ANARCHISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La doctrine

Les différents aspects

La première tendance consistait à garantir la liberté individuelle par le maintien de la propriété privée ; la seconde, en revanche, soutenait que seule l'institution de la propriété collective permettait de réaliser la justice sociale, condition indispensable à l'épanouissement individuel. L'anarchisme subit ainsi une double tentation à laquelle il ne sait pas toujours résister, celle de l'individualisme libéral des économistes classiques et celle d'un collectivisme dépersonnalisant. L'évolution ultérieure, il est vrai, rend à l'anarchisme une certaine unité doctrinale. Alors que l'anarchisme individualiste, professé souvent par des déclassés, des « en-dehors », se replie de plus en plus sur lui-même et qu'il ne semble plus s'intéresser qu'à la liberté sexuelle, qu'un de ses chefs, Émile Armand, conçoit sous la forme de « pluralité amoureuse », l'anarchisme communiste, animé par Élisée Reclus, Jean Grave, Émile Pouget, Sébastien Faure et Enrico Malatesta, finit par représenter l'anarchisme authentique.

Portrait d'Elisée Reclus

Photographie : Portrait d'Elisée Reclus

Elisée Reclus est assurément l'inventeur d'une géographie humaine totale, qui mêle toutes les dimensions de la géographie et du politique dans la description des pays, des villes et des groupes humains. 

Crédits : Nicku/ Shutterstock

Afficher

Ce dernier, après avoir inspiré le syndicalisme révolutionnaire d'avant 1914, le mouvement makhnoviste en Ukraine au lendemain de la révolution d'Octobre et l'action de la Fédération anarchiste ibérique pendant la guerre d'Espagne, fait encore partie ou, tout au moins, tente de continuer de faire partie du tableau idéologique de la fin du xxe siècle. Peut-être faudrait-il mentionner également la survivance d'un certain anarchisme chrétien dont l'idée-force est constituée par la « non-violence ». Quant à l'anarchisme littéraire tel qu'il se manifestait dans certaines revues de la fin du xixe siècle, il appartient à la Belle Époque, dont il reflète l'individualisme exacerbé.

Conceptions politiques

Le contrat anarchiste

L'anarchisme répudiant toute idée d'autorité comme étant contraire à la notion de la liberté individuelle, il lui apparaît que l'ordre et la justice, dont il ne nie aucunement la nécessité pour la cité, doivent reposer sur un contrat librement conclu entre les intéressés. Les clauses d'un tel contrat, profitables à tous les contractants, sont observées tout aussi librement. Ce contrat anarchiste se situe à l'opposé du contrat social de Rousseau. Proudhon démontre, en effet, dans son Idée générale de la révolution au XIXe siècle, que le contrat de Rousseau, loin d'être social, est responsable de la tyrannie étatiste à laquelle aboutissent toutes les démocraties. Le contrat social de Rousseau ne concerne que le pouvoir politique ; il le renforce en lui donnant pour appui la souveraineté d'une volonté générale qui n'est d'ailleurs que celle d'une majorité opposée le plus souvent à la volonté particulière. Le contrat social, du fait qu'il néglige la vie sociale et économique, est un contrat sans contenu, un contrat qui autorise tout arbitraire et qui équivaut à une aliénation consciente et organisée. « C'est, en un mot, à l'aide d'une supercherie savante, la législation du chaos social, la consécration, basée sur la souveraineté du peuple, de la misère. Du reste, pas un mot du travail, ni de la propriété, ni des forces industrielles que l'objet du contrat social est d'organiser. Rousseau ne sait ce que c'est que l'économie. Son programme parle exclusivement de droits politiques, il ne reconnaît pas de droits économiques. » Le contrat tel que Proudhon l'envisage, loin d'être le résultat d'une abstraction politique, est issu de libres débats où les intéressés engagés ont fini par se mettre d'accord ; il est modifiable au cas où les intérêts subiraient des changements. Ce n'est pas un contrat unique, contraire par définition à la complexité et à l'hétérogénéité de la vie sociale, mais un ensemble illimité d'accords contractuels qui correspondent le plus possible aux mille nécessités de l'individu. Enfin, l'abandon de la liberté individuelle au profit du contrat n'est pas seulement provisoire, il est aussi partiel. Alors que Rousseau exige au nom du contrat social « l'aliénation totale de chaque associé avec tous ses droits à toute la communauté », Proudhon précise qu'en concluant un contrat chaque contractant doit recevoir au moins autant qu'il donne et qu'en dehors des obligations rigoureusement délimitées qui découlent des clauses du contrat il continue à jouir de sa pleine liberté et de sa souveraineté.

