PRET GARANTI PAR L

’É

TAT

 

 

Un  tel  systĂšme  se fonde  Ă   la  fois  sur  une  analyse comparative  des  prĂȘts  en  vigueur  dans  d’autres 

États et s’inspire trĂšs largement des prĂȘts accordĂ©s aux PME par SOFARIS, filiale de la Banque du 

dĂ©veloppement des petites et moyennes entreprises (BDPME) ou des prĂȘts accordĂ©s dans le secteur 

du logement pour l’accĂšs Ă  la propriĂ©tĂ© des personnes Ă  faibles revenus.  

Objectif : ouvrir davantage l’accĂšs Ă  l’emprunt. 

Principe :  partage  du  risque  de  dĂ©faillance  entre  l’État  (Ă   hauteur  de  75 %)  et  les  banques  (Ă  

hauteur de 25 %). Un minimum de sĂ©lection permet cependant de ne pas rendre le coĂ»t pour l’État 

incontrĂŽlable. Par ailleurs, l’intĂ©rĂȘt des banques pour ce type de produits d’appel visant un public 

cible pourrait permettre de proposer des prĂȘts Ă  taux rĂ©duits (sans bonification par l’État). 

Conditions d’attribution : le prĂȘt, attribuĂ© sans condition de ressources, couvrirait toute la durĂ©e des 

Ă©tudes  pour  un  montant  maximum  d’environ  5 000€  par  an,  ce  qui  correspond  Ă   peu  prĂšs  au 

montant du RMI pour une personne seule.  

Remboursement  sur  10  ans  maximum  dĂšs  l’obtention  d’un  premier  emploi.  Les  banques  seraient 

chargĂ©es du recouvrement. 

 

 

 

C’est  donc  une  autre  option  que  nous  recommandons.  Nous  tenons  Ă   affirmer 

clairement que pour nous le systĂšme français doit continuer Ă  reposer de façon dominante sur 

le systĂšme de bourses mais le fait d’ouvrir le droit Ă  une allocation d’étude remboursable pour 

tous peut constituer une avancĂ©e Ă  condition d’ĂȘtre clairement encadrĂ©. 

 

Il s’agirait tout d’abord d’un dispositif gĂ©rĂ© par l’Etat et administrĂ© par les CROUS ce 

qui apporte certaines garanties notamment pour les Ă©tudiants. Par ailleurs les conditions de ces 

prĂȘts seraient trĂšs prĂ©cises. Il s’agirait d’un prĂȘt Ă  taux zĂ©ro. De plus son remboursement serait 

diffĂ©rĂ©  et  ne  commencerait  qu’une  fois  un  CDI  obtenu.  Enfin  le  remboursement  serait 

plafonnĂ©  Ă   un  certain  pourcentage  du  revenu ;  personne  ne  pourrait  se  voir  demander  de 

remboursement  supĂ©rieur  Ă   3%  de  son  revenu,  ce  qui  limite  tout  risque.  De  cette  maniĂšre, 

nous  disposerions  d’un  outil  strictement  encadrĂ©  et  permettant  de  donner  un  coup  de  pouce 

important  notamment  aux  Ă©tudiants  qui  aujourd’hui  n’ont  accĂšs  Ă   aucune  aide.    Afin 

d’expĂ©rimenter  cette  solution,  un  premier  fond  de  roulement  de  l’ordre  de  50  M  d’euros 

devrait ĂȘtre mis en place.  

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

77 

 

AMELIORER

 

LES

 

CONDITIONS

 

DE

 

VIE

 

ETUDIANTES 

 

Proposition n°  7. Faciliter la mobilitĂ© Ă©tudiante : crĂ©er un complĂ©ment mobilitĂ©, adopter 

un tarif transport Ă©tudiant et revoir le systĂšme de bourses mobilitĂ© 

 

 

 

Il s’agit du dĂ©fi d’avenir. La mobilitĂ© Ă©tudiante dans la sociĂ©tĂ© de la connaissance va 

devenir  un  enjeu  majeur  et  notre  systĂšme  d’aides  reste  parfaitement  archaĂŻque  sur  ces 

questions.  

 

 

€ CrĂ©er un complĂ©ment mobilitĂ© au sein des bourses 

 

Nous  avons  dĂ©jĂ   soulignĂ©  que  la  prise  en  compte  des  enjeux  de  mobilitĂ©  par  le  biais 

des  points  de  charge  est  insuffisante.  Le  CNOUS  a  travaillĂ©  en  interne  sur  la  possibilitĂ©  de 

mettre  en  place  un  vrai  Ă©tage  mobilitĂ©  qui  constituerait  un  complĂ©ment  au  socle  de  bourse. 

Cette  proposition  nous  semble  utile.  Elle  permettrait  d’identifier  nettement  le  complĂ©ment 

d’aides Ă  la mobilitĂ© et de la revaloriser. 

 

 

€ Mettre en place un chĂšque transport pour les Ă©tudiants 

 

Il s’agit d’une suggestion qui nous semble particuliĂšrement intĂ©ressante. Aujourd’hui 

en  fonction  des  rĂ©gions  et  des  agglomĂ©rations,  les  Ă©tudiants  bĂ©nĂ©ficient  ou  non  de  divers 

demi-tarifs mais il n’y a aucune harmonisation nationale et on se heurte Ă  des inĂ©galitĂ©s selon 

les rĂ©gions. Nous suggĂ©rons donc qu’une table ronde soit faite avec l’Association des rĂ©gions 

et des dĂ©partements de France afin de travailler Ă  la mise en place d’un chĂšque transport sur le 

modĂšle de ce qui se fait dans la rĂ©gion Ile-de-France. 

 

 

€  Moderniser  le  fonctionnement  des  bourses  de  mobilitĂ©  en  les  adaptant  mieux  Ă   la 

rĂ©alitĂ© de chaque sĂ©jour d’étude Ă  l’étranger 

 

Les  bourses  de  mobilitĂ©  vont  devenir  un  outil  fondamental.  Il  nous  semble  tout 

d’abord  qu’une  plus  grande  souplesse  doit  ĂȘtre  introduite  afin  d’adapter  ces  diffĂ©rentes 

bourses  Ă   la  durĂ©e  rĂ©elle  des  sĂ©jours  Ă©tudiants.  De  la  mĂȘme  maniĂšre  il  serait  utile  que  le 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

78 

montant  des  bourses  prenne  mieux  en  compte  la  rĂ©alitĂ©  du  coĂ»t  de  la  vie  dans  les  diffĂ©rents 

pays : faire ses Ă©tudes en Allemagne, aux Etats-Unis ou en Egypte n’implique pas tout Ă  fait le 

mĂȘme budget. Enfin nous prĂ©conisons que les seuils de revenus au-delĂ  desquels on ne peut 

bĂ©nĂ©ficier  d’une  aide  soient  nettement  revalorisĂ©s  afin  que  les  classes  moyennes  puissent 

Ă©galement prĂ©tendre Ă  ces bourses de mobilitĂ©.  

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

79 

AMELIORER

 

LES

 

CONDITIONS

 

DE

 

VIE

 

ETUDIANTES 

 Proposition n°  8. Encadrer les jobs et les stage : crĂ©er un chĂ©quier job Ă©tudiant et faciliter 

le financement des stages 

 

 

€ CrĂ©er un chĂ©quier job Ă©tudiant 

La nĂ©cessitĂ© de travailler pour financer partiellement ses Ă©tudes n’est pas mauvaise en 

soi,  Ă   condition  que  cela  ne  parasite  pas  les  Ă©tudes :  il  faut  donc  que  cela  se  fasse  dans  de 

bonnes  conditions  mais  aussi  dans  des  horaires  limitĂ©s.  Quelle  est  la  rĂ©alitĂ© ?  Un  rĂ©cent 

sondage  rĂ©alisĂ©  par  le  CSA  pour  l’U

NE

F  estimait  que  65 %  des  Ă©tudiants  avaient  exercĂ©  un 

emploi en parallĂšle de leur formation. Mais ce chiffre cache en fait une rĂ©alitĂ© beaucoup plus 

nuancĂ©e :  pour  47 %  d’entre  eux,  ce  travail  a  lieu  pendant  les  vacances,  et  seuls  18 % 

travaillent  pendant  l’annĂ©e  universitaire.  De  plus,  de  quelques  heures  de  baby-sitting  au 

travail  Ă   plein  temps  en  passant  par  les  contrats  Ă   temps  partiel,  la  rĂ©alitĂ©  peut  ĂȘtre  trĂšs 

diffĂ©rente. L’I

NSEE

 avance plutĂŽt le chiffre de 11 % d’étudiants se dĂ©clarant en emploi. 

Les  Â« jobs  Ă©tudiants Â»  sont  une  rĂ©alitĂ©.  Dans  les  pays  anglo-saxons,  ce  recours  au 

travail pour financer tout ou partie de ses Ă©tudes ne pose pas de problĂšmes, puisqu’on y voit, 

au contraire, un moyen d’apprendre Ă  se prendre en charge et Ă  ĂȘtre autonome.  

Nous recommandons donc d’avoir un meilleur encadrement de ces jobs Ă©tudiants par 

la  crĂ©ation  d’un  chĂ©quier  job  Ă©tudiant.  Son  fonctionnement  serait  intermĂ©diaire  entre  le 

chĂšque emploi service et les chĂšques emploi vacances. Il serait gĂ©rĂ© par les CROUS. Chaque 

Ă©tudiant disposerait d’un chĂ©quier correspondant Ă  un plafond d’heures de travail par semaine 

de  dix  heures.  Pour  chaque  job  effectuĂ©,  l’étudiant  remet  un  chĂ©quier  Ă   son  employeur  et 

perçoit son salaire. Pour l’employeur, ce chĂšque lui permet d’ĂȘtre en rĂšgle avec l’URSSAF et 

Ă   l’étudiant  d’ĂȘtre  couvert  en  cas  d’accidents.  Par  ailleurs  l’employeur  serait  exonĂ©rĂ©  de 

charges  sur  ces  heures  avec  un  plafond  d’utilisation  et  toutes  les  formalitĂ©s  administratives 

seraient allĂ©gĂ©es. 

 

Enfin nous recommandons que les revenus tirĂ©s par les Ă©tudiants de leurs jobs, et pas 

seulement des jobs d’étĂ©, ne rentrent plus en compte dans les calculs des bourses et des ALS 

APL.   

 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

80 

€ Faciliter le financement des stages 

Le  dĂ©veloppement  de  stages  est  incontestablement  une  bonne  chose  car  il  permet  de 

renforcer  la  dimension  professionalisante  des  formations  universitaires  et  de  faciliter  ensuite 

l’accĂšs Ă  un premier emploi. Mais il ne faut pas sous-estimer les consĂ©quences sur le budget 

Ă©tudiant.  Si  le  stage  a  lieu  pendant  la  pĂ©riode  d’étĂ©  et  qu’il  n’est  pas  rĂ©munĂ©rĂ©,  il  peut 

empĂȘcher  l’étudiant  de  se  constituer  un  petit  pĂ©cule  par  des  jobs  d’étĂ©  pour  la  rentrĂ©e.  S’il 

suppose  pour  l’étudiant  d’effectuer  une  mobilitĂ©,  cela  peut  se  traduire  par  des  coĂ»ts 

notamment en termes de logement relativement importants. Enfin en tout Ă©tat de cause  faire 

un stage occasionne des frais (habillement, transports etc. ) 

Sous  l’impulsion  de  François  Goulard,  ministre  de  l’enseignement  supĂ©rieur,  des 

amĂ©liorations  ont  Ă©tĂ©  apportĂ©es  notamment  sur  le  volet  rĂ©munĂ©rations  mais  beaucoup  reste 

encore Ă  faire. Nous prĂ©conisons notamment que tous les stages ne se dĂ©roulent pas Ă  la mĂȘme 

pĂ©riode â€“ le plus souvent dans le second semestre du LMD â€“ car cela pose de vrais problĂšmes 

d’accĂšs aux logements  en citĂ© universitaire. Par  ailleurs il nous semblerait intĂ©ressant que la 

bourse  permette  de  prendre  en  compte  les  cursus  nĂ©cessitant  un  stage  de  formation  durant 

l’annĂ©e universitaire  afin de mieux compenser ces coĂ»ts. Cela peut se faire dans le cadre du 

complĂ©ment mobilitĂ© que nous avons prĂ©conisĂ©.  

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

81 

AMELIORER

 

LES

 

CONDITIONS

 

DE

 

VIE

 

ETUDIANTES 

 

Proposition n°  9. RĂ©soudre la question du logement 

 

 

 

Le rapport rendu par M. Anciaux a permis des avancĂ©es considĂ©rables en la matiĂšre. 

La  bonne  application  de  ce  plan  est  une  condition  fondamentale  pour  la  poursuite  de 

l’amĂ©lioration des conditions de vie des Ă©tudiants. Il faut garder Ă  l’esprit que les questions de 

logement  pĂšsent  lourd  dans  le  budget  d’un  Ă©tudiant.  Nous  ajouterons  seulement  que  la 

construction  de  logements  et  de  chambres  ne  doit  pas  ĂȘtre  le  seul  apanage  des  sites 

universitaires  mais  que  la  relance  de  chambres  mises  Ă   dispositions  des  Ă©tudiants  dans  des 

lycĂ©es  offrant  des  formations  post-bac  est  tout  aussi  importante.  A  notre  sens  d’ailleurs,  il 

s’agit  lĂ   d’un  domaine  oĂč  le  volontarisme  des  collectivitĂ©s  locales  peut  s’exprimer  avec 

beaucoup plus de lĂ©gitimitĂ© que dans le dĂ©veloppement d’un mitage d’aides Ă  l’attention des 

Ă©tudiants.  

 

Logement Ă©tudiant : la rĂ©gion RhĂŽne-Alpes prĂ©pare un plan d’actions, 

avec l’espoir de l’inscrire dans le prochain contrat de plan 

(Source : L’AEF) 

 

La rĂ©gion RhĂŽne-Alpes travaille Ă  un plan rĂ©gional pour le logement Ă©tudiant, qui pourrait ĂȘtre inscrit 

dans  le  cadre  du  prochain  CPER  (contrat  de  plan  Ă‰tat-RĂ©gion).  Â« En  donnant  le  choix  aux 

agglomĂ©rations  de  pouvoir  prendre  ou  non  la  compĂ©tence  des  logements  Ă©tudiants  gĂ©rĂ©s  par  les 

C

ROUS

, l’État ne se dĂ©sengage pas complĂštement de la question. C’est pourquoi je souhaite que dans 

le  CPER  2007-2010  il  puisse  y  avoir  un  volet  trĂšs  important  sur  le  logement  Ă©tudiant Â»,  confie  Ă  

L’AEF Roger FougĂšres, vice-prĂ©sident du conseil rĂ©gional dĂ©lĂ©guĂ© Ă  l’enseignement supĂ©rieur et Ă  la 

recherche. Des groupes sont en cours de constitution qui devront faire la synthĂšse de leurs travaux fin 

mai/dĂ©but juin 2006. Un nouveau sĂ©minaire sera organisĂ© Ă  cette pĂ©riode pour valider les propositions 

d’actions opĂ©rationnelles qui serviront de socle au schĂ©ma rĂ©gional du logement Ă©tudiant qui devrait 

ĂȘtre soumis Ă  l’assemblĂ©e plĂ©niĂšre de septembre/octobre 2006. 

« Nous avons pris l’initiative de rĂ©unir l’ensemble des acteurs du logement, mais aussi des Ă©tudiants, 

car la tension est forte et peu d’agglomĂ©rations en RhĂŽne-Alpes ont pour le moment fait le choix de 

prendre  la  compĂ©tence  logement  Ă©tudiant Â»,  explique  Roger FougĂšres.  PrĂšs  de  150 personnes  Ă©taient 

prĂ©sentes  au  premier  sĂ©minaire  de  travail  qui  s’est  dĂ©roulĂ©  le  24 janvier  2006 :  C

ROUS

,  organismes 

HLM, bailleurs privĂ©s, collectivitĂ©s locales, universitĂ©s, grandes Ă©coles, organisations reprĂ©sentatives 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

82 

du  milieu  Ă©tudiant,  Â« ainsi  que  les  recteurs  des  acadĂ©mies  de  Lyon  et  de  Grenoble,  qui  nous  ont 

fĂ©licitĂ©s d’avoir pris cette initiative Â», affirme le vice-prĂ©sident. 

Plusieurs pistes sont dĂ©jĂ  ressorties de cette rĂ©union. Un groupe pourrait se pencher sur la question des 

nouvelles  demandes  des  Ă©tudiants,  liĂ©es  aux  Ă©volutions  des  cursus,  un  autre  groupe  devrait  se 

concentrer sur le patrimoine, un autre encore devrait s’intĂ©resser au problĂšme du cautionnement et voir 

« comment la RĂ©gion et les collectivitĂ©s peuvent intervenir Â». L’accueil des Ă©tudiants Ă©trangers, mais 

aussi  des  Ă©tudiants  sur  les  sites  universitaires  hors  agglomĂ©ration,  devrait  ĂȘtre  Ă©tudiĂ©.  Des  enquĂȘtes 

dĂ©jĂ  rĂ©alisĂ©es, ou en voie de l’ĂȘtre, par les agglomĂ©rations permettront de dresser un Ă©tat des lieux. La 

RĂ©gion  a  choisi  de  confier  l’animation  du  dispositif  Ă   Jean-Claude Driant,  directeur  de  l’Institut 

d’urbanisme de Paris, Â« qui a une bonne expĂ©rience sur le sujet Â».

 

 

Logement Ă©tudiant : la Ville de Paris veut avoir financĂ© 3 500 logements Ă©tudiants 

Ă  la fin de la mandature 2001-2008 

(Source : L’AEF) 

 

Bertrand DelanoĂ«, maire de Paris, annonce, aujourd’hui mardi 14 fĂ©vrier 2006, que la Ville est prĂȘte Ă  

financer  3 500 logements  pour  les  Ă©tudiants  durant  la  mandature  2001-2008,  au  lieu  des  3 000 

initialement  prĂ©vus.  Fin  2005,  1 500 nouveaux  logements  avaient  Ă©tĂ©  livrĂ©s.  Le  maire  de  Paris 

inaugurait  ce  matin,  avec  des  reprĂ©sentants  de  la  rĂ©gion  ĂŽle-de-France  et  de  l’État,  la  rĂ©sidence 

Ă©tudiante  Lila,  dans  le  19

e

 arrondissement  de  Paris,  Ă   proximitĂ©  de  la  porte  des  Lilas.  Les 

268 logements,  dont  190 studios  pour  une  personne  et  78 logements  pour  des  couples,  accueillent 

depuis  l’automne  2005,  346 Ă©tudiants.  La  rĂ©sidence  est  gĂ©rĂ©e  par  la  CIUP  (CitĂ©  internationale 

universitaire  de  Paris)  en  partenariat  avec  le  C

ROUS

.  Elle  compte  plus  de  la  moitiĂ©  d’étudiants 

Ă©trangers. 

La  Ville  de  Paris  dĂ©clare  avoir  investi  21 millions  d’euros  depuis  le  dĂ©but  de  la  mandature  dans  la 

construction  de  nouveaux  logements  Ă©tudiants  et  9,1 millions  d’euros  dans  la  rĂ©habilitation  de 

960 logements et la crĂ©ation de 306 logements supplĂ©mentaires. Sandrine Mazetier, adjointe au maire 

chargĂ©e  de  la  vie  Ă©tudiante,  indique  que  Â« les  rĂ©serves  fonciĂšres  n’étant  pas  extensibles  dans  la 

capitale, la municipalitĂ© peut s’engager sur des financements mais pas sur les dĂ©lais de livraison. Il 

s’agit d’enclencher une mĂ©canique. Les constructions Ă  venir seront plutĂŽt des petits ensembles de 50 

Ă  100 logements. Â» La rĂ©gion ĂŽle-de-France s’est quant Ă  elle fixĂ© l’objectif de 15 000 nouvelles places 

d’ici  Ă   2010.  Depuis  2000,  elle  a  financĂ©  la  crĂ©ation  de  6 111 places  et  la  rĂ©habilitation  de 

2 609 places. Elle y consacre en moyenne 13 millions d’euros par an. 

À  la  rĂ©sidence  Lila,  la  moitiĂ©  des  logements  est  attribuĂ©e  Ă   des  Ă©tudiants  boursiers  demandeurs  de 

logement au C

ROUS

, l’autre moitiĂ© Ă  des rĂ©sidents de la CitĂ© internationale. La surface d’un studio est 

de  16 m2.  Quatorze  sont  rĂ©servĂ©s  aux  personnes  Ă   mobilitĂ©  rĂ©duite.  La  rĂ©sidence  compte  Ă©galement 

36 places  de  stationnement  en  sous-sol.  La  salle  polyvalente  sera  accessible  aux  associations  du 

quartier  et  des  communes  environnantes,  Les  Lilas  et  le  PrĂ©  Saint-Gervais.  Pour  Maurice QuĂ©net, 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

83 

recteur de Paris, Â« cette rĂ©sidence est un modĂšle Ă  imiter Â» en matiĂšre d’accueil des Ă©tudiants Ă©trangers 

et  de  mixitĂ©  sociale.  La  construction  de  ce  bĂątiment  sur  la  ZAC  de  la  porte  des  Lilas  a  coĂ»tĂ© 

16,8 millions d’euros dont 3,4 millions d’euros proviennent de la Ville de Paris, 1,8 million d’euros de 

la CIUP, 1,34 million d’euros de la rĂ©gion ĂŽle-de-France, 630 000 euros de l’État et le reste de sociĂ©tĂ©s 

mixtes immobiliĂšres. 

C’est  la  premiĂšre  rĂ©sidence  Â« hors  les  murs Â»  que  gĂšre  la  CIUP.  Quinze  Ă©tudiants  guadeloupĂ©ens 

habitent  Ă   la  rĂ©sidence  Lila,  comme  le  prĂ©voit  l’accord  conclu  avec  le  conseil  rĂ©gional  de  la 

Guadeloupe.  Celui-ci  souhaite  que  40 places  soient  rĂ©servĂ©es  au  sein  de  la  CitĂ©  Ă   des  Ă©tudiants 

guadeloupĂ©ens  pour  la  rentrĂ©e  2006-2007  et  se  dit  favorable  Ă   la  construction  d’une  Maison  de  la 

Guadeloupe au sein de la CIUP. En effet, Â« le manque de logement et les conditions draconiennes de 

location  sont  souvent  rĂ©dhibitoires  pour  les  familles  guadeloupĂ©ennes  qui  veulent  faire  venir  un 

Ă©tudiant en mĂ©tropole Â», souligne la reprĂ©sentante du conseil rĂ©gional.

 

 

Toutefois une avancĂ©e importante peut ĂȘtre faite et une rĂ©flexion doit ĂȘtre menĂ©e.  

