CENTRALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Convergence

Il semble même permis, aujourd'hui, de parler de convergence dans l'évolution des formes d'organisation de l'État, en Europe notamment. Phénomène en réalité ancien, lié à la nécessité de construire l'État moderne, la convergence s'était réalisée en Europe autour du principe fondamental d'unité organique ; elle s'opère actuellement autour de l'idée d'autonomie locale. Il s'agit de doter les entités inférieures d'une capacité d'initiative propre par rapport à la supervision du pouvoir central et cette évolution fait converger les deux grands modèles traditionnels. L'extension des compétences des collectivités locales à des domaines toujours plus divers est générale, un phénomène nouveau dans un pays comme la France qui découvre les « expérimentations ».

En Espagne, au Canada, en Italie, en Belgique (avant sa transformation en un État fédéral en 1988) et en France, la reconnaissance de degrés d'autonomie, d'exceptions et d'expérimentations participe de cette dynamique, à tel point que la terminologie s'est enrichie d'une nouvelle expression : l'« État autonomique ». L'autonomie est ici entendue comme la capacité de se donner ses propres normes. Dans ce cadre, les collectivités régionales disposent de larges compétences et sont en mesure de peser sur la vie du pays. Deux États en Europe répondent plus particulièrement aux caractéristiques de l'État régional, l'Espagne et l'Italie, même si cette dernière s'apparente plus à un État unitaire dans la mesure où les collectivités décentralisées sont soumises à un étroit contrôle juridictionnel et de tutelle, alors que le contrôle est simplement juridictionnel en Espagne pour les actes locaux. La Constitution espagnole garantit « le droit à l'autonomie des régions et des nationalités qui en font partie, et la solidarité entre elles toutes ». Appelées « communautés autonomes » en Espagne, les collectivités régionales peuvent disposer soit d'une autonomie pleine caractérisée par une extension maximale des compétences, dans la limite des compétences exclusives attribuées à l'État, soit de compétences limitativement énumérées par la Constitution. Chaque communauté autonome dispose d'une assemblée législative, d'un gouvernement et de ses propres tribunaux. Les assemblées autonomes ont une compétence législative exclusive dans certains domaines (organisation de la communauté, culture et patrimoine, travaux publics et transports, etc.). La conception belge et néerlandaise de l'autonomie telle qu'elle apparaît à travers des communautés linguistiques et culturelles doit également être soulignée.

L'évolution continûment négociée s'explique en grande partie en fonction des facteurs historiques. Ainsi, les régions italiennes ont pu avoir facilement plus d'autonomie après le centralisme fasciste dévastateur ; il était difficile aux gouvernants espagnols de ne pas accorder aux régions qui ont résisté au franquisme l'autonomie qu'elles demandaient ; le Royaume-Uni s'est, quant à lui, constitué historiquement comme une superposition d'États sans réelle uniformité, l'Écosse, l'Angleterre, le pays de Galles et l'Irlande du Nord. L'Union européenne reconnaît ces entités infra-étatiques dans le cadre du Comité des régions et contribue à diffuser un « fédéralisme coopératif » (John Calhoun), une gestion commune partagée, une négociation plus informelle à côté du cadre institutionnel nécessaire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur en science politique, chargé de recherche au Centre interdisciplinaire pour la recherches comparative en sciences sociales, maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Les derniers événements

19 novembre 2013 Népal. Élection d'une Assemblée constituante

Ces deux formations sont favorables au centralisme. Partisan du fédéralisme ethnique, le Parti communiste népalais maoïste, dont est issu le Premier ministre Baburam Bhattarai, subit un important revers, avec 15,2 p. 100 des suffrages et 84 élus. Il dénonce des fraudes. Le taux de participation est de 77,5 p. 100.  […] Lire la suite

19-21 juin 1998 Vatican – Autriche. Visite du pape Jean-Paul II en Autriche

Cette affaire et la nomination par Rome de plusieurs évêques ultraconservateurs ont renforcé, parmi le clergé et les fidèles, le mouvement de contestation de la hiérarchie et du centralisme romain baptisé « Nous somme l'Église ». Quoique prônant le « dialogue », le pape n'évoque pas la crise de l'Église autrichienne. Il ne parvient pas à mobiliser les foules, tant lors de la messe célébrée à Sankt Pölten, le 20, que lors de la cérémonie de béatification d'une religieuse et de deux prêtres, le 21, à Vienne. […] Lire la suite

29 janvier 1994 France. Robert Hue élu secrétaire national du Parti communiste

Les délégués approuvent la réforme des statuts qui prévoit l'abandon du « centralisme démocratique », principe d'organisation des partis communistes empêchant la formation de tendances en leur sein. Toutefois, la présentation de plusieurs motions lors des congrès reste interdite, de même que l'inscription de formulations « alternatives » dans le texte de la motion unique. […] Lire la suite

18-22 décembre 1990 France. XXVIIe congrès du P.C.F.

Le 19, Anicet Le Pors propose, sans succès, l'abandon du principe du centralisme démocratique, tandis que, les jours suivants, le dialogue de sourds entre majoritaires et contestataires fait place, petit à petit, à une discussion plus ouverte. Le projet de résolution finale peut ainsi être amendé, mais d'une manière que les partisans du changement jugent encore trop limitée. […] Lire la suite

4-27 février 1990 U.R.S.S. Adoption par le Soviet suprême d'un régime présidentiel

Dans son discours inaugural, Mikhaïl Gorbatchev, résolu à accélérer le changement, préconise l'abolition de l'article 6 – donc l'instauration du multipartisme –, la création d'un poste de président, l'abandon du centralisme démocratique au sein du parti ainsi que la reconnaissance de la propriété privée. Le 7, après trois jours d'intenses débats au cours desquels les conservateurs, menés par Egor Ligatchev, critiquent ses propositions, Mikhaïl Gorbatchev réussit à faire approuver la plupart de ses réformes. […] Lire la suite

Pour citer l’article

David ALCAUD, « CENTRALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/centralisme/