ÉCONOMIE SOCIALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien qu'on en trouve mention dès la fin du xviiie siècle, la notion d'économie sociale demeure encore largement méconnue, y compris par la plupart des économistes eux-mêmes comme est venu le rappeler le rapport Frémeaux (2013). Cette méconnaissance s'explique notamment par le fait que son contenu a sensiblement varié selon les auteurs et les époques, si bien que l'économie sociale n'a pas renvoyé à un objet consensuel ni produit un corpus théorique solide spécifique et largement reconnu comme tel. Aujourd'hui, l'expression sert à désigner un ensemble composé de différents types d'organisations économiques – les coopératives, mutuelles, associations, certaines fondations, les entreprises intervenant dans le domaine de l'insertion et du commerce équitable, etc. –, présentant des caractéristiques communes qui les distinguent à la fois des entreprises capitalistes et des administrations publiques.

Initialement mise en avant comme un concept rival de l'économie politique telle que Jean-Baptiste Say l'a popularisée au tout début du xixe siècle, l'économie sociale tend rapidement, sous l'influence des premiers socialistes et des réformistes sociaux, à incarner l'étude des solutions sociales contribuant à améliorer les conditions d'existence de la population. Dans les années 1860, Frédéric Le Play est un des premiers à mettre en valeur l'expression « économie sociale » pour désigner des expériences novatrices visant à répondre à des questions sociales, avant que Léon Walras, puis Charles Gide n'en fassent un des piliers d'une redéfinition de la science économique.

Au tout début du xxe siècle, lorsque Charles Gide rédige son rapport Économie sociale pour l'Exposition universelle de 1900, l'économie sociale acquiert une incontestable mais éphémère visibilité. Après une éclipse presque totale de plus d'un demi-siècle, il faut attendre les années 1970 pour que l'expression « économie sociale » resurgisse dans le paysage socio-économique, français d'abord, européen ensuite. Portées par de grandes mutuelles et coopératives qui trouvent un relais politique au sein du Parti socialiste avec Jacques Delors et Michel Rocard, la notion d'économie sociale met alors en avant une manière différente d'entreprendre, en phase avec des modèles alternatifs, comme celui de l’autogestion, et vise à promouvoir des formes d'entreprises différentes par leurs finalités, leur mode de fonctionnement et leurs parties prenantes.

Si on considère cette longue histoire brièvement évoquée du concept d’économie sociale, on peut y percevoir trois dimensions qui se complètent et expliquent la complexité de ce concept et l’incompréhension dont il pâtit parfois.

La première dimension est celle d'un mouvement social quand émerge en Europe, au tout début du xixe siècle, avec des auteurs tels que Sismondi, Owen ou Fourier, une réflexion critique dénonçant, bien avant Marx, les excès du capitalisme industriel et du modèle libéral. Apparaissent dans les décennies suivantes toutes sortes d'initiatives, plus ou moins éphémères, dont un point d'orgue intervient en 1848 avec ce qu'on appellera ensuite le « printemps des associations ». Ces initiatives très disparates ont en commun d'essayer d'apporter une solution originale aux problèmes sociaux de l'époque, tout particulièrement la paupérisation des classes paysanne et ouvrière qui accompagne l'industrialisation et la généralisation du salariat. Le mouvement social qui naît à cette époque est porté par l'idéal d'émancipation des classes populaires et repose souvent sur une forme d'utopie (dans la lignée des idées avancées par Thomas More au xve siècle avec Utopia).

La deuxième dimension est celle d'une réflexion théorique menée en réaction aux idées dominantes. Elle s'esquisse dans les années 1860 avec le rôle que joue Frédéric Le Play en introduisant l'économie sociale à l'Exposition universelle (1867) et dans des sociétés savantes, mais elle se concrétise surtout durant la dernière décennie du xixe siècle lorsque les économistes Léon Walras, puis Charles Gide s'efforcent de (ré)concilier justice sociale et efficacité économique avec le concept d'économie sociale. Celui-ci devient alors un des piliers d'une nouvelle théorie générale de l'économie, critique de l'approche classique qui n'apporte pas de réponse pertinente à la question de la justice.

La troisième dimension met en avant un modèle entrepreneurial particulier. On peut en percevoir une amorce dans l'évolution de la réflexion de Gide dès le début du xxe siècle, mais cette dimension apparaît surtout dans les années 1970 lorsque certains aspects entrepreneuriaux – financement, innovation, gouvernance, management – sont mis en avant à travers le modèle de l'entreprise d'économie sociale. Le sociologue Henri Desroche et l'économiste Claude Vienney sont parmi les premiers à proposer une analyse théorique rigoureuse de ce modèle d'entreprise différent. Cet intérêt pour l'économie sociale comme forme d'entreprise spécifique est perceptible depuis les années 1980 dans de nombreux autres travaux, notamment ceux qui sont menés sur le tiers (ou troisième) secteur, le secteur à but non lucratif ou, plus récemment, l'entreprise sociale.

Les quatre écoles d'économie sociale

On attribue en général la paternité de la formule « économie sociale » à l'économiste Charles Dunoyer, qui publie en 1830 un Traité d’économie sociale, mais l'expression apparaît déjà en 1773 sous la plume de l'historien Louis-Gabriel Du Buat-Nancay ; auteur d'Éléments de la politique, ou Recherche des vrais principes de l’économie sociale. Nonobstant leur proximité sémantique, ces contributions restent cependant très anecdotiques au regard de la construction du concept, et c'est surtout à partir de 1830, dans le sillage de la révolution industrielle, qu’on assiste au fourmillement d'idées et d'expériences porteuses des grands principes et règles que revendiquera ensuite l'économie sociale. Ces initiatives s'inscrivent dans la lignée de pratiques très anciennes, apparues dès le Moyen Âge (guildes, confréries, compagnonnages, associations ouvrières, patronages). Leur motivation commune est de préserver les conditions de vie d'une part croissante de la population, menacées par le développement du capitalisme industriel. Ce n'est cependant que dans les années 1860, avec Le Play, qu'on entreprend de ranger certaines de ces initiatives sous la bannière « économie sociale ».