 

€ Etendre le systĂšme locapass Ă  tous les Ă©tudiants 

 

MalgrĂ©  son  faible  succĂšs  numĂ©rique,  le  systĂšme  de  locapass,  qui  n’a  pas  fait  l’objet 

initialement  d’une  publicitĂ©  suffisante,  reprĂ©sente  un  instrument  extrĂȘmement  utile  pour  les 

Ă©tudiants. Il permet d’éviter d’avoir Ă  sortir une caution reprĂ©sentant trois mois de loyers qui 

sont de plus encaissĂ©s par le bailleur le jour de la rentrĂ©e. Toutefois ce systĂšme est rĂ©servĂ© aux 

seuls Ă©tudiants boursiers ce qui est dommage. LĂ  encore, il faut Ă©largir le spectre et englober 

l’ensemble des Ă©tudiants en permettant Ă  tous d’avoir accĂšs Ă  cet outil.  

 

 

€ Une rĂ©flexion Ă  mener sur la logique de l’ALS APL  

Les  organisations  Ă©tudiantes  sont  trĂšs  attachĂ©es  Ă   la  logique  de  l’ALS  APL  qui 

constitue  une  aide  accordĂ©e  Ă   tous  les  Ă©tudiants.  Tout  d’abord,  comme  le  rapport  Anciaux, 

nous  rappelons  que  l’alternative  dans  laquelle  on  enferme  les  familles  entre  ALS  ou 

allocations familiales ne nous semble pas trĂšs saine et qu’il faudrait en sortir. Par ailleurs, il 

nous semble qu’un dĂ©bat doit avoir lieu sur la pertinence de l’ALS APL avec plusieurs pistes 

de dĂ©bats.  

Tout  d’abord  est-il  logique  que  le  montant  de  l’ALS  APL  soit  si  peu  modulĂ© 

notamment par rapport au prix de l’immobilier ? Avec l’ALS on trouve sans peine un loyer Ă  

Saint-Etienne alors que l’on est trĂšs loin du compte Ă  Aix ou encore pire Ă  Paris. Ne faudrait-il 

pas moduler de façon plus nette en fonction du prix de l’immobilier l’ALS ? 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

84 

 D’autre part est-il lĂ©gitime de ne prendre absolument pas en compte les revenus des 

familles ?  Est-il  normal  que  l’enfant  d’une  famille  de  cadres  disposant  de  revenus  leur 

permettant de financer les Ă©tudes de leur enfant perçoive 110 euros au titre d’une ALS dont il 

n’a absolument pas besoin ? La logique et l’équitĂ© d’un tel dispositif mĂ©rite au moins d’ĂȘtre 

questionnĂ© sur ces questions.  

A ce stade, nous ne faisons aucune prĂ©conisation et nous nous contentons de soulever 

cette  question  de  la  mĂȘme  maniĂšre  que  pour  la  demi-part  fiscale.  Le  dĂ©bat  public  ne  fait  Ă  

notre sens que commencer sur ces sujets mais doit ĂȘtre ouvert.  

 

 

  

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

85 

 

AMELIORER

 

LES

 

CONDITIONS

 

DE

 

VIE

 

ETUDIANTES 

 

Proposition n°  10. Mettre en Ć“uvre un plan national Â« Conditions de vie Ă©tudiante Â» 

(conditions matĂ©rielles, santĂ©, Â« passeport vers l’emploi Â», 

mais aussi accueil des Ă©tudiants Ă©trangers) 

 

 

 

 

Les  conditions  de  vie  Ă©tudiante  sont  encore  un  sujet  trop  marginal  en  France  Ă   la 

diffĂ©rence des pays nordiques comme la SuĂšde. Il faut rĂ©orienter la politique en direction des 

Ă©tudiants en ce sens.  

 

 

€ Evaluer tous les campus universitaires dans un dĂ©lai de trois mois par des commissions 

vie Ă©tudiante 

 

Le point le plus frappant est l’absence d’instance de concertation. La vie d’un Ă©tudiant 

se  fait  entre  plusieurs  pĂŽles :  les  sites  universitaires  plus  ou  moins  Ă©clatĂ©s  oĂč  il  Ă©tudie,  les 

lieux  de  ressources  tels  que  les  bibliothĂ©ques,  les  sites  de  restauration,  les  lieux  de  vie  et 

d’animation, les sites de logement et d’hĂ©bergement et enfin entre tous ces sites l’existence de 

moyens de transport lui permettant aussi si nĂ©cessaire de rejoindre sa famille. Or en France ce 

sont Ă  chaque fois des acteurs diffĂ©rents qui ont en charge un morceau de ce puzzle avec trĂšs 

peu  d’instance  de  dĂ©bats.  Il  nous  semble  urgent  de  crĂ©er  ces  instances  sous  forme  de 

commissions  vie  Ă©tudiante  sous  la  prĂ©sidence  du  recteur  en  rassemblant  les  prĂ©sidents 

d’universitĂ©s, les CROUS, les organisations Ă©tudiantes, les Ă©lus locaux ainsi que leurs services 

tels que les rĂ©gies ou les OPAC. La premiĂšre charge de ces commissions serait d’élaborer un 

diagnostic de chaque campus universitaire et de voir les Ă©volutions Ă  apporter sur cinq ans en 

mettant en Ć“uvre une concertation entre tous les acteurs concernĂ©s.  

 

€ La santĂ© des Ă©tudiants   

 

Les  questions  de  santĂ©  des  Ă©tudiants  ne  doivent  pas  ĂȘtre  sous-estimĂ©es  et  on  ne  peut 

considĂ©rer qu’elles vont de soi. Un certain nombre de signaux sur la dĂ©gradation de la santĂ© 

des Ă©tudiants sont en effet inquiĂ©tants. Une rĂ©cente mission d’information parlementaire vient 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

86 

de se voir confier ce sujet et rendra ces conclusions au tout dĂ©but de la rentrĂ©e universitaire. 

Elle devrait permettre de faire le point de façon plus approfondie sur ces questions.  

 

€ CrĂ©er un pass vers l’emploi 

 

L’idĂ©e est de permettre Ă  tout Ă©tudiant Ă  la fin de sa scolaritĂ© de bĂ©nĂ©ficier d’un pass 

vers  l’emploi.  Il  s’agirait  d’une  formation  de  plusieurs  heures  comprenant  les  modules 

suivants : rĂ©diger son CV , apprendre Ă  passer un entretien de recrutement, rĂ©diger une lettre 

de motivation, analyse graphologique, analyse des compĂ©tences acquises pendant la formation 

etc.  Cela  permet  Ă   l’étudiant  d’aborder  plus  sereinement  et  plus  efficacement  sa  recherche 

d’emploi alors qu’aujourd’hui il est livrĂ© Ă  lui-mĂȘme sans mĂȘme avoir l’appui de l’ANPE. 

 

€ Mieux accueillir les Ă©tudiants Ă©trangers 

Il  s’agit  de  rendre  l’accueil  des  Ă©tudiants  Ă©trangers  pĂ©dagogiquement  plus  sĂ©lectif  et 

matĂ©riellement  plus  digne.  Nos  voisins  europĂ©ens  ont  une  pratique  beaucoup  plus  Ă©laborĂ©e 

que la nĂŽtre du suivi des Ă©tudiants Ă©trangers. Si des suivis d’étudiants Ă©trangers en master ou 

doctorat existent, les Ă©tudiants Ă©trangers en premier cycle, dont l’effectif est plus massif, n’en 

bĂ©nĂ©ficient  vĂ©ritablement  d’aucun.

  La  France  sait  bien  accueillir  une  partie  des  Ă©tudiants 

Ă©trangers  :  cela  concerne  quelques  milliers  d’étudiants.  Reste  Ă   passer  du  dispositif  artisanal 

au dispositif industriel : si la France veut changer d’échelle et accueillir plus massivement des 

Ă©tudiants  Ă©trangers,  elle  doit  se  reposer  la  question  de  ce  que  sont  les  Â« bons  Ă©tudiants Â».  Ă€ 

cette  Ă©chelle,  les  Â« bons  Ă©tudiants Â»  ne  sont  pas  forcĂ©ment  ceux  dont  la  moyenne  est  la 

meilleure,  mais  bien  ceux  dont  le  projet  acadĂ©mique  et  professionnel  est  viable,  rĂ©flĂ©chi,  et 

donc  peu  vouĂ©  Ă   l’échec.  En  ce  sens,  Guillaume Vuilletet

26

  â€” dont  nous  rĂ©sumons  ici  les 

propositions, dĂ©jĂ  signalĂ©es â€”croit beaucoup aux parrainages entre Ă©tablissements français et 

Ă©trangers,  sur  le  modĂšle  de  ce  que  rĂ©alise  l’école  Centrale,  car  ils  permettent  une  meilleure 

orientation des Ă©tudiants. 

E

A

MONT

.  Instaurer  une  structure  unique  pour  promouvoir  et  accueillir  les 

Ă©tudiants Ă©trangers. Aujourd’hui, les Ă©tudiants qui Ă  l’étranger cherchent Ă  s’adresser Ă  une 

structure  disposĂ©e  Ă   les  renseigner  sur  des  Ă©tudes  qu’ils  souhaitent  mener  en  France  s’y 

perdent un peu entre Egide, EduFrance, le C

NOUS

... une structure unique serait plusjudicieuse. 

                                                 

26. Guillaume V

UILLETET

Comparaison internationale des politiques d’accueil des Ă©tudiants Ă©trangers : quelles 

finalitĂ©s ?  quels  moyens ?,  Conseil  Ă©conomique  et  social,  2005 :  cf.  sa  version  PDF  par  le  lien 
http://www.ces.fr/rapport/doclon/05121624.pdf. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

87 

Promouvoir les systĂšmes de parrainage, de co-diplomation, Ă  l’image de ce que fait l’école 

Centrale, permet d’arriver avec de bonnes conditions acadĂ©miques sur le territoire. 

P

ENDANT

. GĂ©nĂ©raliser le guichet unique. Sur certains sites universitaires, la pratique 

du  guichet  unique  permet  aux  Ă©tudiants  Ă©trangers  de  centraliser  leurs  dĂ©marches 

administratives :  logement,  banque,  prĂ©fecture,  sĂ©curitĂ©  sociale...  sont  regroupĂ©s  au  mĂȘme 

endroit  pour  quelques  jours  Ă   la  rentrĂ©e,  avec  parfois  mĂȘme  la  prĂ©sence  salvatrice  de 

traducteurs  ou  d’associations.  Valoriser  le  rĂŽle  des  associations.  Guillaume Vuilletet  a 

soulignĂ© Ă  ce titre le rĂŽle des associations Ă©tudiantes, qu’il faut selon lui puissamment aider et 

soutenir. Il est aussi nĂ©cessaire Ă  ses yeux d’éviter que ces associations d’accueil des Ă©tudiants 

Ă©trangers soient trop isolĂ©es, du fait d’un risque de communautarisme.  

E

N  AVAL

.  Permettre  une  premiĂšre  expĂ©rience  professionnelle  sur  le  territoire

RĂ©ussir  Ă   ce  que  les  Ă©tudiants  Ă©trangers  restent  en  France  aprĂšs  leurs  Ă©tudes  pour  y  dĂ©buter 

leur  carriĂšre  professionnelle,  est  crucial.  Il  faudrait  mettre  en  place  des  amicales,  des 

associations  d’anciens,  qui  permettraient  ici  et  lĂ -bas  de  suivre  le  parcours  des  Ă©tudiants 

Ă©trangers, et de favoriser des rĂ©seaux qui permettraient une meilleure insertion professionnelle 

des futurs arrivants.  

