Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Santé infantile : les leçons de l'Érythrée

Get monthly
e-newsletter

Santé infantile : les leçons de l'Érythrée

Le pays a l'un des taux de mortalité infantile les plus bas d'Afrique subsaharienne.
Afrique Renouveau: 
19 Janvier 2022
Les femmes sont encouragées à se rendre dans les établissements de santé pendant la grossesse
Image fournie
Les femmes sont encouragées à se rendre dans les établissements de santé pendant la grossesse et l'accouchement.

L'Érythrée, jeune pays en développement, est en passe d'atteindre l'objectif de développement durable relatif à la mortalité infantile d'ici à 2030. Le taux de mortalité infantile est défini comme la probabilité qu'un enfant meure avant l'âge de cinq ans.

L'objectif 3.2 du Programme 2030 pour le développement durable vise à réduire la mortalité néonatale à au moins 12 pour 1 000 naissances vivantes et à 25 ou moins pour 1 000 naissances vivantes pour les enfants de moins de 5 ans.

Avec une population de 3,5 millions d'habitants, l'Érythrée a considérablement réduit la mortalité infantile depuis son indépendance en 1993. En près de trois décennies, le taux de mortalité infantile du pays est passé de 130 pour 1 000 naissances vivantes en 1993 à 39 pour 1 000 naissances vivantes en 2020.

Le taux de mortalité infantile de l'Érythrée est l'un des plus bas d'Afrique subsaharienne (ASS), même si ce chiffre reste légèrement supérieur à la moyenne mondiale de 37 pour 1 000 naissances vivantes en 2020. Les résultats du pays sont toutefois meilleurs que la moyenne de l'Afrique subsaharienne, qui est de 73 décès pour 1 000 naissances. 

En fait, plus de la moitié des décès d'enfants dans le monde en 2020 se produiront en Afrique subsaharienne, selon les estimations du Groupe interinstitutions des Nations Unies pour l'estimation de la mortalité infantile (IGME).

Plusieurs facteurs expliquent le succès de l'Érythrée, notamment un engagement politique soutenu de haut niveau. Par exemple, la première convention internationale ratifiée par le gouvernement érythréen après l'indépendance a été la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant, reflétant la priorité accordée par le pays à la santé, au bien-être et au développement des enfants. 

Pour renforcer le système de santé national, le gouvernement consolide les infrastructures sanitaires, ce qui permet d'améliorer l'accès, la couverture et la qualité des services, en particulier dans les communautés pauvres, éloignées et marginalisées. 

Le pays compte actuellement environ 350 établissements de santé, dont des hôpitaux, des centres de santé, des cliniques et des postes sanitaires, ce qui représente une nette amélioration par rapport aux 93 établissements de ce type existant au moment de l'indépendance. En outre, le nombre de médecins, d'infirmières et d'autres professionnels de la santé continue d'augmenter. 

Environ 80 % de la population vit désormais à moins de 10 km d'un établissement de santé, et cela inclut près de 98 % des femmes enceintes qui ont désormais accès à des soins prénatals et postnatals de routine. Par exemple, en 1991, le pourcentage de femmes enceintes ayant effectué au moins une visite de soins prénatals était d'environ 19 %. En outre, le pourcentage d'accouchements réalisés par des accoucheurs qualifiés a également augmenté, passant d'environ six pour cent seulement en 1991 à 71 % en 2019.  

Une autre stratégie employée par le ministère de la Santé de l'Érythrée consiste en de solides campagnes publiques visant à encourager les femmes à se rendre dans des établissements de santé pendant la grossesse et l'accouchement, à promouvoir l'adoption d'interventions de base telles que l'allaitement maternel et la supplémentation en vitamine A, et à fournir aux familles qui résident dans des zones où les moustiques sont endémiques des moustiquaires imprégnées d'insecticide pour prévenir le paludisme.

Le réseau routier de l'Érythrée, qui était de 4 930 km en 1991, compte actuellement environ 15 000 km, reliant plus de 85 % des villes et des villages. 

Avec une population de 3,5 millions d'habitants, l'Érythrée a considérablement réduit la mortalité infantile.

En outre, plus de 80 % des citoyens ont accès à l'eau potable grâce à l'expansion des services d'eau, d'assainissement et d'hygiène, ce qui représente un bond considérable par rapport à 1991, année où seulement 13 % de la population du pays avait accès à une eau propre et sûre.

De plus, le ministre des ressources foncières et hydriques, Tesfai Ghebreslassie, affirme que "plus de 54 % des communautés érythréennes ont atteint le statut de défécation à l'air libre, tandis que plus de 50 % des écoles et des établissements de santé disposent de services d'eau, d'assainissement et d'hygiène". 

Ces installations ont grandement contribué à réduire la prévalence et la propagation d'une série de maladies graves qui se développent dans des sources d'eau contaminées ou dans des conditions d'assainissement non améliorées, et ont finalement joué un rôle positif dans l'amélioration de la santé générale des enfants et la réduction de la mortalité infantile. 

Au cœur de sa stratégie de réduction de la mortalité infantile se trouve un programme national de vaccination, qui permet de lutter contre des maladies évitables telles que la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la polio, la rougeole et la variole. 

Le programme national de vaccination comprend aujourd'hui 12 vaccins différents, alors qu'il n'en comptait que six à l'indépendance, et selon l'UNICEF, le taux de couverture nationale, qui n'était que de 10 % à l'indépendance, dépasse aujourd'hui les 95 %, ce qui en fait l'un des plus élevés d'Afrique subsaharienne.  

En particulier, lors d'une visite de travail en Érythrée fin 2021, Mohammed Malick Fall, directeur régional de l'UNICEF pour l'Afrique de l'Est et l'Afrique australe, a expliqué qu'il avait été "frappé par le niveau de vaccination [des enfants]", avant de noter que "de nombreux pays avancés ont du mal à atteindre [ces niveaux]".

Enfin, les progrès de l'Érythrée en matière d'éducation des femmes ont entraîné une augmentation des inscriptions, et le taux d'alphabétisation des filles âgées de 15 à 24 ans est désormais supérieur à 90 %.

Les experts en mortalité infantile affirment que les femmes plus instruites ont moins d'enfants et prennent de meilleures décisions en matière de santé, notamment en ce qui concerne les soins prénataux, l'hygiène de base, la nutrition et la vaccination - des éléments essentiels pour réduire les principales causes de décès chez les jeunes enfants.

Pour la seule année 2020, l'IGME indique qu'environ 7,2 millions d'enfants, d'adolescents et de jeunes sont morts, pour la plupart de causes évitables ou traitables, dans le monde.

En somme, si l'Érythrée a encore du chemin à parcourir pour atteindre les objectifs de réduction de la mortalité infantile des ODD, les résultats obtenus jusqu'à présent par le pays dans ce secteur indiquent qu'il est sur la bonne voie.