Proudhon

Photographie : Proudhon

Le journaliste politique français Pierre Joseph Proudhon (1809-1865). Son système de pensée lui fait rejeter le socialisme utopique et forger le concept de socialisme scientifique, fondé sur une science de la société méthodiquement découverte et rigoureusement appliquée.. 

Crédits : Nadar/ Getty Images

Afficher

Le fédéralisme

La multiplicité des contrats se traduit par le fédéralisme, appelé à remplacer l'organisation étatique. Une infinité de contrats s'engendrant les uns les autres et s'équilibrant d'autant plus facilement qu'ils ne sont point immuables ni définitifs, soit sur le plan professionnel, soit sur le plan régional, soit encore sur le plan national et même international, voilà un édifice d'apparence chaotique et incohérente.

Mais, grâce au maintien à tous les échelons du principe de l'autonomie de la volonté individuelle, on doit aboutir à une union librement consentie dont la solidité est certainement supérieure à celle d'une union obtenue par la force. « Le principe appelé, selon moi, à régir la politique moderne, écrit Proudhon dans Fédération et Unité en Italie, n'est autre que le principe de fédération, corollaire de celui de la séparation des pouvoirs, lequel à son tour est la base universellement reconnue de tout gouvernement libre et régulier, à plus forte raison de toute institution républicaine, et a pour opposé le principe de l'agglomération des peuples et de la centralisation administrative. » Et Bakounine de prophétiser : « Quand les États auront disparu, l'unité vivante, féconde, bienfaisante, tant des régions que des nations, et de l'internationalité de tout le monde civilisé d'abord, puis de tous les peuples de la terre, par la voie de la libre fédération et de l'organisation de bas en haut, se développera dans toute sa majesté. »

L'antidémocratisme

Le fédéralisme anarchiste, c'est-à-dire la recherche perpétuellement renouvelée d'un équilibre entre des groupements distincts, implique le rejet absolu de toute forme de gouvernement à tendance synthétique et unitariste. D'où une hostilité déclarée à l'égard de la démocratie issue des principes de la Révolution française et, en particulier, à l'égard de tout jacobinisme. Stirner insiste sur l'aggravation de la servitude provoquée par le passage de l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Médias de l’article

Kropotkine

Kropotkine
Crédits : Hulton Getty

photographie

Bakounine

Bakounine
Crédits : Nadar/ Getty Images

photographie

Portrait d'Elisée Reclus

Portrait d'Elisée Reclus
Crédits : Nicku/ Shutterstock

photographie

Proudhon

Proudhon
Crédits : Nadar/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-X-Nanterre
  • : docteur ès lettres, maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
  • : maître de conférences à l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification

Autres références

«  ANARCHISME  » est également traité dans :

BA JIN [PA-KIN] (1904-2005)

  • Écrit par 
  • Paul BADY
  •  • 2 315 mots

Dans le chapitre « Le jeune anarchiste »  : […] De son vrai nom Li Yaotang (connu aussi sous le nom de Li Feigan), Ba Jin est né le 25 novembre 1904 à Chengdu, la capitale de la province du Sichuan, au sein d'une vieille et riche famille mandarinale. Très profondément marqué par ses origines sociales et familiales, le jeune garçon devient en outre rapidement orphelin, perdant successivement sa mère, à laquelle il était très attaché, en 1914, pu […] Lire la suite

BAKOUNINE MICHEL (1814-1876)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON
  •  • 1 661 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Titan »  : […] L'activité révolutionnaire de Bakounine répond à un besoin quasi physiologique. « Titan à la tête de lion, avec un superbe hérissement de crinière », il se sent à l'étroit dans une civilisation qui n'est pas faite à la mesure de son tempérament primitif et brutal. « Au fond de la nature de cet homme, dit de lui son ami Herzen, se trouve le germe d'une activité colossale, pour laquelle il n'y eut p […] Lire la suite

BELLEGARIGUE ANSELME (XIXe s.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 605 mots