Endiguer  la  fuite  des  cerveaux.  Les  Ă©tudes  en  France  coĂ»tent  beaucoup  moins  cher  qu’en 

Grande-Bretagne  ou  aux  Ă‰tats-Unis.  Jusqu’à  la  licence,  l’attractivitĂ©  joue  Ă   plein  et  de 

nombreux  Ă©tudiants  viennent  faire  leur  premier  cycle  en  France.  Mais  le  manque  de 

dĂ©bouchĂ©s professionnels les pousse Ă  gagner les Ă‰tats-Unis ou le Canada pour terminer leur 

deuxiĂšme,  troisiĂšme  cycle  et  dĂ©crocher  leur  premier  emploi.  Se  dĂ©tachent  dĂšs  lors  deux 

dĂ©terminants  importants  de  l’attractivitĂ©  d’un  pays  auprĂšs  de  potentiels  Ă©tudiants 

Ă©trangers : les conditions matĂ©rielles d’études et  les dĂ©bouchĂ©s professionnels. 

DiffĂ©rences  de  salariats  Ă©tudiants.  Aux  Ă‰tats-Unis  comme  en  France,  le  droit  du  travail 

permet  Ă   un  Ă©tudiant  Ă©tranger  d’exercer  un  mi-temps.  C’est  le  cadre  qui  diffĂšre :  la  majoritĂ© 

des jobs Ă©tudiants amĂ©ricains se trouvent au sein mĂȘme de la fac, il s’agit de postes d’assistant 

universitaire,  de  chargĂ©  d’entretien  ou  de  vacataire  administratif.  En  France,  on  assiste 

souvent  Ă   un  vĂ©ritable  gĂąchis  de  compĂ©tences,  lorsque  des  Ă©tudiants  effectuent  des  tĂąches 

n’ayant rien Ă  voir avec la formation qu’ils sont entrain de suivre. En ce sens, des dispositifs 

qui  s’inspireraient  de  l’apprentissage  seraient  utiles  aux  Ă©tudiants  (autant,  si  ce  n’est  plus 

qu’aux  jeunes  de  14 ans) :  ce  serait  un  moyen  de  leur  permettre  d’ĂȘtre  dĂšs  leur  premier  job 

dans leur domaine d’activitĂ©. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

88 

 

 

Conclusion 

 

 

Le  systĂšme  des  aides  aux  Ă©tudiants  est  trĂšs  rĂ©vĂ©lateur  des  travers  et  des  potentialitĂ©s 

du systĂšme français. On y voit comme dans un miroir les Ă©volutions de la sociĂ©tĂ© française : 

massification des Ă©tudes universitaires, ambiguĂŻtĂ© de la dĂ©centralisation, difficultĂ© des classes 

moyennes, empilement de structures administratives Ă  travers le temps â€Š. Comme dans bien 

d’autres domaines, la France, faute de courage politique, a laissĂ© se constituer un systĂšme de 

plus en plus complexe, de moins en moins efficace et qui finit par ĂȘtre Ă  bout de souffle. C’est 

bien une refonte d’ensemble qui s’impose. Mais si une telle refonte est conduite, c’est bien un 

nouvel oxygĂšne important qui serait insufflĂ© dans le systĂšme. 

Deux  conclusions  importantes  se  dĂ©tachent :  d’une  part  la  cellule  familiale  reste  un 

point d’appui fondamental dans la rĂ©ussite Ă©tudiante mais elle est plus fragilisĂ©e que jamais et 

a besoin d’ĂȘtre confortĂ©e par des aides ; d’autre part il y a une vraie dĂ©tresse qui s’exprime au 

niveau  des  classes  moyennes  modestes.  On  ne  peut  prĂ©tendre  faire  des  aides  sociales  aux 

Ă©tudiants en en excluant de façon aussi flagrante autant de familles qui en ont pourtant besoin.  

Il est essentiel de comprendre les attentes et les inquiĂ©tudes de la jeune gĂ©nĂ©ration qui 

arrive  dans  un  contexte  oĂč  les  Ă©tudes  universitaires  sont  Ă   la  fois  plus  indispensables,  plus 

chĂšres et donnent moins de garanties d’insertion professionnelle qu’avant. Dans ce contexte, 

c’est  bien  le  sens  de  l’ascenseur  social  qui  est  posĂ©  et  de  sa  capacitĂ©  Ă   assurer  Ă   travers  un 

parcours universitaire une vĂ©ritable Ă©galitĂ© des chances pour le plus grand nombre. Relever ce 

dĂ©fi  suppose  une  refonte  de  notre  systĂšme  d’aides  autour  de  quelques  idĂ©es  simples :  les 

bourses doivent ĂȘtre versĂ©es rapidement, le systĂšme doit ĂȘtre plus clair pour que les Ă©tudiants 

puissent  facilement  faire  leurs  demandes,  il  faut  Ă©largir  l’assiette  des  aides  aux  familles 

modestes,  nous  devons  rĂ©pondre  au  dĂ©fi  d’aujourd’hui  qu’est  la  mobilitĂ©  Ă©tudiante,  enfin  il 

faut remĂ©dier Ă  certaines situations d’injustice qui se sont sĂ©dimentĂ©es Ă  travers le temps  

Il ne s’agit pas du grand soir mais de rĂ©formes qui, pour ĂȘtre pragmatiques, n’en sont 

pas moins ambitieuses. Le programme est vaste mais le dĂ©fi en vaut la peine.   

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

89 

 

 

 

ANNEXES 

 

ANNEXE 1 

 

 

T

ABLEAU RECAPITULATIF DES PRINCIPALES AIDES SOCIALES ETUDIANTES

 

 

CrĂ©Ă© Ă  l’occasion de ce rapport, le tableau suivant rĂ©capitule l’ensemble du dispositif 

d’aides sociales destinĂ©es aux Ă©tudiants en synthĂ©tisant, pour la premiĂšre fois, 

les 3 prĂ©sentations possibles du systĂšme d’aides sociales 

(aides financiĂšres ou fiscales, directes ou indirectes, familiales ou individuelles). 

 
 
 
 

A

IDES 

« 

FAMILIALES

 Â» 

 

Aides Â« familiales Â» directes 

A

IDES  FINANCIERES

.  Sont  comptabilisĂ©es,  chaque  annĂ©e,  les  principales  aides  destinĂ©es  aux 

Ă©tudiants :  bourses  sur  critĂšres  sociaux,  bourses  sur  critĂšres  universitaires,  bourses  de  mĂ©rite, 

allocations d’études et prĂȘts d’honneur. 

■

 B

OURSES  SUR  CRITERES  SOCIAUX

. AccordĂ©es en fonction des ressources (revenus dĂ©clarĂ©s bruts, 

avant  abattement)  et  des  charges  de la  famille  apprĂ©ciĂ©es  selon  un  barĂšme  national  qui  dĂ©termine  le 

montant annuel de la bourse, de l’échelon zĂ©ro Ă  l’échelon 5. Elles sont rĂ©servĂ©es aux Ă©tudiants en 1

er

 

et 2

e

 cycles, en DESS, en DEA ou dans les nouveaux cursus licence et master, avec des conditions sur 

l’ñge, la nationalitĂ© et les Ă©tudes suivies. Dans cette catĂ©gorie Ă©taient incluses jusqu’en 1999-2000, les 

aides  individuelles  exceptionnelles  (AIE),  supprimĂ©es  Ă   la  rentrĂ©e  2000,  avec  la  gĂ©nĂ©ralisation  du 

principe de la bourse de cycle (possibilitĂ© de maintien de la bourse pendant la durĂ©e du cycle). 

■

 B

OURSES  SUR  CRITERES  UNIVERSITAIRES

.  Bourses  de  service  public,  de  diplĂŽme  d’études 

approfondies (DEA) et de diplĂŽme d’études supĂ©rieures spĂ©cialisĂ©es (DESS), et bourses d’agrĂ©gation. 

■

 B

OURSES  DE  MERITE

.  Mises  en  place  Ă   la  rentrĂ©e  1998,  elles  sont  attribuĂ©es  Ă   des  Ă©tudiants 

remplissant  les  critĂšres  sociaux  d’attribution  d’une  bourse  d’enseignement  supĂ©rieur,  aux  ressources 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

90 

familiales  limitĂ©es,  titulaires  du  baccalaurĂ©at  mention  Â« trĂšs  bien Â»,  et  s’engageant  Ă   prĂ©parer  le 

concours  d’entrĂ©e  Ă   l’ENA,  l’ENM  ou  une  grande  Ă©cole  scientifique,  ou  Ă   faire  des  Ă©tudes  de 

mĂ©decine. Elles sont contingentĂ©es par acadĂ©mie. L’aide accordĂ©e est de 6 102 â‚Ź. 

■

 A

LLOCATIONS D

’

ETUDES

. Ce dispositif, mis en place en 1999, rĂ©pond aux difficultĂ©s que peuvent 

rencontrer  les  Ă©tudiants  confrontĂ©s  Ă   des  situations  personnelles  ne  leur  permettant  pas  de  se  voir 

attribuer  une  bourse  dans  le  cadre  du  droit  commun.  Il  concerne  aussi  les  Ă©tudiants  inscrits  pour  la 

premiĂšre fois en 1

re

 annĂ©e de 3

e

 cycle, non bĂ©nĂ©ficiaires d’une bourse sur critĂšres universitaires et qui 

ont  prĂ©cĂ©demment  obtenu  une  aide  directe  de  l’État.  Les  candidats  doivent  remplir,  par  ailleurs,  les 

conditions gĂ©nĂ©rales d’attribution des bourses sur critĂšres sociaux. Ces bourses sont contingentĂ©es. 

 

Aides Â« familiales Â» indirectes 

A

IDES FISCALES

 :

 

majoration d’œ part fiscale du quotient familial et rĂ©duction d’impĂŽts pour frais de 

scolaritĂ© pour les enfants inscrits dans le supĂ©rieur. 

 

A

IDES INDIVIDUELLES

 

■

 A

LLOCATION DE LOGEMENT A CARACTERE SOCIAL

 (ALS). Elle a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e par la loi du 16 juillet 

1971 afin de venir en aide Ă  des catĂ©gories de personnes autres que les familles, caractĂ©risĂ©es par le 

niveau  modeste  de  leurs  ressources  (personnes  ĂągĂ©es,  handicapĂ©s,  travailleurs  de  moins  de  25 ans). 

Depuis 1991, toute personne ayant des ressources modestes et une charge de logement peut prĂ©tendre 

Ă   une  aide  au  logement  et  ce,  quels  que  soient  son  Ăąge  et  sa  situation  familiale  ou  professionnelle. 

L’octroi  de  cette  prestation  Ă©tant  liĂ©  aux  ressources  personnelles  du  demandeur,  ce  sont  de  fait  les 

Ă©tudiants qui en ont Ă©tĂ© les principaux bĂ©nĂ©ficiaires. Elle est financĂ©e par le fonds national d’aide au 

logement (FNAL) qui est alimentĂ© par l’État et par une cotisation des employeurs. 

■

 A

IDE  PERSONNALISEE  AU  LOGEMENT 

(APL).  L’APL  a  Ă©tĂ©  crĂ©Ă©e  par  la  loi  du  3 janvier  1977  et 

relĂšve  du  Code  de  la  construction  et  de  l’habitation  (CCH).  Elle  s’applique  Ă   un  parc  de  logements 

dĂ©terminĂ©, quelles que soient les caractĂ©ristiques familiales des occupants. Son financement est assurĂ© 

par le fonds national de l’habitation (FNH). 

