background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

 

 

ACADEMIE DES SCIENCES ET LETTRES 

DE MONTPELLIER 

 

S√©ance du 14/06/1993 

Conf√©rence n¬į2102 , Bull. n¬į24, pp. 205-222 

 

 
 

L‚ÄôInvasion du vignoble par le Phyllox√©ra 

 

Par J.Paul Legros 

 
 
Le Phylloxera est un puceron qui attaque les racines de la vigne.  
Inconnu  en  France  jusqu'en  1868  il  fut  responsable  apr√®s  cette  date 

d'√©pouvantables  d√©g√Ęts  sur  les  vignobles  et  ramena  en  quelques  ann√©es  la 
production  fran√ßaise  de  vin  √†  la  moiti√©  ou  au  tiers  de  sa  valeur  annuelle 
normale.  Cet  effondrement  dura  quinze  ans.  Il  d√©termina  une  crise 
√©conomique  majeure  dans  le  Midi  de  la  France.  Nos  voisins  italiens  et 
espagnols furent aussi s√©v√®rement touch√©s 

 

Jamais l'agriculture fran√ßaise n'avait connu une telle catastrophe pour 

une  quelconque  production  agricole!  Rien  que  pour  cela  l'affaire  du 
Phylloxera  m√©rite  attention.  Mais  il  y  a  plus :  l'identification  premi√®re  du 
parasite, la mise au point de moyens de lutte efficaces et leur application sur 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

une grande √©chelle sont des d√©couvertes d'importance internationale et dont 
les auteurs sont pour l'essentiel des H√©raultais. 

La  contribution  des  savants  de  notre  d√©partement  est  si  importante 

qu'il  est  impossible  de  l'examiner  de  mani√®re  exhaustive  au  cours  d'une 
seule  communication.  Aujourd'hui,  nous  limiterons  notre  propos  √†  la 
d√©couverte du Phylloxera et aux premi√®res ann√©es de la crise phyllox√©rique. 
Les  √©v√©nements  post√©rieurs  seront  √©voqu√©s  dans  la  seule  mesure  o√Ļ  ils 
√©clairent les ann√©es noires du d√©but de l'invasion par l'insecte.  

 

I. LA D√ČCOUVERTE DU PARASITE  

L'histoire  commence  en  1863  √†  l'Universit√©  d'Oxford.  Le  Professeur 

J.O.  Westwood,  entomologiste,  re√ßoit  d'un  correspondant  vivant  dans  la 
banlieue  de  Londres  des  feuilles  de  vignes  couvertes  de  gales  creuses.  Il 
ouvre  ces  petites  coques  situ√©es  sous  les  feuilles  et  y  trouve  une  sorte  de 
puceron.  Mais,  les  insectes  non  d√©crits  sont  l√©gion  et  celui  l√†  ne  paraissait 
pas d'un int√©r√™t particulier. Le Professeur prend quelques notes et ne jugeant 
pas utile de les publier, les enfouit dans un tiroir‚Ķ 

Quelques  ann√©es  plus  tard  en  1866  et  1867  un  v√©t√©rinaire  d'Arles, 

Monsieur  Delorme,  s'inqui√®te  de  voir  les  vignes  d√©p√©rir  dans  le  domaine 
dont il est r√©gisseur. Le 8 d√©cembre 1867, il signale ses observations par lettre 
au  pr√©sident  du  Comit√©  Agricole  d'Aix.  La  Revue  Agricole  et  Foresti√®re  de 
Provence  reproduit  son  courrier.  Ainsi  Delorme  passera-t-il  √†  la  post√©rit√© 
comme  le  premier  ayant  signal√©,  dans  le  sud-est,  la  nouvelle  maladie  de  la 
vigne. Celle-ci ne ressemble √† aucune autre. D'une part elle ne se contente pas 
d'affaiblir  le  cep,  comme  l'o√Įdium;  elle  le  fait  p√©rir!  D'autre  part  elle  s'√©tend 
avec  une  vitesse  foudroyante.  En  1868,  alors  qu'on  n'a  pas  encore  pris 
conscience  de son importance,  elle affecte d√©j√†,  entre Tarascon  et  Cavaillon, 
une  bande  de  30  km  de  large,  allong√©e  dans  le  sens  nord-sud,  depuis 
Pierrelatte  jusqu'√†  la  M√©diterran√©e.  Les  viticulteurs  sont  inquiets.  Ils 
s'adressent  √†  diff√©rentes  autorit√©s.  Une  premi√®re  commission  d'enqu√™te 
nomm√©e par le Pr√©fet du Gard, se rend √† Roquemaure mais ne d√©c√®le aucune 
cause  susceptible  d'expliquer  la  maladie.  En  fait,  si  il  y  a  un  corps  constitu√© 
susceptible  de  trouver  la  cause  du  mal,  c'est  bien  la  Soci√©t√©  Centrale 
d'Agriculture de l'H√©rault. Son secr√©taire perp√©tuel est  Henri  Mar√®s, membre 
de l'Acad√©mie des  Sciences et Lettres  de  Montpellier. Pr√®s de vingt ans plus 
t√īt,  en  exp√©rimentant  dans  ses  vignes  23  proc√©d√©s  diff√©rents,  Henri  Mar√®s 
avait prouv√© l'efficacit√© du soufre pour lutter contre  l'o√Įdium. Certes, d'autres 
savants,  anglais  en  particuliers  partageaient  avec  lui  la  paternit√©  de  la 
d√©couverte. Mais les viticulteurs du Midi le reconnaissaient comme le sauveur 
de leurs r√©coltes.  

Henri  Mar√®s  est  donc  appel√©  en  consultation  dans  les  vignes  d√©vast√©es 

de la r√©gion de Carpentras. L√†, il ne d√©couvre pas la cause de la maladie mais 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

√©tudie  de  mani√®re  d√©taill√©e  les  sympt√īmes  de  celle-ci.  Il  rend  compte  de  ses 
observations  √†  la  Soci√©t√©  Centrale  d'Agriculture,  le  13  juillet  1868.  Par 
ailleurs,  d√®s  le  6  juillet,  la  Soci√©t√©  avait  nomm√©  une  commission  ayant  pour 
t√Ęche  de  se  rendre  dans  le  Vaucluse  pour  √©tudier  les  vignes  malades.  Cette 
commission  ne  comprenait  pas  Mar√®s.  Elle  √©tait  compos√©e  de  trois  autres 
experts,  d√©sign√©s  en  raison de leurs  comp√©tences  reconnues  dans  le  domaine 
biologique et agricole. Il s'agit de Messieurs Bazille, Planchon, Sahut.  

En quittant l'H√©rault les trois hommes ne se doutaient pas qu'ils allaient 

faire une d√©couverte suffisamment importante pour leur apporter une notori√©t√© 
imm√©diate,  pour  changer  compl√®tement  le  cours  de  leur  vie  et  pour  amener 
leur nom √† figurer dans tous les trait√©s de viticulture, pr√©sents ou futurs.  

 

 

Gaston Bazille est n√© en 1819. Il a donc 49 ans. Il est v√™tu √† la mode du 

temps,  arbore  de  fi√®res  moustaches  relev√©es  et  une  petite  barbe  taill√©e  en 
pointe.  Avocat  de  formation  il  a  d√©sert√©  le  Barreau  pour  se  consacrer 
exclusivement  √†  la  direction  de  son  domaine  de  Saint-Sauveur  √†  Lattes. 
Propri√©taire de Saint-Sauveur depuis 1849, il a remis les terres en √©tat, b√Ęti 
de vastes √©tables, des bergeries spacieuses, construit une distillerie pour les 
marcs,  install√©  les  premi√®res  vignes  en  1861  et cr√©√©  un grand cellier.  Sur  √† 
peu pr√®s 30 ha d'herbages et prairies artificielles il maintient en pleine sant√© 
72 t√™tes de gros b√©tail. C'est exceptionnel. Il va gagner une prime d'honneur, 
c'est-√†-dire  le  premier  prix,  au  Concours  Agricole  de  l'H√©rault.  Le  Journal 
d'Agriculture Pratique consacre 6 pages pleines √† l'√©v√©nement. Bref, Gaston 
Bazille est un excellent agronome. Il sera choisi plusieurs fois pour pr√©sider 
le  concours  G√©n√©ral  Agricole  de  Paris  (anc√™tre  du  salon  de  l‚ÄôAgriculture). 
C'est  aussi  un  homme  tr√®s  actif.  Depuis  1866  il  est  Pr√©sident  de  la  Soci√©t√© 
Centrale  d'Agriculture  de  l'H√©rault,  une  ann√©e  sur  deux,  en  alternance  avec 
Louis Vialla. Ce syst√®me de permutation fonctionne si bien qu'il va durer 20 
ans !  Gaston  Bazille  deviendra  S√©nateur  de  l'H√©rault  en  1879.  Il  serait 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

probablement  un  homme  heureux  si  son  fils  ne  lui  donnait  des  soucis. 
Fr√©d√©ric qui a 27 ans, a abandonn√© ses √©tudes de m√©decine et pr√©tend devenir 
peintre... Il est √† Paris.  

