Quantcast
Home Économie La veste verte d’Augusta: le trophée ultime


La veste verte d’Augusta: le trophée ultime

Ça fait cher le tissu

La veste verte d’Augusta: le trophée ultime
Tiger Woods aide Dustin Johnson à enfiler sa veste verte. Derrière eux, la cabine Butler. Novembre 2020, Augusta, Géorgie. © Curtis Compton/AP/SIPA Numéro de reportage : AP22513810_000329

En 2017, une veste verte avec un mystérieux logo a été dénichée par un quidam dans une friperie de Toronto. Une fois authentifiée, celle-ci a été vendue aux enchères pour 139 000$.


Cette fameuse veste n’était autre que l’une de celles qu’on donne chaque année au vainqueur du Masters d’Augusta. Disputé depuis 1934, sur l’Augusta National Golf Club (Géorgie, États-Unis), le premier grand tournoi de l’année a cette particularité d’effacer la traditionnelle coupe au profit d’une veste… presque sur-mesure.

La veste verte, une idée venue de Grande-Bretagne

Actuellement les membres de ce club prestigieux ayant le droit de porter la veste mythique seraient au nombre de 300. Bienvenue dans le Saint des saints du monde golfique.

La veste verte a été introduite pour la première fois en 1937, suite à un voyage de Bobby Jones en Angleterre. Au cours d’une soirée au Royal Liverpool, ce dernier avait constaté que tous les Capitaines portaient des vestes rouges. Ceci, pour les identifier plus facilement par le public pendant une compétition.

A lire aussi: Retour de l’inflation: les banquiers centraux serrent les fesses

Sam Snead démocratise la veste verte en 1949

Jusqu’en 1949, seuls les membres d’Augusta pouvaient revêtir ce qui deviendra le Saint Graal golfique. Sam Snead mit un terme à ce petit entre soi, dont sont si friands les Anglo-Saxons depuis Phileas Fogg, en devenant le premier champion à porter la Green Jacket.

La cabine Butler

Revêtir la veste verte suit un processus bien précis. Elle est tout d’abord présentée au vainqueur à l’intérieur de la cabine Butler, puis à l’extérieur, sur le dernier green du parcours, devant un public de fans. La cabine est située entre le club house et le parcours de Par 3. Il existe différentes tailles de vestes vertes stockées à l’Augusta National. Quand la partie va prendre fin, les employés du club s’affairent à trouver le bon format rapidement… pas toujours évident quand on s’appelle John Rham.

Une veste qui n’appartient qu’au club…

La veste verte enfilée par le vainqueur durant la cérémonie, n’est pas celle qui sera dévolue au joueur. Les champions ont simplement le droit de conserver chez eux une réplique. Le vainqueur d’Augusta garde sa prestigieuse veste seulement l’année qui suit sa victoire. Ensuite, il ne pourra la porter que dans l’enceinte du club house. Néanmoins, le champion conserve un « droit de visite » à sa veste qui est jalousement conservée par le club. Les “anciens” du Masters doivent d’ailleurs porter leur veste à chaque fois qu’ils passent dans le golf de Géorgie. Étiquette toujours.

A lire aussi: Leonardo Padura: saga cubaine

Gary Player, le premier non-Américain à remporter la green jacket, fou de joie après sa victoire en 1961, commit l’offense de la prendre avec lui en Afrique du Sud mais en respectant toutefois la loi d’airain de ne pas la porter en public.

Le mythique Seve Ballesteros, premier Européen vainqueur en 1980, dans une interview donnée à la télévision, commit le sacrilège de montrer une de ses deux vestes vertes dans son “hall of fame” personnel.

Une passation plus codifiée que sous le Premier Empire

On le sait, Napoléon mit sa couronne d’Empereur seul sur sa tête, geste traditionnellement exécuté par le pape. À Augusta, le vainqueur du Masters de la précédente édition aide le nouveau champion à revêtir la veste verte. Il devient ainsi membre d’honneur du club pendant l’année qui va s’écouler.

En 1966, Jack Nicklaus dû enfiler sa veste lui-même, car il venait de gagner pour la seconde fois le Masters. Idem pour Nick Faldo en 1990. Mais pas de panique, Billy Payne, le président du club, les aidera toujours à passer les bras dans l’auguste veston. La veste Verte d’Augusta, à l’instar de la Coupe du monde de football ou du trophée de l’America’s Cup, est sans aucun doute, le tissu le plus mythique pour les amateurs de la petite balle blanche de par le monde. Preuve s’il en est, une veste verte trouvée dans une friperie de Toronto en 1994 a été vendue aux enchères pour 139 000 $ en 2017. Et la veste du premier vainqueur, Horton Smith (vainqueur à deux reprises du Masters), a elle été vendue pour 682 229$ en 2013 après avoir été retrouvée dans un placard ! L’identité de l’acquéreur n’a pas été dévoilée…


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !