#Français de l’actualité

Off et Offshore

mots-actu_o.png
RFI
Les mots de l'actualité : une chronique pétillante qui éclaire en deux minutes un mot ou une expression entendue dans l'actualité.

La fortune offshore d’une milliardaire belge est mise en cause par RFI, et d’autres médias: il aurait profité des opérations douteuses de la famille Kabila, du temps où celui-ci dirigeait la RDC, pour s’enrichir grâce à des marchés aux marges bénéficiaires excessives, et pour placer son argent dans des pays aux fiscalités compréhensives, ou même dans ce qu’on appelle des paradis fiscaux, comme les Iles Vierges britanniques.

Offshore, un mot étrange, à la consonance anglaise et qui a plusieurs significations et emplois en français.

Dans le cadre du vocabulaire de la banque et des affaires - c’est celui qui est concerné dans l’exemple cité - il s’agit de préciser des terres lointaines. Cette idée est présente dans la formation même du mot off shore, c’est-à-dire à l’extérieur du rivage, donc loin du rivage. Off (avec deux « f ») est en effet une postposition anglaise qui donne cette idée d’extérieur: off the boat, c’est par-dessus bord, en-dehors du bateau. Offshore - et le mot s’écrit d’un seul tenant - c’est loin, mais bien loin du rivage. Et même en général de l’autre côté des mers. Les société offshore sont don extraterritorialisées (c’est le mot français qu’on nous conseille) et implantées dans des pays, souvent petits et relativement pauvres en richesses propres, qui s’enrichissent ainsi, en pratiquant une fiscalité très avantageuse et peu regardante sur la provenance des fonds pour les sociétés qui s’y installent. Et ces pays sont bien souvent nommés paradis fiscaux, en raison justement de ces dispositions particulières: on n’y paye peu d’impôts, et on vous pose peu de questions.

D’ailleurs cette postposition off, on la trouve dans des situations différentes en français, et bien souvent toute seule. Elle peut être considérée comme un abrègement de l’expression « off the record », c’est-à-dire, en dehors d’un enregistrement officiel. Si on vous confie quelque chose « off the record », ou comme on le dit parfois « en off », c’est que c’est officieux: on ne vous a rien dit! Et si vous utilisez ce qu’on vient de vous racontez, vous serez discret sur votre source: vous n’êtes pas censé le savoir.

Enfin, on rencontre ce mot dans le cadre de manifestations culturelles. L’origine est à trouver à Avignon: on a le festival proprement dit, officiel. Et ce qu’on appelle le « off », c’est à dire toutes les représentations qui sont données dans d’autres théâtres qui profitent de la renommée du festival officiel pour faire connaitre d’autres productions. Et cela nous vient de New York: le quartier traditionnel des théâtres, surtout pour les comédies musicales est situé au centre de Manhattan, à Broadway, et d’ailleurs dans une périphérie très étroite de ce quartier. Un peu au-delà, c’est off Broadway. Plus loin encore, off off Broadway.

Avertissement !  
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensable un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Logo DGLFLF Ministère de la Culture

En partenariat avec la Délégation Générale à la Langue française et aux Langues de France (DGLFLF)

RFI SAVOIRS n'est pas responsable des contenus provenant de sites internet externes

Fréquentation certifiée par l'OJDOJD Dénombrement des médias