ANARCHISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'anarchisme est un mouvement d'idées et d'action qui, en rejetant toute contrainte extérieure à l'homme, se propose de reconstruire la vie en commun sur la base de la volonté individuelle autonome.

Bien que l'anarchisme militant ne se manifeste que vers la fin du xixe siècle avec Kropotkine, Élisée Reclus et Malatesta, les lignes essentielles de la doctrine anarchiste se précisent dès la première moitié du siècle. La Révolution française institue un divorce radical entre l'État, qui repose sur les principes éternels de la liberté, de l'égalité et de la fraternité, et la société qui est dominée par l'esclavage économique, l'inégalité sociale et la lutte des classes. Cette contradiction semble d'autant plus insupportable que la Révolution française proclame en même temps que l'individu est une fin en soi et que toutes les institutions politiques et sociales doivent servir à son plein et entier épanouissement. La liberté politique paraît illusoire, voire néfaste, à ceux qui, en vertu même de ces principes, subissent une servitude sociale et économique. La première réaction « anti-étatiste » est sans doute la « conspiration des Égaux » dirigée par Gracchus Babeuf et visant à substituer à l'égalité politique l'« égalité réelle ». « Disparaissez, lit-on dans son Manifeste, révoltantes distinctions de riches et de pauvres, de grands et de petits, de maîtres et de valets, de gouvernement et de gouvernés. »

Kropotkine

Photographie : Kropotkine

Le Russe Piotr Alexeïevitch Kropotkine (1842-1921), aristocrate moscovite, écrivain, savant, géographe et révolutionnaire. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

L'anarchisme en tant que doctrine philosophique appartient essentiellement à l'histoire de l'hégélianisme. La réalité objective étant pour Hegel issue de l'esprit, l'objet qui semble séparé du sujet finit par y retourner afin de constituer cette unité foncière que Hegel appelle l'Idée absolue. Or cet Esprit hégélien qui se réalise grâce à la prise de conscience des esprits finis, de transcendant qu'il était sans doute chez Hegel lui-même, devient pour une importante fraction de ses disciples l'esprit humain parvenu à la pleine conscience de soi-même. Une fois engagés sur la voie de l'immanence, ces jeunes hégéliens s'efforcent d'interpréter le monisme de Hegel dans un sens de plus en plus révolutionnaire. L'Esprit est arraché au clair-obscur prudent où son créateur avait voulu le maintenir ; il s'« humanise » progressivement. Devenu homme, c'est-à-dire être humain au sens général du mot dans le maître livre de L. Feuerbach, L'Essence du christianisme (1841), il se transforme en esprit humain dans la Critique pure de Bruno Bauer – doctrine contre laquelle Karl Marx se déchaîne dans La Sainte Famille – et finit par apparaître sous les traits surprenants du Moi original, du Moi « unique » dans l'ouvrage de Max Stirner, L'Unique et sa propriété (1845).

Cet effort d'interprétation s'accompagne de la ferme volonté de renforcer le monisme hégélien. Les jeunes hégéliens pourchassent tous les dualismes ou, pour parler en termes d'école, toutes les aliénations ; ils luttent contre l'aliénation religieuse, c'est-à-dire contre l'Église ; contre l'aliénation politique, c'est-à-dire contre l'État ; contre l'aliénation humaine enfin, c'est-à-dire contre l'humanisme qui, par les contraintes d'un collectivisme abstrait, menace d'étouffer l'originalité de l'individu. Le marxisme insiste sur la filiation qui relie Hegel, Feuerbach et Marx, c'est-à-dire sur une évolution philosophique qui, en partant de l'idéalisme absolu, passe par le matérialisme mécaniste pour aboutir au matérialisme historique et dialectique. Mais l'anarchisme, qui, en prêtant l'immanence à l'Esprit absolu de Hegel, aboutit à la souveraineté du Moi « unique » et part en guerre contre toutes les aliénations dont celui-ci est victime, dérive également de la philosophie hégélienne. La lignée qui va de Hegel à Stirner et à Bakounine n'est pas moins légitime que celle qui rattache Hegel à Marx.

