Les uniformes Soviétiques
Par
EFG_CATA

<< Menu
<<< Article précédent
Article suivant >>

Bien que, pour nous autres amateurs de simulations de warbids, la question de l’uniforme des pilotes n’est pas déterminant au même titre que les « skins » de nos chers avions par exemple, il n’empêche que cela à quand même son petit intérêt. Ils nous permet de mieux cerner l’histoire de cette période et de celles des pilotes.


Pour les soviétiques, il faut distinguer deux périodes durant la « grande guerre Patriotique » : 1941-1943 et 1943-1945. En effet en 1943 l’armée rouge abandonne les uniformes et grades de la tradition révolutionnaire pour reprendre celle de la tradition tsariste (col droit boutonné et pattes d’épaules comme nous le verrons). Ce changement n’est pas innocent à cette période charnière de 1943.

A gauche
Ivan Kozhedub, as au 62 victoires. L’un des deux pilotes décoré par trois fois de la médaille des « héros de l’URRS ». Sa tenue est celle du modèle 43 : gymnastiorka a col droit et pattes d’épaules que l’on devine sous les sangles du harnais. Il porte le baudrier avec l’étoile ajourée sans la brettelle comme il est d’usage en tenue de vol. Il a placé son Tokarev sur l’aine par commodité.
Tenue de campagne des « faucons de Staline » :
La coiffure est en été, une casquette kaki passepoilé et bandeau bleu ciel avec une visière en cuir bouillis. Sur le bandeau ce trouve l’étoile rouge ornée de feuilles de laurier et au-dessus les ailes de l’aviation. Il est aussi porté couramment une « pilotka » (bonnet de police) en drap bleu marine, passepoilé bleu ciel avec une étoile rouge émaillée sur une étoile plus large en tissu bleu.
En hiver la « boudionovka » (bonnet pointu) encore en usage au début de la guerre est remplacée progressivement par la « chapka » (bonnet de fourrure).
En vol, le pilote est équipé d’un serre tête en cuir ou en tissu, fourré ou non avec ou sans les écouteurs + des lunettes sur sangle élastique.
Le mitrailleur est parfois équipé du casque de l’infanterie.

Ci-contre à gauche:
Pilote des VVS modèle 35. gymnastiorka avec les grades sur le collet et les manches. Pantalon bleu marine. Le tout passepoilé en bleu clair.
Ci-contre à droite:
Gros plan, sur ce Kapitan (un rectangle sur sa patte de collet). On distingue parfaitement la patte de collet liseré avec en coin l’hélice aîlée et le rectangle émaillée. Il porte la pilotka.

De 1935 à 1943, la « gymnastiorka » (blouse) kaki est passepoilée bleu ciel aux revers des manches et sur les pattes de col (la troupe n’a pas droit au passepoil). Les grades se portent sur les pattes de cols et les manches à mi-hauteur de l’avant bras. Les grades de pattes de cols sont sur fond bleu ciel bordé d’un liséré doré (pour les officier mais bordé de noir pour la troupe) avec en coin l’insigne de l’arme, c’est-à-dire une hélice ailée pour l’aviation, le rang se distingue par des carrés émaillés rouges (officier subalterne) ou des rectangles émaillé rouge (officier supérieur), les rangs de la troupe sont caractérisés par des triangles émaillés rouges. Les grades sont rappelé sur les manches par des chevrons rouges alterné d’or (pour les officiers) selon le grade. Dans l’armée rouge un pilote est obligatoirement un officier.

 

Un Mladshiy Leitenant (un carré sur sa patte de collet), héros de l’URSS. Gymnastiorka modèle 35. On peut clairement distinguer le baudrier orné de la boucle ajouré et les pattes de collet, on peut voir également sur son bras gauche un bout de chevron.

En 1943, la gymnastiorka à un col droit fermé par deux boutons, et les grades se portent uniquement sur les épaules. Les pattes d’épaules sont liserées bleu ciel sur fond kaki. La patte est tenue par un bouton orné de l’étoile avec la faucille et le marteau, juste en-dessous est disposé l’insigne de l’aviation (hélice ailée).

