Obtenez les applications mobiles gratuites

Recevez les dernières nouvelles de nous sur nos applications.

Download app from Android Download app from Apple

Malgré d'énormes défis, nous pouvons encore atteindre les ODD d'ici 2030

Get monthly
e-newsletter

Malgré d'énormes défis, nous pouvons encore atteindre les ODD d'ici 2030

— Ambassadeur Collen Vixen Kelapile, président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC).
Kingsley Ighobor
2 Novembre 2021
Ambassadeur Collen Vixen Kelapile, président du Conseil économique et social des Nations Unies
UNPhoto
Ambassadeur Collen Vixen Kelapile, président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC)

Le représentant permanent du Botswana auprès des Nations Unies, l'ambassadeur Collen Vixen Kelapile, est l'actuel président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), chargé de coordonner les efforts des Nations Unies en matière de développement durable et de faire progresser les objectifs convenus au niveau international. Il a pris ses fonctions dans un contexte de pandémie mondiale, de crise climatique, de pauvreté croissante et d'inégalités grandissantes, entre autres défis. Dans la deuxième partie de cet entretien avec Kingsley Ighobor d'Afrique Renouveau, l'ambassadeur Kelapile parle de l'Afrique et du changement climatique, de la lutte contre les inégalités entre les sexes et de la paix et du développement sur le continent. En voici des extraits :

Parlons du changement climatique. L'Afrique est le continent qui contribue le moins aux émissions de gaz à effet de serre mais qui subit le plus gros de la crise climatique. Quels conseils donneriez-vous aux représentants africains à la Conférence des parties (COP 26) qui se tiendra à Glasgow en novembre prochain ? 
 
C'est une question très pertinente. Précisément, l'Afrique contribue à environ 2 à 3 % du total des émissions mondiales, mais elle est touchée de manière disproportionnée par la crise climatique. C'est le continent le plus vulnérable. 
 
En ce qui concerne la CdP26, le continent a déjà une bonne expérience de la manière de réussir les négociations. Rappelons que l'Afrique a joué un rôle important dans l'adoption de l'Agenda 2030 pour le développement durable, qui comprend les Objectifs de développement durable (ODD). Le processus a commencé par l'adoption par l'Afrique d'une position commune. Je vous conseille donc d'adopter une approche similaire pour la CdP26. L'Afrique a besoin d'une position commune. Ce faisant, elle doit également réfléchir aux nombreux avantages que présente l'action climatique, notamment le fait d'être une opportunité d'investissement et une source de développement socio-économique. 
 
Il ne faut pas se contenter de se plaindre que le changement climatique est un problème. Oui, c'est un problème, mais ils doivent travailler pour au moins exploiter le potentiel qui peut être tiré de la mise en œuvre de l'accord de Paris et des ODD. 
 
Si vous deviez demander comment cela peut être fait, je dirais tout d'abord que l'investissement dans l'énergie propre basée sur des solutions d'énergie renouvelable est un exemple. Quelque 570 millions de personnes en Afrique subsaharienne n'ont actuellement pas accès à l'électricité. L'énergie renouvelable est en train de devenir une solution énergétique moins coûteuse, et donc n'importe quel homme d'affaires dirait que ces investissements sont parfaitement logiques. C'est le cas dans de nombreuses régions du monde, et je pense que c'est la même chose dans les pays africains qui se lancent dans les énergies renouvelables. 
 
Deuxièmement, l'Afrique doit se rendre à la CdP26 dans le but de faire une percée en matière d'adaptation.
 
La Commission mondiale sur l'adaptation a constaté que chaque dollar investi dans l'adaptation pourrait rapporter environ 4 dollars de bénéfices. C'est logique si l'on considère que l'Afrique est en première ligne de nombreux impacts climatiques drastiques, notamment des événements traumatisants comme les inondations et les sécheresses. Et je crois savoir qu'un Africain sur trois n'est pas couvert de manière adéquate par les systèmes d'alerte précoce.
 
Des pratiques profondément enracinées continuent d'entraver l'émancipation des femmes, en particulier en Afrique. Quel message adresseriez-vous aux dirigeants africains concernant les inégalités entre les sexes sur le continent ?
 
Il existe de nombreuses formes d'inégalités, et l'inégalité entre les sexes constitue un défi particulier. Je dois reconnaître qu'il y a eu des progrès. Dans le même temps, certaines pratiques sont ancrées dans les cultures et il semble qu'il faille plus de temps que nécessaire pour les combattre. Il est possible de faire beaucoup pour améliorer la situation. 
 
L'inégalité entre les sexes n'est pas seulement l'émancipation des femmes, c'est aussi un outil essentiel pour transformer les économies et construire une société plus juste, plus égale et plus inclusive. 
 
Mon message est donc très simple : ne nous contentons pas de réduire les écarts existants ; nous devons prendre des mesures délibérées pour résoudre définitivement ce problème. Les femmes apportent une contribution importante à nos économies, mais elles subissent de plein fouet la pandémie de COVID-19. Elles sont parmi les plus vulnérables en raison de la situation dans laquelle elles se trouvent souvent - elles sont des soignantes non rémunérées et continuent d'être victimes de violences domestiques, qui ont augmenté en flèche pendant la pandémie. 
 