■

 A

IDES 

L

OCA

-P

ASS

. RĂ©servĂ©es aux Ă©tudiants

27

 justifiant soit d’un CDD d’une durĂ©e minimale de 

3 mois,  en  cours  au  moment  de  la  demande,  soit  d’un  ou  de  plusieurs  CDD  d’une  durĂ©e  cumulĂ©e 

minimale de 3 mois au cours des 6 mois prĂ©cĂ©dant la demande, soit d’une convention de stage d’au 

moins  3 mois  en  cours  au  moment  de  la  demande,  ou  bĂ©nĂ©ficiant  d’une  bourse  d’État  â€” les 

boursiers ayant mĂȘme la possibilitĂ© de transmettre une demande d’aides Loca-Pass sur prĂ©sentation de 

la  notification  conditionnelle  de  bourse,  auquel  cas,  ils  doivent  s’engager,  par  Ă©crit,  Ă   transmettre  le 

                                                 

27. Les  aides  Loca-Pass  s’adressent  aussi  aux  salariĂ©s  du  secteur  privĂ©,  non  agricole,  quelle  que  soit  leur 
anciennetĂ© ou la nature de leur contrat de travail, ou aux personnes de moins de 30 ans, se trouvant en formation 
professionnelle,  en  recherche  d’emploi,  en  situation  d’emploi,  en  CDD  (y  compris  les  emplois-jeunes,  et  les 
fonctionnaires non-titularisĂ©s), ou aux retraitĂ©s ayant cessĂ© leur activitĂ© professionnelle depuis moins de 5 ans et 
dont le dernier employeur Ă©tait une entreprise du secteur privĂ© non agricole. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

91 

justificatif de la notification dĂ©finitive dans un dĂ©lais de 6 mois â€”, les aides Loca-Pass comprennent : 

‱ L’avance  du  dĂ©pĂŽt  de  garantie  (avance  Loca-Pass) :  Ă   la  demande  de  l’étudiant,  l’organisme 

prĂȘteur lui verse ou verse directement au bailleur le montant du dĂ©pĂŽt de garantie prĂ©vu dans le contrat 

de  location  (deux  mois  de  loyer  maximum)  sans  intĂ©rĂȘt  ni  frais  de  dossier.  L’étudiant  rembourse 

mensuellement sous forme de prĂȘt sans intĂ©rĂȘt. La durĂ©e maximale de remboursement est de 36 mois. 

(possibilitĂ©  de  choisir  un  remboursement  en  6,  12,  24  ou  36 mois).  La  mensualitĂ©  ne  peut  ĂȘtre 

infĂ©rieure  Ă   15 â‚Ź.  La  premiĂšre  Ă©chĂ©ance  est  prĂ©levĂ©e  3 mois  aprĂšs  le  dĂ©blocage  du  prĂȘt.  En  cas  de 

dĂ©part avant la fin du prĂȘt, l’étudiant rembourse l’organisme prĂȘteur dans les 3 mois. Ă€ la fin du bail, 

l’étudiant  rĂ©cupĂšre  la  totalitĂ©  du  dĂ©pĂŽt  de  garantie  auprĂšs  de son  bailleur (sous rĂ©serve  de  dĂ©duction 

des frais engagĂ©s par le propriĂ©taire pour la remise en Ă©tat d’un logement dĂ©gradĂ©).  

‱ La  garantie  de  paiement  du  loyer  et  des  charges  (garantie  LOCA-PASS)  L’organisme  prĂȘteur 

s’engage  pendant  une  durĂ©e  de  3 ans,  Ă   partir  de  l’entrĂ©e  de  l’étudiant  dans  les  lieux,  Ă   assurer  le 

paiement  de  son  loyer  et  des  charges  locatives  dans  la  limite  de  18 mois,  en  cas  de  difficultĂ©s 

financiĂšres. Les fonds sont versĂ©s au bailleur, Ă  sa demande directement auprĂšs de l’organisme prĂȘteur, 

dĂšs la survenance du premier impayĂ© et un mois aprĂšs une mise en demeure restĂ©e infructueuse. Cette 

avance est remboursable par le locataire, Ă  un taux de 0 %, sur trois ans maximum. 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

92 

ANNEXE 2 

 

A

NALYSE DE L

’

EVOLUTION DU NOMBRE D

’

ETUDIANTS BOURSIERS

 

 

 

Nombre et rĂ©partition, au sein de l’Enseignement supĂ©rieur, des Ă©tudiants aidĂ©s

 

En  2004,  le  nombre  d’étudiants  recevant  une  aide  financiĂšre  continue  de  progresser 

(+ 1,0 %),  pour  s’élever  Ă   515 000  (France  mĂ©tropolitaine  et  DOM).  NĂ©anmoins,  cette  hausse  est 

moindre  que  les  derniĂšres  annĂ©es  (+ 2,0 %  en  2001et  2002,  + 2,5 %  en  2003).  La  croissance  des 

effectifs  inscrits  dans  une  formation  ouvrant  le  droit  aux  aides  diminue  Ă©galement  (+ 0,7 %  aprĂšs 

+ 2,0 %).  La  proportion  d’étudiants  aidĂ©s  se  stabilise  donc  autour  de  30%.  Depuis  2002,  cette 

proportion  progresse  modĂ©rĂ©ment  (+ 0,5 point  en  3 ans)  alors  qu’entre  1997  et  2001,  elle  avait 

augmentĂ© de prĂšs de 6 points avec le plan social Ă©tudiant. La faible croissance du nombre d’étudiants 

aidĂ©s s’explique donc uniquement par l’évolution des effectifs susceptibles de recevoir une bourse. 

Le ralentissement du nombre d’étudiants aidĂ©s dans le supĂ©rieur en 2004 vient principalement 

des bourses sur critĂšres sociaux (BCS) (95 % du total) dont la croissance baisse nettement (1,0 % en 

2004-2005 aprĂšs 2,7 %).  

Les  Ă©tudiants  en  STS  ont  la  plus  forte  propension  Ă   ĂȘtre  boursiers  (43,1 %)  malgrĂ©  une 

baisse de 1,0 point en 2004. Ă€ l’inverse, les Ă©tudiants en CPGE prĂ©sentent des caractĂ©ristiques socio-

Ă©conomiques  plus  favorables,  la  proportion  de  boursiers  y  est  beaucoup  plus  faible  (18,8 %).  La 

proportion  d’étudiants  aidĂ©s  Ă   l’universitĂ©  s’élĂšve  Ă   28,2 % :  cette  part  progresse  rĂ©guliĂšrement 

dans le temps (+ 0,4 point en 2004, + 7,0 points en dix ans) et plus vite que pour les autres formations 

(+ 33,0 %  en  dix  ans  pour  l’universitĂ©  contre  + 24,3 %  en  moyenne).  Les  Ă©tudiants  les  plus 

dĂ©favorisĂ©s optent donc de plus en plus pour des cursus universitaires : ainsi 60 % des boursiers 

suivent des Ă©tudes Ă  l’universitĂ©

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

93 

Évolution du nombre d’étudiants bĂ©nĂ©ficiant d’une aide financiĂšre (1990/2005) 

(France mĂ©tropolitaine + DOM) 

(Source : DEP du MÉNESR)

 

 

 

1990-

1991 

1996-

1997 

1998-

1999 

1999-

2000 

2000-

2001 

2001-

2002 

2002-

2003 

2003-

2004 

2004-

2005 

Ensemble des aides (1) 

272 088  398 723  413 964  456 714  478 600  488 059  497 721  510 267  515 511 

En % du nombre  
d’étudiants concernĂ©s (2) 

19,7 

23,3 

24,7 

27,4 

28,6 

29,5 

29,7 

29,9 

30,0 

Dont : 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

UniversitĂ© : 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Étudiants aidĂ©s (3) 

185 526  266 335  283 906  319 870  335 187  339 038  345 148  354 954  361 970 

En % du nombre  
d’étudiants concernĂ©s (2) 

17,5 

20,4 

22,5 

25,5 

26,6 

27,4 

27,6 

27,8 

28,2 

CPGE et STS (3) :  

63 251  85 454  89 763  95 708  97 989  100 089  103 773  103 420  101 010 

En % du nombre  
d’étudiants concernĂ©s (2) 

25,5 

31,4 

32,7 

34,8 

35,7 

36,6 

37,8 

37,7 

36,9 

dont CPGE (3) 

 

11 522  10 154  10 834  12 361  13 120  13 120  12 949  13 273 

En % du nombre  
d’étudiants concernĂ©s (2) 

 

15,5 

13,9 

14,9 

17,1 

19,3 

18,9 

18,7 

18,8 

dont STS (3) 

 

73 932  79 609  84 874  85 628  86 969  90 653  90 471  87 737 

En % du nombre  
d’étudiants concernĂ©s (2) 

 

37,3 

39,6 

42,0 

42,4 

42,4 

44,2 

44,1 

43,1 

(1) Champ :  bourses  sur  critĂšres  sociaux  (y  compris  les  AIE  jusqu’en  1999),  bourses  sur  critĂšres  universitaires,  bourses  de 
mĂ©rite, allocations d’études, prĂȘts d’honneur, allocations d’IUFM (supprimĂ©es en 1998). 
(2) DonnĂ©e estimĂ©e en 1990-1991. (3) Hors allocations d’études, prĂȘts d’honneur, allocations d’IUFM. 

 
 
 
 
 

RĂ©partition des bĂ©nĂ©ficiaires par type d’aide et par nature de l’établissement frĂ©quentĂ© 

en 2004-2005 (France mĂ©tropolitaine + DOM) 

(Source : DEP du MÉNESR)

 

 

  

B

CS

 (1) 

B

CU

 (1) 

Bourses 

de mĂ©rite 

Total 

bourses  

(1) 

Allocations 

d’études 

(2) 

PrĂȘts 

d’honneur 

(2) 

Total UniversitĂ© (3) 

349 106 

12 423 

441 

361 970 

 

 

Dont :  

 

 

 

 

 

 

- IUT 

43 053 

43 055 

 

 

- FiliĂšres ingĂ©nieurs 

10 539 

269 

31 

10 839 

 

 

CPGE 

13 024 

249 

13 273 

 

 

STS 

87 736 

87 737 

 

 

IUFM, CFPP 

14 378 

14 378 

 

 

FacultĂ©s privĂ©es 

2 401 

32 

2 434 

 

 

Autres Ă©coles (3) 

22 767 

120 

65 

22 952 

 

 

Total bourse France mĂ©tro + DOM (1) 

489 412 

12 575 

757 

502 744 

10 189 

2 578 

(1) Sans allocation d’études. 
(2) Source DES. Le dĂ©tail par Ă©tablissement n’est pas disponible. 
(3)  Suite  au  passage  au  LMD,  le  systĂšme  d’information  gĂ©rant  les  bourses  du  supĂ©rieur  (AGLAE)  ne  permet  plus  de 
connaĂźtre  avec  prĂ©cision  les  formations  suivies  par  les  Ă©tudiants  boursiers.  Ă€  partir  de  2006-2007,  une  nouvelle  version 
d’AGLAE sera mise en place, le dĂ©tail des formations sera Ă  nouveau disponible. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

94 

ANNEXE 3 

 

L

E FONCTIONNEMENT DES COMMISSIONS ACADEMIQUES

 

 

 

Une  commission  acadĂ©mique  d’allocation  d’études  est  prĂ©sidĂ©e  par  le  recteur 

d’acadĂ©mie  ou  son  reprĂ©sentant  â€” Ă   titre  consultatif,  le  recteur  peut  dĂ©cider  d’inviter  toute 

personne  qualifiĂ©e  susceptible  d’éclairer  la  commission,  et  notamment  les  travailleurs 

sociaux â€”, assistĂ© du vice-prĂ©sident Ă©tudiant, et est composĂ©e paritairement : 

– de membres de l’administration : le recteur de l’acadĂ©mie ou son reprĂ©sentant ; le directeur 

du C

ROUS

 ou son reprĂ©sentant ; deux reprĂ©sentants d’établissements d’enseignement supĂ©rieur 

de  l’acadĂ©mie ;  un  reprĂ©sentant  des  collectivitĂ©s  locales ;  le  trĂ©sorier-payeur  gĂ©nĂ©ral  du 

dĂ©partement,  chef-lieu  de  l’acadĂ©mie  ou  son  reprĂ©sentant ;  un  reprĂ©sentant  des  caisses 

d’allocations familiales ; 

– de  reprĂ©sentants  Ă©tudiants :  le  vice-prĂ©sident  Ă©tudiant  du  conseil  d’administration  du 

C

ROUS

 ;  les  Ă©tudiants  Ă©lus  au  conseil  d’administration  du  C

ROUS

 de  l’acadĂ©mie  ou  leurs 

supplĂ©ants. 