Bakounine

Photographie : Bakounine

Michel Bakounine (1814-1876), théoricien russe de l'anarchisme, ici vers 1870. 

Crédits : Nadar/ Getty Images

Afficher

L'exigence de justice totale étant le « principe affectif central de la sensibilité anarchiste » (E. Mounier), l'anarchisme, en dépit de ses outrances verbales d'inspiration athée, garde des résonances proprement religieuses, voire chrétiennes. Tout en se dressant contre le « mythe de la Providence », Proudhon maintient la transcendance sous la forme de la justice. En rappelant la célèbre recommandation de Jésus, « Rends à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu », il insiste sur le caractère apolitique du christianisme. « L'enseignement de Jésus, affirme-t-il, est tout social, ni politique, ni théologique. » Max Stirner prétend de son côté qu'il conforme son attitude à celle de Jésus qui dépasse l'État en l'ignorant. Tolstoï enfin, le plus chrétien des anarchistes, constate que « la doctrine de Jésus donne la seule chance de salut possible pour échapper à l'anéantissement inévitable qui menace la vie personnelle ».

Ayant puisé à des sources fort diverses, l'anarchisme semble à première vue tissé de contradictions et déchiré en tendances et sous-tendances. Dans ce « chaos d'idées » (Sébastien Faure), le départ avait été fait vers 1900 entre l'anarchisme individualiste, dont les défenseurs se réclamaient de Stirner et de Proudhon, et l'anarchisme communiste, qui s'inspirait avant tout de l'enseignement de Bakounine et de son disciple Kropotkine.

La doctrine

Les différents aspects

La première tendance consistait à garantir la liberté individuelle par le maintien de la propriété privée ; la seconde, en revanche, soutenait que seule l'institution de la propriété collective permettait de réaliser la justice sociale, condition indispensable à l'épanouissement individuel. L'anarchisme subit ainsi une double tentation à laquelle il ne sait pas toujours résister, celle de l'individualisme libéral des économistes classiques et celle d'un collectivisme dépersonnalisant. L'évolution ultérieure, il est vrai, rend à l'anarchisme une certaine unité doctrinale. Alors que l'anarchisme individualiste, professé souvent par des déclassés, des « en-dehors » [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Médias de l’article

Kropotkine

Kropotkine
Crédits : Hulton Getty

photographie

Bakounine

Bakounine
Crédits : Nadar/ Getty Images

photographie

Portrait d'Elisée Reclus

Portrait d'Elisée Reclus
Crédits : Nicku/ Shutterstock

photographie

Proudhon

Proudhon
Crédits : Nadar/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X-Nanterre
  • : docteur ès lettres, maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
  • : maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification

Autres références

«  ANARCHISME  » est également traité dans :

BA JIN [PA-KIN] (1904-2005)

  • Écrit par 
  • Paul BADY
  •  • 2 315 mots

Dans le chapitre « Le jeune anarchiste »  : […] De son vrai nom Li Yaotang (connu aussi sous le nom de Li Feigan), Ba Jin est né le 25 novembre 1904 à Chengdu, la capitale de la province du Sichuan, au sein d'une vieille et riche famille mandarinale. Très profondément marqué par ses origines sociales et familiales, le jeune garçon devient en outre rapidement orphelin, perdant successivement sa mère, à laquelle il était très attaché, en 1914, pu […] Lire la suite

BAKOUNINE MICHEL (1814-1876)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON
  •  • 1 661 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Titan »  : […] L'activité révolutionnaire de Bakounine répond à un besoin quasi physiologique. « Titan à la tête de lion, avec un superbe hérissement de crinière », il se sent à l'étroit dans une civilisation qui n'est pas faite à la mesure de son tempérament primitif et brutal. « Au fond de la nature de cet homme, dit de lui son ami Herzen, se trouve le germe d'une activité colossale, pour laquelle il n'y eut p […] Lire la suite

BELLEGARIGUE ANSELME (XIXe s.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 605 mots

