Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

La première année de libre-échange doit être célébrée malgré les problèmes au démarrage

Get monthly
e-newsletter

La première année de libre-échange doit être célébrée malgré les problèmes au démarrage

Des progrès significatifs sont attendus en 2022, affirme Wamkele Mene, le Secrétaire général du Secrétariat de la ZLECAf.
Kingsley Ighobor
Afrique Renouveau: 
5 Janvier 2022
Gettyimages/Alistair Berg
Chariot élévateur à fourche chargeant une palette de tomates en boîte sur un camion à l'extérieur d'un grand entrepôt de distribution alimentaire.

Le libre-échange sous les auspices de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) a officiellement débuté en janvier 2021. Un an plus tard, plusieurs aspects du pacte commercial sont mis en œuvre avec succès, tandis que des négociations sont en cours dans d'autres domaines. Dans la première partie de cet entretien avec Kingsley Ighobor, le secrétaire général du secrétariat de la ZLECAf, M. Wamkele Mene, évoque les progrès réalisés, les négociations en cours et donne un aperçu de ce qui nous attend en 2022. En voici des extraits.

-Wamkele Mene, Secretary General, African Continental Free Trade Area  Secretariat (AfCFTA)
Wamkele Mene, Secrétaire général du Secrétariat de la ZLECAf.
Quelle est votre évaluation du chemin parcouru depuis le début du libre-échange en janvier 2021, et quelles sont vos trois principales réalisations ?
 
Les chefs d'État africains ont déclaré que nous commencerions à commercer selon les règles de la ZLECAf le 1er janvier 2021. Depuis lors, nous avons franchi plusieurs étapes importantes.
 
Tout d'abord, le nombre de pays ayant ratifié l'accord a augmenté. Nous comptons désormais 39 États parties à l'accord. Cela en fait l'instrument le plus rapidement ratifié au sein de l'Union africaine. Cela démontre le sérieux et l'engagement de nos chefs d'État en faveur de l'intégration des marchés.
 
Deuxièmement, nous avons atteint un accord d'environ 87,8 % sur les règles d'origine, ce qui constitue un seuil de consensus très élevé. Près de 8 000 produits relèvent du système harmonisé des règles d'origine et des tarifs de l'Organisation mondiale des douanes, et nous sommes parvenus à des accords sur plus de 80 % de ces produits. 

À l'avenir, pour les produits pour lesquels nous avons des accords, les gens pourront commercer avec certitude et prévisibilité sur la base des règles d'origine qui s'appliquent. C'est important pour l'industrialisation et pour la certitude et la prévisibilité du marché. 

Une autre étape importante est que nous avons rendu opérationnel le protocole sur le règlement des différends. Nous sommes en train de négocier les règles de nomination des membres de l'organe d'appel de l'organe de règlement des différends. Cela envoie le signal que l'Afrique est prête à être liée par les règles du droit commercial, ce qui stimulera le commerce et les investissements intra-africains.

Nous avons donc fait des progrès, mais il reste bien sûr beaucoup à faire. 

Quels sont les principaux défis que vous avez rencontrés ?

Le plus grand défi est que nous avons 55 pays sur le continent africain avec des différences de niveaux de développement économique et des différences de niveaux de capacité industrielle. Certains pays sont prêts, du point de vue de leur capacité industrielle, à exporter immédiatement dans le cadre des règles de la ZLECAf, tandis que d'autres auront besoin de plus de temps. 

Nous avons également une annexe sur la facilitation des échanges, sur le transit et sur les règles de procédures douanières harmonisées. Mais lorsqu'il s'agit de la capacité d'application des règles harmonisées, les pays sont à des niveaux différents de préparation.

Nous devons donc continuer à travailler pour renforcer les capacités de nos autorités douanières afin qu'elles puissent faire appliquer les règles d'origine. 

Mais que dites-vous à un commerçant d'Accra qui souhaite exporter des marchandises en Côte d'Ivoire et qui se heurte encore à des barrières tarifaires et non tarifaires considérables ? 

En février 2022, nous publierons ce que nous appelons le livre des tarifs de la ZLECAf, qui comprendra les règles d'origine et les procédures douanières applicables aux produits. Les négociants pourront identifier dans ce livre tarifaire leurs produits spécifiques, savoir quelles règles d'origine s'appliquent à chaque produit et les tarifs associés. 

Vous pouvez vous demander pourquoi cela n'a pas été fait plus tôt. C'est parce que les négociations étaient encore en cours. Maintenant que nous avons conclu des accords sur plus de 87 % des lignes tarifaires, je pense que nous sommes en bonne position pour commencer à commercer sur la base de ce que nous avons convenu. 

Je dirais également qu'aucun accord commercial n'est jamais conclu et mis en œuvre en même temps. En général, les accords commerciaux sont négociés par étapes et mis en œuvre par étapes. Ainsi, cette ZLECAf ne sera pas différente des autres accords commerciaux dans le monde. Les accords commerciaux sont très complexes, très techniques et comportent des obligations de grande portée pour les pays qui les négocient. Les pays ont tendance à prendre beaucoup de temps pour délibérer sur les implications et les obligations qu'ils contractent. Je ne suis donc pas particulièrement inquiet. Au contraire, je pense que nous avons beaucoup de raisons de nous réjouir. 

En ce qui concerne les règles d'origine, vous ne devez pas attendre de parvenir à un accord à 100 % sur tous les produits. 

Non, car cela peut prendre encore plus de temps. Les chefs d'État ont été très clairs : commencez à commercer sur la base des progrès que vous avez réalisés. Et nous avons l'intention de le faire avec la publication du livre des tarifs de la ZLECAf au début de l'année 2022. 