Pour  rĂ©pondre  aux  diffĂ©rentes  situations,  la  commission  acadĂ©mique  d’allocation 

d’études peut se rĂ©unir tout au long de l’annĂ©e. Elle se rassemble, dans la mĂȘme composition, 

en  deux  formations  et  ordres  du  jour  distincts  en  fonction  des  deux  catĂ©gories  de  dĂ©cisions 

(bourse d’enseignement supĂ©rieur sur critĂšres sociaux ou allocation d’études). AprĂšs examen 

du dossier, la commission acadĂ©mique d’allocation d’études Ă©met un avis d’attribution ou de 

non-attribution  d’une  bourse  d’enseignement  supĂ©rieur  sur  critĂšres  sociaux  ou  d’une 

allocation  d’études  et  propose  le  montant  de  l’aide  susceptible  d’ĂȘtre  accordĂ©e.  Ce  montant 

correspond  Ă   un  des  Ă©chelons  des  bourses  d’enseignement  supĂ©rieur  sur  critĂšres  sociaux,  Ă  

l’exception de l’échelon 0 dans le cas de l’attribution d’une allocation d’études.  

 

Pour  l’annĂ©e  universitaire  2004-2005,  les  commissions  acadĂ©miques  de  l’ensemble  des 

C

ROUS

  (Hexagone  et  DOM)  ont  accordĂ©  une  bourse  d’enseignement  supĂ©rieur  sur  critĂšres 

sociaux Ă  2 364 bĂ©nĂ©ficiaires : sur ce total, plus de 40 % (978 bĂ©nĂ©ficiaires) sont concentrĂ©s entre 

les seules acadĂ©mies de Lille (512) et de Lyon (466), contre 129 Ă  Bordeaux, 89 Ă  Poitiers, 82 Ă  Aix-

Marseille,  69  Ă   Paris  ou  36  Ă   CrĂ©teil  â€” pour  nous  en  tenir  aux  seules  acadĂ©mies  visitĂ©es  durant 

cette mission parlementaire â€”, mais 6 Ă  La RĂ©union, 9 Ă  Amiens et 14 pour les Antilles-Guyane, ou 

encore 118 Ă  Dijon. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

95 

ParallĂšlement,  ces  mĂȘmes  commissions  acadĂ©miques  ont  accordĂ©,  sur  un  contingent 

national  fixĂ©  Ă   11 000  bĂ©nĂ©ficiaires,  10 189 allocations  d’études,  soit  un  taux  d’utilisation  du 

contingent de 93 %. Dans plusieurs acadĂ©mies, ce taux d’utilisation du contingent fixĂ© atteint ou 

dĂ©passe  les  100 %,  signe  de  la  situation  trĂšs  prĂ©caire  et  tendue  des  Ă©tudiants  concernĂ©s,  et  signe 

aussi  de  la  prĂ©occupation  sociale  constante  des  commissions  acadĂ©miques :  ainsi  Ă   Aix-Marseille 

(103 %), Lille (112 %), Lyon (100 %), Paris (100 %), mais aussi Ă  Dijon (108 %) ou Nice (119 %), 

alors que les taux les plus bas sont ceux relevĂ©s Ă  Versailles (60 %), Limoges (66 %) et Besançon 

(69 %). 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

96 

ANNEXE 4 

 

L

M

INIMUM VITAL POUR UN ETUDIANT

 

Tentative d’actualisation du chiffrage rĂ©alisĂ© par Herpin, Verger (1997) 

Source : I

NSEE

 (fĂ©vrier 2006) 

 
 
 
 

Dans un article intitulĂ© Â« Les Ă©tudiants, les autres jeunes, leur famille et la pauvretĂ© Â» 

publiĂ© dans Economie et Statistique N°308-309-310 (1997), Herpin et Verger avaient fait une 

tentative de chiffrage d’un panier de consommation correspondant au minimum vital pour un 

Ă©tudiant  en  1997.  Ce  type  de  chiffrage  est  doublement  conventionnel :  les  biens  et  services 

composant  le  panier  minimum  y  sont  dĂ©finis  de  maniĂšre  normative,  la  quantitĂ©  et  le  prix  de 

chacun de ces biens et services Ă©galement.  

 

À  8 ans  d’intervalle,  il  a  Ă©tĂ©  tentĂ©  une  actualisation  de  ce  panier.  Celle-ci  reste 

exploratoire. En effet, certains des biens composant le panier initial ont Ă©voluĂ© et de nouveaux 

produits,  correspondant  Ă   une  offre  Ă©largie  de  services,  sont  apparus :  la  carte  Imagine’R 

destinĂ©e  aux  Ă©udiants  a  remplacĂ©  la  carte  orange  par  exemple.  Le  choix  entre  ces  deux 

produits voisins se pose donc aujourd’hui et la simple actualisation du panier ne va pas de soi. 

Par  ailleurs  certains  produits  Ă©lĂ©mentaires  correspondant  Ă   des  Ă©lĂ©ments  du  panier 

(habillement,  santĂ©)  de  1997  n’ont  pu  ĂȘtre  identifiĂ©s  prĂ©cisĂ©ment  en  2005.  L’estimation  du 

montant  annuel  de  dĂ©pense  de  2005  a  Ă©tĂ©  rĂ©alisĂ©e  sur  une  base    approximative  pour  ces 

produits.  

 

Le  tableau  ci-joint  prĂ©sente  le  chiffrage  du  Â« panier  minimum  Ă©tudiant Â»  dĂ©fini  en 

1997 aux prix de 2005, Ă  partir des donnĂ©es mobilisĂ©es dans le calcul de l’indice des prix Ă  la 

consommation,  selon  deux  hypothĂšses  sur  les  dĂ©penses  de  transport.  La  premiĂšre  actualise 

simplement  le  coĂ»t  de  la  carte  orange  prĂ©sente  dans  le  panier  de  Herpin,  Verger  (1997).  La 

seconde  substitue  la  carte  Imagine’R  Ă   la  carte  orange  mensuelle :  la  carte  Imagine’R 

correspond  Ă  une baisse  de prix de 40 % Ă  services constants. Dans  ce dernier cas, le panier 

total s’élĂšve Ă  451 â‚Ź, en  augmentation de 15 % par rapport au panier de 1997, que l’on peut 

considĂ©rer comme Ă©quivalent en services rendu. Le panier identique Ă  celui de 1997 coĂ»terait 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

97 

quant Ă  lui 488 â‚Ź en 2005,soit une augmentation de 24 %. Pour mĂ©moire, l’indice des prix Ă  la 

consommation a augmentĂ© parallĂšlement de 14 %. 

 

1997 

2005, sans  

imagine R 

2005, avec 

imagine R 

  

En 

Francs 

En â‚Ź 

2005 

Ă©volutio

2005 

Ă©volution 

Alimentation 

15440 

2354 

2902 

23% 

2902 

23% 

Habillement

28

 

1530 

233 

236 

1% 

236 

1% 

Logement 

8160 

1244 

1560 

25% 

1560 

25% 

Equipement du logement 

0% 

0% 

Transport 

4200 

640 

817 

28% 

383,6 

-40% 

Loisirs et vacances 

0% 

0% 

SantĂ© et Ă©ducation

29

 

1594 

243 

336 

38% 

336 

38% 

Total annuel 

30924 

4714 

5851 

24% 

5417,6 

15% 

 -  Ă©quivalent mensuel 

2577 

393 

488 

24% 

451 

15% 

Indice des prix Ă  la 
consommation 

 

 

 

14% 

 

14% 

 

                                                 

28 Pour l’habillement le montant de dĂ©penses de 2005 a Ă©tĂ© calculĂ© en appliquant la hausse des prix de ce poste 
dans l’indice des prix Ă  la consommation (1 % seulement de 1997 Ă  2005)  au montant de 2005.  
29 Il n’a pas Ă©tĂ© possible de retrouver le panier prĂ©cis de dĂ©penses de santĂ© utilisĂ© en 1997. Le montant de 1997 
(semble-t-il  intermĂ©diaire  entre  cotisations  de  sĂ©curitĂ©  sociale  seules  et  avec  mutuelle  complĂ©mentaire)  a  Ă©tĂ© 
actualisĂ© avec l’évolution des prix de la seule assurance obligatoire (+44 %). Le tarif d’une assurance obligatoire 
et  complĂ©mentaire  a  quant  Ă   lui  augmentĂ©  de  68 %  sur  la  pĂ©riode.  Retenir  ce  dernier  choix  pour  revaloriser  le 
panier le situerait  globalement Ă  494 â‚Ź ou 457 â‚Ź par mois selon l’hypothĂšse retenue sur les transports. La hausse 
par rapport Ă  1997 se monterait alors respectivement Ă  26 % ou 16 %.  

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

98 

ANNEXE 5 

 

L

ES 

C

ONSEQUENCES DE LA PRISE EN COMPTE DU REVENU DES PARENTS

 

SUR LE NIVEAU DE VIE DES ETUDIANTS DU SUPERIEUR

 

Source :

 

I

NSEE 

(fĂ©vrier 2006) 

 
 
 

Le niveau de vie des Ă©tudiants est difficilement mesurable Ă  partir de leurs ressources 

propres qui sont en gĂ©nĂ©ral trĂšs faibles. Qu’ils vivent chez leurs parents ou qu’ils aient quittĂ© 

le domicile familial, ils bĂ©nĂ©ficient souvent d’aides matĂ©rielles et  financiĂšres importantes de 

la  part  de  leurs  parents  (cf.  Herpin  et  DĂ©chaux  2005

30

).  Il  est  donc  Ă©clairant  d’estimer  le 

niveau  de  vie  des  Ă©tudiants  en  tenant  compte  du  revenu  de  leurs  parents  et  inversement,  de 

tenir  compte  de  la  prĂ©sence  de  jeunes  adultes  hors  du  mĂ©nage  et  non  autonomes 

financiĂšrement pour Ă©valuer le niveau de vie des parents. 