N'étant le plus souvent connu que par le titre de son éphémère journal, L'Anarchie, journal de l'ordre , Bellegarigue mériterait que l'on s'attachât davantage à sa singulière personnalité. Sa conception éclaire en effet la frontière, à laquelle il se situe, entre la pratique libertaire et l'idéologie libérale, fondée non sur l'émancipation de l'individu mais sur l'individualisme et la libre entrep […] Lire la suite

CASERIO SANTO JERONIMO (1873-1894)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 155 mots

Fils d'un batelier, Caserio est né en Lombardie. Devenu apprenti boulanger, il se convertit à l'anarchisme à une période où le terrorisme anarchiste italien connaît son apogée. Ses activités politiques lui valent une condamnation puis l'exil. Il exerce son métier à Lyon, à Vienne et à Sète. C'est dans cette dernière ville qu'il a l'idée d'accomplir « un grand exploit ». Le 23 juin 1894, il prend l […] Lire la suite

DARIEN GEORGES ADRIEN dit GEORGES (1862-1921)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 413 mots

L'écrivain français Darien est-il le fils du général Adrien ? On l'a prétendu, mais le début de son existence reste très mystérieux. Sans doute fut-il lui-même militaire, sous-officier, jusqu'en 1889, année où il publie son premier livre, Les Vrais Sous-Offs . La violence qui s'y manifeste sera la constante de toute son œuvre. Bas les cœurs (1889) est un récit de la guerre de 1870 dans lequel l'a […] Lire la suite

FERRÉ LÉO (1916-1993)

  • Écrit par 
  • Alain POULANGES
  •  • 1 493 mots

Dans le chapitre « La vie d'artiste »  : […] En novembre 1946, il fait ses débuts au Bœuf sur le toit. Il partage l'affiche avec les Frères Jacques et le tandem Roche et Aznavour. En 1947, débarquant d'une tournée catastrophique en Martinique, il se produit chez Francis Claude au Milord l'Arsouille et crée L'Île Saint-Louis , À Saint-Germain-des-Prés . Renée Lebas est alors sa première interprète : Elle tourne... la terre  ; Suzy Solidor en […] Lire la suite

FERRER Y GUARDIA FRANCISCO (1859-1909)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 206 mots
  •  • 1 média

Anarchiste catalan, Ferrer s'exile d'abord à Paris, où il noue de nombreux contacts, puis rentre en 1901, en Espagne, où il ouvre la Escuela moderna (l'École moderne) à Barcelone : il s'agit d'une tentative d'enseignement laïque, scientifique et libertaire analogue à celle que mène Sébastien Faure en France. Il fonde aussi une maison d'édition consacrée essentiellement à la publication d'ouvrages […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 926 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  La Révolution contre la République (1880-1944) »  : […] En dépit de ses inflexions « radicales », la République définitivement installée dans les années 1880 apparut ambiguë. Tout d'abord, le suffrage universel dont elle assurait une pratique honnête était strictement masculin. À partir de la fin du xix e  siècle, s'inspirant d'exemples révolutionnaires, tel le souvenir d'Olympe de Gouges, tout un mouvement féministe, de plus en plus écouté, réclama l […] Lire la suite

GOLDMAN EMMA (1869-1940)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 772 mots

Militante célèbre du mouvement anarchiste des années 1890-1920 aux États-Unis, Emma Goldman est née le 27 juin 1869 dans une famille de la communauté juive de Kovno (aujourd'hui Kaunas), en Lituanie (Empire russe). Elle passe une partie de son enfance dans son pays natal, puis à Königsberg, en Prusse orientale (aujourd'hui Kaliningrad, en Russie). Sa famille s'installe à Saint-Pétersbourg en 1883 […] Lire la suite

GRAVE JEAN (1854-1939)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 408 mots

Né dans le Puy-de-Dôme, Jean Grave suit à Paris l'enseignement des Frères des écoles chrétiennes jusqu'à l'âge de onze ans. Mis en apprentissage, il se forme lui-même grâce à de nombreuses lectures. Jean Grave succède à son père comme cordonnier en 1876 et commence à fréquenter assidûment les milieux politiques. Converti à l'anarchisme, il anime un cercle anarchiste dans les VI e et XIII e arron […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri ARVON, Jean MAITRON, Robert PARIS, « ANARCHISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anarchisme/