Qu'en est-il du commerce électronique et des droits de propriété intellectuelle ? Où en sont les négociations ?

Nous avons commencé le processus préliminaire, les groupes de travail techniques se réunissent, les réunions, les sessions de négociation se poursuivent. Les négociations de la phase 2 comprennent la politique de concurrence, la protection des investissements et les droits de propriété intellectuelle. Bien sûr, le COVID-19 a constitué un obstacle. Nous nous réunissons virtuellement, dans la mesure du possible, mais nous avons une directive claire pour conclure les négociations de la phase 2, y compris les règles requises pour les droits de propriété intellectuelle, d'ici la fin de 2022. C'est très important, car nous avons vu avec la pandémie du commerce numérique - nous avons vu l'importance du commerce électronique et de l'existence de règles qui régissent le commerce sur les plateformes numériques. 

Quel impact la pandémie a-t-elle eu sur vos opérations en tant que Secrétariat et sur la mise en œuvre de la ZLECAf au sens large ?

La pandémie a eu un impact très important sur les opérations du Secrétariat. J'ai été élu au début de la pandémie, et j'ai passé les sept premiers mois et demi de mon mandat dans une situation de confinement. Nous n'étions pas en mesure de faire grand-chose. Quelque 42 pays d'Afrique étaient en situation de verrouillage total ou partiel. Mais nous avons continué à pousser, et nous faisons des progrès. 

Il y a deux leçons à tirer : la première est que la pandémie a souligné l'importance pour l'Afrique d'accélérer le développement industriel, l'autosuffisance et l'établissement de chaînes de valeur régionales sur tout le continent. Nous ne disons pas que nous devons nous déconnecter des chaînes de valeur mondiales, mais nous devons accélérer notre autosuffisance, de sorte que, lorsqu'il y a ces restrictions aux frontières, lorsqu'il y a des restrictions à l'exportation de produits tueurs de germes, de masques, d'équipements de protection individuelle nécessaires pour lutter contre une pandémie, nous soyons autosuffisants.

La deuxième leçon serait de s'assurer que les règles relatives aux droits de propriété intellectuelle servent le développement industriel de l'Afrique et les impératifs de santé publique de l'Afrique ; que le cadre juridique de la ZLECAf, des droits de propriété intellectuelle, soutienne la capacité de produire des vaccins sans violation des brevets et permette à l'Afrique d'établir son industrie des médicaments génériques sans les contraintes présentées par les droits de propriété intellectuelle. 

Où en est le système panafricain de paiement et de règlement (PAPSS), une plateforme qui devrait faciliter le libre-échange ?

Nous lancerons le PAPSS le 13 janvier 2022 à Accra, au Ghana. Nous avons travaillé avec Afreximbank pour établir le PAPSS, et nous avons commencé par un pilote dans six pays d'Afrique de l'Ouest. Afreximbank fournit des liquidités pour les règlements et la technologie. Nous fournissons le cadre juridique de la plateforme qui sera juridiquement liée et ancrée dans la ZLECAf.

Nous sommes très enthousiastes quant au potentiel de ce système de paiement. Nous avons plus de 42 monnaies en Afrique. Le coût annuel de la convertibilité des devises est estimé à environ 5 milliards de dollars. Nous voulons réduire et, à terme, éliminer ce coût car il limite la compétitivité de nos PME et rend le commerce coûteux et inaccessible pour de nombreuses PME et jeunes entrepreneurs. 

Voulez-vous dire qu'à partir de janvier 2022, les commerçants pourront utiliser cette plateforme ? 

C'est exact. À Afreximbank et au secrétariat de la ZLECAf, nous voulons nous assurer qu'à partir de janvier 2022, les pays africains qui ont l'intention de passer à la plateforme pourront le faire. Nous voulons commencer sérieusement les échanges en monnaies locales. 

Récemment, le secrétariat de la ZLECAf et le PNUD ont publié le rapport The Futures Report 2021, qui recense les chaînes de valeur dont les entrepreneurs africains peuvent tirer parti. N'est-il pas trop tôt pour prospecter ces chaînes de valeur, étant donné que le libre-échange ne bat pas nécessairement son plein ? 

Je ne pense pas qu'il soit trop tôt pour commencer à examiner ces chaînes de valeur, car si vous êtes un commerçant, un exportateur ou un opérateur économique, il faut parfois un an ou deux pour établir des chaînes d'approvisionnement sur de nouveaux marchés.

Comme vous le savez, nous avons accueilli, avec Afreximbank, la foire commerciale intra-africaine à Durban [Afrique du Sud] en novembre 2021 et l'un des objectifs de la foire commerciale était de faciliter le processus d'établissement de réseaux de chaînes d'approvisionnement et de connectivité commerciale par les négociants en Afrique, afin qu'avec un livre de tarifs devant eux pour un marché particulier, ils aient déjà les bons réseaux pour commencer à commercer.

Nous sommes donc très heureux de cette collaboration avec le PNUD. Nous avons identifié environ 10 chaînes de valeur dans le rapport pour nos jeunes entrepreneurs et les PME dirigées par des femmes. Les exemples de réussite tirés des enquêtes menées en vue du lancement du rapport sont très encourageants. 

La prochaine étape consiste à mettre en relation les jeunes entrepreneurs, les PME, avec des opportunités d'investissement sur de nouveaux marchés. Au début de l'année 2022, nous organiserons un sommet au cours duquel nous ferons cela. Nous identifierons certaines chaînes de valeur et dirons : voici une PME dirigée par une jeune femme ou un jeune entrepreneur, nous voulons que les investisseurs nous aident, qu'ils investissent dans la chaîne de valeur et qu'ils créent des opportunités d'exportation.