J'encourage les dirigeants africains à s'attacher tout particulièrement à progresser vers la parité entre les sexes dans la prise de décision et à lutter contre la violence sexiste.
 
Une autre chose qui peut être faite est la désagrégation des données, car sans cela, vous ne pouvez même pas mesurer le problème lui-même, ni les progrès que vous réalisez. Le problème devient indéniable lorsque les données sont clairement désagrégées. 
On parle souvent du lien entre la paix et le développement socio-économique. Pouvez-vous partager vos réflexions à ce sujet, compte tenu de votre rôle de président de l'ECOSOC ?  
 
Certainement. Ce lien fait partie de l'agenda de l'ECOSOC depuis de nombreuses années, et c'est toujours le cas aujourd'hui. 
 
Au début des années 1990, j'ai partagé une recommandation avec l'ECOSOC, l'Assemblée générale des Nations Unies et le Conseil de sécurité des Nations Unies concernant la nécessité d'une approche globale du développement, des conflits et des défis humanitaires. Cette recommandation incluait la nécessité de coordonner le soutien aux pays en conflit. L'ECOSOC a créé un mécanisme en 2002, qui était un groupe consultatif ad hoc sur les pays africains sortant d'un conflit. À cette époque, il n'existait pas de commission de consolidation de la paix. 
 
Ce groupe consultatif a transféré sa responsabilité à la Commission de consolidation de la paix en 2007-2008.  Ce mécanisme nous permet d'examiner de plus près la manière dont les dynamiques sociales et économiques s'entrecroisent avec l'insécurité politique, et à partir de ce processus, nous sommes en mesure de formuler des recommandations à l'attention du Conseil de sécurité, qui est un autre organe principal des Nations Unies avec lequel nous travaillons étroitement.
 
L'Assemblée générale des Nations Unies a maintenant mandaté une réunion sur la transition de l'aide au développement. Il existe donc désormais une nouvelle plate-forme, qui vient d'être approuvée par l'Assemblée générale et qui permettra de promouvoir les synergies entre le développement, l'aspect humanitaire et le soutien à la paix dans les sociétés.
 
Pouvons-nous réaliser le rêve d'une Afrique sans guerre ? 
 
Oui. L'Afrique, par le biais de l'Union africaine (UA), a adopté en 2013 le thème Faire taire les armes d'ici 2020 (désormais étendu à 2030). La clé pour avoir une Afrique qui n'est pas en conflit ou en guerre, c'est quand les armes se taisent. 
 
Faisons tout ce qu'il faut pour faire taire ces armes. Je crois que l'UA a convenu des mécanismes pour y parvenir. Nous devons mettre en œuvre ce qui a été convenu, les décisions prises par les dirigeants africains eux-mêmes pour faire taire les armes. Je ne pense pas que nous devions renoncer à cet objectif. Je crois que nous pouvons y arriver. 
 
Compte tenu des conflits civils qui sévissent actuellement dans différentes régions d'Afrique, en plus de la crise climatique et de la situation du COVID-19, pensez-vous que les pays peuvent encore atteindre les objectifs des ODD d'ici 2030 ?
 
Oui. Je suis très positif car je pense qu'il y a de la valeur à être positif. Nous aurons une chance d'atteindre les ODD si nous considérons la situation de la même manière que je conseille de considérer les discussions sur le changement climatique lors de la CdP26, c'est-à-dire si nous utilisons l'expérience de ce défi pour nous engager dans des méthodes plus transformatrices d'approche des ODD. J'ai l'espoir que nous y parviendrons. Je sais que c'est trop ambitieux. 
 
Je voudrais aborder la question des niveaux d'endettement de nos pays. Je sais qu'il se passe beaucoup de choses pour alléger la dette des pays d'Afrique. Oui, certains pays africains ont reçu ou se sont vus offrir un allègement partiel du service de la dette, une suspension du service de la dette, par le G20.
 
Et je sais que des travaux sont en cours sur l'annulation de la dette des pays vulnérables. C'est très important car cela offre un soutien en liquidités nécessaire pour au moins répondre à la pandémie de COVID-19, qui est le défi le plus immédiat. Cela permettra également aux pays de créer l'espace fiscal nécessaire pour travailler à la réalisation des ODD.
 
Les ODD ont été délibérément conçus pour être très ambitieux, et je pense que nous pouvons encore les atteindre. 
 
Je pense que si nous adoptons une approche intégrée pour apporter les changements structurels nécessaires à la réalisation des ODD, nous pouvons y parvenir. Nous parlons de la bonne transformation sociale et économique, de la lutte contre le changement climatique de différentes manières, de la réduction des inégalités, de l'extension de la protection sociale, de l'amélioration de l'accès à la santé, à l'éducation et plus encore.
Thèmes: