masthead_001 masthead_002 masthead_003 masthead_004 masthead_005 masthead_006 masthead_007 masthead_008 masthead_009 masthead_010 masthead_011
Opérations
Accueil | Opérations | Tchad | Dossier | Les éléments français au Tchad (EFT)

Les éléments français au Tchad (EFT)

Retour

Mise à jour : 17/09/2012 18:02

Le dispositif Epervier a été mis en place au Tchad en février 1986 afin de contribuer au rétablissement de la paix et au maintien de l'intégrité territoriale du Tchad. Il contribue actuellement à la stabilité du Tchad et de la sous-région.

Le dispositif Épervier a été mis en place au Tchad en février 1986 afin de contribuer au rétablissement de la paix et au maintien de l’intégralité territoriale du pays. Il contribue actuellement à la stabilité du Tchad et de la sous-région.

Les missions

Les éléments français au Tchad (EFT) de la force Épervier assurent deux missions permanentes :

  • ils garantissent la protection des intérêts français et, tout particulièrement, la sécurité des ressortissants français résidant au Tchad,
  • conformément à l’accord de coopération technique signé entre la France et le Tchad, ils apportent un soutien logistique (ravitaillement, carburant, transport, formation) ainsi qu’un appui renseignement aux forces armées et de sécurité (FADS) tchadiennes.

Ils peuvent être amenés à apporter leur soutien à des contingents internationaux. Ainsi, de mars 2008 à mars 2010, les EFT ont pleinement participé à la mission européenne EUFOR Tchad/RCA puis à la mission de l’ONU, la MINURCAT, pour contribuer au soutien de la paix entre les deux pays, assurer la protection des populations civiles et favoriser le travail des ONG dans les camps de réfugiés et de déplacés situés à l’est du Tchad et au nord-est de la RCA.

Dans le cadre d’accords bilatéraux, les contingents engagés ont bénéficié de prestations de soutien logistique (campement, habillement, eau, transports intra et extra-théâtre…) et sanitaire.

En outre, sur une base volontaire, les EFT apportent une aide médicale à la population et réalisent des actions civilo-militaires, essentiellement dans les domaines de l’éducation et de la santé.

Le dispositif Épervier

Le dispositif Épervier compte aujourd’hui près de 950 militaires, commandés par le colonel Laurent Rataud depuis le 31 juillet 2012.

Il comprend :

  • un état-major interarmées,
  • un groupement Terre : environ 350 militaires et 70 véhicules (14 véhicules blindés légers ERC 90 Sagaie, 23 véhicules d’avant blindés et divers véhicules légers) répartis entre une compagnie motorisée et un escadron blindé à N’Djamena et une unité élémentaire de protection terrestre à Abéché,
  • un groupement Air : environ 150 militaires et 12 aéronefs stationnés sur la base de N’Djamena et assurant des missions de chasse et de reconnaissance (2 Mirage F1 CR, 3 Mirage 2000D), de transport tactique (1 Transall C160, 1 Hercules C130 et 4 Puma SA 330) et de ravitaillement en vol (1 C135 FR),
  • une base de soutien à vocation interarmées (BSVIA) assurant le support opérationnel, technique et personnel des unités stationnées sur les différents sites ; elle dispose notamment d’un groupement Santé de près de 40 militaires.

Le dispositif français au Tchad est adossé à deux bases principales : la plus importante est la base aérienne 172 sergent-chef Adji Kosseï à N’Djamena, au nord-ouest de l’aéroport, et la seconde est le camp capitaine Michel Croci à Abéché, dans l’est du pays. Un détachement est également stationné à Faya, au nord du Tchad.

Le dispositif Epervier 

Le dispositif Épervier compte aujourd’hui près de 950 militaires, commandés par le colonel Laurent Rataud depuis le 31 juillet 2012.

Il comprend :

  • un état-major interarmées,
  • un groupement Terre : environ 350 militaires et 70 véhicules (14 véhicules blindés légers ERC 90 Sagaie, 23 véhicules d’avant blindés et divers véhicules légers) répartis entre une compagnie motorisée et un escadron blindé à N’Djamena et une unité élémentaire de protection terrestre à Abéché,
  • un groupement Air : environ 150 militaires et 12 aéronefs stationnés sur la base de N’Djamena et assurant des missions de chasse et de reconnaissance (2 Mirage F1 CR, 3 Mirage 2000D), de transport tactique (1 Transall C160, 1 Hercules C 130 et 4 Puma SA 330) et de ravitaillement en vol (1 C 135 FR),
  • une base de soutien à vocation interarmées (BSVIA) assurant le support opérationnel, technique et personnel des unités stationnées sur les différents sites ; elle dispose notamment d’un groupement Santé de près de 40 militaires.

Le dispositif français au Tchad est adossé à deux bases principales : la plus importante est la base aérienne 172 sergent-chef Adji Kosseï à N’Djamena, au nord-ouest de l’aéroport, et la seconde est le camp capitaine Michel Croci à Abéché, dans l’est du pays. Un détachement est également stationné à Faya, au nord du Tchad.

Sources : EMA
Droits : Ministère de la Défense

Sur d'autres sites

Haut
Copyright Ministère de la Défense 2012 | Mentions legales