Jules √Čmile Planchon a 45 ans. Universitaire r√©put√© et de grand talent, 

il  est  √†  la  fois  Docteur  √®s  Sciences,  Docteur  en  M√©decine  et  Docteur  en 
Pharmacie.  Il  occupe  une  chaire  √†  la  Facult√©  des  Sciences  et  est  en  m√™me 
temps Directeur de l'√Čcole Sup√©rieure de Pharmacie. En fait, la plupart de ses 
activit√©s  le  portent  √†  s'int√©resser  √†  la  botanique.  Depuis  10  ans  d√©j√†  il  est 
membre  de  l'Acad√©mie  des  Sciences  et  Lettres  de  Montpellier.  La  l√©gion 
d'Honneur  lui  a  √©t√©  attribu√©e  r√©cemment.  Quelques  ann√©es  plus  tard, 
Planchon deviendra Professeur d'Histoire Naturelle et M√©dicale  √†  la facult√© 
de M√©decine et Directeur du Jardin des Plantes.  

F√©lix Sahut est horticulteur et pr√©sident de la soci√©t√© d'Horticulture de 

l'H√©rault. Il est n√© en 1835 et a donc 33 ans. Il √©crira plus tard un ouvrage sur 
les  vignes  am√©ricaines  pour  lequel  il  recevra  plusieurs  m√©dailles  d'or.  A  la 
fin de sa vie il sera membre de 72 Soci√©t√©s Savantes!  

Rendus  dans  les  r√©gions  d√©vast√©es,  les  trois  d√©l√©gu√©s  de  l'H√©rault 

parcourent  les  vignes  en  compagnie  de  viticulteurs  et  de  coll√®gues  du 
Vaucluse. Chez Monsieur de Lagoy √† St-Martin-de-Crau, le 15 juillet 1868 
on arrache une souche malade. On se demande en effet si la vigne n'est pas 
attaqu√©e  par  un  champignon  au  niveau  des  racines.  Le  compte  rendu  de 
mission,  sign√©  par  les  trois  experts,  mais  en  r√©alit√©  √©crit  par  Bazille  est 
explicite.  Il  pr√©cise: 

"Les  loupes  sont  de  nouveau  promen√©es  avec  soin  sur  les 

racines  des  souches  arrach√©es;  point  de  champignon,  point  de  cryptogame;  mais 
bient√īt, sous le verre grossissant de l'instrument, appara√ģt un insecte, un puceron de 
couleur  jaun√Ętre,  fix√©  au  bois  et  su√ßant  la  s√®ve.  On  regarde  plus  attentivement,  ce 
n'est plus un, ce n'est plus dix, mais des centaines, des milliers de pucerons que l'on 
aper√ßoit √† divers √©tats de d√©veloppement. Ils sont partout, sur les racines profondes 
comme sur les racines superficielles ... 

".  

Les  trois  experts  parcourent  alors,  pendant  trois  jours,  toute  la  r√©gion 

attaqu√©e.  A  Gravaison,  dans  la  Crau,  √†  Ch√Ęteauneuf-du-Pape,  √†  Orange, 
partout  ils  retrouvent  l'insecte  jaun√Ętre  sur  les  racines  des  vignes  malades. 
L'affaire  est  donc  d'une  gravit√©  exceptionnelle.  Les  experts  le  comprennent 
imm√©diatement. Tous les viticulteurs doivent √™tre mis au courant.  

 

II. DIFFUSION DE LA NOUVELLE  

Le rapport de mission est diffus√© √† la fois dans le Messager du Midi (22 

juillet),  le  Bulletin  de  la  soci√©t√©  d'Agriculture  et  dans  l'Indicateur  de 
Carpentras  (9  ao√Ľt).  Planchon  r√©dige  parall√®lement  un  Compte  Rendu  pour 
l'Acad√©mie des Sciences, √©galement co-sign√©. Celui-ci est accept√© et reproduit 
en entier ce qui n'est pas, para√ģt-il, dans la tradition de l'√©poque et t√©moigne de 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

l'int√©r√™t  port√©,  par  la  communaut√©  scientifique,  aux  observations  des 
H√©raultais.  Les  membres  de  la  soci√©t√©  Agricole  de  Vaucluse  furent  un  peu 
d√©pit√©s  d'√™tre  exclus  de  ces  comptes-rendus.  Pour  eux: 

"Les  d√©l√©gu√©s  de 

l'H√©rault livraient √† la publicit√© leur rapport sommaire".  

 
Le message diffus√© si largement par les d√©couvreurs de l'insecte est clair 

et important: 

"Quelque peu agr√©able que soit le r√īle de proph√®te de malheur, il est 

de  notre  devoir  de  faire  conna√ģtre  la  p√©nible  impression  que  nous  rapportons  de 
Provence,  et  de  sonner  le  Tocsin  d'alarme‚Ķ  Le  mal  est  d√©j√†  immense,  il  a  un

 

caract√®re contagieux auquel on ne peut se m√©prendre, et si le fl√©au ne dispara√ģt pas 
comme il est venu, si un rem√®de prompt et √©nergique n'est pas trouv√©, avant dix ans 
la Provence n'aura plus une seule vigne ... Le Languedoc est bien pr√®s du foyer du 
mal, il est m√™me envahi sur quelques points; il ne suffit donc pas de nous apitoyer sur 
le sort de nos voisins. Il faut veiller √† notre propre conservation. Le Midi tout entier 
serait  bien  vite  ruin√©  par  cette  terrible  peste". 

Tout  cela  est  pr√©monitoire;  nous 

verrons  un  peu  plus  loin  l'importance  des  d√©g√Ęts  dont  le  puceron  sera 
responsable  en  France.  Dans  leur  texte,  les  experts  √©gratignent  quelque  peu 
Henri Mar√®s. Ils √©crivent en effet: 

"Il y a peu de jours encore, le Comit√© Agricole 

de Carpentras appelait pr√®s de lui l'un de nos plus habiles viticulteurs de l'H√©rault, 
et,  apr√®s  un  examen  du  vignoble  attaqu√©,  le  Comit√©,  fort  de  l'opinion  de  notre 
compatriote, d√©clarait solennellement qu'il n‚Äôy avait pas lieu de s'effrayer et que les 
froids  rigoureux  et  prolong√©s  de  cet  hiver  √©taient  seuls  cause  du  triste  √©tat  de  la 
vigne.  Nous  nous  croyons  en  conscience  oblig√©s  de  troubler  cette  dangereuse 
qui√©tude".  

Mais  les  trois  hommes  n'imaginaient  pas  combien  il  leur  faudrait 

batailler  pour  convaincre  leurs  contemporains  de  la  r√©alit√©  de  leurs 
observations. En particulier, depuis Paris, on a du mal √† croire qu'un puceron 
puisse faire de tels d√©g√Ęts car cela ne s'est jamais produit. Les savants de la 
Capitale, sans m√™me se d√©placer, √©mettent leur avis sur la maladie frappant 
les vignes du Midi. Pour eux, le puceron n'est pas la cause de la maladie; il 
en  est  la  cons√©quence  et  se  contente  d'attaquer  des  ceps  affaiblis  par  la 
s√©cheresse r√©gnant cette ann√©e l√† en Provence. Cette hypoth√®se est d√©fendue 
par  le  Comte  Paul  de  Gasparin  le  20  ao√Ľt  1868,  dans  le  Journal  de 
l'Agriculture.  Cela  est  fait  avec  un  brin  de  condescendance  que  les 
montpelli√©rains  ne  pardonneront  pas: 

"On  en  a  conclu  √†  grand  bruit  que  ces 

pauvres petites b√™tes avaient amen√© la mortalit√© des vignes. Comme cette mortalit√© a 
commenc√© tr√®s fortement avant la p√©riode de vitalit√© de ces insectes, cette opinion me 
para√ģt peu probable. Ce sont de petits insecte jaune d'or, s'apercevant difficilement √† 
l'Ňďil  nu

ils  se  rapprochent  plus  pour  la  forme  des  cloportes  que  des  pucerons, 

auxquels je crois que les entomologistes les rattachent 

".  

Planchon montre √† cette occasion son aptitude au raisonnement et √† la 

d√©monstration  scientifique.  Il  prouve  qu'un  pied  de  vigne  sain,  cultiv√©  en 
pot,  p√©riclite  si  on  introduit  le  puceron  en  terre  et  recouvre  au  contraire  sa 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

vigueur si on √©limine l'insecte par des traitements chimiques. Le puceron est 
bien la cause de la maladie ! Mais la d√©monstration ne suffit pas,  Mar√®s lui 
m√™me n'est pas convaincu. Au Congr√®s R√©gional de Lyon le 23 avril 1869, 
il  s'efforce  de  d√©montrer  que  le  puceron  est  √©tranger  √†  la  destruction  du 
vignoble.  Or  cet  homme  est  √©cout√©.  Il  est  l'une  des  cinq  personnalit√©s  de 
l'H√©rault  figurant  dans  la  liste  des  collaborateurs  du  Journal  d'Agriculture 
Pratique ...  

On peut comprendre pourquoi certains se trompent si lourdement. Les 

pucerons  vident  de  leur  contenu  des  cellules  turgescentes  et  s'observent  en 
grande  quantit√©  sur  les  racines  des  souches  en  pleine  vigueur.  Lorsque  les 
plantes d√©p√©rissent et sont en quelque sorte moins juteuses, les pucerons les 
abandonnent. Une  analyse superficielle peut ainsi faire  croire  √† l'innocence 
de l'insecte puisque les souches qui ach√®vent de mourir en sont d√©pourvues. 
La  discussion  durera  jusqu'au  milieu  de  1873,  certains  savants  parisiens 
niant l'√©vidence jusqu'au bout. 

 

III. L'IDENTIFICATION DE L'INSECTE  

Planchon,  botaniste  de formation  n'est  pas  tr√®s  bien  plac√© pour  √©tudier 

un insecte et la logique aurait voulu qu'il s'arr√™te √† la d√©couverte premi√®re et 
passe le relais √† des sp√©cialistes. Mais cet homme a la volont√©, l'intelligence 
et  le  sens  politique  n√©cessaires  pour  r√©ussir  hors  de  sa  sp√©cialit√©  premi√®re. 
Pour  l'aider  il  a  la  chance  d'avoir  pour  beau-fr√®re  Jules  Lichtenstein, 
propri√©taire  mais  aussi  -  quel  heureux  hasard  -  excellent  entomologiste 
amateur !  

Planchon ne perd pas une seule journ√©e. Sit√īt revenu de St-Martin-de-

Crau, il se rend le 17 juillet 1868 au domicile de M.A.L. Donnadieu, Docteur 
√®s  Sciences  et  pr√©parateur  d'Histoire  Naturelle  √†  la  Facult√©  des  Sciences.  Il 
s'agit  d'examiner,  avec  ce  sp√©cialiste,  les  pucerons  ramen√©s  de  Provence. 
Donnadieu  a  semble-t-il  un  microscope  chez  lui.  Cet  homme  publiera 
beaucoup  plus  tard,  en  1887,  le  compte  rendu  de  la  rencontre.  Planchon 
propose  d'appeler  l'insecte  ¬ę Rhizaphis vastatrix ¬Ľ,  c'est-√†-dire  puceron 
d√©vastateur li√© aux racines. Donnadieu fit remarquer qu'il ne fallait pas aller 
trop vite et que le puceron avait peut-√™tre d√©j√† √©t√© d√©crit sous un autre nom. 
Planchon aurait r√©pondu: 

"Prenons toujours date, c'est l√† l'essentiel, et si c'est d√©j√† 

d√©crit  nous  seront  toujours  √†  temps  de  rectifier". 

C'est  donc  sous  le  nom  de 

Rhizaphis vastatrix que l'insecte apparu dans les premiers textes scientifiques 
publi√©s  √†  son  sujet.  Mais  il  fallut  rectifier  en  effet :  Planchon  ayant  adress√© 
des  pucerons  au  Docteur  Signoret,  entomologiste  parisien,  celui-ci  r√©pondit 
qu'il  avait  reconnu  dans  cet  insecte  un  Phylloxera  (les  Phylloxeras  dont 
certains  vivent  sur  les  ch√™nes  provoquent  le  dess√®chement  des  feuilles,  d'ou 
leur  nom).  Le  puceron  de  la  vigne  fut  donc  transform√©  en 

Phylloxera 

vastatrix

.  

 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

A Oxford, Westwood ne restait pas inactif. Comme on lui envoyait de 

plus  en  plus  souvent,  de  toute  l'Angleterre,  des  pucerons  trouv√©s  dans  des 
serres, sur des pieds de vigne, il se d√©cide enfin √† publier ses notes en 1868 √† 
l'Ashmolean Society d'Oxford. Ignorant alors  les travaux fran√ßais, il nomme 
Peritymbia vitisana l'insecte. Vitisana fait r√©f√©rence  √† la vigne et Peritymbia 
√©voque  la  forme  de  la  gale.  D'apr√®s  Westwood  celle-ci  constitue  autour  du 
puceron et de ses Ňďufs une sorte de tombeau. L'entomologiste fait remarquer 
que  l'insecte  attaque  aussi  bien  les  feuilles  que  les  racines.  C'est  l√†  une 
observation  importante.  Quelques  mois  apr√®s,  il  comprend,  en  lisant  des 
articles dans des revues ou journaux, que son Peritymbia est le Phylloxera des 
entomologistes  fran√ßais.  Le 30  janvier 1869  il  mentionne l'identit√© des  deux 
pucerons dans une publication  adress√©e √† une revue sp√©cialis√©e.  Planchon  et 
Lichtenstein se procurent le texte de la communication, le traduisent et le font 
para√ģtre dans le "Messager Agricole".  Westwood  explique que ni Rhizaphis, 
ni Phylloxera ne sont des termes convenables puisque le puceron attaque √† la 
fois les racines et les feuilles.  Planchon et Lichtenstein s'autorisent quelques 
commentaires  sous  forme  de  notes  infra-paginales.  D'apr√®s  eux  la 
communication de Westwood √† l'Ashmolean Society √©tait peut-√™tre seulement 
orale. Le savant anglais ne peut donc b√©n√©ficier de l'ant√©riorit√© et, disent-ils, 
l'insecte doit demeurer "Phylloxera vastatrix" !  

Il  faut  avouer  que  Planchon  sait  mettre  en  valeur  ses  contributions 

scientifiques.  Le  lecteur  prenant  connaissance  des  √©v√©nements,  plus  d'un 
si√®cle  apr√®s, peut se tromper et attribuer √†  Planchon  ce qui ne lui  appartient 
pas. Par exemple, dans un article de la Revue des deux Mondes, le Professeur 
√©crit  en  1874  : 

"Je  cherchais  obstin√©ment  la  forme  ail√©e  de  l'insecte  que  je 

supposais devoir exister. Cette forme existait en effet, et l'ayant d√©couverte √† l'√©tat de 
nymphe  avec  ses  ailes  encore  enferm√©es  dans  leur  fourreau,  je  la  vis  √©clore  le  28

 

ao√Ľt  1868

 

comme  un  √©l√©gant  petit  moucheron,  ou  plut√īt  comme  une  cigale  en 

miniature,  portant  √©tal√©es  √†  plat  ses  quatre  ailes  transparentes.  D√®s  lors  mon 
Rhizaphis devenait un Phylloxera". 

