ALLEMAGNELes institutions

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique fédérale d'Allemagne (DE)
Forme de gouvernementrépublique fédérale avec deux chambres législatives (Bundesrat, ou Conseil fédéral [69 1], Bundestag allemand [631 2])
Note : Tous les membres sont nommés par l'administration des Länder.
Chef de l'ÉtatFrank-Walter Steinmeier (depuis le 19 mars 2017)
Chef du gouvernementOlaf Scholz (depuis le 8 décembre 2021)

L’administration du territoire

L’organisation fédérale est sans aucun doute le principe directeur de l’administration du territoire allemand. Mais toutes les collectivités territoriales ne bénéficient pas du même degré d’autonomie que les États fédérés.

Le fédéralisme

La Loi fondamentale allemande du 23 mai 1949 définit la République allemande comme un État fédéral (article 20 alinéa 1 L.F.), et interdit au pouvoir de révision constitutionnelle de remettre en cause cette forme d’organisation territoriale : « Toute modification de la présente Loi fondamentale qui toucherait à l’organisation de la Fédération en Länder, au principe du concours des Länder à la législation ou aux principes énoncés aux articles 1 et 20 est interdite » (article 79 alinéa 3 L.F.).

L’organisation fédérale se traduit notamment par l’autonomie constitutionnelle et législative des États fédérés. Ainsi, les Länder disposent chacun de leur Constitution et peuvent édicter leurs propres lois, dans les limites fixées par le cadre constitutionnel fédéral. L’article 30 L.F. dispose en effet que « l’exercice des pouvoirs étatiques et l’accomplissement des missions de l’État relèvent des Länder, à moins que la présente Loi fondamentale n’en dispose autrement ou n’admette un autre règlement ». En plus de la réserve émise par l’article 30 L.F. lui-même, la compétence de principe reconnue aux États fédérés est d’autant moins absolue que « le droit fédéral prime le droit de Land » (article 31 L.F.).

L’autonomie législative des Länder résulte plus précisément des articles 70 à 74 de la Loi fondamentale. L’article 70 alinéa 1 dispose que « les Länder ont le droit de légiférer dans les cas où la présente Loi fondamentale ne confère pas à la Fédération des pouvoirs de légiférer ». Les articles suivants prévoient les nombreuses matières où les États fédérés ne peuvent pas intervenir (compétence législative exclusive de la Fédération, articles 71 et 73 L.F.), ainsi que les matières dans lesquelles les États fédérés ne peuvent intervenir que si l’État fédéral n’a pas déjà légiféré (compétence législative concurrente de la Fédération, article 72 et 74 L.F.). L’autonomie législative des Länder, réelle, est donc limitée par les compétences reconnues en la matière au Bund.

L’autonomie communale

À la différence des États fédérés, les autres collectivités territoriales, notamment la commune (Gemeinde), disposent d’une autonomie moins étendue, d’ordre administratif uniquement. L’autonomie communale est ainsi garantie par l’article 28 alinéa 2 de la Loi fondamentale sous la forme d’un « droit d’auto-administration » (Recht der Selbstverwaltung) : « Aux communes doit être garanti le droit de régler, sous leur propre responsabilité, toutes les affaires de la communauté locale, dans le cadre des lois. Les groupements de communes ont également le droit d’auto-administration dans le cadre de leurs attributions légales et dans les conditions définies par la loi… »

Ce principe de l’autonomie communale est ensuite mis en œuvre dans chaque Land par une loi émanant du Parlement de l’État fédéré (Landtag). Il s’agit de la loi relative à l’organisation des communes (Gemeindeordnung), appelée dans certains Länder la « constitution communale » (Kommunalverfassung). Le droit communal varie alors d’un État fédéré à l’autre. Mais l’article 28 alinéa 1 L.F. fixe un cadre général que « l’ordre constitutionnel des Länder » doit respecter : « Dans les Länder, les arrondissements et les communes, le peuple doit avoir une représentation issue d’élections au suffrage universel direct, libre, égal et secret. »

Le droit d’auto-administration des communes, aux contours affinés par les lois des Länder, apparaît donc à la fois comme l’expression du principe d’autonomie législative des États fédérés et comme une manifestation de l’homogénéité constitutionnelle au sein de la Fédération. Au-delà des spécificités liées au droit communal des différents Länder, la commune est conçue comme un des rouages essentiels de la république fédérale d’Allemagne. En témoigne l’article 1er de la loi du Land de Bavière du 22 août 1998 relative à l’organisation des communes (Gemeindeordnung), qui dispose que les communes constituent les « fondements de l’État et de la vie démocratique » (Grundlagen des Staates und des demokratischen Leben). De même, la loi du Land de Brandebourg du 18 décembre 2007 relative [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en droit public à l'université Montesquieu-Bordeaux-IV

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

5-27 mai 2020 Union européenne. Présentation du projet de plan de relance économique.

Jusque-là hostile, aux côtés des pays du nord de l’Europe, aux principes de la mutualisation de la dette européenne et de transferts massifs en direction des États membres, l’Allemagne se rallie ainsi à la position défendue par les États du sud du continent. Le 27, Ursula von der Leyen présente son projet de plan de relance européen. Reprenant l’avis formulé par les dirigeants français et allemand, la présidente de la Commission européenne propose d’abonder le budget européen – 1 100 milliards d’euros prévus pour la période 2021-2027 – d’un emprunt de 750 milliards. […] Lire la suite

23-29 avril 2015 Allemagne. Révélations sur des écoutes effectuées pour le compte des États-Unis.

en indiquant que le service fédéral aurait espionné de nombreux responsables des gouvernements européens et des institutions de l’Union européenne.  […] Lire la suite

10 décembre 2010 France. Propos polémiques de Marine Le Pen sur les musulmans

Lors d'une réunion politique à Lyon, Marine Le Pen, candidate à la succession de son père à la présidence du Front national, évoquant les prières pratiquées par les musulmans dans les rues de certaines villes, compare la présence musulmane en France à l'occupation du territoire par l'Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale. Ces propos sont condamnés notamment par le Conseil français du culte musulman et le Conseil représentatif des institutions juives de France. […] Lire la suite

23 septembre 2009 Allemagne – Union européenne. Ratification du traité de Lisbonne

Le président fédéral Horst Köhler ratifie le traité de Lisbonne sur les institutions européennes. En juin, la Cour suprême avait jugé le traité conforme à la Loi fondamentale du pays, mais elle avait demandé que soient adoptées des lois pour garantir les droits du Parlement fédéral par rapport au Parlement européen. Celles-ci ont été votées le 8 septembre au Bundestag et le 18 au Bundesrat, permettant la finalisation du processus de ratification du traité. […] Lire la suite

30 juin 2009 Allemagne – Union européenne. Avis de la Cour constitutionnelle sur le traité de Lisbonne

La Cour constitutionnelle juge le traité de Lisbonne chargé d'adapter les institutions européennes compatible avec la Loi fondamentale de la République fédérale d'Allemagne. Elle demande toutefois, avant sa ratification officielle, que le Parlement allemand vote une loi renforçant ses propres droits dans les prises de décisions communautaires. L'Allemagne, l'Irlande, la Pologne et la République tchèque sont les seuls pays de l'Union à ne pas avoir ratifié le traité. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Stéphane SCHOTT, « ALLEMAGNE - Les institutions », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-les-institutions/