Votre Argent

Patrimoine

mercredi, 07/10/2009

Quelques petites choses que les conjoints doivent connaître avant de s’engager dans une procédure de séparation et de divorce…

La fin de l’imposition commune L’année de la rupture, trois déclarations de revenus doivent être souscrites. La première est établie au nom des deux époux et porte sur les revenus perçus par le couple du 1er janvier jusqu’à la date de la séparation. Les deux autres sont respectivement établies au nom de chacun des époux, pour leurs revenus propres, de la date de la séparation jusqu’au 31 décembre. L’imposition séparée commence au jour où ils sont autorisés par le juge à habiter séparément, même s’ils sont encore en instance de divorce. Quel est le sort des déficits ou moins-values antérieurs ? Chacun des époux devenu imposable séparément peut imputer la totalité des pertes provenant de ses biens propres, de son entreprise ou de son activité professionnelle, et la moitié de celles afférentes aux biens qui dépendaient de la communauté conjugale… quel que soit le régime matrimonial !

Lire la suite
mercredi, 07/10/2009

La rénovation de l’hôtel Lambert, oeuvre de Louis Le Vau, situé sur l’île Saint-Louis à Paris (IVe arrondissement) devait commencer début octobre. Mais le tribunal administratif de Paris a décidé de suspendre le début des travaux, évalués à plus de 40 millions d’euros. L’édifice est en très mauvais état, les parquets sont délabrés et les charpentes pourries.

Depuis son rachat au baron Guy de Rothschild en juillet 2007, l’hôtel Lambert (photo) est la propriété du frère de l’émir du Qatar, Hamad ben Khalifa al-Thani. Celui-ci en a confié la restauration à Alain-Charles Perrot, architecte en chef des monuments historiques et chargé de la sauvegarde et de la protection des monuments classés.

Lire la suite
mercredi, 07/10/2009

A côté de la gestion collective classique, certains établissements financiers proposent à leur clientèle fortunée une gestion sur mesure au travers d’OPCVM dédiés. Traditionnellement réservés aux institutionnels, ces fonds se sont développés au cas par cas afin de satisfaire les attentes des fortunes privées.

Ouvert à un client, une famille ou à un groupe d’investisseurs poursuivant des intérêts communs, un tel OPCVM (sicav ou FCP) nécessite des montants d’investissement significatifs (plusieurs millions d’euros). La gestion financière est ici adaptée aux contraintes juridiques, techniques et comptables du client, ainsi qu’à ses objectifs de performance.L’avantage de ce type de produits est d’offrir une personnalisation à tous les niveaux. Nom, thème d’investissement, gestion financière, composition du conseil d’administration pour la sicav, tarification, reporting…

Lire la suite
mercredi, 07/10/2009

Le gouvernement a refusé de reporter les échéances de la mise en sécurité des ascenseurs. La première tranche des travaux obligatoires doit être réalisée avant le 31 décembre 2010 et les rénovations complémentaires en 2013 et en 2018. Selon l’Association des responsables de copropriété, ce calendrier oblige les copropriétaires à agir dans l’urgence. Et risque de leur causer des soucis financiers.

Les ascensoristes ont de quoi se réjouir: le décret d’application de la loi Boutin (votée en mars) prévoyant le report des travaux obligatoires sur les ascenseurs jusqu’en 2018 et 2021 ne paraîtra finalement pas. Les copropriétaires n’ont donc plus que quinze mois pour effectuer la première tranche des travaux. La loi de mise en sécurité des ascenseurs du 2juillet 2003 prévoyait que les travaux seraient réalisés en trois temps: une première tranche dite d’“obligations renforcées”, concernant le verrouillage des portes et la protection, fixée initialement en 2008 et reportée à la fin décembre 2010, une deuxième tranche de mesures techniques à effectuer avant 2013 et une dernière en 2018.

Lire la suite
mercredi, 07/10/2009

Afin de renforcer l’attractivité de la France, la loi LME du 4 août 2008 a créé un régime spécial d’imposition en faveur des “impatriés”. Deux instructions fiscales du 30 juillet 2009 (numéros 5 F-13-09 et 5 K-2-09) commentent ce nouveau régime. Outre une exonération d’impôt sur le revenu, les impatriés bénéficient également de mesures d’exonération sur certains revenus de leur patrimoine.

Qui sont les impatriés? Il s’agit des salariés et des dirigeants de société assimilés appelés de l’étranger à occuper un emploi dans une entreprise établie en France. La personne qui vient en France exercer un emploi de sa propre initiative ou qui a déjà sa résidence établie en France lors du recrutement n’est pas concernée. Elle ne doit pas non plus avoir été fiscalement domiciliée en France au cours des cinq années civiles précédant celle de sa prise de fonctions. De plus, elle doit en principe fixer son domicile fiscal en France dès cette prise de fonctions.Sur agrément du ministre du Budget, les nonsalariés peuvent également être concernés.

Lire la suite

Bourse

mercredi, 07/10/2009

Pour 290 millions d’euros, le spécialiste français des solutions de paiement (terminal, logiciels) va mettre la main sur Easycash Betei­ligungen GmbH, le leader allemand des services de paiement. Cette société, dont l’activité couvre la vente de terminaux, le traitement des transactions et la gestion des programmes de fidélité, a réalisé en 2008 un chiffre d’affaires de 86 millions d’euros, dont près de la moitié sur le traitement des transactions. Easycash était détenue depuis 2006 par le fonds d’investissement Warburg Pincus. Pour être effective, cette opération devra recevoir le feu vert du Bun­deskartellamt, les autorités antitrusts allemandes, et être soumise à l’avis du comité d’entreprise d’Ingenico SA.

« Cette acquisition nous permet de développer notre activité en Alle­magne, l’un des marchés du paiement les plus prometteurs en Europe », se félicite Philippe Lazare, directeur général d’Ingenico. Easycash anti­cipe une hausse de 16 % de son acti­vité en 2009. Mais, plus important encore, Ingenico, avec cet achat, augmentera sa part de chiffre d’affaires récurrent sur un modèle de type paiement à la transaction.

Lire la suite
mercredi, 07/10/2009

Quatrième semencier mondial, Vilmorin a enregistré un chiffre d’affaires annuel (exercice clos fin juin) qui dépasse pour la première fois le milliard d’euros. En ligne avec les prévisions des analystes, ce chiffre traduit une bonne performance de l’activité potagère tandis que celle des semences pour grandes cultures est plus contrastée. En Europe de l’Est, le groupe a volontairement réduit son activité pour limiter les risques financiers. Aux États-Unis, le chiffre d’affaires a progressé de 14 % sur fond de hausse des prix imposée par le semencier.

Filiale à 55,70 % du groupe coopératif Limagrain, la société Vilmorin est à la pointe des nouvelles technologies, aussi bien sur les semences traditionnelles que sur les organismes génétiquement modifiés, qui, rappelons-le, sont cultivés sur 125 millions d’hectares dans le monde.Malgré les réticences de l’Union européenne vis-à-vis des OGM,Vilmorin n’a pas l’intention de laisser la voie libre à Monsanto,Bayer ou Dupont dans la maîtrise des nouvelles technologies.

Lire la suite
mercredi, 07/10/2009

Lorsque vous poussez la porte d’un concessionnaire automobile, un homme sympathique vous accueille, vous écoute, vous conseille sur le véhicule le plus adapté à vos besoins et à vos goûts, négocie le prix avec vous et finit par vous vendre l’objet de vos souhaits. Cet avenant garçon est un commercial qui, comme des millions d’autres, a fait gagner de l’argent à son employeur, le constructeur automobile, en vous vendant cette voiture. Cette opération, il la renouvelle très souvent.

Plus il vend et plus il fait croître les résultats du constructeur. Celui-ci peut alors ouvrir de nouvelles usines pour vendre plus de voitures et créer des emplois.Certains commerciaux vendent mieux et plus que les autres et l’une de leurs motivations est la juste rémunération qu’ils reçoivent en fonction de leurs mérites. Autrement dit, plus un commercial est doué, plus la part variable de sa rémunération augmentera et ce, sans limite. Cette rémunération variable n’est autre qu’un bonus.

Lire la suite