N'étant le plus souvent connu que par le titre de son éphémère journal, L'Anarchie, journal de l'ordre , Bellegarigue mériterait que l'on s'attachât davantage à sa singulière personnalité. Sa conception éclaire en effet la frontière, à laquelle il se situe, entre la pratique libertaire et l'idéologie libérale, fondée non sur l'émancipation de l'individu mais sur l'individualisme et la libre entrep […] Lire la suite

CASERIO SANTO JERONIMO (1873-1894)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 155 mots

Fils d'un batelier, Caserio est né en Lombardie. Devenu apprenti boulanger, il se convertit à l'anarchisme à une période où le terrorisme anarchiste italien connaît son apogée. Ses activités politiques lui valent une condamnation puis l'exil. Il exerce son métier à Lyon, à Vienne et à Sète. C'est dans cette dernière ville qu'il a l'idée d'accomplir « un grand exploit ». Le 23 juin 1894, il prend l […] Lire la suite

DARIEN GEORGES ADRIEN dit GEORGES (1862-1921)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 413 mots

L'écrivain français Darien est-il le fils du général Adrien ? On l'a prétendu, mais le début de son existence reste très mystérieux. Sans doute fut-il lui-même militaire, sous-officier, jusqu'en 1889, année où il publie son premier livre, Les Vrais Sous-Offs . La violence qui s'y manifeste sera la constante de toute son œuvre. Bas les cœurs (1889) est un récit de la guerre de 1870 dans lequel l'a […] Lire la suite

FERRÉ LÉO (1916-1993)

  • Écrit par 
  • Alain POULANGES
  •  • 1 493 mots

Dans le chapitre « La vie d'artiste »  : […] En novembre 1946, il fait ses débuts au Bœuf sur le toit. Il partage l'affiche avec les Frères Jacques et le tandem Roche et Aznavour. En 1947, débarquant d'une tournée catastrophique en Martinique, il se produit chez Francis Claude au Milord l'Arsouille et crée L'Île Saint-Louis , À Saint-Germain-des-Prés . Renée Lebas est alors sa première interprète : Elle tourne... la terre  ; Suzy Solidor en […] Lire la suite

FERRER Y GUARDIA FRANCISCO (1859-1909)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 206 mots
  •  • 1 média

Anarchiste catalan, Ferrer s'exile d'abord à Paris, où il noue de nombreux contacts, puis rentre en 1901, en Espagne, où il ouvre la Escuela moderna (l'École moderne) à Barcelone : il s'agit d'une tentative d'enseignement laïque, scientifique et libertaire analogue à celle que mène Sébastien Faure en France. Il fonde aussi une maison d'édition consacrée essentiellement à la publication d'ouvrages […] Lire la suite

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 926 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  La Révolution contre la République (1880-1944) »  : […] En dépit de ses inflexions « radicales », la République définitivement installée dans les années 1880 apparut ambiguë. Tout d'abord, le suffrage universel dont elle assurait une pratique honnête était strictement masculin. À partir de la fin du xix e  siècle, s'inspirant d'exemples révolutionnaires, tel le souvenir d'Olympe de Gouges, tout un mouvement féministe, de plus en plus écouté, réclama l […] Lire la suite

GOLDMAN EMMA (1869-1940)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 772 mots

Militante célèbre du mouvement anarchiste des années 1890-1920 aux États-Unis, Emma Goldman est née le 27 juin 1869 dans une famille de la communauté juive de Kovno (aujourd'hui Kaunas), en Lituanie (Empire russe). Elle passe une partie de son enfance dans son pays natal, puis à Königsberg, en Prusse orientale (aujourd'hui Kaliningrad, en Russie). Sa famille s'installe à Saint-Pétersbourg en 1883 […] Lire la suite

GRAVE JEAN (1854-1939)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 408 mots

Né dans le Puy-de-Dôme, Jean Grave suit à Paris l'enseignement des Frères des écoles chrétiennes jusqu'à l'âge de onze ans. Mis en apprentissage, il se forme lui-même grâce à de nombreuses lectures. Jean Grave succède à son père comme cordonnier en 1876 et commence à fréquenter assidûment les milieux politiques. Converti à l'anarchisme, il anime un cercle anarchiste dans les VI e et XIII e arron […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri ARVON, Jean MAITRON, Robert PARIS, « ANARCHISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anarchisme/