Tout cela est certainement exact,  mais  c'est 

oublier  que  la  reconnaissance  du  genre  Phylloxera  est  due  √†  Signoret.  C'est 
oublier aussi que Pierre Boiteau, v√©t√©rinaire √† Villegouge dans la Gironde, a 
aper√ßu,  le  premier,  l'insecte  ail√©  et  obtenu,  pour  cette  d√©couverte,  une 
M√©daille  d'or  d√©cern√©e  par  le  Ministre  de  l'Agriculture  et  du  Commerce‚Ķ 
Mais cela ne doit pas occulter les √©minentes qualit√©s de Planchon: intelligence 
sup√©rieure et esprit clair. Son style √©tait superbe, ses synth√®ses excellentes et 
surtout  il  savait  proc√©der  avec  finesse  et  rigueur  pour  mettre  au  point  des 
exp√©riences  simples  conduisant  √†  des  d√©monstrations  scientifiques 
percutantes.  

 

 

 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

IV. LES D√ČG√āTS DU PHYLLOXERA  

En 1867 les d√©g√Ęts du Phylloxera sont spectaculaires mais localis√©s.  
Par la suite, l'insecte va se r√©pandre rapidement. D'une part il progresse 

sous  ou  sur le sol,  de  racine  en  racine  et de souche  en  souche.  D'autre part, 
sous  forme  ail√©e,  il  est  entra√ģn√©  par  le  vent  et  va  cr√©er  de  nouveaux  foyers 
d'infection l√† o√Ļ il est jet√© √† terre, parfois √† plusieurs dizaines de km de son 
point  de  d√©part.  C'est  Lichtenstein  qui  prouve  l'existence  de  ce  mode  de 
diss√©mination  en  observant  des  Phyllox√©ras  ail√©s  arr√™t√©s  par  des  toiles 
d'araign√©es  tendues  dans  des  vignes  encore  indemnes.  Ainsi  le  vignoble  se 
pars√®me t-il de taches dans lesquelles les souches d√©p√©rissent une ann√©e avant 
de se dess√©cher compl√®tement l'ann√©e suivante. Puis les taches se rejoignent 
progressivement.  Des  Commissions  D√©partementales  du  Phylloxera  sont 
cr√©√©es. Impuissantes, elles dressent, mois apr√®s mois, les cartes montrant la 
progression  de  l'ennemi.  C'est  une  p√©riode  curieuse  pour  la  viticulture. 
Certains propri√©taires, encore √©pargn√©s par le puceron, profitent de la hausse 
des cours du vin et gagnent beaucoup d'argent. D'autres, dont les vignes sont 
d√©vast√©es, se ruinent √† la fois parce qu'ils n'ont plus de r√©colte et parce que 
leur  capital  foncier  se  d√©pr√©cie.  Les  bonnes  terres  de  plaine  qui  peuvent 
porter des c√©r√©ales se n√©gocient √† la moiti√© de leur prix ancien. Les terres des 
coteaux,  ne  convenant  qu'√†  la  vigne,  ne  valent  plus  rien  (SCHAEFFER, 
1969).  

Les  avant-gardes  de  l'arm√©e  des  Phyllox√©ras  prospectent  l'H√©rault  d√®s 

1869. On les rep√®re au domaine de Coulondre dans la commune de St-G√©ly-
du-Fesc.  Jusqu'en  1875  les  d√©g√Ęts  sont  peu  importants.  Cette  ann√©e  l√†,  la 
r√©colte  de  l'H√©rault  est  superbe,  elle  atteint  13  millions  d'hectolitres  alors 
qu'elle  n'a  jamais  d√©pass√©  15  millions  d'hectolitres  dans  les  20  ann√©es 
pr√©c√©dentes.  Mais  en  1876,  l'effondrement  est  brutal.  On  tombe  √†  6,5 
millions d'hectolitres. Cela repr√©sente une chute de 50 % en une seule ann√©e. 
En  1885  le  d√©sastre  est  complet  et  la  r√©colte  d√©partementale  est  limit√©e  √† 
deux  millions  d'hectolitres  soit  un  sixi√®me  de  la  normale.  De  nombreuses 
familles sont dans la mis√®re totale.  

De plus, comme un bon tacticien, le Phylloxera ouvre deux fronts  √† la 

fois. En m√™me temps qu'il attaque en Provence et en Languedoc, il ruine la 
r√©gion  de  Bordeaux  √†  partir  d'un  foyer  d'infection  install√©  primitivement  √† 
Floirac, c'est-√†-dire en plein cŇďur du vignoble.  

En  r√©alit√©,  toute  la  France  est  concern√©e.  Avant  l'invasion,  la  r√©colte 

nationale  annuelle oscillait  entre  40  et  70  millions  d'hectolitres.  En  1879 la 
production tombe √† 25 millions d'hectolitres. Il faudra attendre 1893 pour la 
voir remonter √† une valeur presque normale.  

 

 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

V. SUR LA PISTE AM√ČRICAINE  

Jules Lichtenstein est un homme modeste mais remarquable.  
Propri√©taire, il passe beaucoup de son temps √† l'√©tude des insectes, en 

amateur. Il est d'origine allemande et d'une famille de naturalistes. Son oncle 
fut  professeur  de  zoologie  √†  l'Universit√©  de  Berlin,  avant  de  devenir 
Inspecteur G√©n√©ral des Mus√©es Zoologiques d'Allemagne. Jules Lichtenstein 
parle et √©crit plusieurs langues : le Fran√ßais, l'Allemand mais aussi l'Anglais 
et l'Espagnol. Il poss√®de des ouvrages d'entomologie de diff√©rentes origines. 
Il  va  aider  son  beau-fr√®re  Planchon  dans  l'√©tude  du  Phylloxera.  Cela  lui 
apportera  une  indiscutable  notori√©t√©.  Il  deviendra  membre  de  l'Acad√©mie  de 
Montpellier, au si√®ge num√©ro un de la section Sciences, en 1883.  

D√®s  le  10  ao√Ľt  1868,  c'est-√†-dire  quelques  jours  √†  peine  apr√®s  la 

d√©couverte  du  puceron,  Lichtenstein  observe  que  le  Rhizaphis  de  Planchon 
ressemble  fort  au  Pemphigus  vitifoliae  d√©crit  aux  √Čtats-Unis  d'Am√©rique  en 
1855 par un d√©nomm√© Asa Fitch. C'est l√† une observation importante. Certes, 
il  existe  bien  des  diff√©rences  morphologiques  de  d√©tail  entre  les  deux 
aphidiens mais cela pourrait correspondre au fait que le cycle biologique des 
pucerons  est  complexe  et  que  plusieurs  formes  morphologiques  peuvent  se 
succ√©der au sein de  ce cycle. Lichtenstein  attend 1869 pour signaler dans la 
revue "Insectologie Agricole" cette ressemblance troublante entre le puceron 
am√©ricain et le n√ītre. Mais un probl√®me demeure : l'insecte am√©ricain vit sur 
les  feuilles  de  vigne  tandis  que  notre  Phylloxera  para√ģt  inf√©od√©  aux  racines. 
Certes, Westwood avait trouv√© d√®s 1867 des insectes √† la fois sur les feuilles 
et sur les racines mais ses travaux sont encore inconnus en France √† la date o√Ļ 
Lichtenstein lance les recherches sur la piste am√©ricaine. Dans ces conditions, 
il  convient maintenant d'examiner  les  vignes de pr√®s pour d√©terminer si, oui 
ou non, on peut trouver des Phylloxeras sur leurs feuilles.  

L√©o Laliman, propri√©taire √† Floirac dans le Bordelais,  annonce dans le 

bulletin  de  la  soci√©t√©  d'Agriculture  et  d'Horticulture  de  Vaucluse  la 
d√©couverte,  vers  la  fin  de  juillet  1869,  de  la  forme  gallicole,  c'est-√†-dire 
foliaire, du Phylloxera. Celle-ci existe donc en France, m√™me si elle est rare. 

  

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

10 

Planchon  et  Lichtenstein,  dans  la  revue  bibliographique  qu'ils 

consacrent  au  Phylloxera  en  1872,  √©crivent  qu'eux-m√™mes  avaient  vu  cette 
forme  gallicole  √†  Sorgues,  le  11  juillet  c'est-√†-dire  quelques  jours  avant 
Laliman.  Une  telle  affirmation  est  sans  doute  vraie,  mais  elle  ne  saurait 
conc√©der  l'ant√©riorit√©  dans  le  domaine  scientifique.  Laliman  peut  donc  √™tre 
consid√©r√© comme l'auteur de cette d√©couverte, au moins dans notre pays. L√©o 
Laliman  m√©rite  d'√™tre  pr√©sent√©.  Il  est  n√©  en  1817.  Il  a donc 51  ans  en  1868. 
Lui  aussi  porte  barbe  et  moustaches.  Il  est  viticulteur  et  p√©pini√©riste. 
Intelligent,  autodidacte,  pas  toujours  rigoureux  dans  ses  raisonnements  mais 
assur√©ment passionn√©, il sera en premi√®re ligne dans tous les combats li√©s √† la 
crise phyllox√©rique. 

 

Un an apr√®s la d√©couverte de l'insecte gallicole en France,  Planchon et 

Lichtenstein r√©ussissent √† √©lever, sur des racines, des insectes sortis des gales 
des  feuilles.  Ils  publient  cette  exp√©rience  dans  les  Comptes  Rendus  de 
l'Acad√©mie  des  Sciences  du  1

er

  ao√Ľt  1870.  Diff√©rents  journaux  de  la  r√©gion 

reprennent l'information.  

De  l'autre  c√īt√©  de  l'Atlantique,  des  observations  compl√©mentaires  sont 

faites  dans  le  Missouri  par  l'entomologiste  am√©ricain  d'origine  anglaise 
Charles  Valentine  Riley.  Celui-ci constate  l'existence de faibles  quantit√©s de 
Phyllox√©ras  sur  les  racines  de  vignes  am√©ricaines.  Les  diff√©rences  de 
comportement  entre  l'insecte  am√©ricain  et  l'insecte  fran√ßais  sont  donc 
minimes. Elles pourraient s'expliquer par des contraintes diff√©rentes exerc√©es 
par  le  milieu  naturel  de  part  et  d'autre  de  l'Atlantique.  En  bref,  il  pourrait 
s'agir  d'une  seule  et  m√™me  esp√®ce  de  puceron !  Cela  est  bient√īt  d√©montr√©. 
Riley adresse √† Signoret des pucerons pr√©lev√©s en Am√©rique. L'entomologiste 
parisien  est  ainsi  le  premier  √†  constater,  de  visu,  l'identit√©  de  l'esp√®ce 
am√©ricaine  et  de  l'esp√®ce  europ√©enne.  Dans  un  tel  contexte,  on  souhaite 
rencontrer le savant am√©ricain et discuter avec lui. Or, en  1871, celui-ci est √† 
Londres.  Planchon  et  Lichtenstein  l'apprennent  et  avertissent le  pr√©sident de 
la soci√©t√© Centrale d'Agriculture, Louis Vialla. Une invitation est envoy√©e en 
Angleterre.  Riley  l'accepte  et  est  re√ßu  √†  Montpellier.  Ce  jeune  et  brillant 
entomologiste  a  28  ans.  Il  confirme  en  arrivant  l'identit√©  de  l'insecte 
languedocien et de l'insecte qu'il conna√ģt en Am√©rique. Pour plus de s√Ľret√©, il 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

11 

partira de France avec quelques pucerons pour les comparer √† son retour avec 
ceux  du  Nouveau  Monde.  Entre  ce  savant  et  les  H√©raultais  va  na√ģtre  une 
solide  amiti√©.  Riley  viendra  plusieurs  fois  en  France.  Il  accompagnera  dans 
leur  p√©riple  aux  USA  les  deux  fran√ßais  qui  franchiront  l'Atlantique  pour 
assurer la sauvegarde de la viticulture europ√©enne : Planchon en 1873 et Pierre 
Viala en 1887.  

Une  autre  observation  est  faite.  Elle  aussi  attire  les  regards  et  les 

r√©flexions  vers  l'Am√©rique.  Depuis  quelques  ann√©es,  en  France,  les 
p√©pini√©ristes  et  les  amateurs  avaient  pris  l'habitude  de  cultiver,  ici  ou  l√†, 
quelques pieds de vignes d'origine am√©ricaine. C'est certainement la crise de 
l'o√Įdium, entre 1850 et 1857, qui avait pouss√© les viticulteurs  √† introduire ces 
√©trang√®res en esp√©rant trouver parmi elles une esp√®ce √† la fois productive, de 
haute qualit√© vinicole et r√©sistante au champignon. Leurs espoirs  avaient √©t√© 
d√©√ßus,  mais  l'habitude  de  collectionner  les  vignes  √©tait  rest√©e.  Or,  lors  du 
Congr√®s  Viticole  de  Beaune  en  novembre  1869  L√©o  Laliman  fait  une 
d√©claration  surprenante  :  les  vignes  am√©ricaines,  plant√©es  dans  son  domaine 
de  Floirac,  continuent  de  pousser  vigoureusement  alors  que  les  vignes 
fran√ßaises  sont  ravag√©es  par  le  Phylloxera.  De  fait,  dans  tout  le  Midi,  les 
vignes am√©ricaines apparaissent r√©sistantes, √† quelques esp√®ces pr√®s.  

 

VI. LA FIN DE L‚ÄôENIGME 

 
Il  est  maintenant  possible  de  reconstituer  toute  l'histoire.  Le 

Phylloxera  est  un  insecte  originaire  d'Am√©rique.  L√†  bas,  il  vivait  sur  la 
vigne  am√©ricaine,  peu  sensible  √†  ses  piq√Ľres  et  peu  favorable  √†  son 
alimentation. Ainsi, les populations d'insectes √©taient-elles maintenues √† un 
niveau raisonnable. Les vignes n'√©taient pas en danger de disparition et, en 
cons√©quence,  l'insecte  pouvait  subsister.  Un  √©quilibre  h√īte-parasite  s'√©tait 
√©tabli.  Le  Phylloxera  avait  √©t√©  ensuite  import√©  dans  l'Ancien  Monde,  en 
m√™me  temps  que  du  mat√©riel  v√©g√©tal  d'origine  am√©ricaine  destin√©  √†  des 
serres  (cas  de  l'Angleterre)  ou  √†  des  p√©pini√®res  (cas  de  la  France).  L√†,  le 
puceron avait √©t√© mis en contact avec la vigne fran√ßaise qui constituait pour 
lui un aliment de choix et allait permettre le d√©veloppement explosif de ses 
populations.  La  viticulture  europ√©enne  √©tait  alors  menac√©e  de  mort !  On 
comprenait  maintenant  pourquoi  les  tentatives  d'introduction  de  la  vigne 
fran√ßaise  en  Am√©rique  avaient  √©chou√©.  Le  Phylloxera  les  d√©truisait  et 
l'inexp√©rience  des  colons  am√©ricains,  si  souvent  invoqu√©e,  n'√©tait  pas  en 
cause.  On  comprenait  aussi  pourquoi  les  premiers  foyers  d'attaque  du 
Phylloxera  en  France  se  situaient  toujours  √†  proximit√©  de  parcelles 
couvertes  de  vignes  am√©ricaines  mais  pas  dans  ces  derni√®res  demeur√©es 
indemnes.  On  comprenait  enfin  pourquoi  les  deux  foyers  primitifs 
d'infection se situaient pr√®s de Bordeaux et pr√®s du Rh√īne. Les transports se 
faisant  surtout  par  bateau,  c'est  √†  proximit√©  des  ports que  l'importation  de 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

12 

plants am√©ricains avait √©t√© la plus massive.  

On  se  met  bient√īt  √†  rechercher  les  coupables,  c'est-√†-dire  les 

propri√©taires  des  vignes  √†  l'origine  des  premiers  foyers  d'infection. 
Planchon, et quelques autres, dressent la liste des suspects pour la France et 
pour les autres pays d'Europe. C'est une v√©ritable enqu√™te. On cherche qui a 
re√ßu des plants et qui les a envoy√©s. Du c√īt√© du Rh√īne, Monsieur de Borty 
et  les  Fr√®res  Audibert  sont  accus√©s.  Du  c√īt√©  de  Gen√®ve,  les  p√©pini√®res  et 
Serres  de  Pr√©gny,  appartenant  aux  Rothschild,  sont  en  cause  pour  avoir 
re√ßu,  par  bateau  et  chemin  de  fer,  des  boutures  d'Angleterre.  Du  c√īt√©  de 
Bordeaux, Laliman est d√©sign√©. Celui proteste de son innocence. Il √©crit le 
27 avril 1874 : 

"Monsieur Planchon fait fausse route, mes vignes n'ont √©t√© atteintes 

qu'en  1868

 

et  lorsque  les  vignes  de  Monsieur  de  Penarun  et  celles  de  L√©tang  de 

Puyau  l'√©taient  depuis  1863

et  √©taient  mortes  ou  expirantes.  Je  n'ai  donc  pu  leur 

communiquer le  Phylloxera  que  je  n'avais  pas.  Ma  vigne  n'a donc pas  √©t√© le  foyer 
original du  mal;  mais pour  le  besoin de  la science,  il para√ģt qu'il faut qu'il  en  soit 
ainsi".  