De ce fourmillement obser [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université du Mans

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE SOCIALE  » est également traité dans :

AGRICULTURE URBAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET, 
  • Xavier LAUREAU
  •  • 6 271 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Des enjeux économiques »  : […] Sur le plan économique, les agricultures urbaines impliquent des formes de commercialisation originales et des investissements importants en travail et souvent en capital. Ces derniers peuvent être de type conventionnel ou de type start-up – faisant appel à du capital - risque extérieur au monde agricole . Localement, des apports de financement relevant de l’économie sociale ou solidair […] Lire la suite

ASSOCIATION

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GARRIGOU-LAGRANGE, 
  • Pierre Patrick KALTENBACH
  •  • 7 053 mots

Dans le chapitre « Les régimes dérogatoires »  : […] Toutefois, par dérogation, les pouvoirs publics peuvent instituer unilatéralement des associations obligatoires soumises en principe à la loi de 1901 mais dont les modalités d'organisation et de fonctionnement, fixées impérativement par la loi, ne suivent guère les schémas traditionnels. Tel est le cas de l'association sportive, créée par la loi du 16 juillet 1984 dans tous les établissements du s […] Lire la suite

ÉCONOMIE CIRCULAIRE

  • Écrit par 
  • Cécile EZVAN
  •  • 4 896 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une approche holistique, systémique et multiéchelles »  : […] L’économie circulaire implique ainsi d’entrer dans une logique de cycle de vie complet du produit : depuis l’écoconception, avec des entreprises qui s'approvisionnent en matériaux recyclés ou qui refabriquent à partir de produits en fin de vie, en passant par l'accès, avec des modèles de location dans l’industrie automobile ou spatiale, et jusqu’au recyclage de produits en fin de vie pour utilise […] Lire la suite

GIDE CHARLES (1847-1932)

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 765 mots

Charles Gide est né le 29 juin 1847 à Uzès (Gard). Selon la tradition familiale – mais contre ses goûts – il fait des études de droit à Paris où son frère Paul – le père d'André Gide – était professeur, et soutient en 1872 une thèse sur La liberté d'association en matière religieuse . En 1874, il réussit l'agrégation mais, peu attiré par le droit, choisit d'enseigner l'économie politique que l'on […] Lire la suite

IMPRIMERIE

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI, 
  • Jean-Pierre DRÈGE, 
  • Henri-Jean MARTIN
  • , Universalis
  •  • 14 459 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le métier d’imprimeur  »  : […] Les entreprises sont souvent familiales. Ainsi, les Didot ont donné leur nom à un caractère de typographie. Cette grande famille d’imprimeurs fut aussi libraire, graveur, fondeur de caractères et papetier. Elle débute au xviii e et s’arrête au xx e  siècle. À chaque génération, un fils a poursuivi l’œuvre de ses ancêtres. Ils sont les imprimeurs privilégiés des rois et des institutions comme le S […] Lire la suite

TRAVAIL SOCIOLOGIE DU

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 4 464 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les enquêtes sociales »  : […] Cette réflexion théorique a un pendant empirique : les « enquêtes sociales », dont les premières sont mises en œuvre en Angleterre dès la fin du xviii e  siècle, alors que l'industrialisation et l'exode rural font apparaître un paupérisme urbain. En France, l'essor des enquêtes sociales doit beaucoup à l'Académie des sciences morales et politiques, créée par François Guizot en 1832 pour fournir […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-23 août 2021 Tunisie. Prolongation de l'état d'exception.

l’Économie et des Technologies de communication par de hauts fonctionnaires. Le 3, le puissant syndicat de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) appelle le chef de l’État à mettre en place un « gouvernement de sauvetage réduit et harmonieux » afin de ne pas « rendre difficile la sortie de crise sociale et économique ». Le 23, Kaïs Saïed annonce […] Lire la suite

4 octobre 2020 Église catholique. Publication de l'encyclique Fratelli tutti.

économie. Enfin, le pape réitère son rejet de la notion de « guerre juste » et sa foi dans un dialogue apaisé entre les religions. […] Lire la suite

15-29 avril 2020 Allemagne. Annonce d'un plan de sortie du dispositif de prévention de l'épidémie de Covid-19.

l’Économie Peter Altmaier annonce une contraction probable du PIB de 6,3 p. 100 en 2020. […] Lire la suite

9-29 mars 2020 États-Unis. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

l’économie de quelque 2 000 milliards de dollars (1 845 milliards d’euros). Celui-ci prévoit notamment des garanties de crédit pour les entreprises, des aides directes aux ménages modestes et une hausse des indemnités chômage. Au cours des deux dernières semaines du mois, quelque dix millions de chômeurs, pour une partie d’entre eux mis à pied temporairement […] Lire la suite

21 février 2020 Suisse. Bilan de l'opération Papyrus à Genève.

l’économie domestique. Deux mille trois cent quatre-vingt-dix personnes ont été régularisées – sept cent quarante attendent encore une décision. Ces régularisations ont rapporté 5,7 millions de francs suisses aux assurances sociales du canton. Aucun afflux d’immigrés clandestins venant remplacer les travailleurs régularisés ni aucune augmentation sensible […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éric BIDET, « ÉCONOMIE SOCIALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-sociale/