Cet exercice repose cependant sur de nombreuses hypothĂšses et Ă  ce titre a surtout des 

vertus  exploratoires.  En  particulier,  les  ressources  des  parents  ne  sont  pas  directement 

disponibles  dans  les  enquĂȘtes  de  l’I

NSEE

  lorsque  l’étudiant  ne  vit  plus  chez  ses  parents.  Des 

liens familiaux avec des parents potentiels ont donc Ă©tĂ© reconstituĂ©s pour ces Ă©tudiants Ă  l’aide 

du modĂšle de microsimulation I

NES

 afin de construire des Â« familles Ă©largies Â» dans lesquelles 

sont  inclus  les  jeunes  dĂ©cohabitant  (cf.  mĂ©thode  dĂ©crite  en  rubrique  ComplĂ©ment 1).  La 

version  du  modĂšle  utilisĂ©e  s’appuie  sur  l’enquĂȘte  Revenus  fiscaux  de  2001,  actualisĂ©e  en 

population et lĂ©gislation 2004. 

 

Le  Tableau 1  dĂ©crit,  dans  un  premier  temps,  la  rĂ©partition  des  mĂ©nages  Â« Ă©largis Â» 

comprenant au moins un Ă©tudiant du supĂ©rieur selon le revenu disponible global du mĂ©nage

31

Les  Ă©tudiants  du  supĂ©rieur  sont  nettement  plus  souvent  prĂ©sents  dans  les  familles  disposant 

d’un  revenu  disponible  Ă©levĂ©.  C’est  aussi  dans  ces  familles  les  plus  aisĂ©es  que  la 

dĂ©cohabitation des Ă©tudiants est la plus frĂ©quente. 

 
 

                                                 

30. Cf. bibliographie sous l’intitulĂ© RĂ©fĂ©rences, en fin de rubrique ComplĂ©ment 2. 
31. Le  revenu  disponible  du  mĂ©nage  correspond  au  revenu  aprĂšs  prĂ©lĂšvements  sociaux  et  fiscaux  et  augmentĂ© 
des prestations sociales, il correspond donc aux ressources dont disposent in fine le mĂ©nage pour ses dĂ©penses et 
son  Ă©pargne.  Il  s’agit  ici  du  revenu  global  du  mĂ©nage,  c’est-Ă -dire  incluant  les  ressources  de  l’ensemble  des 
individus  du  mĂ©nage  Ă©largi :  celles  des  parents,  des  enfants  vivant  dans  le  mĂ©nage  mais  aussi  Ă©ventuellement 
celle des jeunes dĂ©cohabitant rattachĂ©s dans le cadre de la Â« famille Ă©largie Â». 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

99 

 

Tableau 1 :  RĂ©partition  des  mĂ©nages  Â« Ă©largis Â»  avec  au  moins  un  Ă©tudiant  du 
supĂ©rieur selon le revenu global 

MĂ©nages avec au moins 

un Ă©tudiant du supĂ©rieur 

Dont au moins un 

Ă©tudiant : 

DĂ©ciles de revenu disponible du 

mĂ©nage Â« Ă©largi Â» 

en milliers 

en % 

cohabitant  dĂ©cohabitant 

1 (Moins de 11 400 â‚Ź par an) 

47 

3 % 

95 % 

5 % 

2 (De 11 400 â‚Ź Ă  14 600 â‚Ź par an) 

51 

3% 

79 % 

21 % 

3 (De 14 600 â‚Ź Ă  17 900 â‚Ź par an) 

51 

3 % 

75 % 

26 % 

4 (De 17 900 â‚Ź Ă  21 300 â‚Ź par an) 

76 

4 % 

72 % 

29 % 

5 (De 21 300 â‚Ź Ă  25 200 â‚Ź par an) 

119 

7 % 

77 % 

25 % 

6 (De 25 200 â‚Ź Ă  29 500 â‚Ź par an) 

152 

8 % 

72 % 

30 % 

7 (De 29 500 â‚Ź Ă  34 600 â‚Ź par an) 

184 

10 % 

71 % 

31 % 

8 (De 34 600 â‚Ź Ă  41 100 â‚Ź par an) 

262 

14 % 

74 % 

28 % 

9 (De 41 100 â‚Ź Ă  52 200 â‚Ź par an) 

333 

18 % 

74 % 

30 % 

10 (Plus de 52 200 â‚Ź par an) 

551 

30 % 

70 % 

36 % 

Ensemble 

1 826 

100 % 

73 % 

30 % 

Champ :  mĂ©nages  selon  la  dĂ©finition  des  Â« familles  Ă©largies Â»  (c’est-Ă -dire  que  les 
jeunes  dĂ©cohabitant  de  18  Ă   24 ans,  et  les  Ă©tudiants  de  18  Ă   26  ans  sont  rattachĂ©s  au 
mĂ©nage de leurs parents) dont le revenu initial total (y compris les Ă©ventuels revenus 
initiaux des jeunes dĂ©cohabitant) est positif ou nul. 

Note :  les  dĂ©ciles  de  revenu  disponible  sont  calculĂ©s  sur  l’ensemble  des  mĂ©nages, 
c’est-Ă -dire que le premier dĂ©cile correspond donc au 10 % des mĂ©nages disposant du 
revenu  disponible  global  le  plus  faible.  Ainsi,  3 %  des  mĂ©nages  comprenant  au 
moins un Ă©tudiant du supĂ©rieur se situent parmi les 10 % des mĂ©nages les moins 
bien pourvus en revenu disponible

Remarque :  les  pourcentages  des  colonnes  Â« cohabitant Â»  et  Â« dĂ©cohabitant Â»  ne  se 
somment  pas  toujours  Ă   100 %  car  certains  mĂ©nages  peuvent  contenir  plusieurs 
Ă©tudiants cohabitant ou dĂ©cohabitant. 

Source : Insee-DGI, enquĂȘte Revenus fiscaux 2001 (actualisĂ©e 2004), modĂšle INES, 
calculs Drees et Insee.  
 
 

NĂ©anmoins,  ces  premiĂšres  observations  ne  permettent  pas  de  conclure  que  les 

Ă©tudiants  du  supĂ©rieur  bĂ©nĂ©ficient  en  gĂ©nĂ©ral  d’un  niveau  de  vie  Ă©levĂ©.  En  effet,  pour 

Ă©tudier  le  niveau  de  vie  des  Ă©tudiants,  il  convient  de  tenir  compte  de  la  taille  et  de  la 

composition  des  mĂ©nages  auxquels  ils  appartiennent.  Dans  les  familles  nombreuses  oĂč  les 

ressources doivent ĂȘtre partagĂ©es entre tous les individus, un mĂȘme revenu global assurera un 

niveau de vie plus faible que dans un mĂ©nage de peu de personnes.  

Les  niveaux  de  vie  sont  donc  estimĂ©s  en  calculant  un  revenu  par  Ă©quivalent-adulte 

dans chacune des familles Ă©largies, c’est-Ă -dire en tenant compte de l’ensemble des individus 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

100 

vivant dans le mĂ©nage ainsi que de la charge financiĂšre liĂ©e aux Ă©ventuels jeunes dĂ©cohabitant 

rattachĂ©s Ă  la famille.  

De  maniĂšre  conventionnelle,  il  est  supposĂ©  que  tous  les  membres  d’un  mĂ©nage 

Ă©largi,  cohabitant  ou  dĂ©cohabitant,  disposent  d’un  niveau  de  vie  identique.  Il  s’agit  lĂ , 

bien  sĂ»r,  d’une  hypothĂšse  simplificatrice

32

,  particuliĂšrement  forte  dans  le  cas  des  Ă©tudiants 

dĂ©cohabitant.  En  rĂ©alitĂ©,  il  est  probable  que  le  niveau  de  vie  Â« rĂ©el Â»  d’un  Ă©tudiant 

dĂ©cohabitant  se  situe  entre  le  niveau  de  vie  effectivement  observĂ©  (et  sous-estimĂ©)  en 

tenant compte des seuls revenus et transferts monĂ©taires qu’il dĂ©clare et le niveau de vie 

fictif du mĂ©nage Ă©largi auquel il appartient

 
 

Le  Tableau 2  dĂ©crit  donc,  dans  un  deuxiĂšme  temps,  la  rĂ©partition  des  Ă©tudiants  du 

supĂ©rieur  selon  les  dĂ©ciles  de  niveau  de  vie  de  la  population  globale  et  apporte  un  Ă©clairage 

sur la situation des Ă©tudiants diffĂ©rent de celui obtenu avec l’optique de revenu global. Selon 

le niveau de vie assurĂ© par les ressources du mĂ©nage parental Â« Ă©largi Â», les Ă©tudiants du 

supĂ©rieur sont alors lĂ©gĂšrement plus nombreux dans les dĂ©ciles de niveau de vie les plus 

Ă©levĂ©s,  mais  leur  rĂ©partition  semble  relativement  proche  de  celle  de  l’ensemble  de  la 

population  (la  proportion  des  Ă©tudiants  du  supĂ©rieur  situĂ©s  dans  chacun  des  dĂ©ciles  est  trĂšs 

proche de 10 %).  

Par ailleurs, les Ă©tudiants dĂ©cohabitant, plus souvent reprĂ©sentĂ©s dans les familles 

ayant  un  revenu  global  Ă©levĂ©,  s’avĂšrent,  selon  cette  nouvelle  optique,  plus  nombreux 

dans  les  premiers  dĂ©ciles  de  la  distribution  des  niveaux  de  vie.  En  effet,  les  charges 

financiĂšres  qu’ils  reprĂ©sentent  (et  notamment  le  financement  d’un  logement  indĂ©pendant), 

sous  l’hypothĂšse  conventionnelle  de  niveau  de  vie  identique  de  l’ensemble  des  membres  du 

mĂ©nage  Ă©largi,  grĂšvent  le  budget  de  la  famille  Ă©largie  et  rĂ©duisent  le  niveau  de  vie  de 

l’ensemble de ses membres. 

 
 

                                                 

32. Pour  les  implications  de  l’hypothĂšse  implicite  sur  le  degrĂ©  d’altruisme  parental  et  son  influence  sur  la 
dĂ©cohabitation juvĂ©nile, cf. LaferrĂšre (2005). 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

101 

Tableau 2 : RĂ©partition des Ă©tudiants du supĂ©rieur selon le niveau de vie assurĂ© 
par les ressources du mĂ©nage parental Â« Ă©largi Â» 

Étudiants du supĂ©rieur 

Dont : 

DĂ©cile de niveau de vie 

en milliers 

en % 

cohabitant  dĂ©cohabitant 

1 (Équivalent Ă  moins de 8 900 â‚Ź 
par an pour une personne seule) 

183 

9 % 

63 % 

37 % 

2 (De 8 900 â‚Ź Ă  10 800 â‚Ź) 

193 

9 % 

62 % 

38 % 

3 (De 10 800 â‚Ź Ă  12 500 â‚Ź) 

178 

8 % 

63 % 

37 % 

4 (De 12 500 â‚Ź Ă  14 100 â‚Ź) 

190 

9 % 

69 % 

31 % 

5 (De 14 100 â‚Ź Ă  15 900 â‚Ź) 

206 

10 % 

69 % 

31 % 

6 (De 15 900 â‚Ź Ă  17 800 â‚Ź) 

219 

10 % 

72 % 

28 % 

7 (De 17 800 â‚Ź Ă  20 200 â‚Ź) 

213 

10 % 

74 % 

26 % 

8 (De 20 200 â‚Ź Ă  23 400 â‚Ź) 

222 

10 % 

76 % 

24 % 

9 (De 23 400 â‚Ź Ă  29 300 â‚Ź) 

266 

12 % 

76 % 

24 % 

10 (Plus de 29 300 â‚Ź) 

265 

12 % 

76 % 

24 % 

Ensemble 

2 136 

100 % 

71 % 

29 % 

Champ :  individus  appartenant  Ă   un  mĂ©nage,  selon  la  dĂ©finition  des  Â« familles 
Ă©largies Â» (c’est-Ă -dire que les jeunes dĂ©cohabitant de 18 Ă  24 ans, et les Ă©tudiants de 
18 Ă  26 ans sont rattachĂ©s au mĂ©nage de leurs parents), dont le revenu initial total (y 
compris les Ă©ventuels revenus initiaux des jeunes dĂ©cohabitant) est positif ou nul. 

Note : les dĂ©ciles de niveau de vie sont calculĂ©s sur l’ensemble de la population, c’est-
Ă -dire que le premier dĂ©cile correspond donc au 10 % de la population totale les moins 
aisĂ©s.  Ainsi,  9 %  des  Ă©tudiants  du  supĂ©rieur  se  situent  dans  les  10 %  de  la 
population les moins aisĂ©s

Source :  I

NSEE

-DGI,  enquĂȘte  Revenus  fiscaux  2001  (actualisĂ©e  2004),  modĂšle  I

NES

calculs D

REES

 et I

NSEE

.  

 
 

La  mĂȘme  analyse  a  Ă©tĂ©  rĂ©alisĂ©e  sur  l’ensemble  des  jeunes  adultes  (de  18  Ă   24 ans,  et 

jusqu’à  26 ans  pour  les  Ă©tudiants) ;  les  tableaux  rĂ©sultats  sont  prĂ©sentĂ©s  dans  la  rubrique 

ComplĂ©ment 2.  La  rĂ©partition  des  mĂ©nages  Â« Ă©largis Â»  comportant  un  jeune  adulte  selon  le 

revenu  disponible  global  ne  diffĂšre  pas  fondamentalement  de  celle  des  mĂ©nages  avec  au 

moins  un  Ă©tudiant  du  supĂ©rieur.  En  revanche,  les  conclusions  en  terme  de  niveau  de  vie  ne 

sont pas tout Ă  fait identiques. Ainsi, on trouve autant de jeunes adultes dĂ©cohabitant tout 

au long de la distribution des niveaux de vie, alors qu’il y a nettement plus d’étudiants 

du  supĂ©rieur  dĂ©cohabitant  dans  le  bas  de  la  distribution.  En  effet,  ces  derniers,  ayant 

moins  de  ressources  propres,  sont  plus  souvent  entiĂšrement  Ă   la  charge  financiĂšre  du  foyer 

parental. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

102 

Enfin,  le  Graphique 1  reprĂ©sente  la  distribution  des  niveaux  de  vie  des  Ă©tudiants  du 

supĂ©rieur, selon qu’ils vivent ou non chez leurs parents, et la compare Ă  celle des niveaux de 

vie pour l’ensemble des individus. Ce graphique confirme que ces trois distributions ne sont 

globalement pas trĂšs Ă©loignĂ©es les unes des autres. 

Cependant,  pour  les  mĂȘmes  raisons  qu’évoquĂ©es  ci-dessus,  les  Ă©tudiants 

dĂ©cohabitant sont plus nombreux dans le bas de la distribution (dans la zone de niveau 

de vie Ă©quivalent Ă  moins de 10 000 â‚Ź annuels pour une personne seule). En revanche les 

Ă©tudiants cohabitant sont plus souvent reprĂ©sentĂ©s dans le haut de la distribution

 

Graphique 1 : Distribution du niveau de vie des Ă©tudiants du supĂ©rieur 
(niveau de vie assurĂ© par les ressources du mĂ©nage parental Â« Ă©largi Â») 
Champ :  individus  appartenant  Ă   un  mĂ©nage,  selon  la  dĂ©finition  des  Â« familles  Ă©largies Â» 
(c’est-Ă -dire que les jeunes dĂ©cohabitant de 18 Ă   24 ans, et les Ă©tudiants de 18 Ă  26 ans sont 
rattachĂ©s  au  mĂ©nage  de  leurs  parents),  dont  le  revenu  initial  total  (y  compris  les  Ă©ventuels 
revenus initiaux des jeunes dĂ©cohabitant) est positif ou nul. 

Source :  I

NSEE

-DGI,  enquĂȘte  Revenus  fiscaux  2001  (actualisĂ©e  2004),  modĂšle  I

NES

,  calculs 

D

REES

 et I

NSEE

. 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

103 

C

OMPLEMENT

 1 : Construction des Â« familles Ă©largies Â» 

 

L’objectif  est  de  reconstruire  les  Â« familles  Ă©largies Â»,  en  considĂ©rant  globalement 

l’unitĂ© formĂ©e par les jeunes adultes de 18 Ă  24 ans â€” 26 ans s’ils sont Ă©tudiants

33

 â€” et leur 

famille,  y  compris  lorsque  le  jeune  adulte  a  quittĂ©  le  domicile  parental.  Cette  construction 

permet en particulier de tenir compte des charges financiĂšres que le jeune adulte dĂ©cohabitant 

peut reprĂ©senter pour le mĂ©nage de ses parents et d’amĂ©liorer l’estimation des niveaux de vie 

de chacun des membres de la famille. 

De fait, environ 30 % des jeunes adultes du champ considĂ©rĂ© ne vivent plus chez 

leurs  parents.  Dans  ce  cas,  des  imputations  sont  nĂ©cessaires  afin  de  reconstituer  des  liens 

familiaux  avec  des  parents  potentiels,  car  les  donnĂ©es  concernant  leur  vĂ©ritable  famille 

d’origine  ne  sont  pas  directement  disponibles  dans  les  enquĂȘtes  de  l’I

NSEE

.  La  mĂ©thode  que 

nous avons utilisĂ©e reprend celle dĂ©veloppĂ©e par Albouy V., Murat F., Roth N. (2003). 

Les donnĂ©es utilisĂ©es sont issues du modĂšle de microsimulation I

NES

 reprĂ©sentatif de 

la population et de la lĂ©gislation 2004. L’information de base du modĂšle est celle de l’enquĂȘte 

Revenus fiscaux de l’I

NSEE

, qui combine les informations socio-dĂ©mographiques de l’enquĂȘte 

sur  l’Emploi  et  le  dĂ©tail  des  revenus  dĂ©clarĂ©s  Ă   l’administration  fiscale  pour  le  calcul  de 

l’impĂŽt  sur  le  revenu.  Pour  tous  les  individus  prĂ©sents  dans  l’enquĂȘte,  le  modĂšle  calcule  les 

prestations reçues et les prĂ©lĂšvements versĂ©s, en fonction des paramĂštres de la lĂ©gislation. Au 

final, on dispose des niveaux de vie pour l’ensemble des individus de la population. 

 

L’appariement parents / jeunes adultes dĂ©cohabitant : 

 

Il s’agit de constituer deux groupes : celui des jeunes adultes qui n’habitent plus chez 

leurs parents et celui des parents potentiels (cf. schĂ©ma A). Les jeunes adultes ayant quittĂ© le 

domicile  parental  sont  facilement  repĂ©rables  par  leur  Ăąge  et  leur  situation  familiale.  Leurs 

parents potentiels sont en revanche plus difficiles Ă  identifier. 

 

Deux  types  d’information  sont  alors  mobilisĂ©s :  d’une  part,  le  dĂ©tail  des  dĂ©clarations 

fiscales  qui  permet  de  repĂ©rer  les  familles  dĂ©clarant  le  rattachement  fiscal  d’un  jeune  adulte 

non  prĂ©sent  dans  le  mĂ©nage,  ainsi  que  celles  dĂ©clarant  verser  des  pensions  alimentaires ; 

d’autre part, la dimension panel de l’enquĂȘte emploi qui permet d’identifier certains mĂ©nages 

oĂč un jeune a rĂ©cemment quittĂ© le domicile parental. 

                                                 

33. Il s’agit est de prendre en compte le mieux possible tous les jeunes adultes totalement ou en partie Ă  la charge 
financiĂšre  de  leurs  parents.  Afin  de  travailler  par  la  suite  sur  le  niveau  de  vie  des  Ă©tudiants,  il  a  semblĂ©  plus 
appropriĂ© de retenir une limite d’ñge plus Ă©levĂ©e pour ces derniers. 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

104 

 

‱

 

Cas des parents ayant un enfant rattachĂ© au foyer fiscal vivant hors domicile : 

On  repĂšre  d’abord  les  parents  ayant  des  enfants  Ă   charge  fiscale  vivant  hors  du  domicile 

familial. Ces parents potentiels sont mis en relation avec les jeunes Ă©tudiants dĂ©cohabitant 

et  sans  dĂ©claration  fiscale  propre.  L’appariement  est  effectuĂ©  en  faisant  correspondre  le 

mieux  possible  la  catĂ©gorie  sociale  d’origine  du  jeune,  son  Ăąge  et  ses  Ă©ventuels  revenus 

d’activitĂ©  avec  les  informations  disponibles  dans  la  dĂ©claration  de  revenu  des  parents 

potentiels. 

 

‱

 

Cas des parents dĂ©clarant verser des pensions alimentaires : 

On  isole  ensuite  les  parents  versant  des  pensions  alimentaires  Ă   des  enfants  majeurs  non 

comptĂ©s  Ă   charge.  ParallĂšlement,  les  enfants  dĂ©cohabitant  ayant  une  dĂ©claration  fiscale 

propre  et  dĂ©clarant  recevoir  des  pensions  alimentaires  sont  identifiĂ©s.  On  rĂ©alise  alors 

l’appariement  entre  enfants  et  parents  potentiels  en  faisant  correspondre  l’origine  sociale 

des jeunes avec le milieu social des parents. 

 

‱

 

Cas restants Ă  apparier : 

Au  terme  de  ces  premiers  appariements,  des  parents  potentiels  ne  se  sont  pas  encore  vus 

attribuer  de  jeune  adulte  dĂ©cohabitant.  Ă€  ces  derniers  sont  ajoutĂ©s  les  parents  issus  des 

mĂ©nages oĂč un jeune a rĂ©cemment quittĂ© le domicile parental pour former le dernier vivier 

de parents potentiels. ParallĂšlement, il reste des jeunes non autonomes financiĂšrement qui 

n’ont  pas  Ă©tĂ©  appariĂ©s :  il  s’agit  de  ceux  ayant  une  dĂ©claration  fiscale  propre  mais  ne 

dĂ©clarant  pas  recevoir  une  pension  alimentaire,  ou  des  jeunes  non-Ă©tudiants  pour  qui 

aucune dĂ©claration fiscale n’a Ă©tĂ© retrouvĂ©e. Ces deux groupes sont finalement appariĂ©s en 

faisant correspondre l’origine sociale des jeunes avec le milieu social des parents. 

 

 

background image

Laurent W

AUQUIEZ

, dĂ©putĂ© de la Haute-Loire

 

Rapport de mission parlementaire sur les aides sociales Ă©tudiantes / juillet 2006 

105 

SchĂ©ma A : Appariement jeunes adultes / familles d’origine 

 

Jeunes Ă©tudiants n’ayant pas 
de dĂ©claration fiscale 
propre : 1367 

Parents ayant un enfant rattachĂ© 
au foyer fiscal vivant hors 
domicile : 1611 

Jeunes Ă©tudiants 
dĂ©clarant des 
pensions : 128 

Jeunes non-Ă©tudiants 
dĂ©clarant des 
pensions : 132 

Parents dĂ©clarant verser des 
pensions alimentaires Ă  un 
enfant majeur : 1657 

Jeunes Ă©tudiants ayant leur 
propre dĂ©claration et ne 
dĂ©clarant pas de pension : 
2