Laliman  a  raison  de  se  d√©fendre.  On  peut  penser  aujourd'hui  que 

plusieurs  foyers  d'infection  furent  √†  l'origine  de  l'invasion  dans  le bordelais. 
Sa  responsabilit√©  dans  la  destruction  du  vignoble  aquitanien  est  donc  √† 
partager avec d'autres propri√©taires. Mais cet homme avait le tort de beaucoup 
√©crire et de beaucoup parler. Depuis le Congr√®s de Beaune il √©tait, pour toute 
la  France,  le  plus  connu  des  propri√©taires  de  vignes  am√©ricaines  et  donc  le 
principal  coupable.  On  le  lui  disait.  On  le  lui  √©crivait.  Quel  poids  sur  les 
√©paules de cet homme accus√© d'avoir ruin√© des dizaines de milliers de gens ! 
Sa vie durant.  Laliman,  path√©tique,  chercha √† d√©montrer qu'il  √©tait innocent. 
Pour  cela,  il  utilisait  des  raisonnements  compliqu√©s  et  parfois  sp√©cieux.  Il 
exploitait  les  incertitudes  et  divergences  des  savants  de  l'√©poque  concernant 
les mŇďurs du puceron. Pour lui, le Phylloxera est originaire de France, il s'est 
soudain  multipli√©  pour  une  cause  inconnue,  puis  a  envahi  l'Am√©rique. 
Planchon  trouve  le  moyen  de  d√©molir  le  raisonnement.  Ayant  l'occasion,  en 
1873, de faire un voyage en Am√©rique pour continuer les √©tudes relatives au 
phylloxera;  il  d√©couvre  des  gales  phyllox√©riques,  dans  des  herbiers,  sur  des 
feuilles  de  vignes  r√©colt√©es  en  1834  au  Texas,  soit  plus  de  30  ans  avant  la 
destruction  du  vignoble  fran√ßais.  L'insecte  existait  donc  dans  le  Nouveau 
Monde bien avant qu'on le d√©couvre chez nous.  

 
Mais il reste beaucoup de choses √† apprendre concernant la biologie du 

Phylloxera.  A  ce  niveau,  l'intervention  de  biologistes  professionnels  est 
indispensable.  Deux  d'entre  eux  vont  particuli√®rement  s'illustrer.  D'une  part 
Maxime Cornu publie en 1878 un ouvrage intitul√© "√Čtudes sur le Phylloxera 
vastatrix".  D'autre  part  G.  Balbiani,  professeur  au  Coll√®ge  de  France,  est 
√©galement  l'auteur  d'un  ouvrage  important  sur  le  m√™me  sujet.  Mais  de  son 
c√īt√© Lichtenstein continue de travailler. Il est le premier √† montrer la rapidit√© 
de  la  reproduction  de  l'insecte  des  racines,  une  g√©n√©ration  pouvant  √©clore, 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

13 

vivre  et  se  reproduire  en  moins  d'un  mois.  On  d√©couvre  progressivement 
l'incroyable  complexit√©  de  la  biologie  du  Phylloxera.  La  forme  gallicole 
correspond  √†  des  femelles  se  reproduisant  par  parth√©nogen√®se,  c'est-√†-dire 
sans  s'accoupler.  Les  Ňďufs  produits  donnent  d'autres  gallicoles  ou  bien  des 
insectes  susceptibles  de  migrer  sur  les  racines  et  de  devenir  radicicoles.  Il 
s'agit  encore  de  femelles  qui  pondent  aussi  des  Ňďufs,  subissent  des  mues  et 
apparaissent  donc  sous  diff√©rentes  formes  avant de se  reproduire  √†  leur  tour 
par  parth√©nogen√®se  pour  donner  d'autres  radicicoles.  Certains  de  ceux-ci  se 
transforment en nymphes produisant des ail√©s susceptibles de migrer par voie 
a√©rienne.  Ces  ail√©s  pondent  aussi  des  Ňďufs  donnant  des  sexu√©s  m√Ęles  ou 
femelles.  Apr√®s  accouplement,  la  femelle  sexu√©e  pond  un  seul  Ňďuf  d'hiver 
d√©pos√© sous une √©corce √† l'automne. Au printemps, il en sort une fondatrice se 
fixant  sur  une  feuille  o√Ļ  elle  forme  une  gale.  Des  gallicoles  en  sortent.  On 
n'ose  dire  que  le  cycle  est  boucl√©  car  plusieurs  cycles  sont  imbriqu√©s  entre 
celui  des  insectes  vivant  sur  les  feuilles,  celui  des  insectes  vivant  sur  les 
racines, celui des ail√©s et sexu√©s.  

L'essentiel  est  de  remarquer  l'extr√™me  prolificit√©  de  ce  puceron.  Les 

femelles gallicoles ou radicicoles sont susceptibles de pondre une ou m√™me 
plusieurs  centaines  d'Ňďufs  en  moins  de  huit  jours,  quand  il  fait  chaud.  En 
th√©orie,  c'est-√†-dire  en  l'absence  de  parasites  ou  d'ennemis  naturels,  un  seul 
insecte,  en  une  seule  ann√©e,  pourrait  donner  une  descendance  comprenant 
des milliards d'individus. Ainsi un ennemi minuscule, d√©risoire en apparence, 
a-t-il pu ruiner √† une vitesse stup√©fiante tout le vignoble europ√©en!  

 

VII. LA POL√ČMIQUE PLANCHON / SAHUT 

En  1874,  Planchon  est  un  homme  c√©l√®bre.  A  tous  ses  titres 

universitaires  s'ajoute  pour  lui  la  gloire  d'avoir  d√©couvert  le  Phylloxera  et 
d'avoir  fait  notablement  progresser  sur  plusieurs  points  les  connaissances 
relatives  √†  la  biologie  de  l'insecte.  Quelques  mois  plut  t√īt  il  s'est  rendu  en 
Am√©rique pour une mission d'√©tude. L'importance scientifique du voyage, et 
l'√©cho qui en est donn√© dans tous les journaux renforcent encore sa notori√©t√©. 
Les colonnes de la Revue des Deux Mondes lui sont ouvertes. Il y pr√©sente, 
en termes clairs et simples, pour le grand public, une superbe synth√®se sur les 
connaissances  de  l'√©poque  relatives  au  Phylloxera :  origine,  extension, 
moyens  de  lutte,  etc.  Mais,  inexplicablement,  il  ne  cite  pas  le  nom  des  co-
auteurs de la d√©couverte de 1868. Bien plus, il emploie la premi√®re personne 
du  singulier: 

"Un  coup  de  pioche  heureux  met  √†  jour  quelques  racines,  sur 

lesquelles  je  vois  √†  l'Ňďil  nu  des  taches  et  des  tra√ģn√©es  de  points  jaun√Ętres". 

Le 

compte rendu de 1868 n'est pas mentionn√©.  

 
Les  r√©actions  des  co-d√©couvreurs  sont  diff√©rentes.  Bazille  se  tait. 

Planchon  et  lui  sont  parents  et  font  partie  de  la  m√™me  haute  soci√©t√© 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

14 

protestante  de  Montpellier.  Sahut,  au  contraire,  va  r√©agir.  D'autres  que  lui 
auraient  pu  le  faire  car  cet  article  de  1874  est  r√©dig√©  d'une  mani√®re 
maladroite.  A  y  regarder  de  tr√®s  pr√®s,  des  hommes  comme  Laliman, 
Lichtenstein  et  Signoret  pourraient  juger  que  leur  contribution  a  √©t√©  sous-
estim√©e.  Laliman  fera  d'ailleurs  quelques  observations.  En  revanche,  Sahut 
adresse  une  r√©clamation  √†  la  soci√©t√©  des  Agriculteurs  de  France,  en  f√©vrier 
1875. Sa lettre reste sans r√©ponse. L'affaire se tasse et para√ģt d√©finitivement 
class√©e.  Mais  huit  ans  plus  tard,  Gustave  Fo√ęx,  professeur  √†  l'√Čcole 
d'Agriculture  et  directeur  de  cette  institution,  rouvre  brutalement  la  plaie, 
sans  doute  mal  cicatris√©e,  faite  dans  l'amour  propre  de  Sahut.  Il  r√©dige  et 
publie un superbe cours de Viticulture, ouvrage de r√©f√©rence qui a un succ√®s 
consid√©rable.  Or,  pour  raconter  la  d√©couverte  du  Phylloxera,  il  utilise  la 
Revue des Deux Mondes, c'est-√†-dire la version de Planchon. L'Histoire risque 
d'oublier d√©finitivement Bazille et Sahut !  