Les grades sont distingués par une bande rouge (officier subalterne) sur lequel se place de une à quatre étoiles selon le grade ; ou deux bandes rouges (officier supérieur) avec des étoiles légèrement plus grandes que les précédentes, de une à trois selon le grade. Les chevrons sur les manches ne se portent plus.
Le brevet de pilote se porte a mi hauteur du bras gauche : ailes argent, avec glaives croisés à lame argent et garde dorés. Hélice dorée, et brochant au centre l’étoile rouge. Il existe également un brevet de mécanicien d’aviation se portant au même endroit. Les épées sont remplacé par un clé anglaise et un marteau entièrement dorés.


Sur la gymnastiorka se porte un baudrier orné d’une plaque de laiton évidée représentant l’étoile avec la faucille et le marteau, uniquement pour les officier. La troupe porte quand à elle, une ceinture à boucle à ardillon classique. Sur la gauche est suspendu l’armement du pilote, un PA Tokarev ou un Nagant. Les pilotes préférèrent l’étui suspendu des tankiste, plus adapté au port du baudrier.

Le pantalon est bleu foncé passepoilé bleu ciel le long de la couture (pas de passepoil pour la troupe). En 1942, commence à apparaître le pantalon kaki, toujours passepoilé pour les officier, celui-ci remplacera définitivement le pantalon bleu marine en 1943.
Le pilote porte les bottes des officier de l’infanterie « tout cuir » (la troupe les a en simili cuir), cela suffit en été dans les cockpit fermé, sinon il porte des bottes spéciales dites bottes de vol dont l’intérieur est en fourrure.

Pour le vol, le pilote porte un harnais avec le parachute au niveau des fesses, il s’assied dessus une fois dans l’appareil. Il a aussi généralement un porte carte. La bretelle du baudrier est retirée pour ne pas ajouter à la gêne du harnais.

Ceci dit, pour cause de pénurie il était courant, surtout dans la période de 1942, que les pilotes porte l’uniforme de la troupe : gymnastiorka est pantalon sans passepoils, ceinturon a ardillon et même sans le fameux brevet de pilote.


Starshiy leitenant (trois carré rouge sur sa patte de collet) en tenue de vol. Tout kaki vers 1942. Si tout est conforme : pantalon et gymnastiorka passepoilé, brevet et chevrons sur la manche. Il porte cependant le ceinturon de la troupe a ardillon et non celui des officiers.
On peut remarquer le porte carte et surtout le harnachement du harnais à parachute avec la poignée déclencheur sur sa gauche.

Pilote en tenue de vol d’hiver. A gauche combinaison molletonnée doublée de fourrure à l’intérieur. A droite veste de cuir. Au pied ils portent les bottes de vols, recouvert de sur-bottes en poil de chien.
Le tout donne, outre le fait de tenir bien au chaud le pilote, une chance de survie raisonnable en cas de saut en parachute ou d’atterrissage forcé.

Panachage des tenues du 30 GvIAP à Stalingrad en 1942.
Quelques-uns portent le serre tête, d’autres la chapka. Deux portes la boudionovka (bonnet pointu).
Derrière on aperçoit un Mig.3UD équipé des 12,7mm sous les ailes

Le 30 GvIAP en 1944. On peut observer à loisir la tenue du modèle 43. les deux pilotes a gauche au premier rang, portent l’insigne de la garde au-dessus de la poche droite.


Commissaire Politique (Politrouk) :
à un statut spécial, il est souvent lui même breveté pilote et dans ce cas participe aux combat comme les autres pilotes. Il a rang d’officier sans l’être vraiment car il n’a suivi aucune formation militaire, mais une formation politique (il est généralement issu du PC ou des Komsomols). Son rôle est de
surveiller la sûreté idéologique de son régiment et de faire appliquer les directives politiques du Parti. Tout ordre donné par le comandant d’un régiment doit-être avalisé par son Politrouk.
Politrouk félicitant un de ses pilotes de retour de mission, vers 1941. On distingue nettement l’insigne distinctif de sa fonction (étoile) sur sa manche. Derrière, le nez d’un I-16.
Jusqu’en 1943, il porte le grade de Mladshiy Leitenant, c’est-à-dire deux carrés rouges émaillés sur la patte de col mais celle-ci est liseré de noir (la troupe) et non doré comme il sied à ce rang d’officier. Au lieu du chevron sur les manches, il porte une étoile de tissus rouge avec au centre la faucille et le marteau brodé d’or. Les allemands avait ordre d’abattre sur le champ les prisonniers porteur des dites étoiles.
Au passage de la grande réforme de 1943, l’insigne distinctif du Politrouk est supprimé et la fonction est dorénavant confié à un officier qui est détaché aux affaires politiques.

