Dossier d'actualité

Réchauffement climatique Ce qu'on ne vous dit pas

Le changement climatique, dont les causes sont très discutées par les scientifiques, ne provoquera pas forcément les catastrophes annoncées par ses “prophètes”. Notre enquête.

Nicolas Hulot ? « C’est un imbécile, vous pouvez l’écrire. C’est une honte qu’il soit devenu le gourou de l’écologie. » C’est ce qu’affirmait Claude Allègre, le 27 septembre, dans Nice Matin. La réponse de l’intéressé ne s’est pas fait attendre.Allègre ? « Y a des gens qui ne peuvent vivre qu’avec leurs ulcères, a-t-il déclaré le 28, sur Europe 1. Je me dis simplement que l’injure et le mensonge ne remplacent pas la vérité scientifique. »

Qui croire ? Il aurait suffi, en d’autres temps, d’égrener les titres de l’un et la qualité de l’autre pour trancher le débat. Géochimiste de formation, Claude Allègre a reçu les plus hautes distinctions dans sa discipline : le prix Crafoord en 1986, la médaille Wollaston en 1987 et la médaille d’or du CNRS en 1994. Nicolas Hulot, qui figure parmi les personnalités les plus appréciées des Français, s’est fait connaître en animant l’émission Ushuaïa Nature sur TF 1. Lire la suite

Déficits publics L’alerte rouge !

“Valeurs actuelles” titrait, il y a six mois, sur la “folie des déficits”. Depuis, le sujet est devenu explosif.

Cela fait plusieurs années que nous alertons les pouvoirs publics : la France ­accumule les déficits depuis plus de vingt-cinq ans ; « On peut s’attendre à une dégradation sans précédent des comptes publics ». Ces propos plus qu’alarmants sont ceux de Phi­lippe Séguin, le premier président de la Cour des comptes, au début de l’été. « Jamais les constats de la Cour sur les finances de la France n’avaient été aussi sévères », note un économiste. Ces ex­traits du rapport parlent d’eux-mêmes. En 2009, « malgré un plan de relance moins important, le déficit français resterait supérieur à la moyenne des autres pays européens, car notre pays part d’une position beaucoup plus défavorable ».

« Le déficit public pourrait être encore très élevé en 2012 et la dette pourrait fortement augmenter à cet horizon. Dans ces conditions, un risque de dérive incontrôlée de la dette, lourd de conséquences, ne peut pas être écarté. Un risque pèserait sur la signature de l’État » ; « Il serait peu prudent d’attendre que des remèdes hypo­thétiques, comme la hausse de la croissance potentielle ou la reprise de l’inflation, exonèrent la France des efforts de redressement nécessaires de ses comptes publics ». L’alerte est claire : sans une politique drastique d’austérité budgétaire, il y a désormais un vrai risque de faillite de l’État. Lire la suite

Angela Merkel Un modéle allemand

Elle aura probablement la majorité le 27 septembre. Seule inconnue: qui, des sociaux-démocrates ou des libéraux, seront ses partenaires de coalition ?

Angela Merkel restera à la barre. C’est une certitude à la veille des élections législatives de ce 27 septembre. La chance est avec elle : pour la première fois depuis des années,le pouvoir d’achat a grimpé cet été grâce à des relèvements de salaire (2 à 3%) sur fond de chute des prix (0,5 %). Descendu de 5 millions en 2005 à 3millions en 2009, le nombre de chômeurs repart à la hausse mais des aides freinent encore son envol.Les électeurs ne paniquent pas : deux sur trois ont peur de la crise, mais un sur deux ne se sent pas personnellement menacé.

Mme Merkel et son parti chrétiendémocrate CDU ont axé leur campagne sur la création d’emplois par la croissance, sur une croissance dopée par des baisses d’impôts.La CDU et sa filiale bavaroise CSU ont un projet de relance proche de celui des libéraux du FDP. Lire la suite

Le choc Villepin-Sarkozy

L’affaire devait servir à éliminer Sarkozy. Celui-ci compte désormais sur elle pour éliminer Villepin. Retour sur la pire querelle d’Atrides, à droite, depuis l’affaire Markovic.

Qui sortira la tête haute du procès Clearstream ? Sûrement pas les coupables (car il y en aura sans doute) : ceux qui ont sciemment décidé qu’une liste de comptes bancaires devait être falsifiée afin d’abattre une quarantaine de personnalités du monde des affaires, de la politique, et marginalement du renseignement et du show-biz. Dont l’actuel président de la République, Nicolas Sarkozy.

Dans les pages qui suivent, Gilles Gaetner dissèque, comme jamais jusqu’alors, les rouages de cette manipulation digne des meilleurs thrillers de John le Carré, laquelle plonge ses racines dans l’affaire des frégates de Taiwan. Lire la suite

Contrôles fiscaux La grande offensive

Les finances de l’État font eau de toutes parts. Les solutions imaginées par Bercy déclenchent l’hostilité. Sauf une : la recherche de coupables.

La méthode est discutable. Qu’elles existent ou non, qu’elles soient falsifiées ou véritables, les listes ont toujours eu pour effet de diviser une société. Elles diffusent le poison insidieux du soupçon lorsqu’elles restent secrètes et appellent à la vengeance lorsqu’elles sont rendues publiques. Des proscriptions du démagogue Marius à Rome, en passant par la liste brandie devant le Parlement par Pierre Bérégovoy sur les financements occultes des partis lors de son discours de politique générale, jusqu’au “listing” informatique de Clearstream,ces brûlots finissent toujours par se retourner contre ceux qui les agitent. Lire la suite

Tribunaux La révolution qui vient

Nicolas Sarkozy, qui a reçu le rapport Léger, devrait prochainement proposer au Parlement une réforme judiciaire sans précédent. Qui passerait par la mort d’un symbole: celui du juge d’instruction… né en 1808! Enquête.

Disparition du juge d’instruction, renforcement du rôle du parquet,motivation des arrêts de cour d’assises et renforcement des droits des victimes.Ce n’est pas un toilettage de notre procédure pénale que propose le comité présidé par Philippe Léger, ancien directeur de cabinet de Pierre Méhaignerie, place Vendôme,qui a remis son rapport au chef de l’État le 1er septembre.

 C’est une révolution. Jamais depuis l’institution du nouveau code de procédure pénale en 1958 et la loi Guigou sur la présomption d’innocence du 15 juin 2000 on était allé aussi loin dans une réforme de la justice.

Désormais, c’est à la chancellerie de mettre en musique les propositions du comité Léger. Lire la suite

Syndiquer le contenu