 

Au d√©but de 1887 Sahut publie la troisi√®me √©dition de son ouvrage 

"Les 

vignes  am√©ricaines". 

Il  revient  sur  la  d√©couverte  de  l'insecte  et  pr√©sente  sa 

version  des  faits.  C'est  tr√®s  probablement  la  version  la  plus  juste  et  la  plus 
honn√™te que l'on puisse donner sur le sujet: 

"j'eus la pens√©e de faire arracher 

des  racines  sur  les  vignes  d√©j√†  atteintes  pour  les  examiner  attentivement  ...  En 
promenant  ma  loupe  sur  l'√©piderme  de  ces  racines  de  vigne,  je  d√©couvris  ainsi 
quelques  petits  points  jaunes  que  je  montrai  imm√©diatement  √†  M.  Planchon..." 

Dans  le  m√™me  ouvrage,  il  appelle  Fo√ęx  √†  rectifier  sa  relation  des  faits  √† 
l'occasion  de  la  prochaine  √©dition  de  son  cours.  Planchon,  indirectement 
interpell√©, est oblig√© de s'expliquer d'une part sur l'absence du nom des autres 
d√©l√©gu√©s  dans  son  article  de  1874  et  d'autre  part  sur  son  r√īle  propre  dans  la 
d√©couverte de l'insecte. Il le fait dans plusieurs notes publi√©es en 1887 dans sa 
revue 

"La  vigne  am√©ricaine", 

notes  auxquelles  Sahut  r√©pond.  Concernant 

l'absence de citation, l'explication de Planchon n'est pas satisfaisante. La revue 
des  Deux  Mondes  n'admettrait  pas  le  style  scientifique  et  les  d√©tails 
minutieux!  La  Duchesse  de  Fitz-James,  faisant  l'√©loge  de  Planchon,  apr√®s  la 
mort de celui-ci, insiste avec une certaine lourdeur : l'auteur aurait manqu√© de 
place  √†  cause  de  la  concision  impos√©e  par  le  directeur  de  la  revue  (l'article 
faisait  en  r√©alit√©  23  pages).  Sur  le  second  point  au  contraire,  les  choses  sont 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

15 

claires :  le  premier  d√©couvreur  du  puceron  n'a  pr√©c√©d√©  le  second  que  d'une 
fraction de seconde ! A partir des textes publi√©s par les protagonistes on peut 
reconstituer le dialogue ou plut√īt les termes de la controverse :  

Sahut : 

"En faisant passer √† M. Planchon la racine il n'y avait pas, dans ma 

pens√©e, le moindre doute et d√®s ce moment les points jaunes √©taient pour moi des 
insectes et ces insectes √©taient des pucerons".  

Planchon : 

"Les  points  jaunes  √©taient  dans  sa  pens√©e  des  pucerons.  Il 

l'affirme. Je l'admets. Mais ces pucerons qui en a d√©termin√© les caract√®res ? qui 
en  a  √©tudi√©  les  phases  biologiques ?  qui  l'a  nomm√©,  d√©crit ?  qui,  surtout  d√®s  le 
premier moment l'a d√©sign√© comme l'ennemi qu'on avait vainement cherch√© ? Et 
n'est-ce pas l√† ce qui constitue la vraie d√©couverte 

?"  

En  fait,  Planchon  comptait  pour  peu  de  choses,  dans  toute  l'histoire  du 

Phylloxera,  l'√©pisode  de  St-Martin-de-Crau.  Il  lui  avait  accord√©  moins  d'une 
demi-page dans son article de 1874. Sahut au contraire tenait √† cette journ√©e 
qui  l'avait  propuls√©  au-devant  de  l'actualit√©  de  l'√©poque.  Avec  le  recul  du 
temps, il ne faut pas regretter cette pol√©mique. Gr√Ęce √† elle les auteurs ont 
d√Ľ s'expliquer dans le d√©tail. On sait donc tout  sur cette journ√©e historique 
qui vit la d√©couverte du Phyllox√©ra.  

Le  d√©bat  s'arr√™te  l√†  entre  les  deux  protagonistes.  Tout  en  d√©fendant 

fortement  leurs  positions  respectives,  ils  ne  s'√©taient  pas  d√©partis  de  leur 
grande  courtoisie.  Planchon  termina  sa  derni√®re  note  en  √©voquant 

"une 

poign√©e de main offerte et accept√©e d'une et d'autre part". 

Il n'en reste pas moins 

que cette affaire empoisonna la vie de Planchon de 1874 jusqu'√† sa mort en 
1888.  C'√©tait  payer  cher  un  moment  d'inattention !  La  renomm√©e  du  grand 
Professeur  n'eut  √©t√©  en  rien  diminu√©e  s'il  avait  cit√©  ses  compagnons  et  s'il 
leur  avait  adress√©,  √†  cette  occasion,  un  de  ces  compliments  qu'il  savait  si 
bien tourner. Sahut, de son c√īt√©, n'√©tait pas au bout de ses peines car Fo√ęx, 
incorrigible  et  manifestement  de  mauvaise  foi,  ne  manquera  pas  une 
occasion dans ses articles post√©rieurs √† 1887 d'insister lourdement et de citer 
exclusivement  la  version  de  Planchon  de  1874 !  Agissait-il  au  nom  de 
l'amiti√©? Avait-il √©t√© vex√© par l'injonction √©crite de  Sahut lui demandant de 
modifier son cours? Se sentait-il plus proche de Planchon, protestant comme 
lui? On ne le saura pas!  

L'inauguration  du  monument  Planchon,  dans  le  square  de  la  gare  de 

Montpellier, en 1894, est l'occasion d'un √©pisode de plus dans cette curieuse 
histoire. Le Ministre Vigier, qui n'√©tait pas du pays, fit un superbe discours √† 
partir  des  notes  pr√©par√©es  √†  son  intention  (probablement  par  Fo√ęx,  son 
collaborateur direct).  Sahut  fut oubli√©, une fois de plus  et la d√©couverte du 
Phylloxera  fut  attribu√©e  √†  Planchon  seul.  Sahut,  une  fois  encore,  r√©agit  et 
adressa une lettre au Ministre. Celui-ci lui envoya ses excuses, pr√©sent√©es √† 
domicile  par  deux  d√©put√©s.  La  Presse  s'en  fit  l'√©cho.  Sahut  rencontrant 
ult√©rieurement  Vigier  fut  qualifi√©  par  le  Ministre  de 

"Christophe  Colomb  du 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

16 

Phylloxera". 

Cela fit un tel plaisir au destinataire du compliment que celui-ci 

√©crivit un article pour signaler la chose au public. Sur la fin de sa vie Sahut 
paraissait m√™me obs√©d√© par cette affaire et parfois oubliait  √† son tour, dans 
ses √©crits, le r√īle de Planchon dans la d√©couverte du Phylloxera.  

Nous l'avions dit en introduction : la d√©couverte du Phylloxera marqua 

toute leur vie les hommes qui la firent.  

Dans  ces  conditions,  le  compte  rendu  de  1868  r√©dig√©  par  Bazille 

utilisait un "on" collectif, fort ad√©quat compte tenu des circonstances : 

"

On 

regarde plus attentivement, ... 

on 

aper√ßoit √† divers √©tats de d√©veloppement ... ".  

 

L'histoire  devra  retenir  cette  version  que  les  trois  d√©l√©gu√©s  avaient 

approuv√©e et sign√©e. La soci√©t√© Centrale d'Agriculture de l'H√©rault ne s'y est 
pas  tromp√©e.  En  1900,  elle  a  repris  ce  fameux  compte  rendu  pour  le  faire 
figurer dans son livre d'or, officialisant ainsi pour la post√©rit√© la d√©couverte 
du Phylloxera en France.  

CONCLUSION  

On  sait  que  la  lutte  contre  le  Phylloxera  put  √™tre  organis√©e.  On 

d√©couvrit  que  la  meilleure  fa√ßon  de  sauver  la  vigne  fran√ßaise  √©tait  de  la 
greffer sur des pieds am√©ricains, en s√©lectionnant pour cela des esp√®ces aux 
racines  insensibles  √†  l'insecte.  A  partir  de  1883  un  quart  du  vignoble  de 
l'H√©rault √©tait d√©j√† greff√©. Mais l'insecte poursuivit son Ňďuvre de destruction. 
En  1888,  √†  quelques  milliers  d'hectares  pr√®s,  il  ne  resta  plus,  dans  le 
D√©partement, de vignes fran√ßaises franches de pied c'est-√†-dire reposant sur 
leurs  propres  racines.  D'une  certaine  fa√ßon,  la  victoire  du  Phylloxera  fut 
totale. La viticulture fran√ßaise traditionnelle a compl√®tement c√©d√© devant lui. 
Partout,  il  a  fallu  greffer  et  d√©velopper  des  connaissances  nouvelles  sur  la 
compatibilit√©  des  greffons  et  porte-greffes,  sur  l'adaptation  des  vignes 
am√©ricaines  √†  nos  sols,  etc.  Entrer  dans  les  d√©tails  de  la  reconstitution  du 
vignoble  demanderait  une  autre  communication.  Mais  la  victoire  du 
Phylloxera  n'est  pas  seulement  compl√®te,  elle  est  d√©finitive.  L'insecte  est  √† 
jamais  install√©  dans  nos  terres  de  France.  Il  ne  peut  en  √™tre  extirp√©. 
Aujourd'hui, le viticulteur imprudent qui tenterait de planter une vigne sans 
la greffer verrait bient√īt les ceps d√©truits par une arm√©e de pucerons surgis de 
nulle part.  

Enfin,  il  faut  ajouter  que  le  Rhizaphis,  alias  Phylloxera,  alias 

Pemphigus  et  Peritymbia  est  en  fait  connu  sous  bien  d'autres  noms.  Une 
√©tude tr√®s s√©rieuse a √©t√© consacr√©e √† cette question en 1974 par un chercheur 
am√©ricain (RUSSELL, 1974). Toutes sortes d'appellations ont √©t√© recens√©es. 
Planchon  lui-m√™me  h√©sitait  et  dans  ses  diff√©rentes  publications  on  trouve, 
outre  le  Rhizaphis  et  Phylloxera  vastatrix,  le  Phylloxera  vitis  folii,  le 
Peritymbia vastatrix, le Rhizocera vastatrix, le Xerampelus vastator et m√™me 
le  Phylloxera  viteus  vastator.  Pour  diverses  raisons,  d'ordre  entomologique, 

background image

Acad√©mie des Sciences et Lettres de Montpellier, 1993, J.P. Legros 

 

17 

et  pour  respecter  l'ant√©riorit√©  des  premi√®res  d√©nominations  donn√©es  (c'√©tait 
en  Am√©rique),  le  nom  officiel  de  l'insecte  devrait  √™tre  Daktulosphaera 
vitifoliae (Fitch, 1855 et Shimer en 1866). Mais la question n'est pas encore 
r√©gl√©e  aujourd'hui.  Les  europ√©ens  ont  tendance  √†  se  r√©f√©rer  au 
"Daktulosphaera"  am√©ricain,  tandis  que  ceux-ci  pr√©f√®rent  par  habitude  le 
"Phylloxera"  europ√©en. C'est  une  sorte  d'√©change  de  politesses.  Ainsi,  force 
est de constater que cette peste innommable n'a pas encore fini de faire parler 
d'elle. 

Jean-Paul LEGROS  

BIBLIOGRAPHIE 

 
BAZILLE, PLANCHON, SAHUT, 1868. Rapport sur la nouvelle maladie de la vigne, p. 341-348. Centenaire 

de la Soci√©t√© d'Agriculture de l'H√©rault (1900), 547 p. Bureaux du Progr√®s Agricole et Viticole.   

COLLECTIF, 1869. R√©sum√© de l'enqu√™te faite par la Commission D√©partementale institu√©e dans le Vaucluse 

pour l'√©tude de la nouvelle maladie de la vigne. Imprimerie d'Am√©d√©e Chaillot.   

De LAMOTTE D.E., 1885. Monographie du Phylloxera vastatrix de la maladie phylloxique de la vigne. Ad. 

JOURDAN √Čditeur. 268 p.  

FITZ-JAMES (Lowenhjelm, duchesse de), 1988. Mort de M. Planchon, 7 p. Montpellier. Imprimerie Grollier 

et fils.  

LEGROS J.-P. et ARGELES J., 1986. La Gaillarde √† Montpellier. Imprimerie Le Paysan du Midi. 343 p.  
LEGROS J.-P. et ARGELES J., 1990. Jules-√Čmile Planchon et le Phylloxera. In : la M√©decine √† Montpellier 

du XII" au XX' si√®cle, 236-237. Ed. Hervas.  

PLANCHON J.-E., 1874. Le Phylloxera en Europe et en Am√©rique. Revue des deux Mondes. XLIV Ann√©e. 

Troisi√®me p√©riode. t. 1., 544-566 et 914-943.  

PLANCHON  J.-E.,  1886.  Notice  sur  MM.  Louis  Bazille  et  Jules  Lichtenstein.  La  vigne  am√©ricaine,  n¬į  de 

D√©cembre, 7 p.  

PLANCHON  J.-E.,  1887.  Quelques  mots  sur  la  d√©couverte  du  Phylloxera.  ln  La  Vigne  Am√©ricaine  n¬į  3, 

Mars, 84-88. 

PLANCHON  J.-E.  et  Lichtenstein  J.,  1869.  Notes  entomologiques  sur  le  Phyl1oxera  vastatrix.  Bull.  Soc. 

Agriculteurs de France. 1'"' Novembre. p. 113 et suivantes; reproduit dans 6 autres ouvrages et revues.   

PLANCHON J.-E. et Lichtenstein J., 1870.  De l'identit√© sp√©cifique du Phylloxera des feuilles et du Phylloxera 

des racines de la vigne. C.R. Acad. Sciences 1'" Ao√Ľt, 298-300, reproduit dans deux journaux.  

PLANCHON J.-E. et Lichtenstein J., 1871. Le Phylloxera de la vigne en Angleterre et en Irlande. 7 p. Messager 

Agricole du Midi (10 juillet).  

PLANCHON  J.-E.  et  Lichtenstein  J.,  1872.  Le  Phylloxera.  Faits  acquis  et  revue  bibliographique  (1868-1871). 

Congr√®s Scientifique de France. XXXV' session, 120 p.  

RUSSEL  L.-M.,  1974  -  Daktulosphaira  Vitifoliae  (Fitch),  the  correct  name  of  the  grape  phylloxeran.  J.  Wash. 

Acad. Sci. Vol. 64, n¬į 4, 303-308.  

SAHUT F., 1887. Les vignes am√©ricaines, leur greffage et leur taille. Camille COULET. Libraire-√Čditeur.  
SAHUT  F.,  1887.  Sur  la  d√©couverte  du  Phylloxera.  R√©ponse  √†  M.  Planchon.  ln  La  Vigne  Am√©ricaine,  n¬į  4, 

Avril, 118-124 (suivi d'une note de Planchon, page 125-126).  

SAHUT  F.,  1899.  Un  √©pisode  r√©trospectif  √†  propos  de  la  d√©couverte  du  Phylloxera.  Imp.  de  la  Man.  de  la 

Charit√©. Montpellier. 203-216.  

SCHAEFFER M., 1969. La crise du Phylloxera. Ln : Economie M√©ridionale. N¬į 67. 3-23.  

POUR EN SAVOIR BEAUCOUP PLUS : 

 
 

BOULAINE  J.  et  LEGROS  J.P.,  1998. 

D‚Äôolivier  de  Serres  √†  Ren√©  Dumont,  portraits 

d’agronomes

. Coll. Tec/doc, Lavoisier, 320 p. 

LEGROS  J.P.  et  ARGELES  J.,  1997. 

L‚Äôodyss√©e  des  agronomes  de  Montpellier

.  Ecole  Nat. 

Sup√©rieure Agronomique de Montpellier, 400 p.