Natalya Meklin,
Héros de l’URSS dans sa tenue 43


Les femmes pilotes du 586éme IAP en 1942. la tenue est celle du modèle 35. On ne distingue pas le brevet de pilote, probablement absent par pénurie, le ceinturon est pour la même raison celui de la troupe.

Les femmes Pilotes dans les VVS :
Elles ont été employées sur le front dés 1941 pour la défense de Moscou en particulier. Elles pilotaient des PO-2 la nuit pour harceler avec des bombes, l’infanterie allemande, ce fut le cauchemar des allemands. Ce régiment fort particulier fut surnommé « sorcières de la nuit ». Par la suite en 1942, sur l’appel de Marina Raskova, trois régiments aériens exclusivement féminins (y compris les mécaniciens) furent créés. Il s’agit du 586ème IAP (chasse), du 587ème BAP (bombardement en piqué) et du 588ème NBAP (bombardement de nuit) qui deviendra le 46éme régiment de la garde. Leur uniforme est identique que celui des hommes, seule une jupe kaki sera porté en été à partir de 1943.
En tout, les femmes pilotes des VVS ont accomplis plus de 24.000 sorties pendant la guerre, soixante huit d’entres-elles recevront l'étoile d'or des héros de l’Union soviétique.
Les femmes pilotes pour prouver leur détermination et connaissant leur sort si elles tombaient entre les mains des ennemis, prirent la décision de voler sans parachute et de se suicider en cas atterrissage forcé.

En remplacement du pantalon, la jupe apparaît en 1943.
L’ AVMF
(Aviatsia Voyenno Morskavo Flota) ou autrement dit aviation de la marine : durant la grande guerre patriotique, l’aéronavale a effectué 350 000 missions, coulant 792 navires sans compter les objectifs terrestres. 25 régiment seront honoré du titre de la garde, 259 aviateurs recevront le médaille de « héros de l’URRS » dont cinq d’entre eux la recevront deux fois. Parmi eux, Alexis Efimovitch Mazurenko qui termina la guerre avec à son actif plus de 300 missions de combats, coulant à lui seul 8 navires et 22 autres en coopération.


Equipage d’un bombardier de l’ AVMF. On le reconnaît grâce au grades dites à l’anglaise sur les manches. Ils portent les vestes de cuirs.
Les aviateurs de l’aéronavale portent l’uniforme et les grades de la marine. Jusqu’en 1943, vareuse bleu marine sans passepoil avec grade sur les bas de manches « à l’anglaise », le brevet de pilote est celui des VVS cousu sur la manche gauche, pantalon brun et chaussures basses. Apres 1943 toujours la vareuse marine mais avec les pattes d’épaules (liséré bleu ciel sur fond doré). Le brevet est métallique et propre à l’aéronavale, il se porte au dessus de la poche droite.
Lles régiments d’aviation du NKVD :
Destiné à la sécurité intérieure, certains régiments furent employé à combattre sur le front. Tel le Gv IAP « Dzierjinski » qui défendit Moscou en 1941. L’uniforme est celui du NKVD : gymnastiorka et pantalon bleu foncé passepoilé de framboise, les grades de pattes de col sont rouge liséré de framboise avec l’insigne de l’aviation. Le brevet de pilote est celui des VVS.
Il a également existé un régiment d’aviation OZNAZ (commando du NKVD) pour appuyer la lutte des partisans à l’arrière du front. les pilotes était des femmes.

Leitenant pilote du NKVD. La casquette est celle du NKVD (tissus bleu marine passepoilé framboise avec un bandeau rouge, sur lequel est fixé l’étoile émaillée rouge du modèle général. Il porte son armement en sautoir, bien plus pratique pour le vol A noter le brevet de parachutiste au-dessus de sa poche gauche.

(Suite) Grades et Brevets >>>>>

EFG _CATA